Certains groupes occupent le terrain de la promotion à outrance, révélant les moindres détails de leur carrière, et d’autres ont une optique radicalement différente, ce qui leur permet de conserver cette aura de mystère qui plane constamment au-dessus et autour d’eux.

Les DEATHSPELL OMEGA font partie de cette dernière catégorie. Personne ne les a jamais vu live, puisqu’ils ne se sont jamais montrés sur scène, et ils distillent leurs sorties avec parcimonie, bien que leur discographie soit déjà d’une richesse assez conséquente.

C’est un choix que je respecte, puisque après tout, loin des gimmicks et des déclarations à l’emporte-pièce, c’est toujours la musique qui parle le mieux, et le verbe des Français est abscons, complexe, mais éminemment pertinent dans son délire.

Nous étions sans nouvelles d’eux depuis Drought, leur dernier EP publié il y a quatre ans, et qui nous avait laissés une fois de plus sur une impression étrange, comme à chaque épisode de leur saga. Mais pis que ça, il faut remonter à 2010 pour trouver trace d’un ultime LP, avec Paracletus, qui lui nous avait traumatisés à vie de ses rythmiques alambiquées et imbriquées, et de ses dualités chant/guitare qui nous entraînaient dans un labyrinthe d’idées inextricables, propices à faire tourner fou n’importe quel psychanalyste musical.

La donne n’a pas changé, les années n’ont pas transformé nos chantres de la complexité instrumentale brutale, et The Synarchy of Molten Bones propose des thèmes aussi opaques que son titre le laisse présager.

Décliné en dématérialisé, en CD et vinyle, cette nouvelle pièce de la collection DEATHSPELL OMEGA est aussi précieuse que les autres, et certainement annonciatrice d’un prochain longue durée s’annonçant encore plus fou que les précédents. Mais n’anticipons pas encore un avenir qui n’est pas écrit, et concentrons-nous sur un présent en dédales de Black Metal noyé de Death, et abordé d’une technique aussi folle que pointue. Etes-vous prêts à pénétrer une fois de plus l’univers biscornu de la créature de Hasjarl ? Allez-y, mais abandonnez sur le seuil toutes vos prétentions de rationalité, elle n’est une fois de plus pas de mise…

Une fois encore, le groupe/projet n’a pas cherché la simplicité, mais s’est embarqué dans la rédaction d’un grimoire bruitiste aux pages partiellement effacées, dont il est impossible de reconstituer la globalité. Leur Death/Black hautement chaotique et technique n’a pas refréné ses ardeurs, et se montre encore plus véhément qu’avant, reprenant les traces là où les pas de Drought s’étaient arrêtés.

Multitude de plans qui s’entrechoquent avec violence, plages à l’apaisement trompeur qui se heurtent à des envolées de violence crue, tous les ingrédients composant la potion habituelle ont une fois de plus été mélangés avec brio, et l’enivrement absolu guète celui qui avalera le tout d’un trait. Quatre morceaux pour presque une demi-heure de musique, The Synarchy of Molten Bones est aussi plein qu’un EP puisse l’être, et ne vous trompera pas de sa qualité qui est égale au reste de la production des Français. 

Si les néophytes n’auront rien compris à ma longue entame, replaçons les choses dans leur contexte. Début de carrière en 1998, et depuis, cinq LP et six EP, pour un tableau global ne répondant d’aucune influence de trait majeure.

Une utilisation du nihilisme Black de façon abstraite et mélodique, inserts Death subtils mais tranchants, assertion d’un Post Black de façon transversale, DEATHSPELL OMEGA s’est toujours joué des codes, se rapprochant éthiquement d’ensembles comme BLUT AUS NORD, DODECAHEDRON, ou même par instants de TERRA TENEBROSA, lorsque la densité se fait totale et que les parties individuelles se fondent dans un dessein d’ensemble.

On peut aussi évoquer un subtil panachage du MORBID ANGEL le plus extrémiste, et d’un EMPEROR vraiment à même de jouer symphonique sans verser dans la grandiloquence crasse. Mais les images sont ce qu’elles sont, et les sons diffèrent toujours des descriptions.

Alors disons par facilité que ce sixième EP est aussi extrême que ces prédécesseurs, aussi décomplexé face à l’ambition, mais mesuré dans l’application.

Rythmique en chien de fusil (« Internecine Iatrogenesis », le plus directement Black du lot, qui évoque même un 1349/MARDUK en proie aux pires démons des Enfers), entame en direct des abysses sur fond d’intro mystérieuse mais envoutante (« The Synarchy of Molten Bones », alternance infernale de tempi lourds et de brutales accélérations étouffantes, dans la plus pure tradition du groupe, avec toujours ces carillons de guitare qui sonnent comme des annonces funestes), attaques frontales impitoyables qui sombrent dans le BM le plus compact (« Famished for Breath », terrifiant d’efficacité et de grandiloquence rauque, ménageant même quelques instants de moiteur terrible surchauffée par une basse upfront parcimonieuse), tous les éléments de l’énigme sont en place, et se mélangent pour mieux nous troubler et nous désorienter, comme un film dont les bobines auraient été sciemment mélangées pour ne pas offrir de cohérence dans l’amalgame d’idées.

DEATHSPELL OMEGA n’a bien sûr pas pu résister à l’effort d’une pièce conséquente, et « Onward where Most with Ravin I may Meet » de se montrer aussi diserte que son intitulé est long.

Parfait faux résumé de toutes les capacités d’un projet qui en dit toujours moins qu’il n’en est capable, c’est un étourdissement en agression majeure qui n’hésite pas à empiler les plans sans toujours chercher la logique, mais qui finit par la trouver grâce à une intelligence de composition impossible à expliquer.

Harmonies amères, coups de boutoir BM à vous briser la nuque, errance Techno Death tirant sur un Jazz morbide, grognements se disputant l’espace sonore avec de glaçants hurlements, pour une imbrication de thèmes complémentaires dignes d’un  BO de l’étrange, accompagnant un cauchemar de David Lynch qui se plairait à immerger ses personnages dans un décorum terrifiant sans les prévenir d’une issue possible.

Je le sais, ces mots ne décrivent rien, mais lorsque la musique atteint une telle intensité dans la recherche de l’absurde, il devient dérisoire de tenter de l’expliquer, même abstraitement. Toujours est-il que les DEATHSPELL OMEGA avec The Synarchy of Molten Bones continuent leur quête d’absolu, qu’ils ont pourtant atteint depuis très longtemps.

Ni Death, ni Black, expérimental par défaut et inexplicable par abandon, c’est une étape de plus qui nous mène plus en profondeur dans l’opacité, mais qui une fois de plus nous laisse admiratifs. La marque des grands, même si beaucoup ne comprendront pas.

 Ça n’est pas grave. L’essentiel étant de ressentir.


Titres de l'album:

  1. The Synarchy of Molten Bones
  2. Famished for Breath
  3. Onward Where Most with Ravin I may Meet
  4. Internecine Iatrogenesis

Bandcamp officiel




par mortne2001 le 09/11/2016 à 16:59
85 %    418

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Galndarth
membre enregistré
22/11/2016 à 23:54:45
Très belle chronique !

mortne2001
membre enregistré
24/11/2016 à 18:37:58
Merci ;)

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)