Necro Sapiens

Baest

05/03/2021

Century Media

J’aime les belles histoires, et celles qui roulent en n’amassant pas mousse ou autre chose. J’aime les histoires de fidélité, d’entités qui grossissent ensemble, de parrainage, de pygmalion, j’aime voir les gens marcher main dans les os dans les couloirs d’un abattoir avant d’aller se mélanger la salive et les liquides séminaux dans un cimetière non surveillé. J’aime penser que Nekromantik n’est pas qu’un film, mais l’autobiographie d’un vrai nécrophile qui n’a pu résister à se donner la mort dans un dernier orgasme macabre. J’aime me dire qu’un beau jour, je croiserai un zombi doté d’un chibre de quarante centimètres de long comme dans Necro Files. J’aime penser que Jeffrey Dahmer a vraiment aimé ses amants d’un soir, et que Dennis Nielsen portait de belles cravates. Et j’aime me rendre compte que les danois de BAEST en sont déjà à leur troisième album en à peine cinq ans de carrière.    

Troisième album, la charnière, et toujours huilée par le géant Century Media qui depuis le début, croit dur comme fer que son poulain va devenir l’une des têtes de file de la vague old-school Death européenne. Il faut dire qu’avec deux longue-durée de qualité dans la besace, les danois ont de quoi s’y croire, et personne n’a pu oublier les déflagrations sous influence que furent Danse Macabre et Venenum. Des albums hauts en tripes, encore un peu influencés par les grands aînés, mais témoignages authentiques et indéniables d’un potentiel incroyable. Et alors qu’aujourd’hui, le plus gros et dangereux virage s’amorce, les cinq danois n’ont pas changé d’un fémur leur approche, et continuent de pilonner intelligemment.

Quelle joie aussi de constater que le line-up du groupe est toujours aussi stable depuis ses débuts (Mattias Melchiorsen – basse, Sebastian Abildsten – batterie, Lasse Revsbech & Svend Karlsson - guitares, Simon Olsen – chant), et que l’osmose entre les musiciens prend de plus en plus. Pourtant, rien de révolutionnaire ne vient faire briller la surface de ce Necro Sapiens. Rien ne choquera les fans de la première heure, et rien ne chamboulera les néophytes à l’écoute de ces dix morceaux, tous plus professionnels les uns que les autres. Seule la production, profonde, gravissime mais brillante pourra à la rigueur donner l’indication que le groupe prend la bonne direction pour se glisser sur le podium, mais le reste ne fait que respecter les codes classiques établis par les deux premiers albums. Alors, la qualité dans la continuité ? C’est exactement ça, avec une pointe de personnalité en plus pour en donner pour leur argent aux die-hards.

Les mélodies ont donc été accentuées, le chant de Simon encore plus creusé dans les limbes de l’agonie (sa gravité vient maintenant défier le David Vincent le plus enroué), les riffs travaillés pour adopter les contours d’une rythmique polyvalente, et le parfum dégagé par Necro Sapiens à ces relents de putréfaction qu’on retrouvait chez les cadors des années 90, de l’envergure d’IMMOLATION ou MORBID ANGEL. Ce derniers ont dû d’ailleurs avoir l’oreille gauche qui a longuement sifflé au moment de la composition de ce troisième pamphlet, tant leur période Blessed are the Sick/Covenant/Domination est ici survolée avec une application incroyable. On y retrouve cette même pluralité, cet affrontement permanent entre la vélocité et la pesanteur, les même dissonances, les riffs symptomatiques du génie de Trey, et l’ambiance générale, poisseuse, virile, au propos musical terriblement violent et amer. Alors certes, le travail de mimétisme des danois est assez bluffant, et pourtant, pas question de parler ici de plagiat ou de copie un peu trop carbone. La photocopieuse à certes tourné, mais pour trouver les bonnes citations et les recopier dans un langage plus personnel. Je le concède, personne ne niera que l’oppressant « Czar » aurait largement eu sa place dans la discographie du monstre floridien, tout comme « Abbatoir », mais nonobstant cet hommage largement appuyé, la confiance affichée par le quintet lui permet de s’éloigner de la masse des pompeurs les moins inspirés.

Il faut j’en conviens aimer l’optique US du Death de tradition pour se prendre au jeu. Que les puristes de la HM-2 et des studios Sunlight passent donc leur chemin, ils ne trouveront rien pour satisfaire leurs plaisirs scandinaves les plus pervers. Ici, tout sonne comme à l’époque de la Floride impériale, lorsque tous les groupes du cru se précipitaient au Morrisound pour avoir LE son idoine, et l’impression, loin d’être désagréable ou roborative, est des plus agréables.  

Dès « Genesis », et après une courte intro discrète, l’évidence saute aux oreilles. BAEST n’est plus un espoir, il est aujourd’hui une confirmation sur la scène Death. L’envergure prise par le groupe crève les yeux, et son assurance ne peut être remise en question. Lasse Revsbech & Svend Karlsson ont donc fait un tri drastique dans leur idées pour n’en retenir que les riffs et plans les plus létaux, tandis que l’axe Mattias Melchiorsen/Sebastian Abildsten cimente le tout de sa polyvalence percussive. Mais c’est réellement « Goregasm » qui allume définitivement la mèche de son sadisme créatif et de ses harmonies vicieuses. En six minutes, BAEST fait le tour de la question extrême, et en ressort grandi, certain d’avoir assimilé tous les préceptes les plus importants. Le riff d’introduction, emphatique et sombre, nous met sur la piste Lovecraftienne d’un DM occulte, avant que les deux guitares ne reviennent vers un motif plus redonnant et classique. On pense à ce moment-là à un mash-up magique entre MORBID et MORGOTH, lorsque soudainement, un groove miraculeux nous prend à revers. Les musiciens n’ont pas oublié que la brutalité fluide est la plus dangereuse du marché, et nous pondent un hymne définitif, de ceux que l’on attend patiemment en concert pour devenir complètement barge.

Et pourtant, ce morceau d’anthologie ne parvient pas à cacher le reste de la foret, et le groupe nous assomme alors d’un final en sprint incroyable, nous faisant cavaler par alternance sur le terrifiant « Towers of Suffocation », avant de refaire monter la pression et siffler les harmoniques sur « Purification Through Mutilation ». De la franchise dans la complexité, de la préciosité dans la barbarie, des inserts techniques que les spécialistes apprécieront, pour un résultat qui dépasse finalement toutes les espérances nées des deux premiers albums. Et en nous lapidant d’un terminal « Sea of Vomit », introduit par un numéro d’équilibriste de Sebastian Abildsten, BAEST nous laisse la tête complètement vidée, et le cœur malmené. Century Media avait donc parfaitement raison d’accorder une fois de plus sa confiance aux danois, qui réalisent là le plus beau hold-up Death de ce premier trimestre 2021.

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Forge

02. Genesis

03. Necro Sapiens

04. Czar

05. Abbatoir

06. Goregasm

07. Towers of Suffocation

08. Purification Through Mutilation

09. Meathook Massacre

10. Sea of Vomit


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/03/2021 à 17:58
82 %    243

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51