Je sais qu’il commence à faire chaud, et que l’été s’annonce précoce (quoique…aucune certitude de ce côté…), mais je m’en viens justement vous donner une raison supplémentaire de transpirer, en vous introduisant au monde chaotique et tonitruant d’un ensemble américain. Nous en venant de Corona, Californie, les GOSHEN nous proposent donc en ce mois de juin entièrement dédié aux Dieux du football leur premier EP officiel, bien plus intéressant qu’un vulgaire ballon poussé au fond de filets de pêche. Leur pêche à eux serait d’ailleurs au gros, tant la puissance dégagée par ces six petits morceaux en dit long sur leurs mauvaises intentions. Après une première démo publiée l’année dernière, le quatuor (Kyle/Joe/Jake/Japheth) se jette donc à l’eau saumâtre et ose le moyen-métrage pour les oreilles, avec cette entame éponyme qui va faire autant de secousses que les supporters mexicains après le but marqué par leur équipe nationale. On sait que la Californie, à contrario de l’Oregon, est plutôt portée sur les musiques un peu nuancées et ensoleillées, mais les GOSHEN sont justement là pour faire exception à la règle, avec leur vilain cocktail de Hardcore, de Mathcore, de Noisecore, de Sludgecore, et toute autre ramification extrême susceptible de faire rougir les potards. Et gageons que lorsqu’ils se livrent à leur exercice live préféré, les consoles doivent tressaillir de peur tant leur musique est aussi énervée qu’un tifosi lorsqu’on lui rappelle le destin funeste de ses héros.

Le parallèle étant purement gratuit, et ne disposant que de très peu d’informations à leur sujet, je me bornerai donc à parler de leur musique, qui vaut sacrément le détour. En appliquant le principe des vases communiquants de violence, les californiens versent dans leur crossover de hautes doses de brutalité instrumentale, et se situent d’eux-mêmes à la croisée des chemins Hardcore. Une grosse louche d’UNSANE, une bonne pincée de CONVERGE, un soupçon de NAILS pour épicer le tout, qui se verra secoué à la PRIMITIVE MAN histoire d’alourdir le mélange. Ne reste plus qu’à allumer une petite étincelle pour que le tout explose, et l’impact produit aura peu ou prou le même effet qu’un bidon de nitroglycérine lancé plein gaz sur une locomotive en feu, blindée de dynamite. En à peine douze minutes, le quatuor parvient à atteindre la même intensité et la même créativité que les meilleurs moments de la bande à Kurt Ballou, dont ils se méfient suffisamment pour prendre leurs distances. Beaucoup plus épais, beaucoup plus agressifs, mais tout aussi équilibristes, les GOSHEN avec Goshen ne prônent qu’un concept, celui de la densité instrumentale, soulignée d’une production que le sieur Brad Boatright aurait pu peaufiner aux Audiosiege en termes de mixage. Le produit a pourtant été élaboré par Erol "Rollie" Ulug aux Bright Light Studios, mais autant dire que le bonhomme a autant de talent que la paire Ballou/Boatright pour offrir à ses poulains la dimension qui leur est due.

