Aller au concert le treize novembre. Cela fait un peu bizarre maintenant. Dire que des gens avaient demandé de mes nouvelles dans les jours suivant les attentats, craignant que je sois à un mauvais endroit vue ma réputation de requin des salles. Bref.

Sick of It All est le groupe qui m'a toujours inspiré le plus de respect parmi tous les grands de la scène NYHC : l'intégrité sans arrogance ni casseroles, la force avec la vitalité, la gentillesse sans mièvrerie, la pureté du style avec un son bien à soi, une passion jamais lassée. Même Tom Araya s'est fait tatouer le logo du groupe sur sa peau velue. Aussi n'étais-je pas surpris en arrivant de rencontrer une belle affluence sous les tentes nouvellement tendues à travers la cour de la Secret Place en raison des pluies incessantes des dernières semaines. Toutefois, beaucoup de gens venaient de Toulouse ou de Provence en général, une ville et une région où le HC old-school a conservé un public important, et même rajeuni dans le cas de la cité des Violettes.

Ralliant malheureusement la salle plus tard que prévu j'ai raté le tout premier groupe qui venait de déserter la scène, EIGHT SINS, qu'ils me pardonnent. Le merch' des trois formations était fourni.


Qu'il est difficile d'ouvrir pour un tel monument ! Les cinq Toulousains de BLACK KNIVES s'y lancèrent sans complexe. Leur NYHC métallisé rappelait le Sworn Enemy d'il y a quelques jours, Hatebreed et évidemment un Alea Jacta Est qui serait plus traditionnel. Tout cela nous ramenait aux sensations d'un après-midi sous le soleil de l'Xtreme Fest. Les bonnes mosh-parts et les riffs fiers s'enchaînaient, le groupe se démenait mais l'assistance, bien que rentrée en nombre pour regarder, se réservait très clairement pour la suite. Heureusement le set fut assez long. À force d'insister, les harangues arrachèrent un peu de pogo et un circle-pit vers la fin, qui auraient éclaté bien plus facilement dans un contexte moins exceptionnel. Peut-être que les peaux de la batterie, à mon sens, manquaient un légèrement de tension et le son aurait-il pu être un peu plus clean, mais je ne voudrais pas gâcher les adieux de l'ingé' son du groupe dont on nous demanda de saluer chaleureusement le départ. En tout cas on ressortira volontiers les couteaux une prochaine fois.


Les ans ont-ils prise sur SICK OF IT ALL ? Dès les premières mesures, la fosse compactée explosa comme un volcan qui vomit jusqu'à la fin du set, beaucoup plus tard, un flot régulier de slammers (bon, certaines têtes revenaient souvent quand même !). Enchaînant des titres d'époques différentes, incluant bien entendu des extraits du nouvel album, le gang montre toujours une patate écoeurante, même si sur une petite scène comme celle-ci on ne peut plus voir Pete Koller courir d'un bout à l'autre. À travers les mots de son frère, le groupe se donna totalement à ses fans une fois de plus. Il remotive les moshers, rappelle brièvement trente-deux ans d'histoire quand il le faut, commande les chœurs sur des refrains devenus légendaires semés de "Oï !" résumant toute une tradition à préserver… et maîtrise maintenant un "Merci beaucoup !" sans plus aucun accent ! Des classiques comme "My Life", "Sanctuary" ont été rejoints par des titres moins anciens comme "Let Go" ou "Take the Night Off" comme grands succès, voire des très récents tels "DNC" aussi redoutable ; passé et présent se rejoignent dans une même célébration et peu sauraient en dire autant.

SOIA, c'est aussi un son de basse emblématique, puissante sans fuzz excessif, s'exprimant à l'aise dans la place laissée via une seule guitare. Et tout ça envoie pied au plancher, dans un déchaînement d'urgence Punk totalement maîtrisé, même la basse seule a pu tenir le circle-pit à plein régime sur un break d'intro de plusieurs secondes. Sans sonner aussi puissants que du Metal, tous ces riffs si agressifs et rapides bénéficient d'un son de guitare d'une propreté constante tant en studio que sur scène. De chœur en mosh, tout le public y était. Lou Koller demanda comme d'habitude qui venait les voir pour la première fois. Il y en a de moins en moins mais c'est aussi une astuce pour ouvrir le contact avec quelque fille à son goût au milieu de la masse, car il est malin ! Il faut voir avec quel métier il sépare la fosse des coreux en nage tel Moïse, puis chauffe chaque bord pour lancer un "Scratch the Surface" rageur. Laissant le public enfin choisir en apparence l'ultime titre à jouer en rappel, mais écartant ceux déjà donnés, ce fut l'incontournable "Step Down" qui acheva l'assistance. Et malgré son gabarit Lou se jeta quelques instants parmi les moshers en folie, avec son micro filaire, comme un gamin qu'il est resté pour n'avoir jamais perdu la foi !

Par réflexe je regardai l'heure tandis que l'euphorie et les cris planait encore dans une chaleur confinée, et constatait que le set avait dépassé l'heure de jeu ce qui n'était de mémoire jamais arrivé, du moins en ma présence, forçant encore un peu plus mon respect déjà acquis. Cela valait bien un salut de ma part aussi pendant que les quatre donnaient tout le temps nécessaire aux fans désireux d'échanger un peu, de se photographier ou se biser ensemble.

Malgré tout ça, la semaine de concerts va encore monter de quelques crans.


par RBD le 16/11/2018 à 12:13
   227

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.