Apostasie (nf, du latin apostasia, abandon) :

  • Abandon volontaire et public d'une religion, en particulier de la foi chrétienne.
  • Renonciation publique à une doctrine, à un parti

Le tout est donc affaire de renoncement, qu’il soit philosophique, éthique ou religieux. C’est donc ainsi que les MEMORIAL ont choisi d’intituler ce qui semble être leur premier longue durée, et qui en dit long sur leur philosophie et leurs intentions.

Ce qui est certain par contre, c’est qu’ils n’ont pas renoncé à pratiquer une forme très crue de Hardcore, à la lisière du Blackened Core, et qui empiète d’ailleurs en plus d’une occasion sur ses plates-bandes carbonisées.

Mais glissons donc sur le continent Américain pour nous rendre au Chili, à Santiago plus précisément pour y faire la rencontre d’un groupe vraiment noir et véhément, qui expose ses vues brutales au travers d’un médium impitoyable.

Les MEMORIAL évoluent donc sous la forme d’un quintette (Nicolas Arcos, Jorsh Vasquez, Diego Romero, Francisco Millan G et Guillermo Belmar), avouent pratiquer une forme très extrême de Punk Hardcore qui en effet ne se contente pas de rythmiques lapidaires sur fond de riffs éclairs, mais qui le teintent d’inflexions sombres pour se rapprocher d’une version très personnelle et subtilement allégée de RAMLORD, YOUNG AND THE WAY et autres HEXIS, tout en gardant une approche décalée leur permettant quelques incartades en terrain Doom, Sludge ou même Hardcore pur sans craindre la comparaison.

De fait, Apostasia, s’il renonce de son titre à toute appartenance et se veut agnostique de style et de ligne de conduite, se pose quand même sur plusieurs branches de l’arbre du Metal extrême, puisque le Hardcore sait s’y transformer en Post Metal vraiment noir et désespéré (« Teoría de la Memoria », lourd, glauque, impénétrable, et lancinant comme une litanie funèbre, avant d’exploser d’une rage à la NEUROSIS/WORLD NARCOSIS).

De la variété de ton donc, mais aussi une belle cohésion tout sauf nihiliste, puisque le quintette y prête allégeance à une forme très poussée d’agression sonore à laquelle il s’accroche comme un condamné à sa corde.

Pas vraiment gai, ni dans le fond, ni dans la forme, hautement abrasif, ce LP est une sorte de longue procession qui oblige l’homme à faire face à ses démons, et à affronter son individualité pour la confronter à un concept de globalité humaniste qui part à la dérive.

Pour ce faire, le groupe peut s’appuyer sur un instrumental très travaillé, mouvant de concert les arpèges acides et les riffs solides, le tout cimenté par une rythmique évolutive et à l’écho caverneux, et par un chant vraiment troublant de rugosité. Pesanteurs, dissonances, accélérations subites, toutes les formes de déstabilisation sont éprouvées pour vous rendre la situation encore plus inconfortable, sans céder un pouce de terrain à une trop grande liberté de composition.

Certains morceaux osent quand même l’évolution dans la logique, à l’instar de ce terrifiant « Bastardos Bajo un Cielo en Llamas » qui tente même la syncope de guitare qu’il prend un malin plaisir à exploser d’un Crust/D-beat vraiment terrassant, tout en lâchant quelques pirouettes de guitares concentriques qui donnent le vertige, avant de tomber dans un crevasse de percussions tribales lourdes et à la diffusion caverneuse.

Morceaux longs, qui prennent leur temps pour instaurer une ambiance en chape de plomb, et qui parfois se veulent jeu de question/réponse à quelques minutes d’intervalle (« Antagonistas I » et « Antagonistas II », le premier se la jouant Post Black hardcorisé aux blasts tétanisés, le second jouant le jeu d’un Loudcore vraiment exhorté d’une voix écorchée qui semble expirer d’un dernier soupir ensanglanté).

Rester accrocheur tout en suggérant la terreur d’une musique poisseuse et souffreteuse, tel est l’art consommé des Chiliens qui ne reculent devant rien pour choquer, provoquer, avec une intelligence nuancée.

Nous nous voyons même gratifiés d’une bordée de cordes acoustiques à l’empreinte fantomatique (« Espejismos », sorte d’apaisement en trompe l’œil reposant sur une mélodie hantée, comme émanant d’une vieille église condamnée), avant que le Néo Crust ne reprenne ses droits sur l’uppercut « Desatar, Derribar,  Contemplar », digne des meilleures estocades scandinaves du style.

En tant que conclusion tout sauf définitive, « Cautivos » se propose de reprendre tous les arguments déjà énoncés pour les pousser à une sorte de paroxysme, accélérant le tempo pour mieux le briser tout de go, laissant même une basse au dos rond nous faire glisser sur des riffs catchy et propulsés.

Une forme très aboutie de Crossover multiple, qui ose mélanger la rudesse du Hardcore/D-beat à la fronde d’un Post Black tout sauf expérimental, en associant des guitares recentrées et empaquetées à des mélodies amères et tétanisées.

Un cocktail pas vraiment rafraichissant, mais totalement adapté au besoin d’enivrement que ce monde en perdition impose.

De la brutalité, du désespoir mais aussi du rationalisme étudié pour un album qui propose beaucoup de choses, et qui les agence d’une façon très futée, sans perdre de sa puissance ou de sa spontanéité.

MEMORIAL propose donc via Apostasia un condensé de ce le Hardcore moderne peut proposer de plus opacifié, sans sacrifier la puissance à la nuance trop poussée.

Une façon d’admettre l’adversité tout en continuant de s’y opposer. Finalement, ils n’ont rien abandonné, sauf les solutions faciles et éculées.

Mais leur Hardcore assombri est sans doute la meilleure preuve que leur philosophie est encore active et s’apparente même à une doctrine à laquelle on adhère d’une voix vive.

Une dichotomie en somme…


Titres de l'album:  

  1. Antagonistas I
  2. Condenados
  3. Antagonistas II
  4. Apostasía
  5. Teoría de la Memoria
  6. Bastardos Bajo un Cielo en Llamas
  7. Espejismos
  8. Desatar_ Derribar_ Contemplar
  9. Cautivos

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/04/2017 à 15:10
78 %    349

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.