Si d’aventure à la lecture de biographies de NYSS, vous tombiez sur des appellations comme « Noise », « Ambient », ou « Experimental », ne vous y fiez pas totalement, et ne fuyez pas à toutes jambes. On sait ces labels induits d’une certaine caution bruitiste qui peut repousser les moins hardis, mais permettez-moi de ranger ce trio dans la catégorie beaucoup plus noble et accessible du BM Progressif. Lui-même se définit comme un groupe expérimental, ce qu’il est d’une certaine façon, sa vision de l’extrême autorisant des digressions moins classiques, et pourtant, la force et la beauté de sa musique m’empêchent d’une certaine façon d’accepter cette caution. Et à l’écoute de ce deuxième album signé par les italiens d’Avantgarde Music, je ne peux qu’accorder crédit à mon analyse. Fondé en 2015 en France, le collectif NYSS a depuis émigré en Angleterre, et a pris une direction plus ou moins divergente de ses débuts. Après avoir lâché coup sur coup quatre EP (Nyss, Couteaux de Glace, Abandonné 1 et Abandonné 2, les quatre en 2016, belle productivité), le trio a enfin daigné nous honorer d’un premier longue durée, Princesse Terre (Three Studies of Silence and Death), paru sur le même label. Fort de son expérience et de sa discographie abondante, le concept a alors pris pas mal d’assurance, au point d’oser une suite en 2019, sous la forme d’une tétralogie de morceaux atteignant sans peine les quarante minutes de musique. Articulé autour de son leader Þórir Nyss (composition et instrumentation), NYSS se présente donc sous la forme d’une créature hybride, empruntant au BM le plus formel ses attaques abrasives et ses soudaines montées de colère, mais chipant aussi au Post Black ses mélodies les plus épurées pour parvenir à un équilibre parfait, dosage ultime entre puissance et clarté, comme l’illustration d’une dualité entre lumière et ténèbres.

Depuis 2017, Þórir s’est entouré de partenaires pour enrichir sa vision, et a accepté de confier le chant à Lee Bullock. Et l’année dernière, c’est le violoncelle de François Boyenval qui a complété la formation, conférant à ce Dépayser son aura quasi mystique. Sans tomber dans les travers du Néo-classique, et sans abandonner ses prétentions de violence, ce deuxième album est donc la confirmation d’un énorme talent individuel mis au service d’une musique riche et ample, qui explore les possibilités offertes par des textures multiples, empilées comme autant de strates parfois abrasives, souvent meubles, aboutissant à une originalité prenante, et suscitant une fascination assez dérangeante. Car on sent en filigrane de ces compositions une réelle volonté de bousculer les codes établis, tout en développant des thèmes que tout un chacun peut apprécier à divers niveaux. C’est particulièrement manifeste sur le très long « Bitter Tears and Grave Dirt », qui rappelle les évolutions les plus romantiques d’OPETH, sans abandonner sa propre individualité. On y sent un tapis acoustique de velours, des heurts rythmiques contrôlés, mais surtout, une envie de s’extirper des carcans trop restrictifs pour échapper aux étiquettes trop précises. Et sans vouloir cataloguer l’orientation musicale du trio, autant admettre que son optique reste d’une musicalité délicieuse, se posant en confrontation permanente avec les inclinaisons de brutalité les moins larvées. Ainsi, en parfait contrepied, « Face Down in the Blood and Piss » se veut crudité et chaos, malgré une structure pensée et progressive. Se revendiquant d’influences/références diverses (URFAUST, VERDUNKELN, RUINS OF BEVERAST, WODENSTHRONE, MEADS OF ASPHODEL, BURZUM, DARKTHRONE, THROBBING GRISTLE, DI6, COIL), NYSS est donc bien plus qu’un simple caprice Ambient/Noise fatiguant et banal, et offre des créations beaucoup plus intenses que bon nombre de ses camarades tombés dans le piège de la facilité bruitiste.

