Dirty Honey

Dirty Honey

23/04/2021

Autoproduction

L’air du temps est seventies. Je ne sais pas si ce sont les effets du confinement global, mais les groupes depuis ce mois d’avril, aiment à se retourner vers ce passé si fertile et libre. Et après les GRETA VAN FLEET, les BACKWOOD SPIRIT, voici venir les américains de DIRTY HONEY, qui tentent de nous séduire de leur miel musical pas si inoffensif et sucré qu’il n’y paraît. Fondé en 2017, le groupe a d’abord tâté le terrain avec un premier EP éponyme qui a foutu un beau bordel dans les charts ricains, les fans étant satisfaits de leur option passéiste. Deux ans plus tard, le combo s’en revient avec cette fois-ci un album complet dans la ruche, et propose donc huit morceaux baignant dans leur jus seventies.

  

Marc Labelle (chant), John Notto (guitare), Justin Smolian (basse) et Corey Coverstone (batterie) reprennent donc à leur compte les astuces des glorieuses seventies, se posant à cheval entre Classic Rock musclé et Hard Rock léger. Rien de bien nouveau sous le soleil de Los Angeles, mais de quoi plaire aux amateurs des GUNS, des BLACK CROWES, de BLACK COUNTRY COMMUNION, de GRETA VAN FLEET évidemment, mais comparer ces deux groupes serait une erreur majeure. Certes, les deux comptent dans leurs rangs de jeunes musiciens fascinés par la grandeur du Rock décadent des années 70, mais leur approche n’est pas la même. Les DIRTY HONEY jouent la carte de la simplicité généraliste, et bouffent un peu à toutes les auges, citant le ZEP, inévitablement, mais aussi le LYNYRD, CACTUS, SIR LORD BALTIMORE, j’en passe et des moins illustres. On peut aussi en poussant le bouchon citer les FACES, le Jeff BECK le plus taquin, et puis finalement, presque tous les rockeurs de cette décennie incroyable, ce qui a le don de conférer à ce premier album des allures de classique instantané.

Le Rock, comme chacun le sait, c’est une histoire d’attitude, et de son. Le son ici est rond, merci à la production du fidèle Nick DiDia (RAGE AGAINST THE MACHINE, PEARL JAM) qui était déjà là pour le premier EP. On aime particulièrement ces chœurs francs qui ne sont pas noyés dans le mix, cette basse qui louvoie et accentue ses rondes et ses croches, et qui offre des déliés fantastiques, mais aussi cette guitare qui accepte de triturer les riffs de n’importe quelle façon pour les rendre plus catchy sans sacrifier leur pureté agressive. Et évidemment, le Rock, c’est une voix aussi, celle de Marc Labelle, à mi-chemin d’un Robert Plant juvénile et d’un Rod Stewart encore un peu tendre. Le frontman utilise toutes les possibilités de son registre, et pioche dans les coffres à feeling de quoi nous choper par les balls et les tripes. Moins démonstratif que certains de ses petits collègues, Marc Labelle est aussi la bête, et rauque, feule, balance la sauce lyrique, et n’hésite jamais à s’envoler dans les aigus lorsque le thème l’impose. Et les quatre ensemble donnent le sentiment de se connaître depuis l’enfance, tant le ciment qui les unit est ferme et non poreux.

Tout commence par une belle romance entre les musiciens et leur état, et un petit clin d’œil aux MAMAS AND PAPAS, via « California Dreamin’ », qui sonne plus volontiers comme un hommage à CINDERELLA et le SKYNYRD que comme une contemplation hippie avec colliers et airs abrutis. On pense aussi à BADLANDS, et à tous les combos ayant un jour puisé dans leurs racines pour aller de l’avant, et regarder l’avenir par le prisme du passé. Immédiatement, on est happé par le côté « plus vrai que nature » du truc. Pas de gimmicks, de l’analogique à pleins tubes, et une envie de jouer qui crève les oreilles. Pour un truc passéiste, Dirty Honey joue le jeu à fond, mais accepte quand même des astuces contemporaines pour ne pas sombrer dans la redite pure et simple. Alors, le solo est sobre mais rageur, à la Slash (que les DIRTY HONEY connaissent bien pour avoir tourné en sa compagnie), et la voix de Marc versatile, mais pleine de feeling.

En moins de quarante minutes, les californiens ont fait le choix de la brièveté, contrairement aux GRETA qui ont étouffé leur dernier-né de lait jusqu’à la gorge, et cette brièveté sied admirablement bien au concept du projet. Frapper fort, partir vite, et ne pas se retourner, même pour reluquer les fesses de LED ZEP dans le rétro (« The Wire », qui aurait eu sa place sur II). A peine plus long qu’un EP, ce premier long est donc moyen dans le temps, mais excellent dans les faits. On n’échappe pas au boogie torride à la AEROSMITH, on n’échappe pas à cette rythmique syncopée et sensuelle sur « Tied Up », qui promet des soirées chaudes attaché sur le lit, mais on n’échappe pas non plus à ces riffs à la RAGE AGAINST THE MACHINE, ici repris tels quels seventies, puisque RATM a lui aussi tout piqué aux grands riffeurs de cette décade.

Le tout coule donc naturellement, et le répertoire est frais, entre Rock immédiat et sans fioritures (« Gypsy »), et des choses plus posées et légèrement bluesy, comme une sorte d’AC/DC ralenti à l’extrême (« No Warning »). Alors bien sûr, une fois tous les hits joués, on comprend que les DIRTY HONEY se considèrent encore comme une première partie avec une set-list de trente minutes, mais on comprend aussi que ce quatuor ne va pas tarder à incarner la relève nostalgique du Hard américain. Pas vraiment la next big thing, comme les GRETA ou les STRUTS anglais, mais plutôt un solide groupe de scène, capable d’ouvrir pour les plus grands, mais aussi de jouer dans le circuit sans épaule sur laquelle s’appuyer.

Et quand les dernières notes de « Another Last Time » s’évaporent dans les airs, on attend avec impatience que les mecs reviennent avec plus de matos dans leurs bagages. Soul, Blues, Rock, Hard, ce premier album est de ceux qui marquent les mémoires de leur simplicité, et qui touchent de leur authenticité. A écouter d’urgence, pour retourner vers les seventies, qui n’auraient jamais dû mourir. Ou autrement que tuées sournoisement par le Punk et la Disco.  

       

                                                                                                                                                                                                 

Titres de l’album:

01. California Dreamin’

02. The Wire

03. Tied Up

04. Take My Hand

05. Gypsy

06. No Warning

07. The Morning

08. Another Last Time


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/05/2021 à 15:10
85 %    254

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08