Peut-on pire de trou ? Ou, plus explicitement, peut-on creuser un précipice encore plus profond que tous ceux déjà creusés, ou du moins, le creuser différemment ? Ou, plus directement, peut-on réussir à être plus lourd qu’un bulldozer, tout en étant plus agile qu’un cabri avec une pelle, tout en restant plus inventif qu’un ingénieur en pleine montée d’acide ? Tout ça pour poser l’interrogation suivante, plus limpide :

Le Sludge peut-il encore surprendre, étonner, détonner, et déstabiliser le fan lambda, adepte depuis les origines ou presque ? D’aucuns (les réfractaires, les indifférents, les étourdis) seraient tentés de répondre par la négative, le style étant quasiment aussi inamovible que le Doom…Et il est vrai que passer derrière les références ultimes, les outsiders solides, et les surprises divines n’est pas chose facile, tant on a le sentiment que le genre a déjà tout balbutié, dit, affirmé, tonitrué, au point qu’une quelconque ouverture plus large entrainerait de fait une déchirure, et donc un débordement sur un créneau différent. Si ce postulat semble vérité exacte, il ne l’est pas pour autant. Car sans vraiment faire émerger une version radicalement réaménagée à la face d’un monde éberlué, certains groupes parviennent quand même à prendre suffisamment de recul avec les figures imposées pour tenter un quadruple axel assez discret. Et le réussir sans s’éclater les adducteurs ou se fracasser les valseuses sur la glace de la monotonie. Prenons pour exemple ce nouveau combo de Vancouver, EMPRESS. Premier EP, publié l’année dernière en CD, en dématérialisé, et bénéficiant ce mois-ci d’une édition vinyle histoire de compléter le tableau. Leur histoire est somme toute assez banale, et leur parcours encore un peu frais pour jauger de leur potentiel. Mais au vu et su des qualités développées par ce Reminiscence en question, on peut d’ores et déjà affirmer qu’ils ont les aptitudes suffisantes pour apporter au Sludge à tendance Stoner psychédélique un léger glissement de terrain pour rendre leur voyage moins prévisible que celui d’autres tour operateurs plus confirmés. Le tout sans prendre trop de risques, et sans sortir de la piste, du moins, pas des deux pieds. Et ça, c’est déjà très bien.

Visiblement très inspirés par le son des ELDER, notre trio de Colombie Britannique (Peter Sacco: guitare/chant

Brenden Gunn: basse et Chris Doyle: batterie) a travaillé sa partition pour la rendre compétitive, et surtout, d’une haute teneur en digressions d’importance, flirtant parfois avec le Post Metal, le Post Hardcore, sans trahir son propos sludgy d’origine. Si la comparaison avec les influences de BARONESS ou de PELICAN est inévitable, on sent aussi en arrière-plan des velléités progressives les rapprochant parfois de leurs cousins pas si lointains de MASTODON, bien que les deux trajectoires soient plus parallèles que croisées. Mais il est impossible de ne pas noter les efforts consentis pour rendre mouvante cette énorme masse sonore, qui prend vie sous l’inspiration de trois musiciens bien décidés à la modeler à leur convenance. Et entre une production gigantesque qui permet presque de sentir les textures et les couches affleurer à la surface de nos tympans, une instrumentation  intelligente et évolutive, une densité de ton optimale, et une poignée de variations évitant la redondance, ce premier EP atteint un niveau d’exigence assez remarquable, lui permettant ainsi de s’extraire de la masse grouillante des simples faiseurs. Ainsi, dès le second et long morceau « Immer », on perçoit rapidement les ambitions d’un groupe qui ne souhaite pas rester cantonné aux seconds-rôles, et qui aura sans doute le sien à jouer dans le renouveau d’un genre qui a souvent tendance à abuser des répétitions.

Avec ce joli mélange de puissance, de finesse, d’écrasements atonaux et de déviances mélodiques, les EMPRESS suggèrent une union contre nature entre NEUROSIS, CROWBAR, BARONESS et MASTODON, pour plus de huit minutes de logique épique. Des parties de guitare ludiques, une gigantesque basse qui provoque l’unisson pour mieux affirmer son indépendance (quels graves tremblants mes aïeux…), un chant sous-mixé faisant office de guide sans emprise, mais surtout, de gros efforts rythmiques qui permettent de belles circonvolutions pluridirectionnelles, ne se perdant pas dans le néant. Inutile donc de vous attendre aux sempiternelles litanies acides et déjà connues par cœur, puisque les trois canadiens ont décidé de défricher un peu de terrain, ce que confirme l’impressionnant « They Speak Like Trees », aux mots légèrement abscons et occultes. Une intro sobre mais prenante que Dave Edwardson aurait pu placer sur Through Silver In Blood, pour un décollage impromptu qui se hisse au niveau du même album. Le parallèle avec NEUROSIS est d’ailleurs tellement probant sur ce morceau qu’on se prend à rêver d’un possible Post-Sludge, qui incorporerait des éléments de Stoner et de Post Hardcore pour parvenir à ses fins philosophiques et rythmiques. Sans non plus révolutionner les choses et dévier les courants, le trio déroute et surprend, ce qui n’est pas un mince exploit au vu de l’implantation du monolithe Sludge dans la conscience collective. Et sans tomber dans l’emphase Doom ou l’excès de gras encombrant les artères, ces musiciens décidément versatiles nous satisfont d’une grosse rasade de lourdeur oppressante et hypnotique, qui ne laisse jamais l’estomac dans les talons, ni la dernière bouchée trop près des lèvres…

Et leurs intermèdes plus brefs sont tout aussi probants, ce qui prouve qu’ils sont à l’aise dans tous les formats. Avec son Post Grunge à tendance proto-Stoner, « Baptizer » dessine les contours d’un duo entre NIRVANA (l’intro de basse, décidément décisive) et les MELVINS, perdus dans un monde dominé par les ELDER (l’influence majeure visiblement), mais bien décidés à s’accrocher à leur éthique Punk. Bien sûr, grâce à ces changements de rythme, qui passent de la pression à l’accélération, la bande sonore peut garder le cap sur son atonalité et sa monotonie, créant de fait un décalage intéressant, mais même sans cette astuce en dualité, les EMPRESS peuvent aussi proposer des glissements hautement harmoniques en conclusion, via ce très pur et abstrait « Dawn », qui laisse leur propre soleil inonder la pénombre. Sans abuser du feedback, sans oser le paroxysme de réverb ou d’écho, et en trouvant le juste équilibre entre classicisme et innovation, Reminiscence assume celles qui ont justifié de sa conception, tout en implantant son propre ADN dans l’équation. Un Sludge qui n’en est pas que, mais qui s’y affilie, et qui louche vers l’au-delà tout en gardant les pieds sur son propre terrain. Alors, oui, on peut pire de trou, et creuser pas forcément plus profond, mais ailleurs, histoire de proposer un tunnel menant sur une dimension parallèle. Pas trop loin de l’officielle, mais suffisamment pour ne pas avoir l’impression de toujours passer sous le même pont.


Titres de l'album:

  1. The Offering
  2. Immer
  3. Baptizer
  4. They Speak Like Trees
  5. Dawn

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/02/2018 à 14:39
88 %    271

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.