Une semaine avant le début du festival, l'organisation du MOTOC' annonçait avoir vendu tous les pass 3 jours pour cette édition 2018. Une très bonne nouvelle pour le fest Breton, et pour nous les "Motoculteurs". Une bonne nouvelle, car comme vous le savez peut-être, l'histoire du MOTOC' n'est pas un long fleuve tranquille. Le festival se traîne en effet une méchante dette depuis plusieurs années et l'édition 2017, même si réussie en terme d'organisation et de fréquentation, n'a pas complètement balayé les doutes. Heureusement que la campagne de crowfunding de 2016 a, elle, été une grande réussite, sans cela l'avenir du festival aurait été plus qu'incertain. 

Mais comme je vous le disais, ce sold-out (une première pour le fest !) avant même le début de cette 11eme édition plaçait le MOTOCULTOR 2018 sur de très bon rails !

Cette année, la rédaction de votre webzine préféré, a décidé de mettre les petits plats dans les grands pour couvrir le MOTOC'. C'est donc à 3 que nous arpenterons les 3 scènes (et les bars !) du festival durant ces trois jours : moi (Jus de cadavre), L'Apache et notre photographe Baptistin ! St-Nolff, nous voilà !

Pour ce live-report nous avons "mixé" nos textes. Donc vous trouverez parfois (souvent même) 2 avis sur un même groupe. 

Voici le report du Vendredi. La suite demain !

(L'Apache). Ah la Bretagne… Une terre accueillante, regorgeant d’histoire, de mythes et de légendes. Un territoire fortement prisé des touristes qui viennent apprécier, le temps de ces quelques semaines d’été, la richesse du patrimoine Breton et de ses panoramas luxuriants. Mais c’est aussi une terre très appréciée par les amateurs de Metal que nous sommes. C’est donc à St-Nolff que du jeudi 16 au dimanche 19 Août Metalnews a établi son campement, pour assister à l’édition 2018 du festival qui est souvent considéré comme le 2ème plus important festival Metal en France, après le Hellfest, j’ai nommé le Motocultor Festival ! Et je dis bien « important », car évidemment s’il n’a pas la prétention de son concurrent de Paris le Download avec ses 120 000 personnes cette année, le Motocultor avec ses 30 000 personnes a préféré jouer sur l’intégrité de la culture Metal, et sur un festival de taille raisonnée. N’étant pas un habitué, ni un grand admirateur des gros festivals et des marées humaines, cela fait plaisir de constater qu’un événement comme celui-ci a su préserver une certaine modestie dans ses objectifs de fréquentation.

C’est donc avec  plaisir et excitation que je me suis rendu pour la première fois au MOTOC’, en compagnie de mon ami Jus De Cadavre et de quelques autres baroudeurs de la scène Metal. J’agrippe donc mon balluchon et ma toile de tente et c’est partie pour l’aventure.

Nous arrivons vendredi aux environs de 11h sur le site du Festival. On prend le temps de boire une bière et nous nous dirigeons vers le site pour assister à notre premier concert, ENDE. Là, j’ai été surpris de voir que la file d’attente pour rentrer sur le site était vraiment rapide, et tout le week-end malgré nos nombreux allers-retours entre le site et le camping, nous n’avons jamais attendu plus de 10 minutes.

ENDE (L’Apache)

Ce n’était pas la première fois que j’assistais au concert des Rennais de ENDE. Mais là, quel plaisir de les voir sur une vraie scène, ils ont enfin pu me dévoiler pleinement leur potentiel en nous présentant leur Black Metal ténébreux avec cette voix qui a déchiré le ciel de St-Nolf, me rappelant  la voix de Gaahl (God Seed, Gorgoroth…). Cela dit, on reste selon moi sur des riffs de Black Metal assez classiques. Je dois préciser que je suis arrivé sur la fin du concert, je n’ai donc pu voir que quelques morceaux, et c’est dommage. Pour moi ce groupe a un vrai potentiel, cependant je pense qu’il pourrait aller plus loin dans sa prestation scénique qui reste très classique, car leur style se prête vraiment à un show plus travaillé, (sans non plus tomber dans les clichés du genre et des phénomènes de modes actuelles dans le Black Metal). Après il est vrai qu’écouter ce groupe à 14h sous le soleil de St-Nolf, qui plus est sur la Supositor Stage qui n’a pas de chapiteau, ce n’est pas le plus optimal pour se mettre dans l’ambiance du concert.

