J’aime bien imaginer des scénarii, décaler des situations, visualiser des images que seul mon petit cerveau déviant est capable de créer. Que voulez-vous, lorsqu’on chronique comme un forcené, qu’on enchaîne les proses et qu’on fouille l’underground jour après jour pour trouver sa pitance artistique, on se fixe des buts, on relève des défis, on fait marcher son imagination sous peine de devenir barge. Ainsi, en tendant l’oreille sur le nouvel EP des finlandais de STATUS ABNORMIS, Huntress, je me suis dit que si les danois de MERCYFUL FATE avaient vu le jour il y a quelques années, Melissa aurait pu ressembler à ces quatre morceaux aussi mystiques que cryptiques. Certes, ceux qui écouteront comme moi cette nouvelle production pourront légitimement avoir des doutes sur cette corrélation somme toute osée. Ils ne sauront se reconnaître dans cette absence de riffs francs, ils ne ressentiront pas les mêmes effets occultes, et penseront que la grandiloquence de ton est encore un peu exagérée au regard des standards de production de King Diamond et des autres. Pourtant, cette pesanteur, ce sens de la progression toute en emphase, ce miroir sans tain qu’un musicien tend à un auditeur pourront rappeler les moyens mis en œuvre au Danemark en 1983 pour détourner les codes du Metal, et les intégrer à un contexte moins prévisible. Il est évident que les STATUS ABNORMIS ne jouent pas de Heavy Metal stricto-sensu. Ils n’en utilisent que certaines coutumes, dont cette énorme amplification, cette dramatisation qui les éloigne du mainstream, et au final, il n’est même pas certain qu’ils jouent vraiment ce qu’ils prétendent jouer. S’ils se plaisent à définir leur musique comme une forme très endurcie de Death Industriel ou de Thrash avant-gardiste, autant dire qu’une fois encore, les termes peinent à baliser le terrain. Et un simple coup d’œil à leurs influences/références suffit à comprendre que leur volonté brise bien des tabous, et que la route qu’ils ont empruntée n’est pas la plus facile à suivre.

Car on ne nomme pas ANAAL NATHRAKH, AKERCOCKE, EMPEROR, VENASIA, GODFLESH ou OPETH par hasard, ni pour faire joli d’ailleurs. Mais surtout, on ne ressemble pas à ces groupes là tout en gardant sa propre identité par un coup du sort. Il faut faire bien des efforts pour approcher de près ou de loin du génie maléfique et équilibriste de ces ensembles, qui eux aussi ont un jour réfuté tout principe d’économie de moyens et de statisme, mais lorsque le résultat est à ce point probant, on peut se targuer d’avoir relevé une gageure incroyable. Les fans ne seront pas pris au dépourvu, puisque le quatuor de Jyväskylä n’en est pas à son coup d’essai, loin de là. Depuis 2010, et la fondation du groupe par Nikke Kuki (KRUSEYER) en tant que side-project, vite rejoint par Antti Teirioja à la batterie, ces musiciens ont pris la peine de dispenser leurs enseignements sous la forme de deux longue-durée, Call Of The Void en 2013, encore un peu timide, et le plus ample Amor Fati, en 2015. Epaulés depuis le début par Jere Kyrö (guitare) et depuis l’année dernière par Tomi Tikka (basse), Antti et Nikke se sont donc tus pendant plus de trois ans, pour revenir par la petite porte, en distillant leurs efforts via un EP quatre titres, dont la durée s’approche pourtant dangereusement de leurs LP officiels. Quatre chapitres pour un timing de plus d’une demi-heure, dont un gigantesque pamphlet de plus de dix minutes, le format est étudié, mais peine à cacher une grande inspiration qui mérite d’être analysée. Si les ingrédients ayant permis à Amor Fati sont toujours présents (cette grandiloquence de fond et de forme, cette violence excessive, ce lyrisme sombre), on sent que les STATUS ABNORMIS ont voulu mettre les bouchées double pour rattraper le temps perdu et autant dire que leur travail paie, puisque Huntress se cale discrètement au creux des sorties les plus remarquables de cette année. Pour en apprécier les circonvolutions et autres déviances, il faut faire preuve de patience, et d’ouverture d’esprit. En tant que sadique assumé, je serais tenté de vous conseiller d’aborder l’oeuvre par son versant le plus abrupt, ce terminal « Huntress » qui de ses six-cent-cinq secondes résume à merveille toute l’affaire, mais je ne crois pas me tromper en affirmant que le quatuor a agencé son travail de manière à le faire découvrir dans l’ordre du tracklisting. Et c’est donc par la porte d’entrée « Witnesses To The Pale » que vous découvrirez cette nouvelle étape de la saga du froid, et sans doute l’un des plus puissants et ténébreux du lot.

Impossible à son écoute de ne pas penser à un savant mélange entre les VIRUS et ANAAL NATHRAKH, tant ce subtil psychédélisme de forme s’accorde très bien d’un décorum de tragédie grecque presque BM dans le fond. Les guitares laminent en arrière-plan, et tissent des motifs uniformes pour remplir le décor, tandis que la rythmique se meut entre blasts éprouvants et pilonnage constant, laissant de fait un chant pluriel envahir l’espace, modulant lui aussi entre cris suraigus et volutes de graves. Le boulot abattu par des chœurs omniprésents est tout bonnement impressionnant, et si les thématiques faussement mélodiques se veulent redondantes, leur insistance est renforcée par des cordes qui refusent l’ouverture, et restent repliées sur leurs obsessions grondantes, tandis que la narration poursuit son cours, ne laissant que peu de place au silence et à la quiétude. On se dit que cet Horror Metal se veut l’équivalent d’un opéra de Verdi joué par des musiciens en pleine crise de blasphème, mais la majestuosité de l’ensemble a de quoi laisser pantois, surtout lorsqu’on en remarque les petits détails, comme cette basse qui louvoie ou ces tierces échappées de la NWOBHM. Après huit minutes, on ressort rassuré de savoir que les STATUS ABNORMIS n’ont pas perdu la main, et qu’ils sont toujours apte à créer ces atmosphères uniques nous plongeant dans les affres de leur imaginaire. Et si « Last Light » allège un peu le tout, dans un désir de vous laisser vous accrocher à des harmonies patentes, « Chrysalis » se permet de juxtaposer l’OPETH le plus contemplatif et l’EMPEROR le plus emphatique, dans un étourdissant ballet d’arrangements spectraux et de guitares en véto. Dissonances, accélérations, plans qui fourmillent d’idées à peine perceptibles, et tout ça pour aboutir à ce final dantesque dont peu de groupes pourraient rêver d’approcher la grâce morbide.                    

Progressif autant que l’on puisse l’être, cinématographique, concret mais évanescent, onirique mais ancré dans le présent, Huntress est un petit signe de la main adressé de loin, qui se transforme en hurlement sous vos oreilles, alors que vos yeux sont encore fixés sur l’horizon. La bête nous en revient donc les crocs aiguisés, le pas lourd, et le regard assuré, prête à dévorer l’underground de sa folie contagieuse. Mais en dépit de tous ces superlatifs, de toutes ces comparaisons, je ne peux m’empêcher de continuer à voir en cet EP une incarnation à postériori des débuts de MERCYFUL FATE, augmentés d’une puissance contemporaine. Le pouvoir de l’autosuggestion sans doute.


Titres de l'album:

  1. Witnesses to the Pale
  2. Last Light
  3. Chrysalis
  4. Huntress

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/05/2018 à 18:13
85 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou