Ils sont quatre, viennent de Karlovac, Croatie, et jouent une sorte d’Emocrust à tendance Darkcore, tout en sachant pertinemment que les étiquettes sont vaines et que seule la musique parle d’elle-même. Et la leur est en effet très sombre, mais pas dénuée de mélodies pour autant, même si sa brutalité et son agressivité sont palpables tout au long des sept pistes de ce premier EP.

Aux commandes de PATH OF CESTODA, nous retrouvons donc Adrian (chant), Bruno (guitare et chœurs) et Luka (batterie et cris lointains), qui après une première démo en 2016 nous offrent donc leur première sortie officielle en version digitale. Avec cet EP enregistré, mixé et masterisé par Domagoj Rade, et caché sous une pochette à la photo prise par Helena Lesić, le trio se distingue donc et rejoint les rangs serrés du Hardcore sombre de l’est, l’un des plus abrasifs et ténébreux qui soit.

Pour autant, et sans non plus tomber dans l’éloge gratuit, le leur à ce petit quelque chose qui les différencie de la masse, principalement à cause de l’ouverture d’esprit dont font preuve les musiciens.

Si la tonalité générique reste dans des balises Darkcore et Crust solidement plantées, certains titres font montre d’un feeling un peu plus Punk que d’ordinaire, sans toutefois tomber dans le sommaire cru et facilement bâclé.

Entre des riffs puissants mais légèrement joueurs sur les bords (« The Unyielding Mist »), et des progressions compressées et lourdes comme des ciels d’hiver soudainement striés d’une lumière pale (« Raise The Forlorn » et son break en son clair totalement imprévisible), Fermented In Jaws Of Time joue la carte de la diversité, et maintient la pression pendant le quart d’heure qui lui est imparti.

On note évidemment une utilisation fort pertinente des vocaux partagés, entre la voix très rauque et grave d’Adrian et les hurlements époumonés impromptus de Luka, mais aussi des interventions éparses de dissonances presque Indus sur les bords, souvent sur les intros, mais aussi parfois au sein même des morceaux qui voient leur monochrome accentué. Et comme les PATH OF CESTODA ne crachent pas non plus sur une polyrythmie un peu bancale (« Lurid Depths », qui s’écarte quand même un peu du tempo…), l’écoute s’en trouve bonifiée et évite la redite d’un Darkcore trop prévisible. Certes, j’en conviens, le classicisme d’ensemble est indéniable, mais en tant que carte de visite « professionnelle », Fermented In Jaws Of Time fait largement l’affaire, et ne dénote pas parmi la qualité globale de la scène de l’est, dont les groupes Russes, Polonais et Ukrainiens sont les plus fidèles représentants.

Mais la Croatie a donc sa carte à jouer, et nous en sommes conscients dès « Pit Of Woe », qui après une entame assez sourde et à peine perturbée par quelques coups de ride, lâche un thème lourd et oppressant qui nous rappelle même le NEUROSIS le plus cathartique. « Womb Of Iriy » confirme la bonne impression et s’autorise des enchevêtrements de voix assez terrifiants, dans une optique limite BM qui pourtant découle sur un up-tempo purement Punk Hardcore. La vitesse s’invite de temps à autres au banquet de violence, et « Wrown Has Fallen » de nous déverser des torrents de Crust boueux qui a du mal à s’imposer sur la durée, et qui finit par laisser place à un Core très tendu, un peu dans la même veine que la trademark NYC de l’aune des 90’s, avec ce petit plus à la AGNOSTIC FRONT qui brouille un peu plus les pistes.

D’ailleurs, difficile de classer les PATH OF CESTODA dans un créneau bien précis, tant ils aiment noyer le poisson dans les eaux saumâtres de la brutalité multiple, osant même parfois fricoter avec un gros Punk fédérateur, toutefois embrumé d’une guitare qui décidément ne parvient pas à choisir son camp. 

Et finalement, Fermented In Jaws Of Time ressemble beaucoup à sa pochette, dont il copie la dualité. Cette silhouette vue de dos, qu’on imagine soit résignée soit animée d’une colère contenue, faisant face à la beauté de la nature, qui pourrait d’ailleurs symboliser la solitude extrême d’individus par forcément à l’aise dans leur époque.