Setlist ENDE : Intro / Black Sorcery / Empty / In Bones / Crawling in Winter / Camerula / Whispers / Quintessence of Evil / Crache la Mort.

MAID OF ACE (L’Apache)

N’ayant pu profiter que de quelques minutes de ENDE, nous décidons d’aller voir  le groupe qui suit sur la Dave Mustage, MAID OF ACE. Bon je ne connaissais pas le groupe, et je ne comptais pas spécialement aller les voir. Il s’agit là de Punk Rock un peu californien. Le groupe me fait beaucoup penser à THE DISTILLERS, que j’écoutais pas mal au collège.  Le groupe a la particularité d’être uniquement constitué de femmes (qui sont en plus toutes sœurs), ce qui est une bonne chose, car on apprend rien à personne lorsque l’on dit que la scène Metal et punk est plutôt constituée de groupes masculins. Bon, je pense qu’elles en en jouent beaucoup et que c’est un peu leur « argument marketing », mais bon elles ont raison autant en profiter ! Sinon, musicalement je n’ai pas été très emballé, bien que l’énergie soit au rendez-vous et que dans le pit les gens sont plutôt motivés ! J’ai écouté beaucoup de punk dans ma jeunesse, et j’ai finis par délaisser ce style, qui ne me parle plus vraiment, à vrai dire c’est une scène qui à mon sens n’arrive plus à être originale et c’est très clairement ce que je me suis dis devant ce concert. En plus de ça le son devant la Dave Mustage laisse vraiment à désirer…

SERENIUS (L’Apache)

On décide d’aller oublier tout ça autour d’un petit apéro et nous voilà de retour devant la Dave Mustage pour voir SERENIUS. J’étais assez curieux de voir ce groupe, car après avoir écouté leur album Cocoon j’ai vraiment été très emballé par le style du groupe qui évolue dans un mélange de Death mélodique avec des nuances progressives. Cependant ce que j’avais pu constater auparavant devant la Dave Mustage s’est avéré être encore présent. En effet, le son est encore une fois très mauvais, et ne laisse pas apparaitre toutes les subtilités de la musique du groupe. Le show reste quand même agréable grâce à l’énergie dégagé sur scène, mais je décide quand même d’essayer différents endroits pour écouter le concert, mais rien n’y fait, le son n’est pas à la hauteur et cela m’a vraiment gâché le concert. J’espère avoir l’occasion de revoir le groupe dans de meilleures conditions.

Après ce concert, j’ai malheureusement du aller porter secours à notre amis Jus de Cadavre qui arrivait en Camping-Car. Je loupe donc AUDN et RENDEZ-VOUS.


(Jus de cadavre). 

Et oui, désolé L'Apache ! Mes petites craintes concernant la gestion d'un grand nombre de festivaliers pour le MOTOC' seront très vite balayées. Et même si nous y reviendrons en fin de report dans le bilan, je dis déjà un grand bravo à l'orga qui cette année a réglé une grande partie des défauts des éditions précédentes. Le seul petit "accroc" pour moi aura donc été ce parking camion saturé (de voitures...) dès le vendredi après midi. Comme je suis moi même en camion je m’apprêtais donc à me garer à perpette du site et ça ne m'enchantais guère. Puis finalement L'Apache, déjà sur le site nous trouve un coin sur le dit parking camion et nous nous installons comme des rois à quelques dizaines de mètres de l'entrée du fest. Parfait. Nous voila prêt pour 3 jours de Metal, de copains et de bière.

