Seven Words

Xentrix

11/11/2022

Listenable Records

Le problème avec les groupes cultes qui sont toujours en activité, ou qui tentent un comeback, c’est qu’au fil des années, ils finissent par perdre leur identité, et sonner à l’identique. Ces cadors de la scène Thrash des années glorieuses qui optent pour des productions trop compressées et génériques, alors même que leur son faisait intégralement partie de leur ADN au moment de leur avènement. On se retrouve face à une musique stérile, insipide, des morceaux passe-partout, et une attitude consensuelle qui vise à satisfaire tout le monde. Mais à vouloir trop plaire, on finit par susciter l’indifférence.

C’est le triste constat que je souligne depuis des années, en chroniquant les disques de ces mastodontes et de ces revenants, et celui que j’avais tiré du dernier XENTRIX, Bury the Pain, il y a deux ans. Je n’avais évidemment pas retrouvé le XENTRIX des années Shattered Existence/For Whose Advantage, ni même celui plus controversé de la doublette finale Kin/Scourge. Sans être un mauvais album, Bury the Pain était atteint de cette sale maladie d’anonymisation, entre charges prévisibles et attaques neurasthéniques, mélodies noyées et breaks qu’on anticipe deux minutes avant qu’ils n’interviennent. Je n’avais pas nuancé mes griefs, et au moment de retrouver le groupe pour ce second long post-reformation, ma plume était déjà trempée dans le fiel, et mes formules impitoyables. Inutile de pardonner le moindre faux-pas, même si à notre époque, les albums s’écoutent gratuitement sur les Bandcamp ou YouTube.

De la singularité. C’est tout ce qu’on demande aux meneurs, même aux acteurs de la seconde division des années 80, qui ont pratiqué avant tout le monde. Et si XENTRIX n’a jamais été membre de la première ligne d’agression, ses deux premiers disques restent des classiques incontournables. Alors, évidemment, on n’attend plus la même audace d’un sixième effort, mais au moins, une volonté de transcender ses racines et d’affirmer son nouveau potentiel. Sous cet aspect-là, Seven Words rassure plus ou moins, se montrant plus performant que son désolant prédécesseur. Il est même incomparable dans le fond et la forme, et se veut plus musclé, plus diversifié, moins niais dans l’utilisation des harmonies louchant parfois sur une version sous stéroïdes d’OVERKILL.

On ne s’en rend pas forcément compte en découvrant « Behind the Walls of Treachery », premier titre assez lyrique et emphatique, mais en décortiquant l’album morceau par morceau, et en réalisant que la qualité reste constante, et que les erreurs d’antan – tout du moins la plupart – ont été rectifiées.

XENTRIX échappe donc à la guillotine, sans pour autant se fouler au-delà du raisonnable. Mais ce Thrash hargneux et féroce est tout de même rassurant, sans échapper à cette malédiction qui frappe tous les anciens qui souhaitent rivaliser avec la nouvelle génération nostalgique. Avec un mixage et une masterisation signés du maître Andy Sneap, le groupe jouait pourtant une carte dangereuse, risquant une fois encore de se noyer dans le conformisme actuel (Sneap étant peu ou prou le Del Vecchio du Thrash), mais une fois n’est pas coutume, Andy a fait quelques concessions pour éviter que ses protégés ne ressemblent trop à ses autres brebis.

On se laisse donc amadouer par cette production claire et précise, qui met admirablement bien en valeur les passages les plus rapides mais aussi les plus sensibles. Car XENTRIX n’a pas changé son fusil d’épaule, et prône toujours le parti de cette violence matinée de délicatesse, à la manière d’un HEATHEN des jours heureux. Le cru 2022 est donc beaucoup plus savoureux, fort en bouche, avec un arrière-goût boisé californien, et se déguste avec plus de plaisir que la précédente livraison du groupe.

Mais nous sommes encore loin de ce que le quatuor de Preston, Lancashire, est capable d’accomplir. Certaines idées sont encore trop tenaces tout au long de ces cinquante minutes d’offrande, pourtant généreuses, mais encore un peu laborieuses. Les plans les plus puissants sonnent encore trop conventionnels, et certaines mélodies pèchent encore par facilité ou niaiserie. Ceci étant dit, le monstrueux title-track nous les écrase menu, et rassure quant à la santé du groupe (Dennis Gasser – batterie, Kristian "Stan" Havard – guitare, Chris Shires – basse et Jay Walsh - chant/guitare), dont la stabilité ces cinq dernières années a permis de signer des titres plus mémorisables et symptomatiques de l’école californienne des années 87/90.

Ne crions donc pas au miracle ou à la renaissance, mais reconnaissons que les musiciens sont sur la bonne voie, celle de la guérison. Seven Words est largement plus convaincant, même si la patte ANNIHILATOR est encore méchamment présente, sur un morceau comme « Spit Coin » que l’on aurait pu trouver sur les dernières productions de Jeff Waters. Et s’il se montre plus solide et stable, il n’en reste pas moins encore par trop générique pour vraiment séduire les anciens fans, ou en conquérir de nouveaux.

Alors on se rabat sur son efficacité, indéniable, et parfois effective et massive, via l’aplatissant « Ghost Tape Number 10 ». Mais l’agencement étant beaucoup trop classique, les idées répétées d’un titre à l’autre, on finit par se lasser de ce Thrash unidimensionnel, sans autre ambition que de provoquer un headbanging poli chez l’auditeur qui n’est pas dupe.

Je ne peux résolument pas condamner à la lapidation un album aussi solide, mais je ne peux décemment pas non plus en faire un modèle du genre. Disons que si vous cherchez un album de Thrash lambda, bien composé, bien interprété mais sans âme, alors Seven Words est fait pour vous. La situation s’améliore peu à peu, et peut-être pouvons-nous penser que le troisième album post-comeback sera le bon. Croisons les doigts, même si les petits jeunes en short et baskets peuvent largement toiser du regard cette arrière-garde qui se repose sur ses modestes lauriers. 



Titres de l'album :

01. Behind the Walls of Treachery 

02. Seven Words

03. Spit Coin 

04. The Alter of Nothing     

05. Everybody Loves You When You're Dead     

06. Reckless with a Smile    

07. Ghost Tape Number 10 

08. My War  

09. Kill and Protect  

10. Anything but the Truth 

11. Billion Dollar Babies (Alice Cooper cover)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/11/2022 à 17:04
70 %    75

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51