Oublions pour un instant ce qui se passe en Amérique du Nord puisque nous ne sommes pas là pour faire de la politique. Alors effectuons une translation au Sud, pour nous intéresser au premier album d’un duo éminemment plus sympathique que la truelle à perruque…

Direction le Brésil, terre de contrastes et de souplesse musicale qui de temps à autres, tombe dans une rigidité rythmique que les SEPULTURA ont initié il y a un peu plus de trente ans.

Avec un patronyme et une pochette fleurant bon le Death barbare et sans pitié, les VORGOK jouent la carte de l’ambivalence et du flou, puisqu’en lieu et place d’un Metal de la mort figé dans le temps, le duo Brésilien proposerait plutôt un joli voyage dans le vent, lorsque le radicalisme outrancier et les riffs d’acier faisaient loi dans les quartiers, Américains, Allemands et autres.

Point de Death Metal donc, ou pas complètement, mais plutôt un gros Thrash traditionnel, un peu plus sombre que la moyenne et surtout, très inspiré. Formé en 2014, le duo VORGOK compte dans ses rangs Joao Wilson à la basse, mais surtout Edu Lopez, figure bien connue de l’underground local, puisqu’on le retrouvait au line-up des micro-légendaires EXPLICIT HATE, des contemporains de SEPULTURA ou presque, qui avaient en leur temps sorti un album très honnête et cultissime de nos jours, A View Of The Other Side, emballé dans une pochette toute vilaine.

VORGOK se sert donc du passé général et du sien pour proposer une nouvelle version du Thrash en vogue à la fin des années 80, se rapprochant même de ses homologues DORSAL ATLANTICA et OVERDOSE dans sa recherche de brutalité crue qui tire parfois sur le Death hybride, sans toutefois occulter les moyens de son époque. Nostalgiques sur les bords, mais conscients de la progression du style, Edu et Joao dissertent donc pendant une grosse demi-heure sur les pérégrinations de l’extrême modéré, tout en tendant à pencher du côté le plus sombre de l’affaire.

Leur Thrash est en effet compact, très rapide et agressif, et se place parmi les meilleurs groupes revival du cru avec ce Assorted Evils qui s’il enfonce le clou dans la plaie, sait varier les plaisirs sadiques et alterner le tempo pour ne jamais lasser l’auditeur.

Ne vous attendez donc pas à un flot de haine vomi comme des serpents de l’enfer, le duo a peaufiné son approche, et propose donc une synthèse parfois à la lisière d’un chaos total à la INCUBUS (« Last Nail In Our Coffin », presque Thrashcore et on en redemande encore), mais qui sait aussi jouer la modération pour éclaircir le ton. Un peu Hardcore parfois pour ces vocaux hurlés et non régurgités, l’énergie que dégagent ces dix morceaux est assez impressionnante, et rend ce premier album accrocheur et captivant de bout en bout. Certes, rien d’inédit à l’horizon, mais beaucoup de pratique et une science assez pointue de la composition, doublée d’un talent instrumental assez affiné. Et lorsque le duo se lâche dans des interventions médium, le Heavy est roi, et convainc sans problème de la pertinence de la démarche, lorsque les riffs subtilement groovy et saccadés de « Antagonistic Hostility » laisse parler la raison avant de partir en vrille circulaire pour de bon.

Niveau concept, VORGOK reste classique et se concentre sur tous les maux qui rongent l’humanité depuis ses origines, de la religion qui oppresse et tue en son nom (« Kill The Dead » et sa charge d’entame digne du meilleur MORTAL SIN et « Lebanon »), aux régimes totalitaires qui écrasent l’opposition (« Hell’s Portrait » et ses ténèbres de guitares qui évoquent bien l’enfer du régime Nazi), en passant par la sous éducation des enfants dans les pays du Tiers-Monde (« Headless Children » qui ne doit rien a Blackie et WASP, mais qui imite à merveille un crossover entre EXPLICIT HATE et ATROPHY).

