Lors d'une interview télévisée récente, un groupe en devenir se voyait poser cette question sibylline. « Le Rock a t-il encore des choses à dire ? ». Légitime interrogation de la part d'une journaliste n'ayant pas forcément suivi de près l'évolution de la musique, et qui pensait qu'après plus de soixante ans d'existence, le genre était condamné à la redite et à l'exploitation facile. Mais le groupe eut alors cette réponse parfaitement culottée et pourtant pleine de bon sens :

« Oui, la preuve, puisqu'on est là. »

Le Death Metal, sous-genre encore plus cloisonné et restrictif que le Rock n’échapperait certainement pas à ces doutes, lui qui dès le départ à défini son terrain de jeu en le cloisonnant au maximum. Et il est certain qu'en 2018, beaucoup de fans en ayant connu les prémices et l'explosion se demandent si le style peut encore évoluer, ou du moins se moduler suffisamment pour nous faire croire qu'il lui reste une porte de sortie. Alors, que faire pour répondre à ces fausses attentes ? Accepter à contre-cœur de le métisser d'influences Black, de lui ouvrir le champ des possibles Metal en général, ou accepter le fait qu'il est encore capable de nous surprendre, non en tentant des hybridations hasardeuses, mais en restant focalisé sur ses propres obsessions ? C'est un peu ce dernier cas qu'abordent sans le vouloir les anglais de BINAH, qui avec leur second album Phobiate nous démontre que le Death Metal, sans jouer la complexité à outrance ou la technicité en démence est capable de continuer à avancer, en faisant tomber quelques barrières au passage...


Hébergés par les spécialistes historiques d'Osmose Productions, le trio de Guildford/Londres/Birmingham (A.Carrier – batterie, Necrotize, No More Room in Hell, Purify the Horror, The Solemn Curse, Theoktony, Throes, Towers of Flesh, Anaal Nathrakh (live), ex-Mindless TortureAort - Guitares, basse, synthé, Blutvial, Code, Tome of the Unreplenished, ex-Indesinence, ex-Decrepit Spectre,ex-Seasonal Code et Ilia R. G. - chant, guitare, synthé, Necromaniac, ex-Antigone, ex-Indesinence, ex-Pantheist, ex-Aphonic Threnody (live), ex-Code (live), ex-Esoteric (live)) formé en 2011 par Aort et vite rejoint par ses deux autres comparses nous gratifie donc d'une suite au monumental Hallucinating in Resurrecture publié en 2012, et suivi d'un vinyle EP en 2014, A Triad of Plagues. Sans vraiment pousser le bouchon encore plus loin, et gardant leur empreinte génétique, les trois musiciens nous délivrent avec Phobiate un concentré de Death poisseux, obsessionnel, sombre et subtilement gothique, parvenant à unir en un même état d'esprit les travers du PARADISE LOST des débuts, du ANATHEMA le moins romantique, mais aussi les paranoïas instrumentales d'Anaal Nathrakh, sans jamais verser dans l'expérimentation hasardeuse, ni nous perdre dans les dédales de l'abstraction imbuvable. Car leur violence est à peu près aussi franche qu'une réalité crue, et leur franchise brute colle aux faits-divers que nous découvrons d'un œil horrifié tous les jours devant notre écran.

En choisissant d'adapter les exigences originelles aux standards de composition et d'édition contemporains, les anglais déclenchent une tornade de brutalité difficilement contenue, et pourtant maîtrisée de bout en bout. Sans chambouler leur plan de carrière, ils continuent de prôner des valeurs du passé, en osant l'inspiration anglaise de la fin des 80's (BENEDICTION, BOLT THROWER), traduite dans un vocable scandinave (ENTOMBED, DISMEMBER), et retranscrite sur une partition typiquement 2K par l'entremise de structures ambitieuses, d'ambiances délicieuses, et de déliquescence atmosphérique digne des meilleurs représentants actuels (DEMIGOD, ATARAXY). En puisant dans le Death tous les éléments inhérents à leur philosophie, sans rechigner à piocher à l'extérieur de quoi agrémenter leur véhémence (éléments Heavy, Gothique, presque Symphonique parfois), les BINAH parviennent à trouver un équilibre stable et incroyablement séduisant entre force de frappe et délicatesse d'harmonies soulignant des évolutions assez troublantes (« Transmissions from Beneath », instrumental incroyable percutant de plein fouet le MORBID ANGEL le plus démonstratif et occulte, et le SHINING le moins renfermé sur lui-même), tout en faisant parfois preuve d'une grandiloquence nous ramenant aux fondements même du Death acceptant le Doom et le progressif comme variables à prendre en compte, sur l'interminable mais estimable « The Silent Static ». En plus de douze minutes intervenant au début du métrage, le trio fait preuve d'une dextérité et d'un culot incroyables, alignant une progression en crescendo sentant le renfermé, et renfermant à l'opposé toutes les richesses d'un style que les PARADISE LOST ont grandement contribué à faire grandir.

Ils récidivent d'ailleurs partiellement en fin d'album, en clôturant l'expérience de deux morceaux de plus de six minutes, dont l’envoûtant « Exit Daze » aux chœurs désincarnés assombrissant une ambiance digne du meilleur CORONER délocalisé dans la Floride d'OBITUARY, et l'écrasant « Bleaching », aussi glauque qu'une dernière litanie d'ENCOFFINATION reprise à son compte par l'école Death suédoise des ENTOMBED et autres UNLEASHED. Entre ce grand écart temporel, des morceaux beaucoup plus courts et concis, mais pas moins riches pour autant. On note même un surplus de puissance sur le véloce « Waves of Defacement », terriblement jouissif de son tempo épileptique, alors que « Mind Tap » et ses moins de trois minutes joue l'écrasement en doublant la voix déjà ignoble d'Ilia R. G, pour se rapprocher d'un mélange entre AUTOPSY et CANCER dans un déferlement de haine qui laisse les oreilles bourdonnantes et le cœur palpitant. Alors oui, je peux l'affirmer après écoute d'un album au bouillonnement aussi fétide que créatif de la trempe de Phobiate. Le Death Metal a encore beaucoup de choses à hurler et de thèmes morbides à développer. Et rien qu'en acceptant le groove infernal de « Dream Paralysis », rapprochant les MORGOTH encore un peu plus près de KILLING JOKE, vous vous en rendrez compte vous-même. Un style toujours aussi figé dans ses propres convictions, mais qui accepte de les adapter à une ère qui devient de plus en plus encline à sombrer dans la nostalgie. Ici, elle n'est pas de mise, bien qu'inscrite en filigrane. Mais elle n'est en aucun cas un argument de vente, tant les BINAH font définitivement partie de leurs temps. Des temps troublés, mais toujours aussi convaincus de l’inéluctabilité de la mort.        

 

Titres de l'album :

                           1.Phobia in Excelsis

                           2.The Silent Static

                           3.Mind Tap

                           4.Dream Paralysis

                           5.Waves of Defacement

                           6.Transmissions from Beneath

                           7.Consuming Repulse

                           8.Exit Daze

                           9.Bleaching

                           10.Serum

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/09/2018 à 15:33
85 %    260

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spheres

Iono

Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.