A Patient Man

Cult Leader

09/11/2018

Deathwish Inc

A proprement parler, on n'écoute pas un album de CULT LEADER. On s'en imprègne, on le subit, on le questionne pour voir de quoi il en retourne, on en cherche les tenants et aboutissants, et on finit par se livrer à une introspection en forme de douleur intérieure, comme pour savoir si la vie vaut encore la peine d'être vécue. Car un album des originaires de Salt Lake City est toujours plus qu'un album. C'est un combat permanent entre la lumière et les ténèbres, entre l'espoir et la résignation, entre le début et la fin. Presque une apocalypse en soi, mais aussi une impulsion, positive ou négative, qui donne envie de se battre pour changer les choses, ou au contraire, de trouver une corde solide pour y faire un nœud et l'accrocher au plafond d'une vieille grange. Il en est ainsi depuis la création du groupe en 2013, et il y a peu de chances que les choses changent, spécialement si vous osez tendre les oreilles sur leur second longue-durée, ce A Patient Man qui est tout sauf patient, mais qui prend quand même son temps pour distiller ses idées, et confirmer que nous tenons-là l'un des groupes extrêmes les plus importantes de sa génération. Et peu importe que vos inclinaisons personnelles vous fassent préférer les NAILS ou PRIMITIVE MAN, puisque CULT LEADER est un mélange des deux, avec tellement d'autres détails dans les interstices. Mais depuis cinq ans maintenant, nous cherchons tous à cerner la bête pour savoir ce qu'elle a réellement dans le ventre. De l'animosité pure ? Quelques traces d'empathie bien cachées sous une couche d'agressivité ultime ? Un peu tout ça à la fois, et encore une justement, puisque ce second chapitre d'une saga qu'on espère aussi longue que la connerie humaine redéfinit les règles d'un Hardcore viscéralement puissant, urgemment impatient, et surtout, pluriel comme les sentiments humains qui s'entrechoquent en un ballet de contradictions que même les évolutionnistes les plus acharnés rattacheraient à l'existence d'un Dieu qui ne comprend plus très bien ce qui arrive à ses enfants.

Une fois encore publié par l'ami Jacob Bannon sur son propre label Deathwish Inc, et produit par l'increvable Kurt Ballou aux GodCity Studios, A Patient Man est une nouvelle affaire de famille qui se prépare en interne pour être exposée en externe aux ouïes ébahies d'un public qui n'en demandait certainement pas tant. En cinquante minutes et dix morceaux, il prouve que l'héritage laissé il y a trois ans par Lightless Walk a été capitalisé, et même fait fructifier, puisque si les racines du quatuor (Casey Hansen – batterie, Anthony Lucero – chant, Mike Mason – guitare & Sam Richards – basse) sont toujours les mêmes depuis leurs deux premiers EP, les développements proposés sont aujourd'hui d'une richesse incroyable, faisant des quatre hommes les contributeurs les plus importants du circuit underground dont ils risquent de ne plus faire partie très longtemps...En choisissant de s'évaporer tout en se recentrant, les américains nous livrent une œuvre si riche et dense qu'une dizaine d'écoutes ne suffisent pas pour la cerner, et jouent le jeu inverse de la scène actuelle qui se contente de frapper au centre pour étouffer l'adversaire, sans anticiper les coups de biais et autres changements d'humeur. Et les changements d'humeur sont nombreux sur ce second album qui ne prend pas plus de quatre morceaux pour s'imposer comme œuvre majeure de cette fin d'année, voire de décennie. Bien sûr, en prenant en compte le passé GAZA de trois de ses membres, il n'est pas vraiment surprenant de se rendre compte que l'éclectisme règne en valeur maîtresse dans les préoccupations globales. Mais ce qui est surprenant, c'est qu'en ouvrant ses horizons et en élargissant son spectre sonore, CULT LEADER n'en reste pas moins l'un des ensembles les plus vénéneux et venimeux de la fange US d'un Hardcore qui refuse presque d'en être, au risque de renier ses principes les plus fondamentaux. Et si les trois premiers titres de ce LP jouent la sécurité d'un bruit sourd et massif, dès sa césure à l'hémistiche, les données changent, et la mélancolie prend le pas sur la colère, pour imposer la nostalgie à la face d'un ressentiment toujours énorme, mais plus centré et concentré. Et à partir de “To: Achlys », la lumière se fait une place énorme, jaunissant un peu les photos d'une jeunesse toujours présente, mais qui petit à petit, s'éteint sous le souffle d'une maturité de constat. Et ce constat est d'une simplicité lénifiante. CULT LEADER est en train de devenir l'un des groupes les plus essentiels de ce début de millénaire.   

