Ylem

Sunless

29/10/2022

Willowtip Records

En 2017, nous attentions la confirmation d’un potentiel énorme dégagé par une petite démo américaine sans nom, flanquée d’une simple date : Démo 2016. Cette confirmation était venue assez rapidement, l’année suivante, par le biais d’un premier longue-durée, Urraca. Aujourd’hui, nous n’attendons plus aucune confirmation de la part de ces musiciens du Minnesota si ce n’est celle d’une qualité constante dans les sorties. Et en 2021, Ylem vient à point nommé prouver que les SUNLESS sont des gens bien à part, évoluant dans un monde de dissonances, de prouesses techniques, de stridences irritantes, et d’un génie de composition tangible à chaque mesure.

Lucas Scott (guitare/chant), Mitch Schooler (basse), Taylor Hamel (batterie). Trois noms qui sont vite devenus les chouchous des rédactions du monde entier, rédactions évidemment perméables à ce Death technique et évolutif qui ne ressemble à aucun autre. La technique ici n’est pas une fin en soi, mais un moyen inévitable d’agencer des plans complexes destinés à construire des ambiances. Depuis son émergence, le trio n’a eu de cesse d’être comparé à d’autres pointures, et il n’est pas rare de lire à son sujet des alignements aussi flatteurs que ceux les plaçant aux côtés de GORGUTS, AD NAUSEAM, HEADSHRINKER, REPLICANT, DISKORD, BLINDFOLDED, ULCERATE, FLOURISHING, et bien d’autres qui eux aussi appartiennent à cette difficile catégorie des « inclassables ». Et en admettant qu’Urraca, aussi parfait fut-il, n’était qu’un galop d’essai, alors Ylem est une course contre la montre que le groupe mène comme un jockey sur de son fait et de son métier.

Eminemment complexe et féroce, la musique de SUNLESS est un genre de labyrinthe urbain dont il est difficile de s’extraire. Comme une plongée dans la psyché torturée d’une humanité à la dérive, leurs morceaux enchevêtrent des plans qu’on peine parfois à distinguer malgré une solide formation musicale, ce grâce à un niveau individuel hallucinant mis au service d’un collectif encore plus époustouflant.

L’osmose entre les trois hommes est patente, et ne saurait être remise en question. Leur seul but est d’illustrer des émotions complexes, souvent refoulées, mais qui remontent à la surface en temps de crise. En posant sur le papier quelques formules, on pourrait résoudre leur équation en remplaçant les inconnues par ATHEIST, DEATH, PESTILENCE, DODECAHEDRON, VOÏVOD, et ainsi obtenir une solution qui sans satisfaire tout le monde, évitera qu’on s’arrache le peu de cheveux qu’il nous reste.

Dieu sait pourtant que les exigences du Death technique et progressif sont nombreuses. Des fioritures, des exploits personnels et d’équipe, une atmosphère étrange et pénétrante, et de l’originalité sans que l’efficacité n’en soit bridée. Et évidemment, avec des musiciens de ce niveau, toutes les exigences sont comblées, au-delà des attentes. En s’appuyant sur un batteur au rendement bluffant, Lucas Scott peut tranquillement égrener ses riffs les plus biscornus, refusant la facilité des graves qui constituent d’ordinaire le quotidien du Death le plus abrupt. Il est même difficile et un peu hypocrite de dénommer « riffs » les sons qui sortent de sa guitare, à quelques exceptions près. Ces discordances, qui s’appuient sur des mesures impaires ou instables sont plus des motifs, des textures, des strates qui permettent d’empiler les sons au-delà du raisonnable, histoire de compliquer encore plus la perception de cette musique qui emprunte au Free-Jazz sa liberté de ton sans nous assommer de longues digressions incompréhensibles. J’en prends pour exemple le monstrueux « Atramentous », prétexte à des délires organisés d’une âme désorganisée, et qui laisse un percussionniste évoluer en roue libre, multipliant les figures à faire vomir tous les équilibristes de la terre.

« Spiraling into the Unfathomable » pose pourtant les fondations, et prévient du chaos à venir. Comme un GORGUTS plus mature que le chien fou d’Obscura, SUNLESS ne conçoit pas la violence comme une succession d’idées logiques, mais plutôt une accumulation d’humeurs exécrables, et pour le moins tordues. Immédiatement, la finesse du propos saisit les sens, sans pour autant que la bestialité froide ne cède un pouce de terrain. Un rythme digne d’un Black Metal des origines, pour des cascades sans filet qui donnent des sueurs froides aux badauds. On peut même parfois se dire qu’un DEATHSPELL OMEGA après une bonne nuit de sommeil et animé d’une humeur badine pourrait produire un boucan pareil, sans avoir à avaler de cachet contre la migraine. Mais les comparaisons sont inutiles au moment de juger de la qualité intrinsèque de ce nouvel album made in USA : il est une pierre angulaire à lui seul.

Inutile dès lors de sombrer dans le piège du track-by-track, même si tous les chapitres sont d’importance. L’intro stellaire de « Forgotten (Remnants of Life) » pourrait donner lieu à des analyses poussées, mais je vous laisse découvrir par vous-même les déambulations, les impasses, les voies à sens unique que le groupe a mis sur votre route. Après tout, le voyage est personnel, et je ne m’arrogerai pas le droit d’en détailler ou expliquer tous les méandres.

Mais je me permettrai quand même d’insister quelque peu sur le caractère frondeur de la conclusion gargantuesque de « Molding Axioms of the Metaphysical ». Evidemment, ce chant sourd et ne manquant pas de rappeler le timbre de bon nombre de vocalistes de l’ombre joue pour beaucoup sur le mystère qui nimbe épais et velu, mais cette arythmie permanente, ces changements de voie prennent encore plus d’ampleur lorsque le chrono oublie sa course, et cet épilogue est exactement le point final dont nous avions besoin pour abandonner définitivement notre santé mentale dans la valise.         

 

Il est possible de prendre les membres de SUNLESS pour des fous géniaux, ce qu’ils sont assurément. Mais je préfère les voir comme des esthètes de l’horreur, qui depuis quelques années, redonnent son intérêt à un genre qui finalement, n’a peut-être pas encore tout dit.

      

                                                                                                                                                                                                         

Titres de l’album:

01. Spiraling into the Unfathomable

02. Ascended Forms

03. The Unraveling of Arcane Past

04. Atramentous

05. Flesh-Particle Amalgamation

06. Forgotten (Remnants of Life)

07. Perpetual Contortion

08. Molding Axioms of the Metaphysical


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 19/11/2021 à 17:49
90 %    84

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54