Dans la vision Orwellienne de la chose, les cochons ne pensaient qu’à leur groin de classe supérieure, et à s’empiffrer au dépend des plus démunis de la ferme. Charles Manson les voyait comme des bourgeois ensuqués de stupre, ou comme des flics avides de violence, et pétris d’animosité envers la contre-culture, ces « sales hippies débraillés et drogués ». Roger Waters n’avait pas plus de complaisance à leur sujet, et les faisait même voler dans le ciel anglais. En gros, ces pauvres gorets sont vraiment les mal-aimés de la civilisation animale depuis la nuit des temps, au point que certains pensent désormais à tous les occire. Pourtant, ils sont bien mignons à se vautrer dans la fange de leur soue et à pousser des grognements de fou. Moi, en tout cas, j’aime l’art porcin, et ce, depuis mes premiers matins à déguster du Death ou du Grind chafouin. Et malgré leur patronyme, les ALL PIGS MUST DIE aussi. Et ce qu’ils aiment de même, c’est le barouf qu’ils peuvent émettre de leur étable natale, depuis 2010. Un gros barouf qui visiblement, ne se calme pas en intensité avec les années. On pensait God Is War épitomé, mais Nothing Violates This Nature nous avait infirmés. Mais on se disait quand même que cette intensité, cette façon d’occulter toute mesure pour nous exploser les tympans déjà irradiés allait connaître une baisse de régime à un moment donné. On le pensait encore plus sérieusement depuis les quatre ans de silence qui nous séparaient de leur dernier long, et puis finalement, non. Et même non, non, non.

Mais après tout, avec des flingués du calibre de Matt Hoods (basse, BLOODHORSE) et Adam Wentworth (guitare, BLOODHORSE aussi), Kevin Baker (chant, THE HOPE CONSPIRACY), Ben Koller (batterie, KILLER BE KILLED, mais aussi CONVERGE) et maintenant Brian Izzi (guitare, TRAP THEM), inutile de s’attendre à une quelconque mesure bruitiste, le but de ces cinq-là étant justement de faire le plus de bruit possible…

Du bruit, mais du bon, intelligent, et vraiment méchant. Avec l’adjonction de Brian à la deuxième guitare, et l’apport d’une bonne dose d’air vicié TRAP THEM, et le soutien indéfectible de Kurt Ballou à la prod’, éternellement planqué dans les sous-sols de son Godcity studio, les ALL PIGS MUST DIE ont tenu le pari de sonner plus compact et violent que d’ordinaire, et Dieu sait si la gageure n’était pas simple à relever. Plus violent, mais aussi plus lourd, plus compact, et plus efficace. C’est aussi ce qui frappe à l’écoute de ce troisième LP Hostage Animal, qui ne relâche jamais son étreinte Hardcore de notre cou, commençant à présenter de sales marques de doigts qui ne desserrent jamais leur pression, même pour vous offrir le dessert en pression. Pression, le mot est choisi, mais aussi oppression, tant le son dantesque offert par les Citygod studios est de plus en plus immense, à la limite de l’assourdissant parfois. Mais il convient très bien à l’optique choisie par le quintette, qui a opté pour une attaque de biais, qui ne méprise cependant pas quelques uppercuts faciaux qui laissent des bleus. D’ailleurs, les mecs n’ont pas vraiment joué franc jeu. Car si leur ultime effort débute par ses titres les plus Grind N’Core N’Crust (« Hostage Animal », de quoi réconcilier CONVERGE et TRAP THEM en leur faisant faire une cure de NAILS), et s’offre même une brièveté de brutalité somme toute assez méritée et justifiée (le groovy « A Caustic Vision », choisi en single avant-coureur, « Meditation of Violence », qui ne médite pas longtemps mais bourrine à l’avenant), le reste n’est pas vraiment aussi véloce, tout en restant incroyablement éprouvant.

