Et encore une sortie Thrash, et encore une sortie Thrash brésilienne. Décidément, le pays fait partie des plus prolifiques en la matière, et ce, depuis les années 80 et l’émergence de la scène bestiale nationale. Un coup Rio, un coup Belo Horizonte, un coup Belém, et aujourd’hui Curitiba, capitale de l’état de Paraná, l’extrême a toujours fait des émules aux quatre coins du pays, et celui-ci peut s’enorgueillir de compter dans ses rangs des pointures et autres influences. Celles d’EXYLLE sont revendiquées, mais placées pour servir de garde-fou, et non de liste exhaustive destinée à une meilleure compréhension de leur musique. C’est ainsi que sont nommés DEATH, HYPOCRISY, SLAYER, KREATOR, MEGADETH, OBITUARY, BLOODBATH, pour rester dans une moyenne de classicisme, avec toutefois des musiciens qui tiennent à préciser que leur champ d’action ne se limite pas à elles. Et c’est en effet ce qu’on constate en écoutant ce premier véritable longue-durée, Exylle, qui en quarante minutes fait le tour du propriétaire d’un domaine constellé de breaks fumeux, de riffs teigneux et de lignes vocales tout sauf mielleuses. Alors que les sites référentiels font état d’un premier LP, Burn Your Leaders / Dead When Born by the Church était plus à appréhender comme le collage d’un single et du premier EP des brésiliens, et ne fut édité qu’en cassette à 10 copies par le micro label Corpse Torture Records. Ne vous y trompez donc pas, Exylle avec ses dix morceaux inédits et ses quarante minutes est bien le véritable signal du départ de la carrière professionnelle des lusophones, toutefois autoproduit, mais au son délicatement old-school et à l’attitude vintage, mais plurielle.

Dans les faits, la référence la plus évidente parmi celle utilisée est celle de KREATOR. Les brésiliens partagent le point de vue des allemands qui aimaient leur Thrash corsé et à la limite d’un Death pas encore né. De fait, il n’est pas non plus incongru de penser aux INCUBUS plusieurs fois en savourant la rage de certains morceaux dont la rythmique dépasse une cadence raisonnable. Et après une intro formelle, EXYLLE rentre dans le vif du sujet avec « Legacy of Chaos » qui sème toutes les graines de la discorde. Entre des BPM qui s’affolent, des guitares qui tapent de tous les côtés, multipliant les riffs jusqu’à les noyer dans l’inspiration, le tout à des allures de Techno-Thrash/Death fait maison, mais aux aspirations patentes. Humble dans le résultat, avec une production pas toujours impeccable (notamment dans les moments les plus calmes), ce premier LP affiche pourtant sereinement ses qualités, joue carré (avec un batteur qui parfois en manque une ou deux), et propose un cocktail revigorant de brutalité made in South America, loin du Thrash/Black bestial de ses aînés, mais pas dupe de son héritage. Semblant à l’aise dans tous les secteurs de jeu, le groupe (Victor Hugo - basse, Kevin Vieira - guitare, Leonardo Matuzcewski - guitare, Rycardo Antonio - batterie) se plait à mixer les époques et les clins d’œil, nous ramenant parfois à la cruauté des premiers SEPULTURA pour mieux la teinter de rigueur germanique. Certes, tout n’est pas parfait, loin de là, les soli sont encore un peu justes et mièvres dans le mix, les parties rythmiques ne sont pas vraiment au biseau, et certaines parties de guitare encore un peu trop classiques, mais l’ensemble dégage une telle conviction que ces petites erreurs sont vite pardonnées. D’autant plus qu’elles confèrent à l’album un délicieux cachet rétro, à l’époque où le click n’était l’apanage que des groupes professionnels, et que seules comptaient l’envie et la dévotion.

Celle des brésiliens est intacte et indiscutable, et en écoutant « Dehumanization », petit brûlot de trois minutes et quelques, on se replonge dans la fièvre des années Thrash les plus créatives, lorsque les VULCANO, ASSASSIN, ACCUSER et CHAKAL se disputaient le trône de la seconde division. Et si la plupart du temps, les titres le prennent pour installer leur ambiance, le quatuor n’a pas hésité à dévier un peu et inclure deux segments très brefs de moins d’une minute, « G.A » et « World Deserves », intermèdes assez surprenants, non dans le fond qui respecte le schéma mais dans la forme, plutôt inhabituelle, spécialement au regard d’autres morceaux comme « I Am Neither Innocent » ou « Burn Your Leaders », beaucoup plus conséquents. Ce dernier est d’ailleurs plutôt costaud, évoluant sur un rythme plus modéré et symptomatique des us et coutumes américains des années 80, mais pas inintéressant pour autant. Il fait montre d’ailleurs des qualités les plus intrinsèques et des défauts les plus notables du combo, avec cette hargne sur les couplets, et ces breaks trop téléphonés qu’on sent venir à dix mesures. Ça ressemble parfois à un brouillon assez malhabile de CORONER, à cause de cette accumulation de plans et cette envie de démonstration qu’on sent sous-jacente, ou à une démarcation du SEPULTURA post Beneath The Remains, avec cette finesse rehaussant la brutalité ambiante. Mais avec quelques cassures limite beatdown, des passages Heavy convaincants, et une sensation globale de densité, l’album s’en sort avec plus que les honneurs, et souligne le caractère singulier d’un groupe dont la marge de progression peut intriguer. En l’état, Exylle se démarque de la production ambiante par son mélange des genres, par son côté amateur persistant, par son intensité (« The Goat », toujours ce problème de rythmique un peu décalée…), par sa basse qui joue aux avant-postes, et reste une curiosité assez intéressante qui mérite qu’on s’y arrête.       

  

Titres de l’album :

                           1.Legacy of Chaos

                           2.I Am Neither Innocent

                           3.God Decreed to Rape

                           4.Burn Your Leaders

                           5.The Goat

                           6.Dead When Born the Church

                           7.G.A

                           8.World Deserves

                           9.Dehumanization

                           10.Immortal Dies

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/11/2019 à 18:46
70 %    128

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...