Sic Semper Tyrannis

Crimson Sunsets

11/09/2020

Autoproduction

Toujours ainsi pour les tyrans  

Citation tronquée et attribuée à Brutus, principal artisan de l’assassinat de Cesar, et reprise quelques siècles plus tard par John Wilkes Booth après son tir qui ôta la vie à Abraham Lincoln. Il est toujours très difficile de se baser sur une phrase historique pour se présenter musicalement, mais les grecs de CRIMSON SUNSETS assument totalement leurs positions, même si leur Sic Semper Tyrannis n’est qu’un premier album, et pour cause. En effet, le groupe bien que novice en termes de production professionnelle n’existe pas depuis les années 2010, mais a bien vu le jour en 1994 à Athènes. Alors, qu’ont-ils bien pu faire en plus de vingt-cinq ans d’existence pour ne sortir que leur premier chapitre en 2020 ? Splitter pendant quinze ans déjà, entre 2002 et 2017, et ne sortir que deux démos durant leur première période d’activité. C’est ainsi que les fans éventuels ont pu se faire les dents sur A Furore Normannorum Libera Nos Domine en 1997, et sur Crimson Sunsets en 1999, avant que le groupe ne jette l’éponge pour de bon…pour mieux ressusciter. Et sans crier au génie, j’avoue qu’il eut été dommage de ne plus avoir de leurs nouvelles, car les pistes constituant cette première déclaration sont de fort bonne facture, évoluant pourtant dans un créneau me laissant d’ordinaire hermétique, le Doom. Mais le Doom des grecs n’en est pas vraiment, pas seulement en tout cas, et il sait se teinter de Death light, de NOLA par suggestion, et même de Stoner pour qui sait tendre l’oreille. Et il n’en devient que plus sympathique à l’oreille, d’autant que si les morceaux ont tendance à prendre leur temps, ils le font pour instaurer des ambiances prenantes et des climats assez hypnotiques.

Présentations : Tolik (guitare), George (chant/basse), Sot (batterie), et Pavlos (guitare, petit nouveau depuis 2019) se connaissent donc depuis un bail et savent exactement ce qu’ils veulent. Jouer un Doom qui se laisse pénétrer par des influences extérieures, et qui filtre le Death Rock pour ne pas laisser traîner sa misère. Après avoir repris les commandes il y a trois ans, les trois membres originels ont souhaité enregistrer un disque aussi proche de leurs racines que possible, et qui aurait donc pu être gravé entre 1994 et 2000. C’est l’impression qu’on a en écoutant Sic Semper Tyrannis qui évite la production cryptique emblématique du Doom contemporain, et qui propose un son assez Rock dans les faits, avec des guitares lourdes certes, mais qui ne bavent pas leur ennui par tous les micros. Les riffs sont donc sombres, graves, mais restent légers, abordables pour les néophytes, et l’ensemble ressemble parfois en effet à un album de Rock gras et gros enregistré dans les nineties. Certes, la variété n’est pas la qualité la plus évidente de nos amis athéniens, qui répètent souvent la même formule, mais leur musique a le don de nous éviter les atermoiements du Funeral Doom, ou le sevrage BLACK SABBATH un peu trop redondant.   

Les fans du genre sauront reconnaître un groupe qui évolue dans le créneau depuis longtemps, mais ce disque ne s’adresse justement pas qu’aux fans, et distille des arrangements plutôt bien sentis, sous forme de breaks atmosphériques agréables aux tympans, comme en témoigne la cassure centrale très futée de « Vae Victis ». Avec une bonne moyenne de cinq minutes par morceau, CRIMSON SUNSETS n’abuse pas des répétitions, et si les deux guitares semblent parfois bloquées sur la même fréquence, si le chant rauque de George ne dévie que très rarement de ses litanies éraillées, l’agencement des plans permet quelques respirations qui redonnent du souffle aux chansons, qui en sont vraiment et pas de simples complaintes à base de mi gratté ad nauseam. Il y a bien sûr des tranches de mélancolie plus conséquentes, comme « Ravens » qui plante un décor assez différent avec son intro mélodique en arpèges, et surtout, « Inglorious Fate » qui nous entraîne sur la piste d’un Death/Doom très savoureux et inspiré. Les musiciens sortent alors les grosses cartouches, la double grosse caisse, appuyant sur les aspects les plus revêches de leur caractère, pour nous offrir un véritable final poisseux et explosif.

Le bilan est donc largement positif et je suis très heureux pour les grecs de ce retour qui leur permet enfin de mettre leurs atouts en avant sur longue-durée. D’autant qu’ils ne rechignent pas sur les petites accommodations, les trouvailles qui nous évitent un endormissement prématuré, alourdissant parfois leur propos pour provoquer les Dieux du Doom le plus puriste (« Halls of Extinction »), ou au contraire, en insistant sur le Metal pour tremper leur plume dans le Death plus conventionnel, mais toujours Rock dans le fond (« Deny the Witch »). Un très bon album donc que ce Sic Semper Tyrannis, qui sans faire trembler les tyrans, permettra de renverser quelques idées préconçues sur le Doom.                           

                                                                   

Titres de l’album:

01. Sic Semper Tyrannis

02. Small Steps Corrupt

03. Vae Victis

04. We Happy Few

05. Ravens

06. Deny the Witch

07. Halls of Extinction

08. Inglorious Fate


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/10/2022 à 17:27
78 %    86

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51