DEVILDRIVER (Jus de cadavre)

Mon festival à moi, commence sous la Dave Mustage (la "mainstage" du MOTOCULTOR) devant DEVILDRIVER qui a déjà bien entamé son set. Je n'avais jamais vu le groupe Américain sur scène. Mais c'était exactement ce à quoi je m'attendais : grosse énergie, Dez Fafara au chant, est déchainé et court partout sur scène. Le son n'est pas optimale par contre, mais je ne suis pas très bien placé, difficile de s'approcher de la fosse tant il y a du monde sous le chapiteau. Musicalement, même si ce n'est pas ma tasse de Metal, nous avons le droit à ce que j'appelle du Pure American Metal. Gros riffs de bucherons mais toujours quelques mélodies, tartine de double pédales, etc... Le chant de Dez n'est par contre carrément pas aussi hurlé que sur album ! Ça me chagrine un peu parce qu'on perd drôlement en agressivité. Content d'entendre sur scène le "hit" des Californiens, Clouds Over California, un des seul morceaux que je reconnais pour ce premier concert.

DEVILDRIVER (L’Apache)

Comme je l’avais mentionné dans mon pré-report, je ne suis pas très fan de ce que fait le groupe sur album. Mais force est de constater, que c’est sur scène qu’il s’apprécie clairement. Nous servant un Groove-Metal très lourd et finalement assez classique, les grosses rythmiques me font quand même secouer la tête. Les personnes dans le pit ont l’air d’apprécier aussi. Niveau scénique, c’est du Groove Metal, donc il ne faut pas s’attendre à quelque chose de fou non plus, bien qu’énergique… Mais il est clair que leur musique est vraiment efficace, et entendre leur morceau d’intro « End of the Line » m’a filé un petit frisson. Par contre nous sommes sous la Dave Mustage, et le son est encore très approximatif.

ULTRA VOMIT (L’Apache)

Après un petit tour à la tente pour aller chercher de quoi boire et manger, on décide d’aller voir ULTRA VOMIT. Bon, ce n’est plus une surprise pour personne ce groupe s’est imposé comme une référence en France avec leur Metal parodique qui est juste tordant et bougrement efficace. Le show est juste parfait, beaucoup de tubes que tout le monde chante en chœur ! Après 2-3 morceaux on décide même de vivre l’expérience à fond en allant dans le pit. Et franchement ça valait le coup, même si j’ai bien faillis me casser une jambe ! Le son est plutôt bon cette fois-ci sous la Dave Mustage, puis les morceaux sont vraiment joués avec une précision impressionnante, pour un groupe qui prête tout à la dérision, le travail est quand même de rigueur. Je ressors donc fatigué, en sueur, mais vraiment satisfait de ce concert.

ULTRA VOMIT (Jus de cadavre)

La Dave Mustage est de nouveau pleine à craquer pour ULTRA VOMIT. Toujours très attendu les Nantais... Je me marre comme d'habitude en écoutant Fetus et ses copains enchaîner les vannes comme d'autres enfilent les bières. Le son est plutôt bon cette fois-ci. Nous avons le droit à tous les tubes du groupe parodique, Kaamthaar, Pipi vs caca, Calogira, Evier Metal, Les canards, Boulangerie Pâtisserie, etc... Quand je dis groupe parodique ce n'est pas une critique, aujourd'hui ULTRA VOMIT je le vois comme un hommage, complètement décalé certes, mais un hommage tout de même à notre musique. Et puis Fetus est juste un véritable show-man ! Tout pourrait très facilement tomber à plat, mais non, ça fonctionne parce qu'il joue le jeu à fond ! Les imitations sont de plus toutes plus bluffantes les unes que les autres : quand le groupe balance Calogira tu as vraiment l'impression d'avoir Joe Duplantier en face de toi, idem pour Kaamthaar avec Till Lindemann... C'était un bien bon moment de rigolade !

