Aller au concert le treize novembre. Cela fait un peu bizarre maintenant. Dire que des gens avaient demandé de mes nouvelles dans les jours suivant les attentats, craignant que je sois à un mauvais endroit vue ma réputation de requin des salles. Bref.

Sick of It All est le groupe qui m'a toujours inspiré le plus de respect parmi tous les grands de la scène NYHC : l'intégrité sans arrogance ni casseroles, la force avec la vitalité, la gentillesse sans mièvrerie, la pureté du style avec un son bien à soi, une passion jamais lassée. Même Tom Araya s'est fait tatouer le logo du groupe sur sa peau velue. Aussi n'étais-je pas surpris en arrivant de rencontrer une belle affluence sous les tentes nouvellement tendues à travers la cour de la Secret Place en raison des pluies incessantes des dernières semaines. Toutefois, beaucoup de gens venaient de Toulouse ou de Provence en général, une ville et une région où le HC old-school a conservé un public important, et même rajeuni dans le cas de la cité des Violettes.

Ralliant malheureusement la salle plus tard que prévu j'ai raté le tout premier groupe qui venait de déserter la scène, EIGHT SINS, qu'ils me pardonnent. Le merch' des trois formations était fourni.


Qu'il est difficile d'ouvrir pour un tel monument ! Les cinq Toulousains de BLACK KNIVES s'y lancèrent sans complexe. Leur NYHC métallisé rappelait le Sworn Enemy d'il y a quelques jours, Hatebreed et évidemment un Alea Jacta Est qui serait plus traditionnel. Tout cela nous ramenait aux sensations d'un après-midi sous le soleil de l'Xtreme Fest. Les bonnes mosh-parts et les riffs fiers s'enchaînaient, le groupe se démenait mais l'assistance, bien que rentrée en nombre pour regarder, se réservait très clairement pour la suite. Heureusement le set fut assez long. À force d'insister, les harangues arrachèrent un peu de pogo et un circle-pit vers la fin, qui auraient éclaté bien plus facilement dans un contexte moins exceptionnel. Peut-être que les peaux de la batterie, à mon sens, manquaient un légèrement de tension et le son aurait-il pu être un peu plus clean, mais je ne voudrais pas gâcher les adieux de l'ingé' son du groupe dont on nous demanda de saluer chaleureusement le départ. En tout cas on ressortira volontiers les couteaux une prochaine fois.


Les ans ont-ils prise sur SICK OF IT ALL ? Dès les premières mesures, la fosse compactée explosa comme un volcan qui vomit jusqu'à la fin du set, beaucoup plus tard, un flot régulier de slammers (bon, certaines têtes revenaient souvent quand même !). Enchaînant des titres d'époques différentes, incluant bien entendu des extraits du nouvel album, le gang montre toujours une patate écoeurante, même si sur une petite scène comme celle-ci on ne peut plus voir Pete Koller courir d'un bout à l'autre. À travers les mots de son frère, le groupe se donna totalement à ses fans une fois de plus. Il remotive les moshers, rappelle brièvement trente-deux ans d'histoire quand il le faut, commande les chœurs sur des refrains devenus légendaires semés de "Oï !" résumant toute une tradition à préserver… et maîtrise maintenant un "Merci beaucoup !" sans plus aucun accent ! Des classiques comme "My Life", "Sanctuary" ont été rejoints par des titres moins anciens comme "Let Go" ou "Take the Night Off" comme grands succès, voire des très récents tels "DNC" aussi redoutable ; passé et présent se rejoignent dans une même célébration et peu sauraient en dire autant.

SOIA, c'est aussi un son de basse emblématique, puissante sans fuzz excessif, s'exprimant à l'aise dans la place laissée via une seule guitare. Et tout ça envoie pied au plancher, dans un déchaînement d'urgence Punk totalement maîtrisé, même la basse seule a pu tenir le circle-pit à plein régime sur un break d'intro de plusieurs secondes. Sans sonner aussi puissants que du Metal, tous ces riffs si agressifs et rapides bénéficient d'un son de guitare d'une propreté constante tant en studio que sur scène. De chœur en mosh, tout le public y était. Lou Koller demanda comme d'habitude qui venait les voir pour la première fois. Il y en a de moins en moins mais c'est aussi une astuce pour ouvrir le contact avec quelque fille à son goût au milieu de la masse, car il est malin ! Il faut voir avec quel métier il sépare la fosse des coreux en nage tel Moïse, puis chauffe chaque bord pour lancer un "Scratch the Surface" rageur. Laissant le public enfin choisir en apparence l'ultime titre à jouer en rappel, mais écartant ceux déjà donnés, ce fut l'incontournable "Step Down" qui acheva l'assistance. Et malgré son gabarit Lou se jeta quelques instants parmi les moshers en folie, avec son micro filaire, comme un gamin qu'il est resté pour n'avoir jamais perdu la foi !

Par réflexe je regardai l'heure tandis que l'euphorie et les cris planait encore dans une chaleur confinée, et constatait que le set avait dépassé l'heure de jeu ce qui n'était de mémoire jamais arrivé, du moins en ma présence, forçant encore un peu plus mon respect déjà acquis. Cela valait bien un salut de ma part aussi pendant que les quatre donnaient tout le temps nécessaire aux fans désireux d'échanger un peu, de se photographier ou se biser ensemble.

Malgré tout ça, la semaine de concerts va encore monter de quelques crans.


par RBD le 16/11/2018 à 12:13
   117

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sylvaine

Atoms Aligned, Coming Undone

Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Le gars qui joint le geste à la parole en somme...


Fin de carriere chez Cannibal Corpse j'imagine...


La drogue, c'est mal.


Mercyless au top comme d'hab quoi. La classe ce groupe franchement.


On est loin de ...and Oceans, pour le coup !


Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...