Une pochette sympathique, une musique qui ne l’est pas moins, parfois, ça suffit pour se lancer dans une chronique qu’on imaginait difficile à trouver. Et je l’avoue, je n’avais jamais entendu parler des californiens d’ANGELS CUT, cet argot évoquant les vapeurs de whiskey durant la distillation…Mais cette erreur est réparée, puisque je viens ce matin vous entretenir de leur premier LP, disponible sur toutes les plateformes officielles depuis cet été, et qui risque de faire craquer les amateurs de Rock N’Roll classique mais couillu qui sommeillent en vous. Et avec une telle dose d’énergie et d’implication, gageons que cette inclinaison ne va pas rester en veille longtemps…

Les ANGELS CUT nous viennent donc de Humboldt County, Californie du nord, et s’articulent en quintette, autour de Mike Molina et Utah Blue aux guitares, Aaron McLaughlin à la basse, Joe Barney au kit et la belle Stephanie Johnson au micro. Leurs ambitions ? Somme toute assez raisonnables, vous faire fondre de leur Rock à tendance Hard assez formel, qui brasse une myriade d’influences donnant une couleur très particulière à leurs morceaux. Ici, l’ouverture est reine, et on ne refuse aucune référence, pour peu qu’elle amène quelque chose de plus à cette petite étincelle qui fait décoller des chansons simples, mais efficaces. Et n’est-ce pas le propos même du Rock tel que nous l’avons toujours connu ? Bien sûr que si, et les douze segments de ce malicieusement baptisé Sick, Sick, Sick sont autant d’hymnes à reprendre on stage, lorsque le groupe arpente les planches d’un club local, un vendredi ou samedi soir de préférence.

ANGELS CUT, c’est un peu le retour du band next door, de celui que vous pourrez apercevoir dans un club enfumé, sans vous y attendre, et qui vous attirera dans ses filets sans artifices inutiles, juste avec le pouvoir très concret de son contact artistique immédiat. On retrouve sur ce premier longue-durée ce qui a fait la gloire de tous ces groupes locaux, qui très humbles, n’ont jamais eu d’autre désir que de vous procurer du plaisir avec des titres directs et sans ambages, construits autour d’un riff fédérateur et de lignes de chant séductrices et veloutées, à toute heure. De la nuit s’entend, celle qui nous unit dans un même élan de folie…

La folie, ce Sick, Sick, Sick n’en manque pas, quoiqu’il reste très raisonnable dans les faits. Récemment signés par Bungalo Records et bénéficiant d’une distribution valable via Universal, les californiens vont donc pouvoir savourer les fruits de leur travail acharné, testé sur les scènes américaines à convaincre le public du bien-fondé de leur démarche classique, qui consiste à défendre et roder un répertoire live. Et de « Sick, Sick, Sick », hit imparable, à « Paper Airplane », conclusion idoine, tout est là pour suggérer que le passage en studio s’est fait de matière naturelle, sans user d’overdubs et autres astuces sans brio, pour proposer une musique brute de chez brut, qui frappe en plein cœur, et qui retranscrit sans doute à merveille l’attitude du quintette en direct. Evidemment, tout ça reste très classique, et certains thèmes ont ce petit quelque chose de déjà entendu, mais dans un créneau assez perméable à toute référence, avouons que Stephanie et ses boys se défendent plus que bien, et parviennent dans un même effort à nous rappeler les ZZ TOP, MATCHBOX 20, Alannah Myles, tout en revendiquant eux-mêmes l’ombre de CCR, des EAGLES, mais aussi de DISTURBED, de RANCID, VAN HALEN, LED ZEP et autres SYSTEM, ce qui nous oppose donc un panel assez large pour un crossover de Classic Rock qui émarge à une bonne hauteur de décibels.

Niveau instrumental, les bougres s’en sortent plus que bien, tout en restant fidèles à des plans simples et des accroches immédiates. On remarque immédiatement le timbre de voix rauque et un peu voilé de Stéphanie, mais la complémentarité des deux guitaristes est aussi manifeste, tout comme la solidité d’une paire rythmique qui ne cherche jamais l’esbroufe. On se rappelle même à certains coins de couplets de nos SHAKIN’ STREET, en version plus light et moins Heavy, bien que certains chœurs très Pop nous éloignent d’une piste durcie qui n’a pas forcément lieu d’être (« Lose It »). Beaucoup d’énergie donc, de la sueur, mais aussi une jolie sensibilité, qui vient frapper à la porte de la Country nationale la plus chérie, pour une acoustique charmante, délicate et partie-prenante, à l’image de ce « One More Day », qui fait partie des réalisations les plus brillantes du combo. Mais ils ont plus d’un tour dans leur sac, et si un certain systématisme dans les arrangements nous perd parfois dans les méandres des similitudes, les ANGELS CUT parviennent toujours à tirer de leur chapeau un lapin au pas médium, qui nous entraîne dans son sillage (« Paper Airplanes »). Et lorsque le ton se durcit, on sent que les californiens sont loin d’avoir tout dit, ce que prouve avec épilepsie le tressautant « Count Me », qui ose enfin taquiner les bourrasques Punk-Rock et Pub-Rock, pour un coup de coude en coup de sang, qui nous persuade que le quintette en conditions de concert doit avoir l’allure fière.

La sueur perle des sillons sur cette première réalisation longue-durée, qui ose même quelques allusions DC des seventies éclairées, via un « Line’Em Up » au riff très fat, et à la basse grondante, et qui confirme cette passion bluesy via l’écho de guitares qui s’imposent sur un beat très penaud sur l’ombragé « Bad Jameson ».

Rock direct, pour quelques sinuosités indiquant que la direction globale pourrait sinon changer, du moins se nuancer, Sick, Sick, Sick est en effet un diabolique diagnostic de malades du Rock qui ne souhaitent absolument pas guérir, mais bien s’enfoncer encore plus dans leur pathologie et leurs tics. Un album très honnête, porté par des musiciens capables et une chanteuse charismatique, qui se veut conclusion d’un parcours que beaucoup connaissent et ont connu, à passer des heures en salle de répète pour affiner un répertoire qui se veut pourtant brut. Et bruts, les ANGELS CUT le sont, mais pas des brutes, et leur musique s’écoute comme on respire des effluves de whiskey, qui s’évadent du fut pour nous griser de leurs fragrances viriles et enivrantes.

Avec un bon deal dans la poche, ces VRP Rock pourraient bien toucher un public de plus en plus vaste, et pourquoi pas, se rapprocher de chez nous histoire que l’on puisse vérifier s’ils ont de quoi nous mettre à genoux. En attendant cet hypothétique jour, sevrez-vous de leur vidéo « Sick, Sick, Sick », visible sur Youtube, et qui vaut le détour.

The number of the beast ? Pas forcément, mais un numéro qui en vaut son pesant. De Rock bien sûr.


Titres de l'album:

  1. Sick Sick Sick
  2. Lightning
  3. Calling
  4. Line Em Up
  5. Bad Jameson
  6. Fish On A Hook
  7. Lose It
  8. One More Day
  9. Paper Airplaines
  10. Count Me
  11. Don't Go
  12. Paper Airplaines

Site officiel


par mortne2001 le 25/09/2017 à 14:52
75 %    259

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...