MINISTRY (Jus de cadavre)

Le groupe qui a le record du nombre de split / reformations / tournées d'adieux / dernier album (après SCORPIONS quand même), MINISTRY, nous a tellement habitué à passer dans tous les fest Metal du coin, que ça faisait des années que... je ne les avais pas vus ! Les mauvais retours sur les prestations scéniques du groupe légendaire ne me motivait pas vraiment pour me bouger. Et puis vu qu'ils passent très souvent par chez nous, je repoussais sans cesse l'échéance. Mais pas cette fois-ci. Et grand bien m'en a pris, car c'était tout bonnement énorme ! Le son est très bon et bien naturel (ces guitares !) contrairement à mes souvenirs du dernier concert auquel j'avais assisté. Al, n'a pas l'air complètement éclaté comme c'est le cas parfois, et le bougre se démène sur les planches. Donald Trump, le nouveau punching-ball du groupe, en prend bien évidemment pour son grade tout au long du concert, le président Américain est même présent sur scène sous la forme de 2 grandes poupées gonflable agrémentées de croix gammés barrées. Le concert se veut malsain, violent et hypnotique même. Un Just One Fix d'anthologie finit par me réconcilier avec ce groupe mythique du Metal Indus. La claque !

BELPHEGOR (Jus de cadavre)

Je file vers la Supositor Stage (la scène extérieure du fest) après la baffe MINISTRY, pour aller prendre une bonne dose de blasphème. Les Autrichiens de BELPHEGOR sont dans la place et ils ont amené le gros son avec eux. Hélas c'est un peu la seule chose qu'ils vont apporter. Avec une bonne grosse maîtrise scénique aussi, oui... Mais pour le reste on se retrouve devant un Death Metal vaguement Blackisant, un son limite trop "bon" qui ne convient pas au style pour moi et un jeu de scène très (trop) travaillé. On est censé être dans le satanique, le sale et on se coltine un truc trop carré et au final aseptisé ! Un comble ! Je me suis même demandé à un moment "euh, ils sont passés ou les blast ?", pour ceux comme moi qui connaissent surtout les vieux albums ça fait un choc de voir que les nouveautés sont carrément mid-tempo... Bon après c'est quand même bien efficace faut être honnête, mais ce n'est plus vraiment pour moi je crois... 

BELPHEGOR (L’Apache)

On se dirige vers la Supositor Stage car BELPEGOR joue déjà ses premières notes. Les Autrichiens n’ont plus rien à prouver désormais, ils sont maintenant une référence du Black/Death Metal. Taillant leur réputation dans la provocation anti-chrétienne, autant dire que les gens présents ne s’attendent pas à de la douceur. Leur show s’est perfectionné au fil des années et la petite taille de la Supositor Stage ne les empêcheront pas de dévoiler tout leur savoir-faire ! On note cependant peu de morceau du nouvel album Totenritual, (The Devil's Son ; Totenkult - Exegesis Of Deterioration ; Swinefever - Regent Of Pigs ) ce qui n’est pas forcément un mal car j’ai l’impression que ces derniers ne marchent pas très bien en live, à côté de moi mes collègues s’en vont, trouvant le concert plutôt plat, même si des titres phares viennent ramener un peu d’ambiance, globalement la musique est plate c’est vrai, certainement à cause du son qui n’est pas très optimisé et qui ne porte pas assez. Pour moi cela ne m’a pas empêché de passer un agréable moment.

Setlist BELPHEGOR : Sanctus Diaboli Confidimus / Totenkult / The Devil's Son / Hells Ambassador / Swinefever / Stigma Diabolicum / Conjuring The Dead / Pactum / Lucifer Incestus / Baphomet.


