J’ai eu la « chance » d’interviewer Rex BROWN il y a quelques années, lorsqu’il tournait avec DOWN. Je me suis retrouvé face à un homme renfermé, bougon, peu disert, et éludant toutes les questions de réponses laconiques et d’un air blasé. J’avais pourtant tout fait pour l’intéresser en variant les thèmes, mais rien n’y a fait…Bien entendu, ce souvenir fait partie des pires de ma carrière de journaliste, mais, you know…shit happens. Ce qui ne m’a jamais empêché d’admirer le bassiste et l’intégrité du musicien, qui nous a tant apporté…

On connaît évidemment BROWN de par sa carrière presque impeccable avec PANTERA, mais en écoutant aujourd’hui son premier album solo, je commence à comprendre son attitude face à moi, ce jour maudit où il avait décidé que talk was cheap

Car Rex est le genre de mec à laisser parler la musique, le seul sujet qui l’intéresse, mais de façon pratique, pas conceptuelle. La musique pour lui n’a rien d’un concept, c’est une passion, un mode de vie, la sienne en l’occurrence, et ce Smoke On This le prouve sans détour, sans artifices, et avec un naturel confondant de passion. Est-ce pour autant une révélation, un disque qui va nous exploser à la gueule comme une épiphanie ? Non, du tout. Smoke On This est juste l’album d’un musicien qui pour une fois dans sa vie contrôle tout, de la composition à l’interprétation, histoire de nous faire partager ses envies, son background, et plus simplement…sa vie de fan. Car tous les musiciens sont des fans, sinon, ils ne s’agiteraient pas sur scène pour ressembler à leurs idoles…

Entouré de quelques pointures, aussi discrètes que lui (Christopher Williams, ACCEPT et BLACKFOOT à la batterie, et Peter Keys, clavier, LYNYRD SKYNYRD), et laissant la production aux bons soins de Caleb Sherman (multi-instrumentiste), qui s’en est chargé à Nashville, BROWN a bricolé un album dans son coin en se laissant guider par son instinct, et les disques qu’il a usé pendant sa jeunesse. On le sait, le bonhomme est fan d’un Rock direct, celui prôné par les Tom Petty, LED ZEPPELIN, BLACKFOOT, FOGHAT, et puis tous ceux qui préfèrent laisser parler un bon riff que de bavarder des heures autour d’un thème progressif qui n’en finit pas. Alors, il a pris en charge la basse bien sûr, mais aussi la guitare, et surtout, le chant, un chant qui se veut à l’image des compositions de ce premier album en solitaire, un peu rauque’n’roll, pas vraiment époustouflant, mais largement à la hauteur.

Encore une fois, il n’est pas là pour prouver des choses, mais pour se faire plaisir, et NOUS faire plaisir. Et malgré le ressentiment que je peux éprouver à son égard pour ce grand moment de solitude qu’il m’a fait passer sans pitié, je dois reconnaître que son Smoke On This lui offre un pardon qu’il a largement mérité. Car sous cette pochette simple et vantant les mérites de la nicotine (ou autre substance…) et de la guitare, se cache un disque sincère certes, mais surtout hautement respectable d’un point de vue artistique. L’homme a du talent, à revendre, et le montre sans ambages au gré des onze compositions qui déroulent un Hard-Rock in your face pendant presque trois quarts d’heure…

« J’ai plaisir à jouer de la musique à nouveau – et ça a pris un moment »

 

Et très honnêtement, ça s’entend, et de loin. Pour autant, ne vous attendez pas à une sorte de murge Southern Rock incapable de vomir plus loin qu’un tonneau de bourbon frelaté. Brown a soigné sa première entrée en vedette, et a varié les styles, les ambiances, pour nous offrir un éventail d’atmosphères allant de la nostalgie d’une époque à la crudité d’un présent qui se sent bien dans ses pompes. Pourtant, certains morceaux, aux influences allant des BEATLES à CHEAP TRICK étonnent et détonnent, et suggèrent même que Rex n’a pas oublié que les eighties se sont écrasées sur les 90’s (« Fault Line », psychédélique comme il faut, et ondulant d’une mélodie hypnotique qui nous prend aux rêves).

