Certains groupes occupent le terrain de la promotion à outrance, révélant les moindres détails de leur carrière, et d’autres ont une optique radicalement différente, ce qui leur permet de conserver cette aura de mystère qui plane constamment au-dessus et autour d’eux.

Les DEATHSPELL OMEGA font partie de cette dernière catégorie. Personne ne les a jamais vu live, puisqu’ils ne se sont jamais montrés sur scène, et ils distillent leurs sorties avec parcimonie, bien que leur discographie soit déjà d’une richesse assez conséquente.

C’est un choix que je respecte, puisque après tout, loin des gimmicks et des déclarations à l’emporte-pièce, c’est toujours la musique qui parle le mieux, et le verbe des Français est abscons, complexe, mais éminemment pertinent dans son délire.

Nous étions sans nouvelles d’eux depuis Drought, leur dernier EP publié il y a quatre ans, et qui nous avait laissés une fois de plus sur une impression étrange, comme à chaque épisode de leur saga. Mais pis que ça, il faut remonter à 2010 pour trouver trace d’un ultime LP, avec Paracletus, qui lui nous avait traumatisés à vie de ses rythmiques alambiquées et imbriquées, et de ses dualités chant/guitare qui nous entraînaient dans un labyrinthe d’idées inextricables, propices à faire tourner fou n’importe quel psychanalyste musical.

La donne n’a pas changé, les années n’ont pas transformé nos chantres de la complexité instrumentale brutale, et The Synarchy of Molten Bones propose des thèmes aussi opaques que son titre le laisse présager.

Décliné en dématérialisé, en CD et vinyle, cette nouvelle pièce de la collection DEATHSPELL OMEGA est aussi précieuse que les autres, et certainement annonciatrice d’un prochain longue durée s’annonçant encore plus fou que les précédents. Mais n’anticipons pas encore un avenir qui n’est pas écrit, et concentrons-nous sur un présent en dédales de Black Metal noyé de Death, et abordé d’une technique aussi folle que pointue. Etes-vous prêts à pénétrer une fois de plus l’univers biscornu de la créature de Hasjarl ? Allez-y, mais abandonnez sur le seuil toutes vos prétentions de rationalité, elle n’est une fois de plus pas de mise…

Une fois encore, le groupe/projet n’a pas cherché la simplicité, mais s’est embarqué dans la rédaction d’un grimoire bruitiste aux pages partiellement effacées, dont il est impossible de reconstituer la globalité. Leur Death/Black hautement chaotique et technique n’a pas refréné ses ardeurs, et se montre encore plus véhément qu’avant, reprenant les traces là où les pas de Drought s’étaient arrêtés.

Multitude de plans qui s’entrechoquent avec violence, plages à l’apaisement trompeur qui se heurtent à des envolées de violence crue, tous les ingrédients composant la potion habituelle ont une fois de plus été mélangés avec brio, et l’enivrement absolu guète celui qui avalera le tout d’un trait. Quatre morceaux pour presque une demi-heure de musique, The Synarchy of Molten Bones est aussi plein qu’un EP puisse l’être, et ne vous trompera pas de sa qualité qui est égale au reste de la production des Français. 

Si les néophytes n’auront rien compris à ma longue entame, replaçons les choses dans leur contexte. Début de carrière en 1998, et depuis, cinq LP et six EP, pour un tableau global ne répondant d’aucune influence de trait majeure.

Une utilisation du nihilisme Black de façon abstraite et mélodique, inserts Death subtils mais tranchants, assertion d’un Post Black de façon transversale, DEATHSPELL OMEGA s’est toujours joué des codes, se rapprochant éthiquement d’ensembles comme BLUT AUS NORD, DODECAHEDRON, ou même par instants de TERRA TENEBROSA, lorsque la densité se fait totale et que les parties individuelles se fondent dans un dessein d’ensemble.

On peut aussi évoquer un subtil panachage du MORBID ANGEL le plus extrémiste, et d’un EMPEROR vraiment à même de jouer symphonique sans verser dans la grandiloquence crasse. Mais les images sont ce qu’elles sont, et les sons diffèrent toujours des descriptions.

Alors disons par facilité que ce sixième EP est aussi extrême que ces prédécesseurs, aussi décomplexé face à l’ambition, mais mesuré dans l’application.

Rythmique en chien de fusil (« Internecine Iatrogenesis », le plus directement Black du lot, qui évoque même un 1349/MARDUK en proie aux pires démons des Enfers), entame en direct des abysses sur fond d’intro mystérieuse mais envoutante (« The Synarchy of Molten Bones », alternance infernale de tempi lourds et de brutales accélérations étouffantes, dans la plus pure tradition du groupe, avec toujours ces carillons de guitare qui sonnent comme des annonces funestes), attaques frontales impitoyables qui sombrent dans le BM le plus compact (« Famished for Breath », terrifiant d’efficacité et de grandiloquence rauque, ménageant même quelques instants de moiteur terrible surchauffée par une basse upfront parcimonieuse), tous les éléments de l’énigme sont en place, et se mélangent pour mieux nous troubler et nous désorienter, comme un film dont les bobines auraient été sciemment mélangées pour ne pas offrir de cohérence dans l’amalgame d’idées.

DEATHSPELL OMEGA n’a bien sûr pas pu résister à l’effort d’une pièce conséquente, et « Onward where Most with Ravin I may Meet » de se montrer aussi diserte que son intitulé est long.

Parfait faux résumé de toutes les capacités d’un projet qui en dit toujours moins qu’il n’en est capable, c’est un étourdissement en agression majeure qui n’hésite pas à empiler les plans sans toujours chercher la logique, mais qui finit par la trouver grâce à une intelligence de composition impossible à expliquer.

Harmonies amères, coups de boutoir BM à vous briser la nuque, errance Techno Death tirant sur un Jazz morbide, grognements se disputant l’espace sonore avec de glaçants hurlements, pour une imbrication de thèmes complémentaires dignes d’un  BO de l’étrange, accompagnant un cauchemar de David Lynch qui se plairait à immerger ses personnages dans un décorum terrifiant sans les prévenir d’une issue possible.

Je le sais, ces mots ne décrivent rien, mais lorsque la musique atteint une telle intensité dans la recherche de l’absurde, il devient dérisoire de tenter de l’expliquer, même abstraitement. Toujours est-il que les DEATHSPELL OMEGA avec The Synarchy of Molten Bones continuent leur quête d’absolu, qu’ils ont pourtant atteint depuis très longtemps.

Ni Death, ni Black, expérimental par défaut et inexplicable par abandon, c’est une étape de plus qui nous mène plus en profondeur dans l’opacité, mais qui une fois de plus nous laisse admiratifs. La marque des grands, même si beaucoup ne comprendront pas.

 Ça n’est pas grave. L’essentiel étant de ressentir.


Titres de l'album:

  1. The Synarchy of Molten Bones
  2. Famished for Breath
  3. Onward Where Most with Ravin I may Meet
  4. Internecine Iatrogenesis

Bandcamp officiel




par mortne2001 le 09/11/2016 à 16:59
85 %    389

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Galndarth
membre enregistré
22/11/2016 à 23:54:45
Très belle chronique !

mortne2001
membre enregistré
24/11/2016 à 18:37:58
Merci ;)

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)