ALESTORM (L’Apache)

Nous décidons ensuite d’aller voir ALESTORM sous la Dave Mustage. Je ne supporte pas le groupe sur album, mais je me devais d’aller voir au moins une fois le phénomène ALESTORM. Surprise, il s’avère que je ne supporte pas leur musique non plus en live. Je reconnais avec humilité que le show est très bien ficelé, les musiciens sont doués, et que ces gars savent mettre l’ambiance. Cependant je trouve que le groupe nous fournit la même recette de morceau en morceau et ça m’ennuie. Pour moi ULTRA VOMIT qui sont passés plus tôt dans la soirée ont bien plus de mérite et de talent que ce groupe et c’est, à mon sens, eux qui aurait du clôturer la soirée.

ALESTORM (Jus de cadavre)

Je déteste ce que j'appelle le "pouet-pouet Metal". Vous savez ce genre à la mode qui envahit les scènes des festivals européens depuis quelques temps ? Les kilt, les flutiaux et les bouées... tout ça quoi. Donc je ne comptais pas aller voir ALESTORM bien entendu. Bah, j'y suis passé par conscience "professionnelle", mais aussi peut-être pour pouvoir être méchant. Donc voila, je vous le donne dans le mille j'ai trouvé ça nul. Mais vraiment... Bon j'arrête ça sert à rien. J'aime pas, voilà.

Retour au camion après cette première journée assez courte pour moi. Et première énorme fiesta dans le camping... C'est la folie le camping du MOTOC' la nuit, pire qu'au Hellfest m'avait-on dit. Je confirme. Et le fameux Macumba n'y est pas pour rien... Mais on en reparlera...

A demain pour la journée du samedi !!!

par Jus de cadavre le 30/08/2018 à 11:17
   853

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


JTDP
@79.81.241.105
30/08/2018 à 22:15:28
Tout à fait d'accord pour ENDE : j'étais pressé de voir ce que cela rendait live après avoir bien apprécié leurs albums, je n'ai pas été déçu. Et pour ce qui est de la prestation scénique, ils ont eu raison de ne pas trop en faire je pense, car comme tu le dis, du BM en plein cagnard, ça n'est jamais optimal. Alors si en plus ils sont en corpsepaint dégoulinant, ça peut vite tourner au ridicule...
Sinon, j'ai vu la fin de LUMBERJACKS auquel je n'ai pas trop accroché (pour le peu que j'en ai vu). Ils ont fini sur un Wall Of Death, ce que je n'ai pas bien compris pour un groupe qui joue un Heavy Rock somme toute classique... A contrario, MAID OF ACE, je n'en ai vu que quelques minutes mais j'ai bien aimé ce que j'ai entendu ! Ces filles avaient une belle énergie bien communicative, et ça faisait plaisir à voir et à entendre, notamment la batteuse qui était à fond derrière son kit ! Et puis ma journée s'est terminée par SVART CROWN qui a tout défoncé sur la Dave Mustage, malgré un son pas top effectivement ; et STICKY BOYS pour la note rock n' roll qui va bien. Un set bien énergique de ces derniers mais un poil moins que ce à quoi je m'attendais.
Pour ce qui est du son sur la Dave Mustage je suis assez d'accord. Sans être non plus inaudible, il était quand même vraiment moins bon que sur la Massey ou la Supositor, ce qui est un peu un comble...

Jus de cadavre
membre enregistré
30/08/2018 à 22:51:06
Pour le son sous la Dave, ce n'était bof que pour les groupes en journée. Pour les têtes d'affiches sous ce chapiteau le son était nickel (Behemoth, Cannibal...). Fais chier de pas avoir été à temps pour Svart Crown, que j'aime beaucoup. La suite demain :)

Humungus
membre enregistré
31/08/2018 à 06:13:18
- "Surprise, il s’avère que je ne supporte pas leur musique non plus en live"
- "Donc voila, je vous le donne dans le mille j'ai trouvé ça nul. Mais vraiment... "
Je vous aime les gars ah ah ah !!!

Simony
membre enregistré
31/08/2018 à 08:08:32
Excellent report, et j’approuve Sir Humungus, je vous aime les gars !!!! L'instant ALESTORM est magique !

Ajouter un commentaire


Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.