Crass Cleansing

Matterhorn

15/06/2018

Iron Bonehead

Fiez-vous sans vous fier à cette pochette qui ressemble au choix :

  • A une publicité pour le shampoing DOP.
  • A une séance de headbanging de Matthieu, 2nde E au lycée Mille Petrozza de Mulhouse.
  • A une macro de la tête du chanteur de SANCTUARY qui imite un Terre-Neuve s’ébrouant.

Une fois l’éventualité la plus proche de vos affinités choisie, dites-vous que le mouvement capillaire illustré correspond en tous points à l’attitude que vous risquez d’adopter en écoutant le premier album de MATTERHORN. Fondé en 2012 du côté de Zurich, ce trio démoniaque (Morbid - guitare/chant, Nekroking - chant/basse et Tim Tot - batterie) a appris l’art du maniement des instruments sur le tas, mais déjà persuadé d’une chose. Qu’ils allaient devenir en peu de temps le groupe le plus diabolique de la terre. Après quelques années de pratique, les nouveaux-venus décidèrent de tenter leur grand soir du premier coup, sans passer par la case split, démo ou EP. C’est donc à trois entêtés fermes sur leurs ambitions que nous faisons face aujourd’hui, et qui sortiront en juin de cette même année ce Crass Cleansing, plus efficace qu’un savon couplé à un brosse à chiendent pour faire disparaître la saleté de votre âme corrompue. C’est au label germain Iron Bonenead que reviendra l’immense honneur de distribuer la chose de façon professionnelle, et admettons que nos amis allemands ont encore eu le nez creux sur ce coup-là. Alors qu’on aurait pu s’attendre à une énième exaction BM ou Noisy de fort mauvais loi, c’est à une démonstration de force Thrash/Death à tendance Black que nous avons droit, et ce premier LP risque fort de propulser la carrière néfaste des suisses sur orbite. Et ce, pour la simple et bonne raison que ces trois olibrius ont tout compris à l’extrême maudit des années 80, et qu’ils en synthétisent les divers courants avec un maléfique entrain.

Admettons que vous souhaitiez écouter un produit capable de fondre dans un même creuset d’influence celles de HELLHAMMER, du FROST, de SODOM et du VENOM le plus paillard, le tout joué avec la gravité d’un combo de Sludge pas vraiment en adéquation avec sa philosophie. Vous aurez donc trouvé en Crass Cleansing le truc parfait pour satisfaire vos plus bas instincts, tant ce glaviot parvient à réunir dans un même postillon poitrinaire la noirceur des démos de Tom Warrior & co, la brutalité sadique de Tom Angelripper et de Chris Witchhunter, et la vilénie paillarde de Cronos et sa bande. Sans atteindre le degré de mimétisme d’un WARHAMMER, profondément traumatisé par Apocalyptic Raids et Morbid Tales, les suisses se posent quand même en doublure très crédible de leurs aînés du même pays, et à l’écoute de titres aussi frondeurs que « Parabol Dreams » ou « Teenage Emperors », on se croit replongé dans les affres de l’émergence du mal de la charnière 83/84, le professionnalisme et la maîtrise en plus. Car Morbid, Nekroking et Tim Tot ont beau se faire passer pour de gentils amateurs passionnés par le boucan et la bestialité, ils n’en savent pas moins jouer pour autant, et largement assez bien pour nous trousser des breaks méchamment calculés et des accélérations toujours bien placées. Il est certain que l’analogie avec CELTIC FROST a tendance à devenir sacrément envahissante, spécialement lorsque le chant adopte les tics verbaux et les onomatopées de T.G Warrior, mais le tout est tellement bien ficelé, et si assombri qu’on accepte de se prendre au jeu, et qu’on y prend un plaisir fameux. Impossible de résister à l’enthousiasme de ces trois tarés, puisque même leur production est efficiente, tout en respectant les canons de l’époque. C’est donc à un son noir comme le jais auquel nous avons droit, qui étouffe la grosse caisse et qui malmène la guitare, conférant aux riffs une aura mystique malsaine, mais qui évite toutefois le piège du trop hermétique ou du figuratif. De la barbarie au service de la simplicité certes, mais pas mal de finesse aussi, et des passages violemment Doom insérés au chausse-pied, pour une musique plus élaborée qu’elle n’en a l’air. Et une attention toute particulière portée au phénoménal « The Hornhead » suffit à le comprendre, lorsqu’on réalise le nombre de plans accumulés, qui ne débouchent miraculeusement pas sur un foutoir mal agencé. Aussi vilains qu’ils ne sont diaboliquement séduisants, ces huit morceaux, bien que reliés par des thématiques évidentes présentent tous un caractère unique, et offrent une perspective de faux concept album entièrement dédié au mal et à la méchanceté musicale.

D’ailleurs, histoire de ne pas tomber le masque dès l’entame, le trio suisse a choisi de dégainer ses cartouches les plus faciles en tête de liste, et il est donc inutile de vous fier à l’ambiance de « Violent Success » pour jauger du potentiel de la suite, vous feriez fausse route. Vous pouvez par contre en retrouver la férocité sur « Tongues of Babel », qui offre la plus belle démonstration old-school qu’il m’est été donnée d’entendre depuis longtemps, spécialement lorsque le rythme ralentit pour friser la lourdeur du séminal « Circle of the Tyrants ». Entre Thrash fatalement vénéneux et early Black amateur véreux (dans le bon sens du terme », « Of All I Was » développe de sacré arguments bestiaux, et laisse même un semblant de solo s’évanouir de sa propre faiblesse, alors même que Tim Tot fait virevolter ses baguettes dans une furia de breaks et de roulements à laisser la tête à l’envers. Mortifère, passionné, ce premier LP mérite en effet des louanges, mais pas seulement parce qu’il parvient à recréer des sensations éprouvées lors d’une jeunesse satanique dorée. Il est aussi un modèle de construction vintage adaptée à une époque qui s’en repaît constamment, et surtout, un excellent prétexte pour headbanguer en rendant hommage à la génération des PROTECTOR et assimilés. De quoi secouer sa tignasse tous azimuts, et prendre son pied, sans arrière-pensée, mais avec quelques références dans le rétroviseur.


Titres de l'album:

  1. Diptyque
  2. Violent Success
  3. Noch Nicht Nichts
  4. Teenage Emperors
  5. Parabol Dreams
  6. The Hornhead
  7. Tongues Of Babel
  8. Of All I Was

Site officiel



par mortne2001 le 02/05/2018 à 14:58
88 %    438

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50