On se dit alors faussement que le plan est clair, et la tactique pliée, et « Slave Morality » débarque sans grogner, de ses notes maladives qui remplissent l’espace comme une respiration forcée de GODFLESH, avant de nous briser sur place de son inertie presque Sludge et Doom. Riff énorme et uniquement nuancé d’une variation de ton, pour des arrangements stridents, et un rythme éprouvant. C’est du très lourd, qui nous plonge dans les ténèbres d’un Sludgecore dont les leaders de Southern Lord sont coutumiers, et pourtant, on sent presque une énergie larvée derrière tout ça, un peu comme si les MASTODON tentaient le coup du stage dans le sud des USA pour en revenir avec une bible NOLA, susceptible de les rendre plus pachydermiques qu’un éléphant dans un magasin de porcel’haine.

Et le pire dans tout ça, c’est que rien ne vient confirmer le côté éphémère du choix, puisque « End Without End » vient en confirmer les théories les plus malsaines, avec des aboutissants encore plus pérennes. Des guitares qui traînent leur misère, pour une accentuation de la déviance instrumentale, qui s’acoquine de tendances Heavy, malmenées de travers Indus difficilement discernables en l’état, mais que les amateurs sentiront en arrière-plan de trépas. Alors, qu’arrive-t-il à nous bouffeurs de gorets préférés ? La crise de la quarantaine, l’envie d’aller voir ailleurs si la migraine est plus sereine ? Non, rien de particulier, ils font ce qu’ils ont toujours su faire à la perfection, ne pas capitaliser sur leur statut de cult band en osant des exagérations qui n’en sont pas, ce que démontre à merveille l’insistant « Blood Wet Teeth » de sa rythmique presque ludique qui se laisse dégénérer par des blasts déchaînés, pour mieux marquer le coup et l’appartenance à une scène de démence.

Crust, Grind, Sludgecore, Indus, Doom, Doomcore, tout ce qui peut déranger et éprouver est utilisé, mais toujours à bon escient. Les ALL PIGS MUST DIE avec Hostage Animal continuent juste leur travail de sape des fondements d’une civilisation qu’ils conchient, et le font avec leurs propres armes. Pour la plupart d’entre vous non rompus à l’exercice brutal, le jeu n’en vaudra pas vraiment la chandelle, puisque leurs propres influences (comprenez par-là, leurs groupes habituels) se retrouvent amalgamés dans un bal de l’outrance, qui finalement, ressemble pas mal à ce qu’on peut subir depuis quelques années de la part des TRAP THEM, des NAILS et autres nocifs de la puissance en coup de trique. Mais pour ceux qui justement baignent dans cette atmosphère avec délice, le troisième LP des originaires du Massachusetts sonnera l’hallali des timorés qui depuis trop longtemps se contentent de plans éculés.

Ici, les plans utilisés font toujours mouche, qu’ils soient entremêlés de vitesse et d’écrasement tassé (« Cruelty Incarnate », bien nommé), ou en coup de fouet Crust qui ridiculise la majorité (« The Whip »). Et pour faire bonne figure, le quintette nous a même à l’usure, en lâchant en outro un terrassant « Heathen Reign », concassant, multipliant les sinuosités, pour se concentrer sur ce que cette musique à de plus vénéneux et souillé. Feedback, guitares qui violent des mélodies déjà bien éprouvées, pauses qui n’en sont pas, pour des reprises qui nous emboîtent le pas, et nous traquent le long de couloirs de sueur et de peur… 

Non, tout ceci est bien vu, même si je ne suis pas sûr que la race porcine mérite autant de ressentiment. A moins que l’on colle toujours à la prophétie d’Orwell, et qu’on se souvienne de cette « police/milice » frappant des passants jusqu’au sang, en Espagne et ailleurs. Toutes ces tragédies ont maintenant leur bande originale, pas forcément plaisante, mais idoine.


Titres de l'album:

  1. Hostage Animal
  2. A Caustic Vision
  3. Meditation Of Violence
  4. Slave Morality
  5. End Without End
  6. Blood Wet Teeth
  7. Moral Purge
  8. Cruelty Incarnate
  9. The Whip
  10. Heathen Reign

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/10/2017 à 14:22
78 %    298

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".