Une pochette sympathique, une musique qui ne l’est pas moins, parfois, ça suffit pour se lancer dans une chronique qu’on imaginait difficile à trouver. Et je l’avoue, je n’avais jamais entendu parler des californiens d’ANGELS CUT, cet argot évoquant les vapeurs de whiskey durant la distillation…Mais cette erreur est réparée, puisque je viens ce matin vous entretenir de leur premier LP, disponible sur toutes les plateformes officielles depuis cet été, et qui risque de faire craquer les amateurs de Rock N’Roll classique mais couillu qui sommeillent en vous. Et avec une telle dose d’énergie et d’implication, gageons que cette inclinaison ne va pas rester en veille longtemps…

Les ANGELS CUT nous viennent donc de Humboldt County, Californie du nord, et s’articulent en quintette, autour de Mike Molina et Utah Blue aux guitares, Aaron McLaughlin à la basse, Joe Barney au kit et la belle Stephanie Johnson au micro. Leurs ambitions ? Somme toute assez raisonnables, vous faire fondre de leur Rock à tendance Hard assez formel, qui brasse une myriade d’influences donnant une couleur très particulière à leurs morceaux. Ici, l’ouverture est reine, et on ne refuse aucune référence, pour peu qu’elle amène quelque chose de plus à cette petite étincelle qui fait décoller des chansons simples, mais efficaces. Et n’est-ce pas le propos même du Rock tel que nous l’avons toujours connu ? Bien sûr que si, et les douze segments de ce malicieusement baptisé Sick, Sick, Sick sont autant d’hymnes à reprendre on stage, lorsque le groupe arpente les planches d’un club local, un vendredi ou samedi soir de préférence.

ANGELS CUT, c’est un peu le retour du band next door, de celui que vous pourrez apercevoir dans un club enfumé, sans vous y attendre, et qui vous attirera dans ses filets sans artifices inutiles, juste avec le pouvoir très concret de son contact artistique immédiat. On retrouve sur ce premier longue-durée ce qui a fait la gloire de tous ces groupes locaux, qui très humbles, n’ont jamais eu d’autre désir que de vous procurer du plaisir avec des titres directs et sans ambages, construits autour d’un riff fédérateur et de lignes de chant séductrices et veloutées, à toute heure. De la nuit s’entend, celle qui nous unit dans un même élan de folie…

La folie, ce Sick, Sick, Sick n’en manque pas, quoiqu’il reste très raisonnable dans les faits. Récemment signés par Bungalo Records et bénéficiant d’une distribution valable via Universal, les californiens vont donc pouvoir savourer les fruits de leur travail acharné, testé sur les scènes américaines à convaincre le public du bien-fondé de leur démarche classique, qui consiste à défendre et roder un répertoire live. Et de « Sick, Sick, Sick », hit imparable, à « Paper Airplane », conclusion idoine, tout est là pour suggérer que le passage en studio s’est fait de matière naturelle, sans user d’overdubs et autres astuces sans brio, pour proposer une musique brute de chez brut, qui frappe en plein cœur, et qui retranscrit sans doute à merveille l’attitude du quintette en direct. Evidemment, tout ça reste très classique, et certains thèmes ont ce petit quelque chose de déjà entendu, mais dans un créneau assez perméable à toute référence, avouons que Stephanie et ses boys se défendent plus que bien, et parviennent dans un même effort à nous rappeler les ZZ TOP, MATCHBOX 20, Alannah Myles, tout en revendiquant eux-mêmes l’ombre de CCR, des EAGLES, mais aussi de DISTURBED, de RANCID, VAN HALEN, LED ZEP et autres SYSTEM, ce qui nous oppose donc un panel assez large pour un crossover de Classic Rock qui émarge à une bonne hauteur de décibels.

Niveau instrumental, les bougres s’en sortent plus que bien, tout en restant fidèles à des plans simples et des accroches immédiates. On remarque immédiatement le timbre de voix rauque et un peu voilé de Stéphanie, mais la complémentarité des deux guitaristes est aussi manifeste, tout comme la solidité d’une paire rythmique qui ne cherche jamais l’esbroufe. On se rappelle même à certains coins de couplets de nos SHAKIN’ STREET, en version plus light et moins Heavy, bien que certains chœurs très Pop nous éloignent d’une piste durcie qui n’a pas forcément lieu d’être (« Lose It »). Beaucoup d’énergie donc, de la sueur, mais aussi une jolie sensibilité, qui vient frapper à la porte de la Country nationale la plus chérie, pour une acoustique charmante, délicate et partie-prenante, à l’image de ce « One More Day », qui fait partie des réalisations les plus brillantes du combo. Mais ils ont plus d’un tour dans leur sac, et si un certain systématisme dans les arrangements nous perd parfois dans les méandres des similitudes, les ANGELS CUT parviennent toujours à tirer de leur chapeau un lapin au pas médium, qui nous entraîne dans son sillage (« Paper Airplanes »). Et lorsque le ton se durcit, on sent que les californiens sont loin d’avoir tout dit, ce que prouve avec épilepsie le tressautant « Count Me », qui ose enfin taquiner les bourrasques Punk-Rock et Pub-Rock, pour un coup de coude en coup de sang, qui nous persuade que le quintette en conditions de concert doit avoir l’allure fière.

La sueur perle des sillons sur cette première réalisation longue-durée, qui ose même quelques allusions DC des seventies éclairées, via un « Line’Em Up » au riff très fat, et à la basse grondante, et qui confirme cette passion bluesy via l’écho de guitares qui s’imposent sur un beat très penaud sur l’ombragé « Bad Jameson ».

Rock direct, pour quelques sinuosités indiquant que la direction globale pourrait sinon changer, du moins se nuancer, Sick, Sick, Sick est en effet un diabolique diagnostic de malades du Rock qui ne souhaitent absolument pas guérir, mais bien s’enfoncer encore plus dans leur pathologie et leurs tics. Un album très honnête, porté par des musiciens capables et une chanteuse charismatique, qui se veut conclusion d’un parcours que beaucoup connaissent et ont connu, à passer des heures en salle de répète pour affiner un répertoire qui se veut pourtant brut. Et bruts, les ANGELS CUT le sont, mais pas des brutes, et leur musique s’écoute comme on respire des effluves de whiskey, qui s’évadent du fut pour nous griser de leurs fragrances viriles et enivrantes.

Avec un bon deal dans la poche, ces VRP Rock pourraient bien toucher un public de plus en plus vaste, et pourquoi pas, se rapprocher de chez nous histoire que l’on puisse vérifier s’ils ont de quoi nous mettre à genoux. En attendant cet hypothétique jour, sevrez-vous de leur vidéo « Sick, Sick, Sick », visible sur Youtube, et qui vaut le détour.

The number of the beast ? Pas forcément, mais un numéro qui en vaut son pesant. De Rock bien sûr.


Titres de l'album:

  1. Sick Sick Sick
  2. Lightning
  3. Calling
  4. Line Em Up
  5. Bad Jameson
  6. Fish On A Hook
  7. Lose It
  8. One More Day
  9. Paper Airplaines
  10. Count Me
  11. Don't Go
  12. Paper Airplaines

Site officiel


par mortne2001 le 25/09/2017 à 14:52
75 %    288

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.