Seriez-vous tenté par un side-project fameux, et surtout, bordélique et fumeux ? Si tel est le cas, je me permets de vous proposer ce matin non une nouveauté, mais bien la continuité d’un projet né il y a presque vingt ans, d’un désir commun de deux figures de l’underground de trouver une échappatoire à leurs responsabilités communes. Créé en 2001, le concept FUKPIG n’est rien d’autre qu’un gigantesque défouloir permettant à ses deux membres d’oublier leur implication dans des groupes beaucoup plus réputés, une sorte de récréation de psychopathes incapables de résister à leurs instincts les plus bas, et se faisant plaisir en bousculant les codes de la musique la plus cohérente qui soit. Mais concrètement, et pour les quelques brebis égarées n’ayant pas vraiment suivi leurs pérégrinations, les FUKPIG c’est quoi ? Basiquement, un truc simple mais un peu compliqué quand même, mêlant la brutalité du Crust et du Grind à la pénombre d’un Black pas vraiment assumé, pour obtenir un cocktail éminemment relevé, librement baptisé Nekropunk. Des rythmiques en chien de fusil, des riffs sommaires mais efficients, des lignes de chant aussi inspirées de l’Indus de MINISTRY que des vomissements de BILE, et surtout, beaucoup de fun dans la torture et d’inspiration dans le tri des ordures. Mené de front par deux membres de collectifs célébrés, FUKPIG peut donc s’enorgueillir de compter dans ses rangs Misery (aka Paul Kenney, ex-MISTRESS, ex-ROT et ex-ANAAL NATHRAKH) et Drunk (aka Duncan Williams, ex-MISTRESS, et ex-ANAAL NATHRAKH lui aussi), qui depuis leur première démo publiée en 2001 (The Depths of Humanity) prennent beaucoup de plaisir à foutre la merde et à se rapprocher de leurs racines anglaises les plus extrêmes.

Pouvant s’appuyer sur une discographie assez dense, comptant pas moins de cinq longue-durée et un nombre conséquent de splits, de EP et de singles, les deux originaires de Birmingham se proposent donc sur ce nouvel effort de résumer leur carrière et de se projeter vers un avenir chaotique, toujours placé sous diverses influences. Celles assumées bien sûr, donc les leurs, mais aussi une poignée de références plus académiques, dont NAPALM DEATH évidemment, TRAP THEM, HIEROPHANT, et surtout, les PIG DESTROYER, partageant avec ces derniers un goût prononcé pour le gras qui tâche et la distorsion qui trépasse. Dans les faits, et musicalement parlant, Bastards ne diverge pas vraiment du reste de la production du duo, et continue de repousser les limites du chaos de façon très intelligente, et plus ordonnée qu’il n’y parait. Si l’ensemble dégage un délicat parfum de Grind légèrement assombri d’une touche Black discrète, c’est bien une forme de Crust très primitive qui domine les débats, tirant même parfois sur le Black N’Roll le plus impitoyable pour encore plus choquer les bien-pensants. Sans dévier d’un iota de leur trajectoire erratique, les deux olibrius multiplient donc les figures de style, et profitent d’un son à la hauteur de leur vilénie pour nous faire le coup du Crust-Grind de barbares, très en phase avec son époque, mais aussi très respectueux des codes en vigueur aux origines. Après avoir connu plusieurs périodes de hiatus, les FUKPIG nous offrent donc une suite honorable à leur précédent effort This World Is Weakening, jouant gentiment le jeu d’un bordel paillard, à mi-chemin entre l’horreur américaine et la terreur européenne, sans trahir leur camp pour se faire adopter par l’autre. Et finalement, tout ceci est une fois encore aussi anecdotique qu’indispensable. Ce qui en fait donc l’un des albums du mois, sans conteste.

Pour me montrer plus explicite, j’affirmerais que Bastards redéfinit le partenariat entre punks et metalleux, adoptant l’attitude frondeuse des premiers et le désir de puissance des seconds. C’est certes classique, et hautement redondant, mais difficile de résister à ces pamphlets qui confondent parfois vitesse et précipitation, tout en dynamitant les convenances autrefois balisées par les inoubliables IMPALED NAZARENE (« Meathead »). Sans sombrer dans la gaudriole ni la brièveté en paravent de manque d’inspiration (les morceaux dépassent souvent les deux minutes et même les trois), les FUKPIG se permettent parfois des élans de virulence assez déments, qui réconcilient l’esprit graveleux de l’ENTOMBED période Death N’Roll et le Crust sans concession des UNREST (« Déteste », on ne peut qu’adorer évidement). Textuellement parlant, pas besoin d’une analyse prononcée des rimes et de la ponctuation pour savoir où les deux trublions veulent en venir, et leur conscience sociale leur permet même de pouvoir revendiquer une affiliation prononcée avec les débuts de la scène Anarcho-Core de leur ville d’origine (« Media Shit », « Antisocial Media »). Aussi solides qu’ils ne sont futiles, les anglais se permettent même de détourner des slogans façon MINISTRY pour imposer une énorme basse Punk sur une trame purement Crust acide et animée (« Let’s Make Britain Hate Again »), sans tomber dans les desseins animés d’une simple gaudriole affolée.

Certes, de temps à autres, un petit coup de sang Grind (« Last Brexit To Nowhere »), un petit borborygme en éructation pour amuser la galerie, une diversion un peu trop barrée viennent nous indiquer que le tout est pris du côté fun où son sérieux risque de sombrer, mais dans sa globalité, ce cinquième LP des FUKPIG tient largement la route, et nous emmène sur des chemins où la logique ne cède que partiellement le pas à la folie. Mais celle dégagée par ce nouvel LP est tangible, et la musicalité brute de l’ensemble ne cache aucunement le potentiel de musiciens qui se font plaisir tout en restant honnêtes, et qui ne considèrent pas le Crust et le Grind comme de simples exutoires pour esprits simples.                            

   

Titres de l'album:

                          1.Dogshit Hair

                          2.Lets Make Britain Hate Again

                          3.Force Fed Fucking Bullshit. (Feat Paul Catten)

                          4.Antisocial Media

                          5.Bastards

                          6.The Altar Of Austerity

                          7.Doctrines of the Obsolete

                          8.Meathead

                          9.Déteste

                          10.Ruled By Cunts

                          11.The Bleakest Toll

                          12.Last Brexit To Nowhere

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/06/2018 à 18:34
74 %    205

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.