Conscient qu’il était inutile de pérorer avec dans ses bagages des succédanées de PANTERA, DOWN ou KILL DEVIN HILL, Brown s’est laissé aller, et a laissé parler sa nature profonde, que l’on ressent dès l’ouverture tonitruante de « Lone Rider », introduit par un « smoke on this », qui en dit long sur la philosophie de l’ensemble…Riff Rock/Stoner bien gros mais pas gras, rythme un peu nonchalant, distorsion juste ce qu’il faut d’abrasif pour mettre les pendules à l’heure du sud, et des clins d’œil lâchés au Hard-Rock des seventies, le meilleur selon tous les spécialistes.

En rythmique, l’homme s’impose, et en solo, l’homme se repose sur quelques notes bien senties, et jamais gratuites. On pense à une version light d’un Zakk WYLDE lâchant ses troncs pour faire une musique moins facilement virile, ou à un Ted NUGENT qui aurait retrouvé l’allant de Detroit entre deux parties de chasse et deux déclarations tapageuses et réac’.

« Crossing Lines » confirme, et taquine le ZEP de quelques harmonies acides d’un Tom Waits accoudé à un zinc de bouge de Nashville, contant à l’assemblée ses délires de boogieman caché sous une épaisse couche d’abstraction ironique. En deux morceaux, Brown impose sa patte et nous convainc de l’urgence de l’entreprise, qu’il a menée à son propre compte, pour son propre plaisir. Et le nôtre par extension, tant son Rock est beaucoup plus intelligent et indispensable qu’un simple caprice de musicien qui s’emmerde tout seul dans son coin.

Et si le sublime « Buried Alive » confirme que le ZEP a bien traumatisé notre quatre-cordiste préféré, il confirme aussi que le Rock burné du sud a dû animer pas mal de ses soirées. Le mélange des deux est effectif, et surtout séduisant dans ses nuances qui n’érodent pas sa puissance. Smoke On This passe le tabac de main en main, mais sans vous faire exploser les rétines, comme on aurait pu le craindre. Il prend au contraire soin de vous, en vous faisant voyager entre des riffs au groove diabolisé vaudou (« Train Song », le genre de truc que BLACKFOOT aurait pu nous refiler en conclusion d’un concert bien cramé), et des structures plus alambiquées qui distillent les plantes pour en faire un alcool relevé, mais dont on se remet (« Grace »,  aux antipodes de ce qu’on est en droit d’attendre d’un ex-PANTERA, et plus proche d’un Jerry Cantrell dopé aux ENUFF Z’NUFF).

Est-ce à dire que Rex nous a offert le meilleur de lui-même ? C’est ce qu’on est tenté de croire en écoutant un « Best of Me », qui nous incruste dans la mémoire des souvenirs que nous n’avons pas vécu, de fin d’après-midi en bonne compagnie, à sortir les guitares pour épancher sa peine et exploser ses joies. Orgue qui hammonde à la Lord, et soudaine poussée de fièvre sous la forme d’un riff pachydermique, pour un Rock qui se veut aussi mélodique qu’épidermique. « One Of These Days » ne tente pas de nous coller dans les pattes des EAGLES californiens, mais offre une sortie assez étrange pour un projet qui ne l’est pas moins. La voix de Brown se rapproche de celle du beau Jon Bon Jovi sur quelques passages étrangement calmes, et on se demande alors si nous dérivons dans le New-Jersey ou si la Nouvelle-Orléans s’est délocalisée…

Je t’en ai longtemps voulu pour cette interview manquée Rex, vraiment. Je me suis demandé si ma tête ne t’étais pas revenue, ou si ce jour-là tu avais autre chose à faire que de parler à un vieux poilu dont les questions hérissaient les tiens.

Mais aujourd’hui, j’ai la réponse à mes questions. La seule qui en vaille la peine. La musique man, la musique. C’est tout ce qui compte pour toi. Et de ce côté-là, tu te montres sous le même jour que d’habitude. Discret, mais à la parole d’or. Allez, fais tourner.

Et va tourner surtout.


Titres de l'album:

  1. Lone Rider
  2. Crossing Lines
  3. Buried Alive
  4. Train Song
  5. Get Yourself Alright
  6. Fault Line
  7. What Comes Around
  8. Grace
  9. So Into You
  10. Best of Me
  11. One of These Days

Site officiel


par mortne2001 le 19/08/2017 à 18:05
85 %    352

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.