Je sais qu’il commence à faire chaud, et que l’été s’annonce précoce (quoique…aucune certitude de ce côté…), mais je m’en viens justement vous donner une raison supplémentaire de transpirer, en vous introduisant au monde chaotique et tonitruant d’un ensemble américain. Nous en venant de Corona, Californie, les GOSHEN nous proposent donc en ce mois de juin entièrement dédié aux Dieux du football leur premier EP officiel, bien plus intéressant qu’un vulgaire ballon poussé au fond de filets de pêche. Leur pêche à eux serait d’ailleurs au gros, tant la puissance dégagée par ces six petits morceaux en dit long sur leurs mauvaises intentions. Après une première démo publiée l’année dernière, le quatuor (Kyle/Joe/Jake/Japheth) se jette donc à l’eau saumâtre et ose le moyen-métrage pour les oreilles, avec cette entame éponyme qui va faire autant de secousses que les supporters mexicains après le but marqué par leur équipe nationale. On sait que la Californie, à contrario de l’Oregon, est plutôt portée sur les musiques un peu nuancées et ensoleillées, mais les GOSHEN sont justement là pour faire exception à la règle, avec leur vilain cocktail de Hardcore, de Mathcore, de Noisecore, de Sludgecore, et toute autre ramification extrême susceptible de faire rougir les potards. Et gageons que lorsqu’ils se livrent à leur exercice live préféré, les consoles doivent tressaillir de peur tant leur musique est aussi énervée qu’un tifosi lorsqu’on lui rappelle le destin funeste de ses héros.

Le parallèle étant purement gratuit, et ne disposant que de très peu d’informations à leur sujet, je me bornerai donc à parler de leur musique, qui vaut sacrément le détour. En appliquant le principe des vases communiquants de violence, les californiens versent dans leur crossover de hautes doses de brutalité instrumentale, et se situent d’eux-mêmes à la croisée des chemins Hardcore. Une grosse louche d’UNSANE, une bonne pincée de CONVERGE, un soupçon de NAILS pour épicer le tout, qui se verra secoué à la PRIMITIVE MAN histoire d’alourdir le mélange. Ne reste plus qu’à allumer une petite étincelle pour que le tout explose, et l’impact produit aura peu ou prou le même effet qu’un bidon de nitroglycérine lancé plein gaz sur une locomotive en feu, blindée de dynamite. En à peine douze minutes, le quatuor parvient à atteindre la même intensité et la même créativité que les meilleurs moments de la bande à Kurt Ballou, dont ils se méfient suffisamment pour prendre leurs distances. Beaucoup plus épais, beaucoup plus agressifs, mais tout aussi équilibristes, les GOSHEN avec Goshen ne prônent qu’un concept, celui de la densité instrumentale, soulignée d’une production que le sieur Brad Boatright aurait pu peaufiner aux Audiosiege en termes de mixage. Le produit a pourtant été élaboré par Erol "Rollie" Ulug aux Bright Light Studios, mais autant dire que le bonhomme a autant de talent que la paire Ballou/Boatright pour offrir à ses poulains la dimension qui leur est due.

Six morceaux donc, qui se proposent de revisiter le Hardcore moderne en se basant sur ses influences classiques, et outre les références déjà citées, il est possible d’y ajouter d’autres mentions, dont celle des NEUROSIS pour cette lourdeur suffocante prenant à revers, ou les CANDIRIA pour cette utilisation du feedback intempestive (« G.A.B », qui ronfle soudain d’une gigantesque basse presque Grind). D’ailleurs, en parlant de fulgurances Grind, les californiens ont dû retenir la leçon des immanquables FULL OF HELL, leçon qu’ils appliquent avec une célérité digne des DILLINGER ESCAPE PLAN, en truffant leurs compositions de changements de rythme, de hurlements soudains, et de brusques cabrioles sèches et nettes. Pas le temps donc de s’ennuyer, à cause du timing évidemment, mais aussi à cause de la somme de propositions que la bande nous soumet, et si l’ensemble est cohérent en tant que tel, chaque segment à sa propre raison d’être, et peut être extrait sans craindre de perdre la logique en route. Le propos est distillé en tranches pas vraiment homogènes, allant de la poignée de secondes savoureuses (« Saboteur », si les UNSANE copiaient sur le voisin BRUTAL TRUTH, tout le monde aurait la moyenne, « Terminal », trente-cinq secondes et pas plus de bordel Noisy Grind sans pitié pour les oreilles) aux trois minutes de douleur concentrée, mais appuyée par un riff redondant et discordant, et par une basse suffocante (« Cave », assez probant dans sa façon de n’exhiber que les aspects les plus repoussants du Hardcore, sans perdre le fil de son caractère groovy et radical). Ajoutez à ceci de l’entre-deux (« Man of Grace », deux minutes de Math/Noise/Chaotic/Sludge, soit toute l’animosité résumée en quelques nuages de fumée) et un final pesant et hurlant (« Cities », inutile de finir le sirop, les cordes vocales fonderaient aussitôt), et vous obtenez un EP hautement recommandable, qui ne joue aucun tour pendable.

J’exige immédiatement un LP pour confirmer tout le bien que je commence à penser de cette horde de barbares, mais en attendant ce jour béni, suez à grosses gouttes en vous agitant au rythme de dément de ce Goshen. Ça vous fera toujours ça de sport à faire en moins.                    

       

Titres de l'album:

                          1.G.A.B.

                          2.Saboteur

                          3.Cave

                          4.Man of Gauze

                          5.Terminal

                          6.Cities

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/07/2018 à 14:30
85 %    105

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.