Assorted Evils

Vorgok

02/11/2016

Autoproduction

Oublions pour un instant ce qui se passe en Amérique du Nord puisque nous ne sommes pas là pour faire de la politique. Alors effectuons une translation au Sud, pour nous intéresser au premier album d’un duo éminemment plus sympathique que la truelle à perruque…

Direction le Brésil, terre de contrastes et de souplesse musicale qui de temps à autres, tombe dans une rigidité rythmique que les SEPULTURA ont initié il y a un peu plus de trente ans.

Avec un patronyme et une pochette fleurant bon le Death barbare et sans pitié, les VORGOK jouent la carte de l’ambivalence et du flou, puisqu’en lieu et place d’un Metal de la mort figé dans le temps, le duo Brésilien proposerait plutôt un joli voyage dans le vent, lorsque le radicalisme outrancier et les riffs d’acier faisaient loi dans les quartiers, Américains, Allemands et autres.

Point de Death Metal donc, ou pas complètement, mais plutôt un gros Thrash traditionnel, un peu plus sombre que la moyenne et surtout, très inspiré. Formé en 2014, le duo VORGOK compte dans ses rangs Joao Wilson à la basse, mais surtout Edu Lopez, figure bien connue de l’underground local, puisqu’on le retrouvait au line-up des micro-légendaires EXPLICIT HATE, des contemporains de SEPULTURA ou presque, qui avaient en leur temps sorti un album très honnête et cultissime de nos jours, A View Of The Other Side, emballé dans une pochette toute vilaine.

VORGOK se sert donc du passé général et du sien pour proposer une nouvelle version du Thrash en vogue à la fin des années 80, se rapprochant même de ses homologues DORSAL ATLANTICA et OVERDOSE dans sa recherche de brutalité crue qui tire parfois sur le Death hybride, sans toutefois occulter les moyens de son époque. Nostalgiques sur les bords, mais conscients de la progression du style, Edu et Joao dissertent donc pendant une grosse demi-heure sur les pérégrinations de l’extrême modéré, tout en tendant à pencher du côté le plus sombre de l’affaire.

Leur Thrash est en effet compact, très rapide et agressif, et se place parmi les meilleurs groupes revival du cru avec ce Assorted Evils qui s’il enfonce le clou dans la plaie, sait varier les plaisirs sadiques et alterner le tempo pour ne jamais lasser l’auditeur.

Ne vous attendez donc pas à un flot de haine vomi comme des serpents de l’enfer, le duo a peaufiné son approche, et propose donc une synthèse parfois à la lisière d’un chaos total à la INCUBUS (« Last Nail In Our Coffin », presque Thrashcore et on en redemande encore), mais qui sait aussi jouer la modération pour éclaircir le ton. Un peu Hardcore parfois pour ces vocaux hurlés et non régurgités, l’énergie que dégagent ces dix morceaux est assez impressionnante, et rend ce premier album accrocheur et captivant de bout en bout. Certes, rien d’inédit à l’horizon, mais beaucoup de pratique et une science assez pointue de la composition, doublée d’un talent instrumental assez affiné. Et lorsque le duo se lâche dans des interventions médium, le Heavy est roi, et convainc sans problème de la pertinence de la démarche, lorsque les riffs subtilement groovy et saccadés de « Antagonistic Hostility » laisse parler la raison avant de partir en vrille circulaire pour de bon.

Niveau concept, VORGOK reste classique et se concentre sur tous les maux qui rongent l’humanité depuis ses origines, de la religion qui oppresse et tue en son nom (« Kill The Dead » et sa charge d’entame digne du meilleur MORTAL SIN et « Lebanon »), aux régimes totalitaires qui écrasent l’opposition (« Hell’s Portrait » et ses ténèbres de guitares qui évoquent bien l’enfer du régime Nazi), en passant par la sous éducation des enfants dans les pays du Tiers-Monde (« Headless Children » qui ne doit rien a Blackie et WASP, mais qui imite à merveille un crossover entre EXPLICIT HATE et ATROPHY).

Nous avons aussi droit à un portrait tragique brossé sur la toile de pauvres migrants finissant leur course comme corps sans vie dans l’océan (« Mass Funeral At Sea », le titre le plus long et le plus progressif dans son Heavy compact qui dégénère en lame de fond Thrash. Chœurs sépulcraux, vocaux graves et grondants, et évolution dans l’agression et la vitesse, en gros, toute l’adresse de musiciens qui connaissent bien la détresse et l’accordent d’une virulence de ton assez preste).

Des musiciens impliqués, et conscients des réalités, thématiquement et musicalement. Des musiciens qui n’hésitent pas à faire le grand écart entre un noble passé et un présent d’actualité, et qui proposent de fait des interventions tout à fait en prise avec la demande du marché, utilisant la rudesse du Hardcore moderne, la puissance du Thrash en interne et quelques inflexions Death en externe (« Man Wolf To Man »).

Bien évidemment, les références aux influences immanquables se multiplient, et le fan reconnaîtra les clins d’œil à SLAYER, DARK ANGEL, SACRIFICE et autres gardiens du temple, mais ces allusions sont traitées avec suffisamment d’intelligence pour ne pas passer pour se simples emprunts obligatoires.

En gros, ça joue costaud, parfois très allegro, parfois non troppo, mais le Thrash des Brésiliens sait se montrer très pertinent, et rester dans des balises de durée honnêtes pour ne pas trop se répéter.

Une façon de faire revivre le passé, intermède classique compris (« Drowning » subtiles cordes qui offrent un peu d’air de la côte), et de s’imposer dans le présent via des morceaux percutants et saignants (le lapidaire et ultra-violent « Hunger », qui a même bénéficié du soutien d’une vidéo, dispo sur Youtube).

Pour un premier album, VORGOK frappe très fort avec Assorted Evils qui nomme tous les démons qui ravagent notre planète, au son d’un Thrash puissant et mordant qui ne rechigne pas à se montrer intelligent.       

Un album à écouter en regardant hébété les conséquences d’une élection qui risque d’avoir de très mauvaises répercussions.

Mais comme je le disais, nous ne sommes pas là pour faire de la politique. Juste pour parler de musique. Mais ça n’est pas de ma faute si cet album est en phase avec la situation actuelle…Espérons juste que tout cela ne finira pas par un enfer sur terre comme semblent nous le prédire ces oracles Thrash Brésiliens qui annoncent le pire en jouant le meilleur.


Titres de l'album:

  1. Deception in Disguise
  2. Hunger
  3. Kill Them Dead
  4. Last Nail in Our Coffin
  5. Antagonistic Hostility
  6. Hell's Portrait
  7. Headless Children
  8. Man Wolf to Man
  9. Drowning
  10. Mass Funeral at Sea

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/11/2016 à 11:08
80 %    588

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01