Ainsi donc, selon ces barbares, le Metal serait toujours une musique dangereuse ? Moi je ne demande qu’à les croire, même si voir des fans se balader en costume de licorne durant les festivals ou arborer des sourires angéliques durant des performances diverses me pousse à croire que finalement, nous montrons souvent les dents pour caresser du bout des doigts.

Mais c’est un dogme, et je le respecte. Un câlin peut-être ?

Cela dit, en jetant un coup d’œil aux sobriquets choisis par ces musiciens, j’ai franchement du mal à les imaginer détrousser un passant ou sacrifier un bouc en hommage à Satan…

Comment en effet prendre au sérieux un quatuor pareil ? Jugez du peu, avec Nuclear Cummer à la basse, Bourbon Devastator à la batterie (depuis 2014, ancien guitariste), Blasphemic Vomitor au chant et Skeleton Grinder à la guitare, tout ça sent bon le démarquage de SODOM de début de carrière, pour une musique qui effectivement pioche dans ses racines Thrash, alors même que celui-ci partageait bien des accointances avec un BM naissant, et pas encore totalement nordique.

Vous l’aurez compris, le sérieux n’est pas de mise ici, mais ne vous-y trompez pas. Musicalement, les INSULTERS n’en sont pas une à la qualité d’interprétation, et Metal Still Means Danger reste une solide affaire de Blackened Thrash absolument jouissif.

Formés en 2008 du côté de Sabadell, Espagne, le groupe enchaîne alors les démos (Skull Krushers la même année, Black Vomit en 2009), ose le split en compagnie de leurs compatriotes de NOCTURNAL HELL (Spit On The Crucifix en 2011), poussent même le vice jusqu’à balancer une compilation avant même d’avoir sorti un LP (Skull Krushers Festering in Black Vomit, intégrale de leurs œuvres précoces), et se décident enfin à franchir le pas de l’album en 2013 avec un atomique We Are The Plague qui en effet méritait bien son nom.

Depuis, un featuring sur le sampler Death Lives !, un peu de repos et de concentration pour élaborer une suite digne à l’histoire, qui a donc vu son second chapitre émerger le premier jour de cette nouvelle année.

Alors, bonnes ou mauvaises résolutions ? Les deux évidemment, puisque l’optique n’a pas changé d’une corne de bouc.

On retrouve toujours en arrière-plan cette passion pour la scène Thrash/Black du début des années 80, avec en tête de gondole des influences les inévitables SODOM de In The Sign Of Evil, le BATHORY de The Return et l’immanquable HELLHAMMER de Satanic Rites, le tout arrangé à la sauce moderne pour ne pas sonner trop passéiste.

Certes, la démarche est d’usage, des pseudos grotesques à la musique d’une simplicité extrême en passant par les lyrics remplis de clichés, mais l’enthousiasme dont font preuve ces ibères est vraiment contagieux, d’autant plus qu’ils se révèlent être de sérieux instrumentistes et des compositeurs tout à fait capables.

INSULTERS, c’est donc le revival assuré, et perpétré depuis quelques années par les scènes hispaniques d’Amérique du Sud et d’Espagne, à l’instar de leurs confrères de KORGULL THE EXTERMINATOR. On pense aussi à une version plus équilibrée et moins paillarde des WARHAMMER, ou à une adaptation de MOTORHEAD dans un décorum de satanisme de pacotille, ludique, mais entraînant.

Les compositions se succèdent à un rythme effréné, et ce Crusty Black à tendance Thrash, bien qu’éminemment linéaire nous emporte dans un tourbillon de violence crue dont il est très difficile de vouloir s’extirper.

Morceaux courts et concis, qui frappent fort, et reposent tous sur une astucieuse combinaison de riffs primaux et bestiaux, une rythmique solide et peu inventive, et bien sûr, un jet de bile vocal ininterrompu, dans la plus droite lignée des Quorthon et autres Tom Angelripper de début de parcours blasphématoire.

Mais l’interprétation est carrée, propre et parfois suffisamment inventive pour ne pas vous mener à l’impasse, et certaines interventions osent même prolonger un peu la torture, à l’image de ce final cauchemardesque « Metal Still Means Danger », qui ose briser le minimalisme ambiant pour tomber dans une grandiloquence sombre, en plaçant en contrepoint quelques breaks Heavy Black du meilleur effet. A cette occasion, les BPM montent d’ailleurs un peu plus loin dans les tours pour une démonstration de force Thrash qui s’inspire même de la naissance du mouvement BM nordique, avec de multiples allusions aux premiers MARDUK et MAYHEM.

Production clean et resserrée pour un effet optimal, coups de folie Thrash qui nous ramènent aux premiers débordements de la scène Européenne des 80’s (« Bang Your Fucking Skull », joli panaché de BULLDOZER et HELLHAMMER), mais aussi solides interventions Heavy qui se montrent étonnamment convaincantes (« Burn With The Witch » et son intro catchy en diable).

Rien d’inédit à se mettre sous le signe du démon, mais une puissance non dénuée d’intermittences plus travaillées, et même quelques blasts lâchés pour faire monter la pression (« Icons And Symbols », un des plus furieux du lot), et quelques arrangements sobres pour stimuler l’attention (« Bastard Soldier »).

En gros, du bon boulot mal dégrossi, mais plus fin qu’il n’en a l’air.

Mais pas d’inquiétude, de la pochette symbolique aux pseudos hystériques, tout sonne cacher sur ce second album des légions de l’enfer espagnoles, qui ne vous feront pas danser la carmagnole, mais bien headbanger jusqu’au plafond de votre bagnole.

Il est bon régulièrement de retrouver ces sensations qui nous ont fait adhérer à une cause brutale durant notre adolescence, et dans son entreprise de révérence des grands anciens, les INSULTERS s’en sortent à merveille, n’hésitant jamais à en rajouter dans la surenchère provoc’

Le genre d’album à écouter avec une copine vierge qui a ses règles, dans la forêt, histoire de rester dans l’ambiance.

 Pas classe, mais efficace.


Titres de l'album:

  1. Age of Terror
  2. Highway of the Dead
  3. Icons and Symbols
  4. Bang Your Fucking Skull
  5. Forged in Hell's Fire
  6. Bastard Soldiers
  7. Burn With the Witch
  8. Here Falls the Hammer
  9. Metal Still Means Danger

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/01/2017 à 14:06
70 %    424

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)