Une interprétation à la disposition de chaque sensibilité, mais qui trouve écho dans l’ombre des arbres se reflétant sur la surface de l’eau. Une musique à plusieurs dimensions, avec des troubles de ricochets, des barbelés qui empêchent toute intrusion, mais aussi de grands arbres qui cachent une forêt de sensibilité. C’est du moins ce que j’ai cru y voir, mais comme toute analyse étant personnelle, je vous laisse seuls juges de ce vous croirez trouver dans ce premier EP.

Et plus simplement, il reste un excellent premier jet de Hardcore multidirectionnel, qui n’ose pas encore emprunter une direction bien précise.

A moins que cette fausse impression d’errance soit un choix en lui-même. Violence, mélodie, stridences, le programme est vaste et la promenade en noir et blanc.


Titres de l'album:

  1. Pit of Woe
  2. Wombs of Iriy
  3. The Unyielding Mist
  4. Crown Has Fallen
  5. Descended From The Sun
  6. Raise The Forlorn
  7. Lurid Depths

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/08/2017 à 14:41
70 %    44

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Grind Against Trump

Motorhead

Under Cover

Angels Cut

Sick Sick Sick

Ceaseless Torment

Forces Of Evil

Grizzlor

Destructoid

Kee Of Hearts

Kee Of Hearts

The Rinn

Stories of the Green Fairy

Cannabis Corpse

Left Hand Pass

The Donner Party

Pizza Patrol

Lynch Mob

The Brotherhood

Leucosis

Liminal

Hedger

Unshaped Thoughts / With Eyes Unbound

Horde Victorieuse (horde V.)

Horde Victorieuse

Peropero

Lizards

Janet Gardner

Janet Gardner

Black Bleeding

The Awakening

Integrity

Howling, For The Nightmare Shall Consume

Excöriator

Horned Is The Hunger

Yards

Excitation Thresholds

Muscadeath Festival XVI

Jus de cadavre / 25/09/2017
Death Metal

Gogol Premier + The Rhinogrades

Sheb / 21/09/2017
Punk

MetallicA + Kvelertak

RBD / 13/09/2017
Thrash Metal

Les Tambours du Bronx + Mountain Men

RBD / 29/08/2017
Blues Rock

Motocultor Festival 2017

Jus de cadavre / 24/08/2017
Heavy Metal

Concerts à 7 jours

Ufomammut + Usnea

01/10 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Satyricon

01/10 : Mjc De Reze, Nantes (44)

Evergrey

01/10 : La Boule Noire, Paris (75)

Ensiferum + Wolfheart + Skyclad

01/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Satyricon

02/10 : Le Metronum, Toulouse (31)

Alcest + Anathema

02/10 : La Cartonnerie, Reims (51)

Evergrey

02/10 : Marché Gare, Lyon (69)

Archgoat + Bölzer + Svartidauði

02/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Alcest + Anathema

03/10 : L'etage, Rennes (35)

Tagada Jones + Urban Blaster + Headcharger

29/09 : L'etage, Rennes (35)

Bellator + Scum + Smerter

30/09 : La Jument Pavoisée, Rennes (35)

+ Pulmonary Fibrosis + Defenestration

30/09 : T'es Rock Coco, Angers (49)

Ufomammut + Usnea

30/09 : La Boule Noire, Paris (75)

Satyricon

30/09 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Joli plateau ! C'est intéressant d'avoir la vision de quelqu'un de plus jeune sur Mercyless, qui était l'une des institutions de la première scène, puis qui avait cherché une évolution musicale très audacieuse aujourd'hui gommée méthodiquement des mémoires. Cela m'amuserait de revoir Carca(...)


Il est clair qu'il y a bon nombre d'albums de MOTÖRHEAD sur lesquels se pencher avant de s'attarder sur celui-là.


Ouais l'affiche se démarque réellement du festival Metal lambda. Pour moi c'est loin mais j'espère que le côté ouest et le sud de la France vont se bouger en masse pour supporter ce fest


Pour répondre à ma propre question le batteur de Benighted c'était Kevin Paradis (Svart Crown etc...). Merci à Carcariass et Red Dawn pour la réponse ;)


Le très gros défaut de cet album est que je ne vois pas quel public il vise. Pour ceux comme moi qui ont chez eux la plupart des albums du groupe, il n'apporte pas grand chose (un des rares trucs que j'aurais aimé récupérer car probablement la reprise la plus inspirée et pas la plus facile à (...)