Sisters of Darkness

Marthe

26/06/2020

Caligari Records

Derrière ce prénom féminin et francophone de MARTHE, se cache un autre prénom, plus latin celui-là. On retrouve en effet aux commandes de ce projet la musicienne italienne Marzia, résidente de Bologne qui officie en tant que batteuse au sein des groupes D-beat KONTATTO et TUONO ou comme guitariste au sein du combo Deathrock HORROR VACUI. Une instrumentiste à l’emploi du temps chargé donc, adepte de violence musicale, mais qui depuis des années n’a qu’un seul rêve : enregistrer un pur album de Metal sous son propre chef. C’est ainsi que la batteuse/guitariste s’est décidé depuis deux ans à fixer sur bande ses idées, et à transformer son appartement en studio d’enregistrement, faisant tout elle-même pour respecter cet esprit DIY qu’elle affectionne tant. En collectant tous les riffs enregistrés sur son téléphone depuis quelques années, et en maniant la batterie électronique, Marzia a fini par accoucher d’un EP l’année dernière en autoproduction, suscitant l’intérêt du label underground Caligari Records. Le label a donc ressorti le produit en version cassette de luxe, tirant cent-cinquante exemplaires de l’objet en question, qui n’est pas dénué d’un certain charme amateur. Il est toutefois assez difficile de cerner l’esprit du concept, puisque la musique de MARTHE est assez complexe à définir avec acuité, empruntant les chemins d’un Heavy très Doom, tout autant qu’un démarquage de la NWOBHM la plus occulte. Avec seulement quatre titres au compteur cet EP/Démo donne donc un aperçu des capacités en solo de Marzia, qui se retrouve dans un minimalisme mélodique assez enivrant, même s’il reste encore très perfectible.

Ce qui m’a donné envie de parler de Sisters of Darkness ? Son atmosphère très particulière, sa rudesse de ton, et son côté très underground qui m’a rappelé le bon vieux temps du tape-trading des années 80. La sincérité qu’a insufflée la musicienne dans son projet est d’autant plus touchante que les quatre morceaux proposent une approche homogène, avec quelques variations notables. Ayant trouvé l’inspiration pour ses textes dans les nombreux voyages dans les Alpes qu’elle effectuait pour rentrer chez elle, Marzia nous propose donc un peu de son vécu et de son intimité, ce qui ne fait que conférer un peu plus d’âme à cet EP décidément à part dans la production actuelle. Le fait aussi que Sisters of Darkness n’était pas forcément à la base fait pour être écouté à grande échelle donne le sentiment de partager un secret entre initiés, ce qui est loin d’être désagréable. Toutefois, enregistrer chez soi n’a pas que des avantages, la musicienne ayant éprouvé toutes les peines du monde à capter son chant, et a dû utiliser une batterie électronique pour ne pas effrayer les voisins. Elle a enregistré elle-même toutes les parties de guitare, de basse, et le résultat est tout à fait cohérent, dans un registre de Heavy Metal lancinant et mélancolique. On sent parfois l’influence du BATHORY le plus majestueux, dans des proportions certes moins emphatiques et progressives, mais avec un long et hypnotique morceau comme « Awake Arise Silence », MARTHE parvient à se hisser à la hauteur de pas mal de groupes Doom actuels, avec beaucoup moins de moyens mais certainement plus d’envie. On peut rester de marbre face à ce Metal d’antan joué avec des capacités limitées, mais il s’en dégage un parfum de nostalgie assez prenant, et ce, dès « Sisters of Darkness ».

Sans jouer le revival à tout prix, Marzia a agrémenté ses morceaux d’effets divers, de strates vocales évanescentes, de feedback contrôlé, le tout sur fond de riffs très épurés, à l’image de la naissance de la scène Black/Doom des années 80. Elle désirait d’ailleurs retrouver l’esprit « bricolage » du début des nineties et c’est avec brio qu’elle s’est acquittée de sa tâche. Ce premier titre, le plus énergique du lot, est une véritable déclaration d’intention, et un moyen de s’éloigner de ses obsessions habituelles. Loin du déluge rythmique du D-beat, « Sisters of Darkness » évoque une sorte de Proto-Heavy des années 70 remis au goût du jour, évoque COVEN, et pas mal de groupes vintages d’aujourd’hui, sans sombrer dans les travers de la séduction Pop. La voix de Marzia est d’ailleurs assez agréable à l’écoute, un peu fondue dans le mix, mais les mélodies en circonvolution des guitares sont assez bien faites, tout comme la batterie qui reste bloquée sur un tempo bien défini. L’ensemble ne manque donc pas de panache, avec des chœurs lointains en incantations, et un son certes abrasif, mais parfaitement intelligible. En mode lourd et pesant, MARTHE s’en sort bien aussi, sans renoncer à son épure de base, et « Married to a Grave » de proposer une digression insistante sur les thématiques Heavy/Doom, avec breaks classiques et progression personnelle. Certes, les cassures sont bien marquées, on sent à chaque instant que le tout a été enregistré dans des conditions d’amateurisme, mais l’effet produit est assez captivant, entraînant une sorte d’addiction un peu sauvage qui pourrait valoir à la musicienne une demande pour un produit plus long, mais pas forcément plus élaboré ou sophistiqué. En l’état, Sisters of Darkness reste une anecdote charmante, un peu comme ces cassettes qu’on recevait de la part de correspondants du monde entier, toujours avides de vous faire découvrir l’underground de leur pays.     

