Above the Beyond

Leverage

15/10/2021

Frontiers Records

LEVERAGE fait partie de ces groupes qui discrètement, sans faire de bruit, se constituent un following de plus en plus important dans l’ombre. Depuis sa création à l’orée des années 2000, l’ensemble finnois a connu quelques ajustements de line-up, des passages d’un label à un autre, s’attirant les faveurs des maisons de disques les plus prestigieuses, et ce, pour une bonne raison : sa musique, incroyablement riche, ouvragée, complexe, et pourtant hautement mélodique et efficace. De disque en disque, de musiciens d’origine en nouveaux arrivants, le sextet a construit patiemment une discographie impeccable, alignant les morceaux de bravoure, et il n’est guère étonnant de les retrouver aujourd’hui de nouveau chapeautés par l’écurie Frontiers.

C’est à la suite de Tides, fantastique premier chapitre que les finlandais ont attiré l’attention du label de Serafino, qui avait immédiatement compris que ces poulains venus du froid étaient à même de captiver l’attention de son auditoire. Quinze ans plus tard, et dans une configuration différente, LEVERAGE vient donc nous délivrer un nouveau message, aussi bien écrit que les précédents, et prophétique d’un avenir en demi-teinte commercialement, mais radieux artistiquement.

Il a toujours été relativement difficile de ranger ces musiciens dans une case bien précise. D’abord lourdement influencés par les eighties, avec des tics de composition assez symptomatiques, le groupe a ensuite glissé vers ses racines les plus profondément ancrées pour s’immerger dans les seventies, et nous offrir une sorte de patchwork temporel. Above the Beyond ne trahit aucunement cette volonté de remonter le temps pour se montrer allusif aux monstres des seventies, et l’analogie avec le RAINBOW de Blackmore devient de plus en plus évidente au fil des saisons. Non que LEVERAGE se borne à reproduire les recettes magiques et grandiloquentes de l’homme en noir, mais on note chez les deux groupes ces prétentions classiques cachées sous une épaisse couche de puissance, cette dextérité technique au service de l’efficacité, et cette magie au moment de créer des atmosphères envoutantes et lyriques. 

RAINBOW est évidemment la référence absolue lorsqu’on parle de Hard-Rock de grande classe, mais d’autres influences semblent se dégager de ce cinquième opus de la saga finnoise. URIAH HEEP, mais surtout JETHRO TULL, lorsqu’on tombe sous le charme de l’introduction très Folk de « Starlight » et ses arrangements bucoliques. Sons d’arrière-plan qui nous évoquent un paysage d’heroic-fantasy tout droit sorti du moyen-âge, joueur de flute qui entraîne dans son sillage les amoureux d’harmonies pastorales, épaisseur de la production mais humilité de l’interprétation, tous les ingrédients du dépaysement sont là, et on craque pour cette précision dans la description d’une musique sans âge. Cette sensation se retrouve sur le magnifique « Into The New World » qui comme son titre le suggère, nous emmène vers un ailleurs où la beauté est une vertu cardinale. Impeccablement composé et interprété, ce nouvel album est une ode aux sens, un hymne à la vérité, mais surtout, une incursion sur des territoires peu fréquentés par les formations actuelles, trop occupées à reproduire le son d’une époque sans comprendre la transversalité des genres et des époques.

Je parlais de line-up fluctuant depuis quelques années, mais la formation actuelle du groupe semble en pleine osmose, et apte à retranscrire cette volonté de transcender les genres pour en créer un plus personnel. C’est ainsi que les six musiciens (Kimmo Blom – chant, Mikko Salovaara – guitare, Tuomas Heikkinen – guitare, Sami Norrbacka – basse, Valtteri Revonkorpi – batterie et Marko Niskala – claviers) passent sans transition d’un up tempo efficace et direct à une longue suite évolutive, sans donner le sentiment de forcer leur talent. De « Do You Love Me Now », hit instantané de Hard-Rock in your face à la superbe d’un cristallin « Angelica », il y a un monde que LEVERAGE a sculpté avec beaucoup de patience et d’amour, et entre ces influences Pop, Folk, Rock, et cette puissance Metal que l’on note lorsque les guitares accentuent leurs attaques, Above the Beyond fascine, hypnotise, charme, et se façonne son propre univers.

Le groupe originaire de la région de Jyväskylä se rapproche donc de RAINBOW, comme précisé en amont, de STRATOVARIUS, mais aussi de LEPROUS parfois, d’OPETH, brouille les pistes, privilégie la délicatesse pour l’opposer à la rage pure, mais reste toujours abordable, et ne se perd jamais sur les chemins de la prétention technique, malgré un bagage individuel assez hallucinant. On trouve souvent des allusions nordiques dans cette musique hors du temps, avec de sacrés clins d’œil adressés aux voisins danois de PRETTY MAIDS via le tempétueux « Under His Eye » qui n’aurait pas dépareillé sur le classique Future World

La voix incroyable de Kimmo Blom, capable de rivaliser avec les Dio, Bonnet, Coverdale et autres Scott Soto est évidemment l’un des points forts de cette réalisation, mais l’extraordinaire travail collectif permet justement au vocaliste de donner la pleine mesure de son talent. Tout l’art de LEVERAGE se résume en cette alternance entre flamboyance Hard-Rock et mélodies purement Folk, dans la plus pure tradition des artistes progressifs comme YES ou ASIA, et à ce titre, la fin de l’album tombe dans des proportions gargantuesques avec des titres construits comme des progressions dans la campagne finlandaise à la recherche d’un graal mythique.

Et si « Falling Out Of Grace » offre le meilleur du Hard catchy du nord de l’Europe et du progressif anglais, c’est évidemment la conclusion dantesque de « Silence » et ses neuf minutes épiques qui nous laisse sur une impression  de plénitude et de délire orchestral. Plus qu’une énième réussite, ce cinquième album de LEVERAGE est la simple confirmation d’un talent à part, hors-normes, qui conchie les facilités de reproduction de la vague old-school pour développer ses propres arguments symphoniques, métalliques, folkloriques et progressifs. Pur, cristallin, puissant, malin, Above the Beyond vole bien au-dessus de la masse, et peut-être même encore trop haut pour que les hommes le remarquent.

             


                                                                                                                                                                                           

Titres de l’album:

01. Starlight

02. Emperor

03. Into The New World

04. Do You Love Me Now

05. Angelica

06. Under His Eye

07. Falling Out Of Grace

08. Galleria

09. Silence


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/10/2021 à 14:46
90 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23