J’aime le Grind. Non, personne ne saurait remettre mon implication en doute dans le mouvement dont je répands la bonne parole depuis une dizaine d’années, via des chroniques assez particulières. Il m’est tout à fait possible de parler pendant dix paragraphes d’une sortie n’excédant pas les quelques minutes, ce qui en dit assez long sur l’amour que je porte au style.

Mais attention. Ayant grandi dans l’ombre écrasante de références comme NAPALM DEATH, AGATHOCLES, NASUM, S.O.B ou autres SORE THROAT, je suis exigeant. Surtout depuis que le genre a acquis des lettres de noblesse via les attaques frontales et futuristes des TOTAL FUCKING DESTRUCTION. J’attends plus qu’un étalage de blasts en avalanche ininterrompue, et quelques cris porcins rapidement répandus. Il me faut du solide, du musical, pas du non-sens qui confond vitesse et précipitation, et surtout, une ambiance. Potache s’il le faut, tant que le Gore ne pointe pas le bout de ses tripes, mais sérieuse dans l’exécution histoire de savourer quelques tranches de violence instrumentale que je préfère déguster analogique.

Esthète ?

Oui, car depuis les années 80, le Néo Crust et le D-beat scandinaves sont passés par là, renouvelant les approches et les conceptions d’une solidité de composition assez appréciables.

Alors, quand un groupe émerge de Suède et prétend jouer du « vrai » Grind, et non du D-beat, je suis sur mes gardes.

Et s’ils disaient la vérité ?

Fredrik et Andreas m’ont tout l’air de gens honnêtes. C’est en tout cas ce qui se dit du côté d’Umeå, ville qui a vu naître leur concept (d’abord sous la forme d’un trio, en compagnie de Wilke, parti depuis), et qui a célébré en 2015 la sortie d’un premier EP au nom assez évocateur des liens qui unissent la cité à ses enfants terribles, Umeå Grindcore.

Qu’est-ce donc ?

Un Grind franc du collier, qui n’a pas oublié de citer dans le texte et les débordements les préceptes de NASUM, THE ARSON PROJECT, ROTTEN SOUND et évidemment les monstres de Birmingham, NAPALM DEATH. Un Grind qui cavale, gras, sombre, à la distorsion intelligible et la rythmique volubile. Des morceaux qui en sont et ne sont pas que régurgitations vite masquées par une production se voulant plus roots qu’un pet de Bill Steer époque CARCASS, même si le timing plus que raisonnable indique que les deux trublions Suédois ne jouent pas les plus malins.

Après ce premier EP, les choses se sont donc accélérées, et c’est en ce pas si joli mois de mai que nous accueillons les blasts ouverts Human Collapse Syndrome, qui se veut second EP mais surtout amélioration et professionnalisation d’une démarche à l’extrémisme relatif.  

Huit titres pour dix minutes, pas franchement le temps de se répandre en analyses conjoncturelles. Fredrik et Andreas jouent leur va-tout, et foncent sans toutefois fermer les yeux et faire preuve d’une complaisance bruitiste fort peu à-propos.

D’ailleurs, « Agree To Serve » le prouve en un peu plus d’une minute d’un Crust/Grind typiquement scandinave dans la franchise et la joie, avec cette dualité vocale symptomatique, et ces riffs hautement recommandables. Ça pulse, ça crie, ça vitupère mais c’est en vie, et entre les petites trouvailles d’arrangements et les accommodations de circonstance, leur musique s’enrichit d’une expérience le confinant à une maturité adolescente qui me fait salement craquer.

Faire du bruit sans faire du bruit, tel est le crédo des GRID, qui prouvent encore une fois que le Grind peut-être le défouloir le plus jouissif depuis l’invention du punching-ball de salon.

GRID, Grind, l’allégeance est d’ailleurs sémantique, et en agrémentant leur barouf de passages en mid et autres accroches rythmiques gluantes, le duo sait parfaitement ce qu’il fait, et n’a pas cédé d’un pouce à la dénonciation sociale ambiante pour séduire les masses.

Dotés d’un son que bien des combos de D-Beat pourraient leur envier (« Human Collapse Syndrome », mosh, blasts, groovy, tant pis), et armés de licks accrocheurs et pratiques (« Privilege The Poor », avec en cadeau du Nord un solo qui le perd justement, merci Bill Steer, once again), Fredrik et Andreas alignent, et citent ND et CARCASS dans le texte, via un « Fooled » aussi empreint de Reek Of Putrefaction que de Mentally Murdered et qui tente courageusement d’atteindre une durée respectable en misant sur un sample/discours final qui laisse trainer une outro assez bien vue.

« Out Of Air » termine donc l’entreprise d’une dernière salve Crust assez salée, et poivrée d’incarnations vocales cauchemardesques de gravité.

On ne va pas tourner autour du pot ou tenter de séduire la sirène de Hans Christian Andersen dans son dos, GRID signe avec Human Collapse Syndrome un EP de Grind assumant ses racines locales de Crust et de D-Beat infernal.

Du bon Grind même, voire du très bon, qu’on attend en longue version pour en apprécier les finesses de composition. Un truc qu’on écoute en boucle histoire de se finir le trognon, et qui me fait comprendre pourquoi depuis trente ans (ou presque) je cite le style comme convergence d’opinion.


Titres de l'album:

  1. Agree to Serve
  2. Sluta Gråt
  3. Human Collapse Syndrome
  4. Privilege the Poor
  5. Debt
  6. Constant Defeat
  7. Fooled
  8. Out Of Air

Site officiel


par mortne2001 le 23/05/2017 à 14:53
75 %    321

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever