Je sais qu’il commence à faire chaud, et que l’été s’annonce précoce (quoique…aucune certitude de ce côté…), mais je m’en viens justement vous donner une raison supplémentaire de transpirer, en vous introduisant au monde chaotique et tonitruant d’un ensemble américain. Nous en venant de Corona, Californie, les GOSHEN nous proposent donc en ce mois de juin entièrement dédié aux Dieux du football leur premier EP officiel, bien plus intéressant qu’un vulgaire ballon poussé au fond de filets de pêche. Leur pêche à eux serait d’ailleurs au gros, tant la puissance dégagée par ces six petits morceaux en dit long sur leurs mauvaises intentions. Après une première démo publiée l’année dernière, le quatuor (Kyle/Joe/Jake/Japheth) se jette donc à l’eau saumâtre et ose le moyen-métrage pour les oreilles, avec cette entame éponyme qui va faire autant de secousses que les supporters mexicains après le but marqué par leur équipe nationale. On sait que la Californie, à contrario de l’Oregon, est plutôt portée sur les musiques un peu nuancées et ensoleillées, mais les GOSHEN sont justement là pour faire exception à la règle, avec leur vilain cocktail de Hardcore, de Mathcore, de Noisecore, de Sludgecore, et toute autre ramification extrême susceptible de faire rougir les potards. Et gageons que lorsqu’ils se livrent à leur exercice live préféré, les consoles doivent tressaillir de peur tant leur musique est aussi énervée qu’un tifosi lorsqu’on lui rappelle le destin funeste de ses héros.

Le parallèle étant purement gratuit, et ne disposant que de très peu d’informations à leur sujet, je me bornerai donc à parler de leur musique, qui vaut sacrément le détour. En appliquant le principe des vases communiquants de violence, les californiens versent dans leur crossover de hautes doses de brutalité instrumentale, et se situent d’eux-mêmes à la croisée des chemins Hardcore. Une grosse louche d’UNSANE, une bonne pincée de CONVERGE, un soupçon de NAILS pour épicer le tout, qui se verra secoué à la PRIMITIVE MAN histoire d’alourdir le mélange. Ne reste plus qu’à allumer une petite étincelle pour que le tout explose, et l’impact produit aura peu ou prou le même effet qu’un bidon de nitroglycérine lancé plein gaz sur une locomotive en feu, blindée de dynamite. En à peine douze minutes, le quatuor parvient à atteindre la même intensité et la même créativité que les meilleurs moments de la bande à Kurt Ballou, dont ils se méfient suffisamment pour prendre leurs distances. Beaucoup plus épais, beaucoup plus agressifs, mais tout aussi équilibristes, les GOSHEN avec Goshen ne prônent qu’un concept, celui de la densité instrumentale, soulignée d’une production que le sieur Brad Boatright aurait pu peaufiner aux Audiosiege en termes de mixage. Le produit a pourtant été élaboré par Erol "Rollie" Ulug aux Bright Light Studios, mais autant dire que le bonhomme a autant de talent que la paire Ballou/Boatright pour offrir à ses poulains la dimension qui leur est due.

Six morceaux donc, qui se proposent de revisiter le Hardcore moderne en se basant sur ses influences classiques, et outre les références déjà citées, il est possible d’y ajouter d’autres mentions, dont celle des NEUROSIS pour cette lourdeur suffocante prenant à revers, ou les CANDIRIA pour cette utilisation du feedback intempestive (« G.A.B », qui ronfle soudain d’une gigantesque basse presque Grind). D’ailleurs, en parlant de fulgurances Grind, les californiens ont dû retenir la leçon des immanquables FULL OF HELL, leçon qu’ils appliquent avec une célérité digne des DILLINGER ESCAPE PLAN, en truffant leurs compositions de changements de rythme, de hurlements soudains, et de brusques cabrioles sèches et nettes. Pas le temps donc de s’ennuyer, à cause du timing évidemment, mais aussi à cause de la somme de propositions que la bande nous soumet, et si l’ensemble est cohérent en tant que tel, chaque segment à sa propre raison d’être, et peut être extrait sans craindre de perdre la logique en route. Le propos est distillé en tranches pas vraiment homogènes, allant de la poignée de secondes savoureuses (« Saboteur », si les UNSANE copiaient sur le voisin BRUTAL TRUTH, tout le monde aurait la moyenne, « Terminal », trente-cinq secondes et pas plus de bordel Noisy Grind sans pitié pour les oreilles) aux trois minutes de douleur concentrée, mais appuyée par un riff redondant et discordant, et par une basse suffocante (« Cave », assez probant dans sa façon de n’exhiber que les aspects les plus repoussants du Hardcore, sans perdre le fil de son caractère groovy et radical). Ajoutez à ceci de l’entre-deux (« Man of Grace », deux minutes de Math/Noise/Chaotic/Sludge, soit toute l’animosité résumée en quelques nuages de fumée) et un final pesant et hurlant (« Cities », inutile de finir le sirop, les cordes vocales fonderaient aussitôt), et vous obtenez un EP hautement recommandable, qui ne joue aucun tour pendable.

J’exige immédiatement un LP pour confirmer tout le bien que je commence à penser de cette horde de barbares, mais en attendant ce jour béni, suez à grosses gouttes en vous agitant au rythme de dément de ce Goshen. Ça vous fera toujours ça de sport à faire en moins.                    

       

Titres de l'album:

                          1.G.A.B.

                          2.Saboteur

                          3.Cave

                          4.Man of Gauze

                          5.Terminal

                          6.Cities

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/07/2018 à 14:30
85 %    153

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent