Qu’est-ce que le Post Black au fond ? Il est toujours intéressant de s’intéresser à la terminologie, pour essayer de comprendre, à défaut de labelliser dans le vide pour coller de jolies étiquettes. Post, du latin du même nom, « après », « exprimant la postérité dans l'espace ou dans le temps », ces définitions issues du petit Larousse en disent plus qu’il n’y paraît, même si au fond, elles ne précisent pas grand-chose qu’on ne sait déjà. Alors, après le Black Metal ? Au-delà du Black Metal ? Si l’on considère que le Black Metal est le pendant maléfique d’une musique constructive, et donc l’illustration du mal, et que le bien consiste à essayer d’en transformer les aspirations nihilistes pour aboutir à une croyance, tout ça nous renvoie au condensé de Nietzsche, Par-delà le Bien et le Mal, sans pour autant s’ancrer complètement dans sa philosophie. Black, mal, destruction de la civilisation pour rebâtir sur des cendres et des ruines, Post Black Metal, trouver une solution alternative pour cette survie, ou au contraire, pencher vers des alternatives qui ne mèneront pas forcément à une annihilation, mais vers une renaissance, ou un mieux-vivre ensemble ? Musicalement, le questionnement reste le même, et osons le postulat définitif. Le BM tournant en rond dans son petit univers sclérosé, le Post n’est-il pas juste un moyen comme les autres de trouver une sortie, une trajectoire non concentrique mais linéaire, dans le temps et l’espace, et de transformer la force centrifuge de l’un en force centripète de l’autre ? C’est un peu la fausse conclusion qui n’en est pas une que l’on pourrait affilier à la musique et le concept de BOSSE DE NAGE, l’un des groupes les plus fantasques d’un genre qui en accueille pourtant déjà beaucoup. Tout vu, tout entendu ? Oui, mais différemment, autrement, et ce cinquième album des californiens ne fait que continuer les travaux déjà entrepris sur les quatre premiers volumes, défrichant encore un peu plus de terrain pour trouver la vie non plus belle, mais enrichissante.

Après un éponyme en 2010, puis II et III respectivement en 2011 et 2012, les originaires de San Francisco avaient mis la pédale douce pour laisser passer trois années avant de revenir sur un All Fours qui transpirait de rage et de nage, comme leur nom l’indiquait. En rappelant pour les étourdis que ce patronyme étrange est aussi celui d'un personnage de l'iconoclaste Alfred Jarry, que l'on retrouve dans Gestes et Opinions du Docteuir Faustroll, Pataphysicien, et dont la particularité était de savoir dire "Ha ha" en français, il est encore moins surprenant de les savoir en décalage constant de cette scène à laquelle nous aimerions bien les affilier, mais dont ils s’éloignent de plus en plus pour n’être plus qu’eux-mêmes, une entité avare de mots (les interviews accordées sont rares, les hommes préférant laisser parler la musique.). Et à l’orée de la sortie de leur cinquième album, qui semble respecter ce silence de trente-six mois qui devient un espace de confort, la tradition est respectée, et Further Still justifie son titre d’une énième bifurcation, les inflexions Post Rock mélodiques cédant le pas à des caprices rythmiques dignes d’un Post Hardcore à la CONVERGE/DEP. J’avais déjà souligné une tendance à l’anarchie sur le LP précédant, mais admettons que le batteur du combo, l’infatigable  Harry Cantwell (SUCCUMB, et pas mal d’autres participations) m’ait entendu, et a décidé de mettre les baguettes doubles pour avaler encore plus de croches pour mettre des bâtons rythmiques dans les roues des constructions mélodiques de ses comparses. Dualité ultime, tout en gagnant en maturité, son jeu s’est encore déployé pour faire constamment danser l’équilibre de la musique globale sur un fil tendu entre deux montagnes, reliant le BM le plus cru au Chaotic Hardcore le plus dru. L’homme ne cogne pas, il frappe, il délie, il relie les plans avec un flair incroyable, nous délivrant l’une des performances les plus hallucinantes de l’histoire, comme pour combler un vide que les harmonies ne parviennent plus à boucher. Et si techniquement, il est pratiquement le seul à pouvoir se mettre en avant (le « pratiquement » se référant au chant toujours plus sinuant de Bryan Manning), la cohésion du quatuor n’en est que plus frappante aujourd’hui sur ce Further Still, qui semble démontrer que les quatre californiens ont trouvé leur style le plus fidèle, avant sans doute de changer d’avis et d’optique, et de revenir avec d’autres révélations sur le chemin de Damas.

