J’aime le Grind. Non, personne ne saurait remettre mon implication en doute dans le mouvement dont je répands la bonne parole depuis une dizaine d’années, via des chroniques assez particulières. Il m’est tout à fait possible de parler pendant dix paragraphes d’une sortie n’excédant pas les quelques minutes, ce qui en dit assez long sur l’amour que je porte au style.

Mais attention. Ayant grandi dans l’ombre écrasante de références comme NAPALM DEATH, AGATHOCLES, NASUM, S.O.B ou autres SORE THROAT, je suis exigeant. Surtout depuis que le genre a acquis des lettres de noblesse via les attaques frontales et futuristes des TOTAL FUCKING DESTRUCTION. J’attends plus qu’un étalage de blasts en avalanche ininterrompue, et quelques cris porcins rapidement répandus. Il me faut du solide, du musical, pas du non-sens qui confond vitesse et précipitation, et surtout, une ambiance. Potache s’il le faut, tant que le Gore ne pointe pas le bout de ses tripes, mais sérieuse dans l’exécution histoire de savourer quelques tranches de violence instrumentale que je préfère déguster analogique.

Esthète ?

Oui, car depuis les années 80, le Néo Crust et le D-beat scandinaves sont passés par là, renouvelant les approches et les conceptions d’une solidité de composition assez appréciables.

Alors, quand un groupe émerge de Suède et prétend jouer du « vrai » Grind, et non du D-beat, je suis sur mes gardes.

Et s’ils disaient la vérité ?

Fredrik et Andreas m’ont tout l’air de gens honnêtes. C’est en tout cas ce qui se dit du côté d’Umeå, ville qui a vu naître leur concept (d’abord sous la forme d’un trio, en compagnie de Wilke, parti depuis), et qui a célébré en 2015 la sortie d’un premier EP au nom assez évocateur des liens qui unissent la cité à ses enfants terribles, Umeå Grindcore.

Qu’est-ce donc ?

Un Grind franc du collier, qui n’a pas oublié de citer dans le texte et les débordements les préceptes de NASUM, THE ARSON PROJECT, ROTTEN SOUND et évidemment les monstres de Birmingham, NAPALM DEATH. Un Grind qui cavale, gras, sombre, à la distorsion intelligible et la rythmique volubile. Des morceaux qui en sont et ne sont pas que régurgitations vite masquées par une production se voulant plus roots qu’un pet de Bill Steer époque CARCASS, même si le timing plus que raisonnable indique que les deux trublions Suédois ne jouent pas les plus malins.

Après ce premier EP, les choses se sont donc accélérées, et c’est en ce pas si joli mois de mai que nous accueillons les blasts ouverts Human Collapse Syndrome, qui se veut second EP mais surtout amélioration et professionnalisation d’une démarche à l’extrémisme relatif.  

Huit titres pour dix minutes, pas franchement le temps de se répandre en analyses conjoncturelles. Fredrik et Andreas jouent leur va-tout, et foncent sans toutefois fermer les yeux et faire preuve d’une complaisance bruitiste fort peu à-propos.

D’ailleurs, « Agree To Serve » le prouve en un peu plus d’une minute d’un Crust/Grind typiquement scandinave dans la franchise et la joie, avec cette dualité vocale symptomatique, et ces riffs hautement recommandables. Ça pulse, ça crie, ça vitupère mais c’est en vie, et entre les petites trouvailles d’arrangements et les accommodations de circonstance, leur musique s’enrichit d’une expérience le confinant à une maturité adolescente qui me fait salement craquer.

Faire du bruit sans faire du bruit, tel est le crédo des GRID, qui prouvent encore une fois que le Grind peut-être le défouloir le plus jouissif depuis l’invention du punching-ball de salon.

GRID, Grind, l’allégeance est d’ailleurs sémantique, et en agrémentant leur barouf de passages en mid et autres accroches rythmiques gluantes, le duo sait parfaitement ce qu’il fait, et n’a pas cédé d’un pouce à la dénonciation sociale ambiante pour séduire les masses.

Dotés d’un son que bien des combos de D-Beat pourraient leur envier (« Human Collapse Syndrome », mosh, blasts, groovy, tant pis), et armés de licks accrocheurs et pratiques (« Privilege The Poor », avec en cadeau du Nord un solo qui le perd justement, merci Bill Steer, once again), Fredrik et Andreas alignent, et citent ND et CARCASS dans le texte, via un « Fooled » aussi empreint de Reek Of Putrefaction que de Mentally Murdered et qui tente courageusement d’atteindre une durée respectable en misant sur un sample/discours final qui laisse trainer une outro assez bien vue.

« Out Of Air » termine donc l’entreprise d’une dernière salve Crust assez salée, et poivrée d’incarnations vocales cauchemardesques de gravité.

On ne va pas tourner autour du pot ou tenter de séduire la sirène de Hans Christian Andersen dans son dos, GRID signe avec Human Collapse Syndrome un EP de Grind assumant ses racines locales de Crust et de D-Beat infernal.

Du bon Grind même, voire du très bon, qu’on attend en longue version pour en apprécier les finesses de composition. Un truc qu’on écoute en boucle histoire de se finir le trognon, et qui me fait comprendre pourquoi depuis trente ans (ou presque) je cite le style comme convergence d’opinion.


Titres de l'album:

  1. Agree to Serve
  2. Sluta Gråt
  3. Human Collapse Syndrome
  4. Privilege the Poor
  5. Debt
  6. Constant Defeat
  7. Fooled
  8. Out Of Air

Site officiel


par mortne2001 le 23/05/2017 à 14:53
75 %    287

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.