Blood on Canvas

Darkness

26/04/2024

Massacre Records

On ne nage plus dans l’old-school, on s’y noie. De semaine en semaine, les vagues déferlent, toujours plus hautes et nombreuses, et la pauvre bouée dont nous disposons ne suffit plus depuis longtemps à nous sauver d’une dérive inévitable. Quand ce ne sont pas les jeunes qui copient les anciens, ce sont les anciens qui essaient de donner une leçon aux jeunes, et ce combat n’a pas que des gagnants. Ou en tout cas, pas forcément ceux qu’on croit.  .                      

Aujourd’hui, c’est une légende de l’underground allemand qui revient nous chatouiller les orteils avec son nouveau long. DARKNESS, un nom bien connu des initiés qui comme moi, ont beaucoup joué des albums comme Death Squad et Defenders of Justice. Dans les années 80, le quatuor avançait tranquillement en seconde division germaine, et la sortie de Conclusion & Revival avait sonné leur glas prématurément. Depuis, pas mal de bière a coulé sur les pions, et le groupe a remis le couvert avec une nouvelle formule, qui ressemble étrangement à l’ancienne.

Dernier témoignage en date, First Class Violence qui en 2018 avait quelques trucs à hurler. Un disque de fort bonne facture, pour un groupe qui aime le travail bien fait, mais qui n’a jamais brillé pour son culot. Six ans plus tard, le gang se retrouve dans la rue pour faire peur aux voisins, et nous braille un Blood on Canvas en plein dans les oreilles. Et si les mines sont toujours patibulaires, le fond de l’air est toujours aussi frais, et le Thrash à maturation. De la bonne came ?

Oui et moins oui, comme d’habitude avec DARKNESS. On passe sans transition d’un Thrash fougueux à un Thrash besogneux, mais dans l’ensemble, cette nouvelle tranche de vie a de quoi intéresser tous les ferrailleurs et autres dealers en décibels. Fêtant l’arrivée dans la confrérie de Dominik Rothe (SCANNER, TASKFORCE TOXICATOR, ex-MARAUDER, ex-SPEED LV̇FTER, ex-CEREBRAL INVASION, ex-DREADTHESUN) à la seconde guitare, Lacky (batterie), Arnd (guitare), Lee (chant) et Ben (basse) se sentent pousser des ailes, et jouent gaiment avec les limitations de vitesse pour nous proposer un traditionalisme attendu, mais efficace et bien tendu.

Dès « Wake Up in a Rage », les horloges se mettent à l’heure de la castagne. Un son sans exagération, clair, net et moins compact que chez les copains les plus établis, une présence indéniable, et une forme qui fait plaisir à voir. Le quintet nous donne exactement ce qu’il nous a toujours donné, des hymnes qu’on reprend des clous dans le cœur et des morceaux qu’on beugle en sueur en portant la culotte de sa sœur. Certes, le propos n’est pas des plus finauds, mais est-ce vraiment ce qu’on attend d’un groupe comme DARKNESS ?

Fidèle à son approche eighties, avec ce brin de défiance Punk qui caractérisait les orchestres les plus sauvages et rebelles, DARKNESS ajoute à sa sélection une nouvelle entrée agréable, rapide, bien troussée et qui donne envie aux voisins de déménager. On ne peut toutefois pas penser à autre chose que l’Allemagne lorsqu’on écoute un « Human Flesh Wasted », qu’on pourrait croire cosigné par les soiffards de TANKARD, ou quand on déguste à grandes lampées un « Night in Turmoil » à la lourdeur un peu trop insistante.

La violence du quintet est toujours aussi bon enfant. Les riffs alternent le guilleret champêtre et le souriant urbain, quelques parties mosh viennent nous serrer la main, et le bilan est plutôt avenant. Assez proches de leurs confrères d’ASSASSIN, ou d’EXUMER, les DARKNESS ne s’embarrassent pas de principes, et recyclent avec plus ou moins de bonheur des thèmes largement utilisés dans les eighties, la modernité du son en plus. Mais ne soyez pas dupes, ce nouvel album pourrait déjà être un ancien, tant il s’obstine à refourguer les idées de ses aînés.

Alors, apprécions-le pour ce qu’il est. Un bon moment bourrin mais pas trop, et qui de temps à autres flirte avec la brutalité plus ouverte (« This and My Heart Beside », l’une des meilleures saillies du lot), tout en gardant une musicalité très présente. Pas de chaos ni de boucan, juste un bon bordel qui traverse les vitres de la bagnole pour sonoriser tout le quartier, sous l’œil ahuri des passants. Et comme une fois par ci par là, le groupe nous fait le plaisir de nuancer un peu (« Truth Is a Whore », et une sacrée en plus), on sait se montrer clément au moment de dresser un bilan.

Largement plus compétent que bien des concurrents plus décorés, DARKNESS s’en sort sans trop de problème, même si cette sensation d’avoir déjà entendu ça des milliers de fois nous chatouille les bretelles. Mais tel est le principe du vintage, qui ne perd pas de temps à chercher la petite bête. Il préfère l’écraser d’un coup de basket, les lacets défaits et la semelle maculée de liquides visqueux.

C’est le prix à payer pour se manger un lapidaire et très RECIPIENTS OF DEATH « Defcon Four », et surtout, pour jauger du potentiel d’un ultime titre aux ambitions plus déclarées. Avec « Blood on Canvas », l’album prend, une autre dimension, et avoue une passion épique assez rare dans ce genre de travail. Mais cette guitare en son clair, cette intro qui monte comme un « Fade to Black » germain, et cette construction en crescendo bien connue des amateurs de HEATHEN et autres SCANNER font grimper la température, et permettent à Blood on Canvas de passer la cinquième juste avant l’autoroute.

Alors, je le concède, certains plans sont anonymes, une poignée d’idées aurait pu être laissée sur le compost, mais globalement, Blood on Canvas est un bon cru qui s’avale sans effort, et vers qui on pourra revenir dans quelques temps.

De quoi donner envie de se mettre à la peinture, et de signer dans le sang sa première œuvre.

    

  

Titres de l’album:

01. Wake Up in a Rage

02. A Couple of Kills

03. Night in Turmoil

04. Human Flesh Wasted

05. This and My Heart Beside

06. Truth Is a Whore

07. Defcon Four

08. Roots of Resistance

09. Blood on Canvas


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/06/2024 à 17:32
80 %    245

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08

Moshimosher

Un nouvel album ! Bonne nouvelle !

06/07/2024, 06:56

Moshimosher

Très cool, comme news !

05/07/2024, 19:06

Moshimosher

Du très bon ! Je viens juste de le recevoir ! 

05/07/2024, 19:06

Jeff

Cela fait toujours plaisir de te lire RBD

04/07/2024, 21:58

senior canardo

"Tes photos promo avec force chaines et autres bracelets cloutés pour revenir à l’époque de tes débuts sont grotesques." n'est pas Niefelheim qui veut lol

04/07/2024, 12:56

Gargan

Merci pour la découverte, je serai sûrement passé à côté. ça s'écoute étonnamment bien (la fluidité avec un tel mélange n'est pas donnée à toute le monde, c'est généralement une m(...)

02/07/2024, 08:24

LeMoustre

Acheté Disséqué Tuerie

02/07/2024, 07:00

Buck Dancer

RBD et Humingus: "C'est ce qu'on aime dans notre scène"Ce genre d'anecdotes aussi, on aime ( alors que je connais ni le groupe ni le disquaire en question)

02/07/2024, 05:23

Bastos

Putain ça défonce 

02/07/2024, 01:19