Six morceaux donc, qui se proposent de revisiter le Hardcore moderne en se basant sur ses influences classiques, et outre les références déjà citées, il est possible d’y ajouter d’autres mentions, dont celle des NEUROSIS pour cette lourdeur suffocante prenant à revers, ou les CANDIRIA pour cette utilisation du feedback intempestive (« G.A.B », qui ronfle soudain d’une gigantesque basse presque Grind). D’ailleurs, en parlant de fulgurances Grind, les californiens ont dû retenir la leçon des immanquables FULL OF HELL, leçon qu’ils appliquent avec une célérité digne des DILLINGER ESCAPE PLAN, en truffant leurs compositions de changements de rythme, de hurlements soudains, et de brusques cabrioles sèches et nettes. Pas le temps donc de s’ennuyer, à cause du timing évidemment, mais aussi à cause de la somme de propositions que la bande nous soumet, et si l’ensemble est cohérent en tant que tel, chaque segment à sa propre raison d’être, et peut être extrait sans craindre de perdre la logique en route. Le propos est distillé en tranches pas vraiment homogènes, allant de la poignée de secondes savoureuses (« Saboteur », si les UNSANE copiaient sur le voisin BRUTAL TRUTH, tout le monde aurait la moyenne, « Terminal », trente-cinq secondes et pas plus de bordel Noisy Grind sans pitié pour les oreilles) aux trois minutes de douleur concentrée, mais appuyée par un riff redondant et discordant, et par une basse suffocante (« Cave », assez probant dans sa façon de n’exhiber que les aspects les plus repoussants du Hardcore, sans perdre le fil de son caractère groovy et radical). Ajoutez à ceci de l’entre-deux (« Man of Grace », deux minutes de Math/Noise/Chaotic/Sludge, soit toute l’animosité résumée en quelques nuages de fumée) et un final pesant et hurlant (« Cities », inutile de finir le sirop, les cordes vocales fonderaient aussitôt), et vous obtenez un EP hautement recommandable, qui ne joue aucun tour pendable.

J’exige immédiatement un LP pour confirmer tout le bien que je commence à penser de cette horde de barbares, mais en attendant ce jour béni, suez à grosses gouttes en vous agitant au rythme de dément de ce Goshen. Ça vous fera toujours ça de sport à faire en moins.                    

       

Titres de l'album:

                          1.G.A.B.

                          2.Saboteur

                          3.Cave

                          4.Man of Gauze

                          5.Terminal

                          6.Cities

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/07/2018 à 14:30
85 %    34

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cxfxcx

Assuma a Culpa

Atavisma

The Chthonic Rituals

Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

The Night Flight Orchestra

Sometimes The World Ain't Enough

Hatchet

Dying to Exist

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Nick Oliveri

25/07 : Le Galion, Lorient (56)

Photo Stream

Derniers coms

OUCH !!! !!! !!!
Quelle belle découverte bordel !!!
Merci mortne2001...
Du pur S.T. dans le texte ce truc putain !
Un million de fois mieux que NEGATIVE SELF en ce qui me concerne.

PS : "Un cas d’école du Crossover des années 80 transposé dans une époque q(...)


CxFxCx!


Il y a des nouvelles comme ça qui vous mettent de bonne humeur... Hâte d'entendre le résultat !


Pas un grand drame de ne pas connaître ce groupe...


connais pas...


Il parait qu'il n'y a pas que sur la musique qu'il est précoce mais chuuut... ;-)


"Nicolas, 20 ans, passionné de musique extrême au sens très large depuis 2006"...
Le mec a commencé le Metal à 8 ans ?!?!?!
Bah putain...
J'avais même pas acheté ma première K7 de Michaël Jackson moi à cette âge là... ... ...


Bienvenu mec ;) Et bon fest !!!


"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


ha quel boulet je fais,!! ;) dommage j'ai loupé exhorder mais vu Accept que je n'avais encore jamais vu et pourtant je suis vieux , mais j'ai laissé tombé le heavy depuis trop longtemps . J'étais aussi présent au Fury. re ;)
pour le dimanche j'ai énormément apprécié Rotten sound, cri(...)


PUTAIN !!! !!! !!!
LA news quoi !!!
"The lady rides a black horse"... Ce que j'ai pu l'écouter cet album à l'époque bordel ! Une tuerie...
Hâte ! Hâte ! Hâte !


POUAH !!! !!! !!!
FAKE NEWS !!! !!! !!!
(Comme dirait l'autre con...)
Tout content d'écouter de nouveaux titres, me voilà tout dépité de me retrouver face à une bête compilation.
Tout ce qui est là était déjà paru il y a des années sur "Under the black sun", la sec(...)


BOUDIOU !!! !!! !!!
Je n'étais pas au courant...
Je télécharge de suite le bazar bordel !!!
Un des plus grands (si ce n'est le plus grand) groupe ricain du genre...


Pressé de l'écouter celui la ! Ce titre m'a étonné dans le bon sens !