Ruiner

Myteri

16/09/2017

Phobia Records

Ah tiens, du Crust suédois. Quelle surprise…En même temps, quoi qu’ils produisent, ces satanés scandinaves en refourguent des palettes entières de par le monde, alors autant accepter cet état de fait. D’autant plus que le Hardcore et tous ses dérivés, ça les connaît. Prenons donc cette affaire par le bon bout, et pas le petit de la lorgnette pour en avoir une vision exhaustive. Les MYTERI viennent de Göteborg, sont cinq (John Persson – chant, Johan Andersson & Mattias Frödén – guitares/chœurs, Franz Alfredsson – basse et Erik Larson – batterie), se sont formés en 2013 sur les cendres d’ESKATOLOGIA, dont provenaient Erik et Johan, se débrouillent tout seul comme des grands pour distribuer leur musique, et nous ont déjà proposé un premier longue-durée éponyme en 2015, deux ans après leur naissance. Voilà donc une bio sommaire, mais qui situe le contexte, sans vraiment expliquer la musique qui vous attend. C’est une musique dense, riche, qui bénéficie de l’expérience d’un parcours scénique assez conséquent, et qui rue dans les brancards, en prenant soin de faire attention à ceux qu’elle renverse. Alors évidemment, le tout est méchamment cru, salement violent, mais pour autant, le nihilisme formel n’est pas de mise, puisque ces suédois barbus ne rechignent pas à intégrer des mélodies à leurs jets de bile. Nous trouvons nous donc face à une nouvelle manifestation Emocore de bon aloi, susceptible de parler aux plus sensibles des vilains qui nous lisent ?

Pas vraiment, quoique le parallèle est loin d’être inintéressant. Dans le fond et une partie de la forme, il est impossible de ne pas rattacher Ruiner à la scène Crust/D-beat locale, et pourtant, doté d’harmonies fatales, cet album se démarque par sa volonté de tout raser pour mieux reconstruire.

Emocrust ? Le terme est ridicule, j’en conviens, et pourtant, cette juxtaposition de rythmiques en marteau pilon et de riffs mélodiques en abandon suggère une telle appellation, sortie de nulle part, mais assez pertinente dans le fond. Sans chercher la provocation décibellique à tout va, le quintette ose justement sortir des sentiers battus et amadouer le chaland de quelques nuances harmoniques bien senties, qui loin d’apaiser la colère, la font ressortir encore plus crue sans en atténuer la véhémence. Plus puissant en se montrant plus accessible, tel est le paradoxe de MYTERI, qui sans manger à tous les râteliers, picore dans quelques auges pour se sustenter. Impossible évidemment de ne pas citer quelques corrélations notables, en établissant un parallèle avec les TRAGEDY, ou les FALL OF EFRAFA, sans que les trois groupes ne soient vraiment semblables sur tous les points. Mais ils en ont de communs, et finalement, ce second LP s’avère assez fascinant sans sa façon de détourner la noirceur pour l’exposer à la lumière blafarde d’une réalité Crust qui percute de plein fouet une gerbe d’espoir Emocore. Les intéressés eux-mêmes parlent de Crustcore, et je ne viendrai pas les contredire, spécialement en encaissant la beigne introductive « Ruiner », qui après une longue intro envoutante et une harmonie en déroulé, file comme un dératé pour se frotter aux limites de vitesse les moins balisées. Les chœurs, intelligemment employés décuplent la puissance de l’ensemble, en frisant la schizophrénie brutale, tandis que les guitares n’ont de cesse de tricoter des motifs accrocheurs, en mélodies d’accroche-cœur. Mais ne vous attendez pas non plus à un torrent de tendresse coulant de paupières scellées de promesses, ici, la vie n’est pas belle, mais vaut quand même le coup qu’on se batte pour elle.

Et on la défend à grands coups de guitares nostalgiques et de rythmique atomique, pour un unisson de percussions globales, dans un effort pour combattre ce destin pas très malin, qui vous laisse y croire alors qu’il est déjà trop tard (« Mördare I Uniform »). Alors, en fin de compte, Ruiner, champ de ruines à perte de vue ou métaphore sur une existence pas toujours très tendre ? Les deux, pour un résultat qui dans son domaine assez étendu, frise la perfection. Car les cinq suédois ont soigné leur partition, pour nous offrir de grosses déflagrations de haine et de ressentiment en union, à l’image sonore de cet imparable « Justitiemord », qui caresse et qui mord, avec toujours ce nœud d’harmonies de guitares en arrière-plan, alors que le chant rumine ses invectives et que la rythmique fracasse la linéarité d’un Crust que les musiciens se plaisent à détourner.

Version courte, l’impact est maximal, ce que démontre un « Deserter » qui adopte enfin une posture franche et défriche encore plus de terrain Crustcore en moins de deux minutes que bien d’autres groupes avec leurs deux mains. Mais la version longue est aussi recommandable, disponible en cinq minutes sur le monumental « Dödens Hav », presque progressif dans l’esprit, et qui glisse quelques dissonances dans ses parties. C’est concentrique, Heavy, avec une fois encore un batteur qui profite entièrement de sa liberté de frapper. Arpèges en son clair, chant qui se modère, mais toujours cette saine colère qui transpire même des émotions les plus sincères. C’est du travail soigné, qui cajole avant de bousculer, et qui exhorte avant de supporter ?

Quoi ?

Une trajectoire de destin capricieux qui présente l’homme comme son propre prédateur, et acteur d’une destruction qui ne semble pas pouvoir changer de direction.

Bien que chanté en suédois natal, on perçoit sans problème la portée de l’implication humaniste des MYTERI, qui ne font aucun mystère de leur dégoût global d’une espèce qui exploite les autres et sa propre planète (« Hatets Fanbärare »). Ruiner, patiemment élaboré, égrène sa philosophie avec beaucoup de finesse et de pertinence, et garde ses arguments intacts jusqu’à la fin, pour nous offrir en guise d’épilogue, une longue suite dramatique, « Urholkningsprocessen », assez proche d’un Post Metal intuitif et onirique. Guitares qui s’apaisent enfin et osent les motifs pleins, répétitions de boucles à l’envi, pour un crescendo prenant qui nous laisse un goût amer dans la bouche. Il est tout à fait possible de voir en ce final le spectacle désolant d’une terre laissée à l’abandon, expurgée de ses scories humaines, avec un seul témoin, qu’on distingue à peine dans le lointain. Un témoin qui n’a rien raté de la chute de l’humanité, et qui contemple sa propre solitude, le cœur serré, mais les mains tendues vers un avenir mieux préparé.

L’acceptation du néant comme base d’une projection ? C’est un peu ce que je retiens de ce second album des MYTERI, aussi sensible qu’il n’est implacable. Une vraie réussite, et une image qui nous renvoie à celle de notre miroir, reflétant des personnalités qui aimeraient que tout aille mieux sans rien faire pour évoluer. Triste, mais terriblement concret.


Titres de l'album:

  1. Ruiner
  2. Mördare I Uniform
  3. Han Gräver Sin Egen Grav
  4. Justitiemord
  5. Mörka Återvändsgränder
  6. Dödens Hav
  7. Lida I Tysthet
  8. Hatets Fanbärare
  9. Hämndens Timme Är Slagen
  10. Vansinnets Industri
  11. Deserter
  12. Urholkningsprocessen

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/10/2017 à 14:40
77 %    488

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
26/10/2017, 18:54:28
Ce Crust plein de désespoir et de colère qu'ils nous font à chaque fois les scandinaves en général... Ça doit être le climat !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54