Bien qu'habitué aux artistes grimés capables de faire le grand écart entre les discours tonitruants et les confessions intimes, je dois avouer que le pas de géant accompli par le quatuor et reliant les terres dévastées de CONVERGE et les landes désolées des FIELDS OF THE NEFILIM/SISTERS OF MERCY est impressionnant de fluidité et d'agilité. Car en tombant tout sauf au hasard sur l'entame explosive de « I Am Healed », qui place en amont la catharsis d'un Anthony Lucero avouant une guérison qu'on peine à croire valide, on se dit immédiatement que l'équation vitale va être facile à résoudre. Rythmique toujours aussi hésitante entre Sludge massif et Chaotic Core éparpillé, riffs gigantesques qui explosent les membranes du casque, et chant vomitif en diurétique de l'âme pour purge personnelle en diarrhée mentale, les classiques sont récités sur le bout des cordes, et l'ambiance est sombre, grave, et individuelle dans le collectif. L'ombre de CONVERGE est évidemment toujours aussi pesante, mais « Curse of Satisfaction » de s'extirper de ce parrainage pour se rapprocher d'un Sludge aux tonalités Post Hardcore aussi nostalgique d'un NEUROSIS qu'un amant peut l'être d'une rose fanée laissée à mourir dans un vase ébréché. Lourd dans le fond, par conviction évidemment, mais paradoxalement léger à l'appréciation, le cocktail élaboré par les CULT LEADER cite dans le texte, et rend évidemment hommage, à son propre passé, mais aussi à celui de classiques tout aussi honorés, comme l'intemporel Jane Doe des amis de CONVERGE qui trouve un écho fabuleux de respect au travers de la saillie fulgurante « Isolation in the Land of Milk and Honey ». Cassure centrale et chant exhorté, à la lisière du  Sludge et du Post Hardcore, pour des guitares harmonieuses mais dissonantes, et une douleur intérieure presque palpable qui s'échoue sur les rives de la contemplation d'un monde à l'agonie.

Et c'est à ce moment-là que les musiciens choisissent l'intimisme d'un constat amer pour défendre des valeurs de regret et de remord, au travers de deux morceaux aux mélodies ténébreuses, aux constructions lentes et crépusculaires pour casser le moule d'un travail qu'on pressentait d'importance, mais qui s'annonçait trop prévisible pour surprendre...Et cette fausse pause en pudeur poétique se poursuit sur « Craft of Mourning », avant que l'homme patient ne se dise que l'attente et la pondération ne sont pas forcément de mise dans une  société vouée au culte de l'immédiateté, et de lâcher deux bombes à la portée incroyable via « Share My Pain », qui propose une Némésis core troublante, et « Aurum Reclusa », qui combine l'épaisseur de GAZA et  la distanciation de PRIMITIVE MAN.  Nous naviguons donc en eaux plus que troubles, et sur des flots dont le débit se veut variable, pour empêcher toute stabilisation rassurante, d'autant plus que « A Patient Man » continue de faire tanguer l'esquif, osant des riffs concentriques discordants sur nappes vocales irritantes de gravité. Et si « The Broken Right Hand of God » parvient quand même à nous amener à bon port, il nous laisse en proie à une sensation étrange de confusion brumeuse, comme si nos guides du jour acceptaient notre dîme tout en reversant une partie de l'obole aux KATATONIA, à OPETH, et surtout à Scott WALKER...Une preuve supplémentaire du talent vocal d'Anthony, et surtout, du talent de composition et d'agencement d'un quatuor qui refuse les facilités d'un Metal extrême confortable, mais lénifiant d'évidence. Sur cet album, rien n'est évident et rien n'est facile, tout est à disséquer mais à ressentir, et cette dualité d'approche transforme A Patient Man en chef d’œuvre absolu, distanciant la concurrence trop sage dans sa violence, et lui apprenant sans flagornerie que les douleurs les plus insupportables s'accompagnent souvent de faux moments d'apaisement qui font croire à une rémission qui ne viendra jamais...     

 

Titres de l'album :

                               1. I Am Healed

                               2. Curse of Satisfaction

                               3. Isolation in the Land of Milk and Honey

                               4. To: Achlys

                               5. A World of Joy

                               6. Craft of Mourning

                               7. Share My Pain

                               8. Aurum Reclusa

                               9. A Patient Man

                              10. The Broken Right Hand of God

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/12/2018 à 14:05
98 %    712

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35