Ils sont quatre, viennent de Karlovac, Croatie, et jouent une sorte d’Emocrust à tendance Darkcore, tout en sachant pertinemment que les étiquettes sont vaines et que seule la musique parle d’elle-même. Et la leur est en effet très sombre, mais pas dénuée de mélodies pour autant, même si sa brutalité et son agressivité sont palpables tout au long des sept pistes de ce premier EP.

Aux commandes de PATH OF CESTODA, nous retrouvons donc Adrian (chant), Bruno (guitare et chœurs) et Luka (batterie et cris lointains), qui après une première démo en 2016 nous offrent donc leur première sortie officielle en version digitale. Avec cet EP enregistré, mixé et masterisé par Domagoj Rade, et caché sous une pochette à la photo prise par Helena Lesić, le trio se distingue donc et rejoint les rangs serrés du Hardcore sombre de l’est, l’un des plus abrasifs et ténébreux qui soit.

Pour autant, et sans non plus tomber dans l’éloge gratuit, le leur à ce petit quelque chose qui les différencie de la masse, principalement à cause de l’ouverture d’esprit dont font preuve les musiciens.

Si la tonalité générique reste dans des balises Darkcore et Crust solidement plantées, certains titres font montre d’un feeling un peu plus Punk que d’ordinaire, sans toutefois tomber dans le sommaire cru et facilement bâclé.

Entre des riffs puissants mais légèrement joueurs sur les bords (« The Unyielding Mist »), et des progressions compressées et lourdes comme des ciels d’hiver soudainement striés d’une lumière pale (« Raise The Forlorn » et son break en son clair totalement imprévisible), Fermented In Jaws Of Time joue la carte de la diversité, et maintient la pression pendant le quart d’heure qui lui est imparti.

On note évidemment une utilisation fort pertinente des vocaux partagés, entre la voix très rauque et grave d’Adrian et les hurlements époumonés impromptus de Luka, mais aussi des interventions éparses de dissonances presque Indus sur les bords, souvent sur les intros, mais aussi parfois au sein même des morceaux qui voient leur monochrome accentué. Et comme les PATH OF CESTODA ne crachent pas non plus sur une polyrythmie un peu bancale (« Lurid Depths », qui s’écarte quand même un peu du tempo…), l’écoute s’en trouve bonifiée et évite la redite d’un Darkcore trop prévisible. Certes, j’en conviens, le classicisme d’ensemble est indéniable, mais en tant que carte de visite « professionnelle », Fermented In Jaws Of Time fait largement l’affaire, et ne dénote pas parmi la qualité globale de la scène de l’est, dont les groupes Russes, Polonais et Ukrainiens sont les plus fidèles représentants.

Mais la Croatie a donc sa carte à jouer, et nous en sommes conscients dès « Pit Of Woe », qui après une entame assez sourde et à peine perturbée par quelques coups de ride, lâche un thème lourd et oppressant qui nous rappelle même le NEUROSIS le plus cathartique. « Womb Of Iriy » confirme la bonne impression et s’autorise des enchevêtrements de voix assez terrifiants, dans une optique limite BM qui pourtant découle sur un up-tempo purement Punk Hardcore. La vitesse s’invite de temps à autres au banquet de violence, et « Wrown Has Fallen » de nous déverser des torrents de Crust boueux qui a du mal à s’imposer sur la durée, et qui finit par laisser place à un Core très tendu, un peu dans la même veine que la trademark NYC de l’aune des 90’s, avec ce petit plus à la AGNOSTIC FRONT qui brouille un peu plus les pistes.

D’ailleurs, difficile de classer les PATH OF CESTODA dans un créneau bien précis, tant ils aiment noyer le poisson dans les eaux saumâtres de la brutalité multiple, osant même parfois fricoter avec un gros Punk fédérateur, toutefois embrumé d’une guitare qui décidément ne parvient pas à choisir son camp. 

Et finalement, Fermented In Jaws Of Time ressemble beaucoup à sa pochette, dont il copie la dualité. Cette silhouette vue de dos, qu’on imagine soit résignée soit animée d’une colère contenue, faisant face à la beauté de la nature, qui pourrait d’ailleurs symboliser la solitude extrême d’individus par forcément à l’aise dans leur époque.

Une interprétation à la disposition de chaque sensibilité, mais qui trouve écho dans l’ombre des arbres se reflétant sur la surface de l’eau. Une musique à plusieurs dimensions, avec des troubles de ricochets, des barbelés qui empêchent toute intrusion, mais aussi de grands arbres qui cachent une forêt de sensibilité. C’est du moins ce que j’ai cru y voir, mais comme toute analyse étant personnelle, je vous laisse seuls juges de ce vous croirez trouver dans ce premier EP.

Et plus simplement, il reste un excellent premier jet de Hardcore multidirectionnel, qui n’ose pas encore emprunter une direction bien précise.

A moins que cette fausse impression d’errance soit un choix en lui-même. Violence, mélodie, stridences, le programme est vaste et la promenade en noir et blanc.


Titres de l'album:

  1. Pit of Woe
  2. Wombs of Iriy
  3. The Unyielding Mist
  4. Crown Has Fallen
  5. Descended From The Sun
  6. Raise The Forlorn
  7. Lurid Depths

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/08/2017 à 14:41
70 %    227

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)