En quatre morceaux seulement, Þórir Nyss continue son exploration d’un BM farouchement indépendant, sans miser à tout prix sur sa singularité. Il est tout à fait possible pour un néophyte de la cause expérimentale d’apprécier ses errances, qui n’en sont pas d’ailleurs, l’homme sachant très bien où il va. Et même si l’album est une fois de plus guidé par une spontanéité que son auteur aime à rapprocher de l’improvisation, une logique et une cohérence servent de fil conducteur et justifient tous les passages et breaks, qui une fois empilés et raccordés forment une symphonie de beauté/laideur assez saisissante. Si un aperçu assez clair nous en est donné dès l’entame sans ambages de « Let the Devil in », c’est plus concrètement « Face Down in the Blood and Piss » qui présente le visage le plus ambivalent du LP, avec ses harmonies qui allègent des riffs méchamment BM, et assez proches de la seconde vague française des années 2000. Sans refuser les figures imposées du genre (blasts, breaks inopinés, basse en avant, chant éructé d’une voix écorchée),  NYSS les transcende pour les faire entrer dans un cadre moins restrictif, ouvert à la poésie mélodique. On pense évidemment parfois aux références EMPEROR, ou au plus intimistes et nationaux MURMUÜRE, mais le concept exilé en perfide Albion possède une identité assez forte pour n’être comparé qu’à lui-même, s’intégrant dans un paysage de renouveau BM qui s’extirpe enfin de sa condition en impasse. Profitant d’un esprit d’ouverture en vogue depuis une décennie, Dépayser ne se bride à aucun moment, mais n’en profite pas non plus pour se laisser aller. Malgré un timing très étiré (le morceau le plus court fait quand même près de huit minutes), chaque idée aussi spontanée soit-elle semble se justifier sans avoir à forcer, et le final « Know There is Art in Death » offre la conclusion toujours idéale, entre BM dur et âpre, et orchestrations plus nuancées héritées du Post et du Metal progressif, sans sombrer dans les affres de la prétention instrumentale.

Au final, un œuvre fascinante, qui prend le temps de se découvrir tout en étalant ses richesses comme des blasons, et dont la confrontation entre cordes délicates et background instrumental sans pitié résulte en un big-bang fertile. Pour une fois qu’un artiste exploite les possibilités d’un violoncelle sans tomber dans le pathos et trouve un point médian entre ambition et efficacité, autant le signaler. Et bien que NYSS n’ait pas grand-chose à voir avec le Noise ou l’Ambient, ses propres qualités lui permettent de se singulariser.

     

Titres de l’album :

                             1. Let the Devil in

                             2. Bitter Tears and Grave Dirt

                             3. Face Down in the Blood and Piss

                             4. Know There is Art in Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/07/2019 à 18:34
80 %    401

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)


Hé oui, il en faut pour tous les goûts. Je crois qu'on en a déjà causé. Comme tu dis heureusement, et les échanges sont là pour ça :-)

Mais à l'heure où ils sont un peu dans le caca, ça veut dire aussi que la structure n'est pas des masses solide (genre un mois d'inactivité (...)


Chacun a sa propre opinion et heureusement car sinon, on se ferait sacrément ch... dans la vie.

Tu n'y trouves aucun intérêt, d'autres si.

Tu regrettes le manque d'extrême dans un magazine intitulé RockHard, soit.

Je le regrette également mais franchement(...)


J'ai vu cette rubrique sur ce numéro. Ben ça vaut pas tripette la misérable page, seule la page sur l'ami Raskal sort un peu des clichés sur la rubrique avec le bouquin.
Les gars, vous avez lu les mags comme Decibel, Zero Tolerence, Legacy ou Deaf Forever ou même les versions germaniques(...)


"Quoi qu'il en soit, ils restent quand même intéressant dans leur questions et dans leurs propos, donc c'est toujours un plaisir de les lire, pour ma part."

Voilà.


Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)