             

Titres de l’album :

                      01. Sisters of Darkness

                      02. Married to a Grave

                      03. Ave Mysteris

                      04. Awake Arise Silence

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/06/2020 à 17:45
75 %    60

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Gargan
@81.249.31.29
22/06/2020, 11:31:14
Merci pour la découverte, bon feeling, bonne ambiance, metal dans le bon sens du terme.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Trepan Dead + Nervous Impulse + Unsu 05/07 : Mcp Apache, Fontaine L'evêque ()
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
wada

Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

04/07/2020, 21:06

wada

Je me souviens de cette chasse aux sorcières hypocrite et ridicule.

04/07/2020, 21:04

stench

C'est encore possible des photos pareilles en 2020 ? Le groupe, que je connais peu, fait de l'auto-dérision ou ils sont sérieux ?

04/07/2020, 19:16

Jus de cadavre

Un des rares groupe BM dont j'attends encore les nouvelles sorties avec impatience... Donc bien content aussi. Je ne sais pas qui les signera par contre, Season ayant dit en 2018 qu'ils ne travailleraient plus jamais avec le groupe... On verra !

04/07/2020, 17:08

Humungus

Ah bah très bien.
Je me demandais justement pas plus tard qu'hier ce qu'il pouvait bien advenir d'eux...

04/07/2020, 16:56

Buck Dancer

Pareil que RBD j'ai la version avec "Mentally murdered" en bonus.
Certainement le Napalm que j'écoute le plus. L'enchaînement "Suffer..." avec le bonus "hiding behind" est pour moi toujours aussi fatal 30 ans après.

04/07/2020, 14:33

JTDP

Au vu de la chronique pour le moins élogieuse du collègue, je me suis laissé tenter par l'achat, bien que rien nem'avait transcendé depuis "Once" de la part des finlandais. Je ne serais pas aussi mordant que KaneIsBack concernant le second cd, mais je dois confessé que ce n'est clairement pas l(...)

04/07/2020, 13:25

radidi

marrant de voir ce groupe avec un genre de statut culte aujourd'hui alors qu'à une époque osmose bradait les deux albums du groupe à 10 francs chacun! cela dit, ces deux albums étaient une tuerie, surtout trans cunt whip!!

04/07/2020, 11:26

Humungus

Je porte actuellement le t-shirt de cet album sur mes frêles épaules.
CQFD...

04/07/2020, 10:45

poybe

Le clip de Suffer the Children ... je l'ai sans doute encore chez mes parents sur une vieille VHS (si ça n'a pas été jeté). Je l'avais enregistré au milieu d'autres clips diffusés sur M6. A l'époque j'avais halluciné. Quand je l'écoute maintenant, je vois que mes oreilles se sont bien habit(...)

04/07/2020, 09:39

RBD

Hmmm... Tu sais parler aux hommes, toi... J'ai la version avec "Mentally Murdered" en bonus non signalé. L'occasion de signaler qu'avec cet EP entre autres, la transition n'a pas été tout à fait aussi brutale que ce qui semble si on s'en tenait trop strictement aux albums, simplement.
C'es(...)

04/07/2020, 01:21

Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05

Humungus

Tu m'étonnes !
Toute ma jeunesse...

03/07/2020, 17:06

Chemikill

Whaou ! Bien malsain le hosanna bizarre ! Souvenirs souvenirs...

03/07/2020, 12:43

Kolka

Un bouquin qui fait parler les idiots incultes.

03/07/2020, 08:48

loka

Pas terrible. Ultra polissé et des parties mélodiques inutiles et embarrassantes....

03/07/2020, 08:45

Simony

Pour en revenir au bouquin, je pense que les photos doivent dégager une certaine atmosphère bien plaisante. Je me laisserai peut-être tenté... on verra

02/07/2020, 22:15

Saddam Mustaine

Si j'ai trouvé ça.

"Je te le dis franchement, j’ai voulu tuer cet enfoiré à la fin. Imagine que quelqu’un que tu penses être ton ami rentre chez lui et trouve un autre ami qui s’est suicidé, et décide de prendre des photos de son cadavre. Qui de sensé aurait pu faire une c(...)

02/07/2020, 20:00

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48