S’il est parfois tiré par les cordes de rattacher certains ensemble de la « vague » vague Post BM, les BOSSE DE NAGE s’y affilient complètement, et certainement consciemment. Leurs quatre premiers LP le prouvaient, de façon directe ou plus imperceptible, mais ce cinquième pamphlet y plonge de plein fouet, malgré certains interludes qui témoignent d’un passé plus ouvert, dont l’intro acide et mélodique de « My Shroud », qui sombre assez rapidement dans les affres d’une déconstruction globale, une fois encore pulsée par ce batteur aux mains et poignets qui ne tiennent pas en place. C’est peut-être d’ailleurs le morceau le plus symptomatique de cette nouvelle offrande, avec ce chant qui semble exhorter sa douleur, cette guitare fixée sur des motifs maladifs trouvant soudainement la sérénité, et cette basse qui cimente le tout de loin, d’une sobre gravité ne cherchant pas le premier plan. D’aucuns diront que les intentions sont affirmées dès « The Trench », qui juxtapose une intro-spection à l’économie, avant de laisser gerber les blasts qui soudainement unissent dans un même élan de Post Rock les univers antagonistes des DEAFHEAVEN et SLINT. Plus direct ne voulant pas dire moins complexe et plus aisément classable, Further Still pousse vers l’avant, mais un avant étrange, encore un peu mystérieux, qui autorisera les plus aventureux et culotés à parler de Post BM Core, puisque tels sont les éléments mis en avant sur les neuf morceaux de ce nouveau longue-durée. Mais entre des parties de guitare mémorisables, des à-coups rythmiques accrocheurs, des combinaisons tremblantes (les premières secondes de « Down Here », qui semble prendre un plaisir sadique à réunir les ZEUS et NOMEANSNO), et de fausses pauses qui se réfèrent à la scène New-yorkaise alternative des années 90 (« Crux », presque un hit pour crackhouse après la livraison hebdomadaire), ce cinquième tome est sans doute le plus riche et paradoxalement le plus ascétique de la carrière des américains.

Disponible en vinyle, l’objet saura faire tourner ses deux faces en toute logique. En version CD, la cohérence et la progression seront peut-être moins évidentes à notifier, mais avec des inserts comme « Dolorous Interlude » et ses grondements Dark Ambient, et un final de la trempe de « A Faraway Place », qui semble indiquer que la fin de la route se situe à un niveau plus éloigné, le chemin n’en sera que plus escarpé, mais terriblement cathartique. Ce final d’ailleurs semble porter les névroses à un niveau homérique, multipliant les couches vocales en hurlements complémentaires, laissant les guitares tremper leurs arabesques dans l’acide de mélodies transgressives, tandis que Cantwell continue de semer les fruits de la colère en accumulant les roulements, les patines de double grosse caisse et autres astuces de magicien des toms que plus rien n’arrête. La haine se juxtaposant souvent à l’amour, d’un point de vue conceptuel, il n’est pas si étonnant que ça de constater que Further Still joue ce petit jeu d’ambivalence, sans trahir ses croyances initiales. Mais plus prosaïquement, et en tant qu’auditeur rompu à l’exercice de l’extrême, le nouvel effort des BOSSE DE NAGE, sans être le meilleur de leur carrière, démontre que le quatuor a encore de la route à faire avant d’arriver à bon port. Un port qui se trouve plus loin que le Black Metal, plus loin que le Post Hardcore, et qui pourtant offre une équidistance artistique parfaite. Une énigme de plus à mettre sur le compte de musiciens aussi peu loquaces que talentueux.                 

 

Titres de l'album :

                          1. The Trench

                          2. Down Here

                          3. Crux

                          4. Listless

                          5. Dolorous Interlude

                          6. My Shroud

                          7. Sword Swallower

                          8. Vestiges

                          9. A Faraway Place

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/10/2018 à 16:10
88 %    131

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.