Like a Fire

Sign X

06/12/2019

Pride And Joy Music

Pour y voir plus clair, plantons le décor, et lâchons quelques faits. SIGN X, malgré son patronyme inconnu du grand public n’est pas vraiment constitué de bleus. Il résulte en effet du split de CHALICE, groupe allemand très actif pendant vingt ans, avec sept longue-durée à son actif. Il y a quelques années, les musiciens ont décidé d’emprunter des chemins divergents, et si Gino Naschke et Axel Hoffmann ont quitté le navire, Oliver Scheer (guitare), Steve Lagleder (basse, chœurs) et Michael Mehl (batterie, chœurs) ont préféré rester unis sous une bannière différente. Et c’est en recrutant Michel Jotzer aux claviers et Sebastian Zierof au chant qu’ils ont donc formé une nouvelle entité, SIGN X, pour continuer d’explorer les méandres d’un Heavy Metal mélodique dont seuls les allemands ont le secret. Et c’est après un EP introductif que le quintet renouvelé nous offre donc son premier longue durée, qu’il serait assez logique d’envisager comme le huitième LP que CHALICE ne nous aura jamais offert. On retrouve en effet ces harmonies amplifiées par des riffs solides, cette tendance à survoler les différentes époques d’un Hard Rock de tradition, et cette façon d’alléger le Heavy national d’harmonies subtiles. Dans les faits, Like a Fire a tout d’un LP de Hard Rock classique, qui aurait tout aussi bien pu être composé dans les seventies que dans les nineties, et il est clair que le background des trois survivants de CHALICE a été mis à profit, tout comme leur parcours en tournée. Il est évident qu’on ne partage pas la scène avec des pointures comme DEEP PURPLE, ALICE COOPER, URIAH HEEP, SAGA, DORO, TESLA, MAGNUM, ou Steve LUKATHER sans partager quelques points communs, et ce mélange de Metal abordable et de Rock empesé de claviers est toujours aussi convaincant, quoique toujours aussi formel d’un autre côté. Mais il est impossible de faire la fine bouche face à une telle démonstration de talents individuels au service d’une puissance collective patente.

Rien ne distingue donc vraiment ce nouveau groupe d’un ancien que les fans avaient adoubé depuis longtemps. Cette propension au lyrisme, cette manière de rester actuel malgré des racines fermement ancrées dans les années 70, et cette capacité à réconcilier les approches anglaise, italienne et allemande sans trahir l’une ou l’autre des optiques est donc le point fort de ce premier album. On sent au travers des morceaux l’importance de références comme DEEP PURPLE et RAINBOW, mais aussi de l’Italie d’Alessandro Del Vecchio et de l’écurie Frontiers, tout comme la rigueur d’un Metal allemand millimétré et calibré, qui toutefois ne tombe jamais dans les travers un peu trop gras. Ce qui aboutit à un équilibre très stable entre volonté commerciale et éthique Metal, pour un mélange vraiment efficace, ne s’éloignant jamais d’un formalisme que CHALICE avait imposé en son temps. En gros, une façon de réactualiser un AOR US en lui offrant une rugosité totalement européenne, ce que démontre avec beaucoup de puissance l’ouverture « Fall », qui contrairement à son titre s’envole haut au-dessus du ciel Heavy allemand actuel. Le résultat n’est pas sans évoquer une union pas si contre nature que ça entre STRATOVARIUS et HARDLINE, mais en gardant du coin de l’œil la philosophie seventies qui n’avait cure alors des étiquettes et autres dénominations trop précises. Niveau évolution personnelle, le groupe a gagné en cohésion et lyrisme en intégrant au chant Sebastian Zierof, dont la voix ample et souple permet aux compositions de s’envoler vers les cimes autrefois atteintes par Ronnie James Dio, Joe Lynn Turner ou Timo Kotipelto. Mais il n’y a rien d’étonnant à cela, le chanteur ayant incarné vocalement Udo Lindenberg dans le musical Hinterm Horizont, ce qui le rapproche d’un Ian Gillan qui en son temps avait brillé dans Jesus Christ Superstar. Et la référence à DEEP PURPLE est tout sauf innocente dans le cas de Like a Fire.     

