Wired

Eclipse

08/10/2021

Frontiers Records

Vingt ans de présence discographique, dont dix-sept de fidélité à Frontiers (avec autant de timbres cadeau pour s’offrir un sèche-cheveux), des hits à ne plus savoir qu’en jouer, une fois sans faille en ce Hard-Rock mélodique et énergique à la suédoise, huit albums studio, un live, une référence pour X groupes sur la planète Rock, et pourtant, les ECLIPSE refusent de se reposer sur leurs lauriers chèrement acquis. Ainsi donc pourrait se décrire factuellement le parcours de ce combo hors-normes, qui a lui seul ou presque, incarne l’image parfaite de la domination suédoise sur le Hard Rock depuis l’orée des années 2000, alors que ce petit pays se faisait à peine remarquer sur la carte quelques années auparavant. Et deux ans à peine après leur dernier carton mérité Paradigm, célébré par certains fans comme leur plus haut fait d’armes, la bande à Erik Martensson revient plus remontée que jamais, un an à peine après nous avoir explosé les oreilles d’un live tonitruant, Viva La VicTOURia.

Une fois encore, le quatuor au bassiste renouvelé (Victor Crusner remplace Magnus Ulfsted depuis deux ans) insiste sur sa formule, la plus efficace du marché, pour tenter de nous offrir une suite digne de l’achèvement qu’était Paradigm. Aucune déviation dans la composition ou l’enregistrement, la même sobriété de ton, la même brièveté de présence, ECLIPSE est confiant en ses armes depuis longtemps, et Martensson sait déjà que le moindre de ses petits paris est gagné d’avance, puisque la musique du groupe est toujours aussi appréciée en Europe, et même aux Etats-Unis. Avec un compteur de streaming qui affole le VU-mètre, un succès ne se démentant pas, le quatuor se présente à nous de nouveau avec ce Wired, branché comme jamais, et qui se permet même une allusion aux dieux AC/DC sur l’intro de « Roses On Your Grave », via un duo de guitare qui rappelle le meilleur des frères Young.

D’ailleurs, ce premier titre est tout sauf innocent. Classique dans le répertoire d’ECLIPSE, jumpy comme il faut, il réconcilie l’électricité des années 70/80 et le sens de la mélodie des années 90/2000, et nous déroule le tapis rouge d’un hit que Desmond Child aurait pu composer pour nos propres BLACKRAIN.

Les hits, l’essence même du moteur du quatuor (Erik Mårtensson – chant, Magnus Henriksson – guitare, Philip Crusner – batterie et Victor Crusner – basse), qui en plus de vingt ans de carrière n’a jamais lâché la pédale. Si dès ses premières mesures Wired nous branche sur une gégène traditionnelle, on prend son pied dès les premières secondes, et cette batterie ludique à la double grosse caisse mutine nous catapulte dans un autre monde, où seules l’euphorie et la sincérité font office de valeurs.

Propulsé par le single imparable « Saturday Night (Hallelujah) », ce huitième album des suédois est une réussite à ajouter à un tableau de chasse bien chargé. Sans surprendre, sans bousculer autrement que par son énergie diabolique, Wired assure la continuité et le service avant-vente, promettant des concerts homériques et des prestations jubilatoires, de celles qui restent gravées dans la mémoire pour la vie entière. La vie justement, célébrée par le groupe prend un éclairage plus euphorique, et laisse même de l’espoir, celui de voir les choses changer pour le meilleur, et la jeunesse se réveiller pour revenir à l’essentiel : les échanges humains, l’équité, la compassion et l’empathie.

La générosité d’ECLIPSE est sans limite sur ce nouveau chapitre de leur histoire de fous chantant. Car même en pilotage automatique la plupart du temps, le quatuor parvient une fois encore à nous embarquer dans son monde coloré et lumineux, en faisant ce qu’il sait faire de mieux, imposer un up tempo galvanisant et des mélodies entêtantes. « Dying Breed », archétype de Hard-Rock-song qui s’incruste dans les neurones transforme ce début d‘album en célébration  hédoniste d’un monde né dans les années 80 en Californie, du côté des quartiers les plus Glam, et à l’image des SHOTGUN MESSIAH, TIGERTAILZ, ECLIPSE durcit la guimauve au feu de la passion pour la rendre plus croquante et fondante, et transforme la soirée en éclate totale, sans effets secondaires ou diabète prononcé.

Rien à dire, c’est du travail bien fait, du prêt-à-porter évidemment, mais de luxe, et qui rend tout le monde plus beau, et plus séduisant. Entre les demies ballades romantiques aux choeurs dignes d’un succès hollywoodien (« Carved In Stone »), et les accès de fièvre qui changent l’adrénaline en drogue non létale pour l’organisme (« Twilight »), Wired joue sur les différences de tension, mais ne menace jamais de saute intempestive le compteur en triphasé. La patte ECLIPSE, présente sur tous les accords et arrangements nous garantit une écoute sans anicroche ni mauvais plan, et la voix de Mårtensson, toujours aussi juste et sensible nous prend par les tripes et le cœur pour nous offrir la plus belle histoire d’amour sous coucher de soleil suédois (« Poison Inside My Heart »).

La question est : comment font-ils pour produire une musique de cette qualité dans un laps de temps aussi serré ? Magie ? Pacte passé avec le diable ? Alors que les années 80 célébraient des albums truffés de fillers en échange d’un ou deux hits, tous les trois ou quatre ans, les années 2010 et 2020 exigent des artistes des albums complets, sans faute de goût ni remplissage facile. « Bite The Bullet » aurait fait le bonheur de BON JOVI ou d’un KIX en manque d’inspiration, et si parfois, la machine patine en restant au même régime (« Things We Love »), l’ensemble produit assez d’énergie pour faire vivre une petite ville coincée entre les montagnes.

ECLIPSE, le produit d’exportation le plus vendu de Suède sent qu’à l’approche des fêtes, les cadeaux vont se multiplier. Alors, le groupe prépare le terrain et bosse avec Santa Claus pour mettre dans nos chaussettes accrochées à la cheminée un superbe album, qu’on écoutera en famille ou seul dans sa chambre, en se rappelant que parfois, vue sous le bon angle, la vie peut encore être belle.           

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Roses On Your Grave

02. Dying Breed

03. Saturday Night (Hallelujah)

04. Run For Cover

05. Carved In Stone

06. Twilight

07. Poison Inside My Heart

08. Bite The Bullet

09. We Didn't Come To Lose

10. Things We Love

11. Dead Inside (CD and Digital Exclusive Bonus Track)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/11/2021 à 17:40
85 %    92

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54