Nous avons aussi droit à un portrait tragique brossé sur la toile de pauvres migrants finissant leur course comme corps sans vie dans l’océan (« Mass Funeral At Sea », le titre le plus long et le plus progressif dans son Heavy compact qui dégénère en lame de fond Thrash. Chœurs sépulcraux, vocaux graves et grondants, et évolution dans l’agression et la vitesse, en gros, toute l’adresse de musiciens qui connaissent bien la détresse et l’accordent d’une virulence de ton assez preste).

Des musiciens impliqués, et conscients des réalités, thématiquement et musicalement. Des musiciens qui n’hésitent pas à faire le grand écart entre un noble passé et un présent d’actualité, et qui proposent de fait des interventions tout à fait en prise avec la demande du marché, utilisant la rudesse du Hardcore moderne, la puissance du Thrash en interne et quelques inflexions Death en externe (« Man Wolf To Man »).

Bien évidemment, les références aux influences immanquables se multiplient, et le fan reconnaîtra les clins d’œil à SLAYER, DARK ANGEL, SACRIFICE et autres gardiens du temple, mais ces allusions sont traitées avec suffisamment d’intelligence pour ne pas passer pour se simples emprunts obligatoires.

En gros, ça joue costaud, parfois très allegro, parfois non troppo, mais le Thrash des Brésiliens sait se montrer très pertinent, et rester dans des balises de durée honnêtes pour ne pas trop se répéter.

Une façon de faire revivre le passé, intermède classique compris (« Drowning » subtiles cordes qui offrent un peu d’air de la côte), et de s’imposer dans le présent via des morceaux percutants et saignants (le lapidaire et ultra-violent « Hunger », qui a même bénéficié du soutien d’une vidéo, dispo sur Youtube).

Pour un premier album, VORGOK frappe très fort avec Assorted Evils qui nomme tous les démons qui ravagent notre planète, au son d’un Thrash puissant et mordant qui ne rechigne pas à se montrer intelligent.       

Un album à écouter en regardant hébété les conséquences d’une élection qui risque d’avoir de très mauvaises répercussions.

Mais comme je le disais, nous ne sommes pas là pour faire de la politique. Juste pour parler de musique. Mais ça n’est pas de ma faute si cet album est en phase avec la situation actuelle…Espérons juste que tout cela ne finira pas par un enfer sur terre comme semblent nous le prédire ces oracles Thrash Brésiliens qui annoncent le pire en jouant le meilleur.


Titres de l'album:

  1. Deception in Disguise
  2. Hunger
  3. Kill Them Dead
  4. Last Nail in Our Coffin
  5. Antagonistic Hostility
  6. Hell's Portrait
  7. Headless Children
  8. Man Wolf to Man
  9. Drowning
  10. Mass Funeral at Sea

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/11/2016 à 11:08
80 %    248

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Torturer

Die In Pain

Binah

Phobiate

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

18/09 : L'empreinte, Savigny Le Temple (91)

Defeated Sanity + Acranius + Epicardiectomy

19/09 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Pain Of Salvation + Kingcrow

19/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Heart Of A Coward

19/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

+ Bukowski + Shoeilager

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...


J'avais le souvenir d'un groupe plus suffocant, là y a un goût de Morbid Angel et j'aimebeaucoup


Énorme date à Rennes hier soir, à ne pas rater pour tous fans de Brutal Death qui se respecte ! Le report en ligne dans quelques jours...


Ce titre n'a pas pris une ride mais nous si !
Quelle chanson et quel album en tous cas !
Pis effectivement, sacrée prise de risque à l'époque. Fallait avoir les couilles de le faire mais putain que cela ne valait le coup bordel ! Un son quasi inimitable...
Par contre, faudra que(...)


Pfff, l'album de Voivod s'annonce ÉNORME.


Magnifique chronique ! Elle met des images en tête ! Bravo ! Et l'album est, comme tu le dis, sublime. J'ai mis du temps à apprécier "The Devil Puts Dinosaurs Here" que je trouve assez aride. Ce n'est pas le cas de "Rainier Fog", plus lumineux ("Fly", "Never Fade", "Rainier Fog"), plus pop en que(...)