 

Ainsi, « Elements » retrouve la flamboyance des seventies, et ce son unique d’orgue Hammond que Jon Lord faisait résonner comme une seconde guitare, pour soutenir celle de Blackmore. Cette capacité à piocher dans différentes époques permet donc à SIGN X d’échapper à une datation trop précise, mais aussi d’être un peu trop facilement rattaché à la mouvance nostalgique actuelle, et de se voir cantonné au simple rôle de fac-similé. Ce qui serait une grave insulte au talent des musiciens impliqués, capables de transcender l’émotion pour la garder pure, et la confronter à un Heavy vraiment torride, sans tomber dans les travers d’un classicisme trop poussé. « Storm » démontre cette théorie, avec toujours ce chant au premier plan soutenu par des riffs convenus, mais solides. Mais on pourrait facilement pointer du doigt la quintessence de cette capacité à sublimer les éléments en arguant du caractère épique et harmonique du superbe « Rain », qui retrouve la flamboyance de RAINBOW, mâtinée de la puissance du Heavy allemand des années 80. A vrai dire, on sent les SIGN X capables de tout, de passer de l’emphase lyrique à la légèreté véloce d’un Hard Rock vraiment accrocheur (« Shine »), sans jamais trahir ses convictions d’origine. Il est même possible de trouver dans leur musique des traces de la Californie des eighties, lorsque résonne le hit fatal « Free Your Mind », qui semble exhumé d’une collaboration oubliée entre le Alice COOPER de « Feed My Frankenstein » et le SLAUGHTER de « Up All Night ». Chaque morceau a donc sa propre raison d’être, et chaque instrumentiste apporte sa pierre à l’édifice, la contribution la plus flagrante étant celle du nouveau venu Sebastian Zierof, issu de la scène de la comédie musicale, et dont les facilités déconcertent sur le fragile « Crush », qui suggère les SPACE ELEVATOR.

Du Heavy donc, beaucoup, du Hard-Rock, en doses égales, mais plus simplement, une musique riche, entraînante, convaincante, et malgré la longueur de certaines pistes, les idées semblent couler de source, aboutissant à des achèvements définitifs (« Chasing The Wind » et son atmosphère à la MEAT LOAF light). Tout en gardant bien au chaud leur patrimoine passé, les trois anciens CHALICE profitent de ce sang neuf pour renouveler leur répertoire, ce qui aboutit à un Crossover assez intrigant, presque Pop dans les faits, mais toujours sauvé par une dose homéopathique d’électricité (« Sign »). Et si les fans regretteront la séparation, Like a Fire saura leur prouver qu’elle était non seulement inévitable mais aussi salutaire. CHALICE est mort, mais pas si enterré que ça, et SIGN X est plus qu’un simple succédané ou un fantôme matérialisé, mais bien un nouveau groupe qu’il faudra suivre de près. 


Titres de l’album :

                          01. Fall

                          02. Elements

                          03. Storm

                          04. Rain

                          05. Shine

                          06. Free Your Mind

                          07. Crush

                          08. Chasing The Wind

                          09. Sign

                          10. Koda X

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/12/2019 à 14:48
80 %    538

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40

Satan

Quand j'entends le titre de Leaves' Eyes, je me demande comment certains peuvent encore écouter ce type de beauferies...

27/09/2020, 13:16

Wildben

Et en ce 27 septembre, comme tous les ans, une grosse pensée pour Cliff Burton... et un petit Orion dans les esgourdes.

27/09/2020, 12:38

Gargan

Y'avait une captation live sans public d'Enslaved il y a peu (incapable de retrouver le lien sur YT) avec une mise en scène assez sobre et atmo, ça valait vraiment le coup. Mais pour un groupe de death ou de thrash, je peux comprendre que ça coince.

27/09/2020, 11:50

LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19