Ils sont quatre, viennent de Karlovac, Croatie, et jouent une sorte d’Emocrust à tendance Darkcore, tout en sachant pertinemment que les étiquettes sont vaines et que seule la musique parle d’elle-même. Et la leur est en effet très sombre, mais pas dénuée de mélodies pour autant, même si sa brutalité et son agressivité sont palpables tout au long des sept pistes de ce premier EP.

Aux commandes de PATH OF CESTODA, nous retrouvons donc Adrian (chant), Bruno (guitare et chœurs) et Luka (batterie et cris lointains), qui après une première démo en 2016 nous offrent donc leur première sortie officielle en version digitale. Avec cet EP enregistré, mixé et masterisé par Domagoj Rade, et caché sous une pochette à la photo prise par Helena Lesić, le trio se distingue donc et rejoint les rangs serrés du Hardcore sombre de l’est, l’un des plus abrasifs et ténébreux qui soit.

Pour autant, et sans non plus tomber dans l’éloge gratuit, le leur à ce petit quelque chose qui les différencie de la masse, principalement à cause de l’ouverture d’esprit dont font preuve les musiciens.

Si la tonalité générique reste dans des balises Darkcore et Crust solidement plantées, certains titres font montre d’un feeling un peu plus Punk que d’ordinaire, sans toutefois tomber dans le sommaire cru et facilement bâclé.

Entre des riffs puissants mais légèrement joueurs sur les bords (« The Unyielding Mist »), et des progressions compressées et lourdes comme des ciels d’hiver soudainement striés d’une lumière pale (« Raise The Forlorn » et son break en son clair totalement imprévisible), Fermented In Jaws Of Time joue la carte de la diversité, et maintient la pression pendant le quart d’heure qui lui est imparti.

On note évidemment une utilisation fort pertinente des vocaux partagés, entre la voix très rauque et grave d’Adrian et les hurlements époumonés impromptus de Luka, mais aussi des interventions éparses de dissonances presque Indus sur les bords, souvent sur les intros, mais aussi parfois au sein même des morceaux qui voient leur monochrome accentué. Et comme les PATH OF CESTODA ne crachent pas non plus sur une polyrythmie un peu bancale (« Lurid Depths », qui s’écarte quand même un peu du tempo…), l’écoute s’en trouve bonifiée et évite la redite d’un Darkcore trop prévisible. Certes, j’en conviens, le classicisme d’ensemble est indéniable, mais en tant que carte de visite « professionnelle », Fermented In Jaws Of Time fait largement l’affaire, et ne dénote pas parmi la qualité globale de la scène de l’est, dont les groupes Russes, Polonais et Ukrainiens sont les plus fidèles représentants.

Mais la Croatie a donc sa carte à jouer, et nous en sommes conscients dès « Pit Of Woe », qui après une entame assez sourde et à peine perturbée par quelques coups de ride, lâche un thème lourd et oppressant qui nous rappelle même le NEUROSIS le plus cathartique. « Womb Of Iriy » confirme la bonne impression et s’autorise des enchevêtrements de voix assez terrifiants, dans une optique limite BM qui pourtant découle sur un up-tempo purement Punk Hardcore. La vitesse s’invite de temps à autres au banquet de violence, et « Wrown Has Fallen » de nous déverser des torrents de Crust boueux qui a du mal à s’imposer sur la durée, et qui finit par laisser place à un Core très tendu, un peu dans la même veine que la trademark NYC de l’aune des 90’s, avec ce petit plus à la AGNOSTIC FRONT qui brouille un peu plus les pistes.

D’ailleurs, difficile de classer les PATH OF CESTODA dans un créneau bien précis, tant ils aiment noyer le poisson dans les eaux saumâtres de la brutalité multiple, osant même parfois fricoter avec un gros Punk fédérateur, toutefois embrumé d’une guitare qui décidément ne parvient pas à choisir son camp. 

Et finalement, Fermented In Jaws Of Time ressemble beaucoup à sa pochette, dont il copie la dualité. Cette silhouette vue de dos, qu’on imagine soit résignée soit animée d’une colère contenue, faisant face à la beauté de la nature, qui pourrait d’ailleurs symboliser la solitude extrême d’individus par forcément à l’aise dans leur époque.

Une interprétation à la disposition de chaque sensibilité, mais qui trouve écho dans l’ombre des arbres se reflétant sur la surface de l’eau. Une musique à plusieurs dimensions, avec des troubles de ricochets, des barbelés qui empêchent toute intrusion, mais aussi de grands arbres qui cachent une forêt de sensibilité. C’est du moins ce que j’ai cru y voir, mais comme toute analyse étant personnelle, je vous laisse seuls juges de ce vous croirez trouver dans ce premier EP.

Et plus simplement, il reste un excellent premier jet de Hardcore multidirectionnel, qui n’ose pas encore emprunter une direction bien précise.

A moins que cette fausse impression d’errance soit un choix en lui-même. Violence, mélodie, stridences, le programme est vaste et la promenade en noir et blanc.


Titres de l'album:

  1. Pit of Woe
  2. Wombs of Iriy
  3. The Unyielding Mist
  4. Crown Has Fallen
  5. Descended From The Sun
  6. Raise The Forlorn
  7. Lurid Depths

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/08/2017 à 14:41
70 %    355

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)