Ils sont quatre, viennent de Karlovac, Croatie, et jouent une sorte d’Emocrust à tendance Darkcore, tout en sachant pertinemment que les étiquettes sont vaines et que seule la musique parle d’elle-même. Et la leur est en effet très sombre, mais pas dénuée de mélodies pour autant, même si sa brutalité et son agressivité sont palpables tout au long des sept pistes de ce premier EP.

Aux commandes de PATH OF CESTODA, nous retrouvons donc Adrian (chant), Bruno (guitare et chœurs) et Luka (batterie et cris lointains), qui après une première démo en 2016 nous offrent donc leur première sortie officielle en version digitale. Avec cet EP enregistré, mixé et masterisé par Domagoj Rade, et caché sous une pochette à la photo prise par Helena Lesić, le trio se distingue donc et rejoint les rangs serrés du Hardcore sombre de l’est, l’un des plus abrasifs et ténébreux qui soit.

Pour autant, et sans non plus tomber dans l’éloge gratuit, le leur à ce petit quelque chose qui les différencie de la masse, principalement à cause de l’ouverture d’esprit dont font preuve les musiciens.

Si la tonalité générique reste dans des balises Darkcore et Crust solidement plantées, certains titres font montre d’un feeling un peu plus Punk que d’ordinaire, sans toutefois tomber dans le sommaire cru et facilement bâclé.

Entre des riffs puissants mais légèrement joueurs sur les bords (« The Unyielding Mist »), et des progressions compressées et lourdes comme des ciels d’hiver soudainement striés d’une lumière pale (« Raise The Forlorn » et son break en son clair totalement imprévisible), Fermented In Jaws Of Time joue la carte de la diversité, et maintient la pression pendant le quart d’heure qui lui est imparti.

On note évidemment une utilisation fort pertinente des vocaux partagés, entre la voix très rauque et grave d’Adrian et les hurlements époumonés impromptus de Luka, mais aussi des interventions éparses de dissonances presque Indus sur les bords, souvent sur les intros, mais aussi parfois au sein même des morceaux qui voient leur monochrome accentué. Et comme les PATH OF CESTODA ne crachent pas non plus sur une polyrythmie un peu bancale (« Lurid Depths », qui s’écarte quand même un peu du tempo…), l’écoute s’en trouve bonifiée et évite la redite d’un Darkcore trop prévisible. Certes, j’en conviens, le classicisme d’ensemble est indéniable, mais en tant que carte de visite « professionnelle », Fermented In Jaws Of Time fait largement l’affaire, et ne dénote pas parmi la qualité globale de la scène de l’est, dont les groupes Russes, Polonais et Ukrainiens sont les plus fidèles représentants.

Mais la Croatie a donc sa carte à jouer, et nous en sommes conscients dès « Pit Of Woe », qui après une entame assez sourde et à peine perturbée par quelques coups de ride, lâche un thème lourd et oppressant qui nous rappelle même le NEUROSIS le plus cathartique. « Womb Of Iriy » confirme la bonne impression et s’autorise des enchevêtrements de voix assez terrifiants, dans une optique limite BM qui pourtant découle sur un up-tempo purement Punk Hardcore. La vitesse s’invite de temps à autres au banquet de violence, et « Wrown Has Fallen » de nous déverser des torrents de Crust boueux qui a du mal à s’imposer sur la durée, et qui finit par laisser place à un Core très tendu, un peu dans la même veine que la trademark NYC de l’aune des 90’s, avec ce petit plus à la AGNOSTIC FRONT qui brouille un peu plus les pistes.

D’ailleurs, difficile de classer les PATH OF CESTODA dans un créneau bien précis, tant ils aiment noyer le poisson dans les eaux saumâtres de la brutalité multiple, osant même parfois fricoter avec un gros Punk fédérateur, toutefois embrumé d’une guitare qui décidément ne parvient pas à choisir son camp. 

Et finalement, Fermented In Jaws Of Time ressemble beaucoup à sa pochette, dont il copie la dualité. Cette silhouette vue de dos, qu’on imagine soit résignée soit animée d’une colère contenue, faisant face à la beauté de la nature, qui pourrait d’ailleurs symboliser la solitude extrême d’individus par forcément à l’aise dans leur époque.

Une interprétation à la disposition de chaque sensibilité, mais qui trouve écho dans l’ombre des arbres se reflétant sur la surface de l’eau. Une musique à plusieurs dimensions, avec des troubles de ricochets, des barbelés qui empêchent toute intrusion, mais aussi de grands arbres qui cachent une forêt de sensibilité. C’est du moins ce que j’ai cru y voir, mais comme toute analyse étant personnelle, je vous laisse seuls juges de ce vous croirez trouver dans ce premier EP.

Et plus simplement, il reste un excellent premier jet de Hardcore multidirectionnel, qui n’ose pas encore emprunter une direction bien précise.

A moins que cette fausse impression d’errance soit un choix en lui-même. Violence, mélodie, stridences, le programme est vaste et la promenade en noir et blanc.


Titres de l'album:

  1. Pit of Woe
  2. Wombs of Iriy
  3. The Unyielding Mist
  4. Crown Has Fallen
  5. Descended From The Sun
  6. Raise The Forlorn
  7. Lurid Depths

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/08/2017 à 14:41
70 %    322

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Refused

War Music

Violentor

Putrid Stench

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

The Sisters of Mercy + A.A. Williams

RBD / 27/10/2019
Folk

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.


Toujours aussi mou du genou dans son choix éditorial.


Leur nouvel album est une bombe !! Dans mon top 5 de l'année !!


Effectivement...
Mais ce "plagiat" me va très, très bien à moi.


Bah merde...
Je ne connais que de très, très loin SENTENCED (je vais d'ailleurs remédier à ça d'ici peu je pense...), mais je ne savais absolument pas que deux de ses membres étaient les instigateurs de KYPCK.
Groupe effectivement exceptionnel dont le premier album (surtout !) m'av(...)


Carrément.


D'autant qu'il est très bien ce nouvel album, plus varié mais toujours intense. Les Vader Français !


Tant que ça Humungus ?


Dans la oï, il y a plein de trucs excellents. Et ce groupe en faisait partie.


Merci Gab pour ton travail. Je trouve encore des cassettes que tu as produites un peu partout à l'étranger, c'est un sacré boulot. Et merci de m'avoir fait découvrir Warning Fog il y a peu, devenu un des mes groupes de pur grind préféré.
Pour avoir très largement fréquenté cet underg(...)


Dans ma liste des meilleurs albums de l'année...