World Decay 19

Sacrifix

07/04/2021

Autoproduction

Avant d’aller plus en avant dans cette chronique, je tiens à préciser deux choses :   

1) SACRIFIX n’est pas le nom du bourreau dans Asterix, celui qui décapite au son de Reign in Blood.

2) Le groupe a beau être brésilien, il ne joue pas du gros Thrash qui tâche et qui invoque le démon à chaque tâche de sang sur le tablier.


SACRIFIX nous en vient donc de la belle ville lusophone de Sao Paulo, et s’est formé il y a quelques années, sans qu’une date précise ne nous soit communiquée. Le trio (Kexo - basse, Gustavo Piza - batterie, et Frank Gasparotto - guitare/chant) n’est pas du genre assemblée de jeunes amateurs, puisque ses trois membres officient ou ont officié dans bon nombre de groupe d’Amérique du Sud (ABSKE FIDES, DEATH BY STARVATION, INFAMOUS GLORY, HORNS OF VENUS, JACKKNIFE, SHALL SUFFER THE ECLIPSE, ABUSIVE NEKROTRAFFIKH, SHYY, SPIRITUAL HATE, ANTHARES), et capitalisent donc sur une solide expérience pour nous livrer ses vues sur un Thrash légèrement crossover sur les bords, mais surtout méchamment influencé par la Bay-Area et ses acteurs de seconde zone. En écoutant les premiers morceaux, et en se basant sur leur franchise brute et abrupte, on pense irrémédiablement aux gauches WHIPLASH et leurs trois premiers efforts. D’une optique formelle, World Decay 19 vient donc s’ajouter à la très longue liste des albums passéistes qui regrettent l’agression d’antan et le son analogique des productions estampillées 85/86.

Rien de bien nouveau sous le soleil de Sao Paulo, pas d’allusions aux maîtres locaux de SEPULTURA ou DORSAL ATLANTICA, mais plutôt une attitude joyeuse et régulée par des humeurs constantes. Pas question ici de dénaturer le sacro-saint Thrash d’une philosophie trop moderniste ou progressiste, mais bien de le jouer comme à son âge d’or. Sauf qu’une fois encore, la copie n’égale pas l’original, et de loin, et les trois musiciens se contentent de relire des plans déjà largement utilisés par les stars old-school en activité depuis une ou deux décennies.

Pas fondamentalement désagréable, mais prévisible comme un tweet imbécile lâché par Marlène Schiappa, World Decay 19 reprend la démarche californienne, et l’adapte à la sauvagerie mesurée du Brésil, pour produire un cocktail légèrement épicé, mais pas franchement enivrant. Et pour cause, puisque si l’instrumental est aussi efficace que traditionnel, le timbre de voix de Frank Gasparotto pourra heurter les plus sensibles, un peu comme s’il se mettait dans la peau d’un hurleur BM à la retraite depuis trop longtemps pour encore effrayer les enfants. Sa voix sourde et en berne détonne dans le paysage ambiant, d’autant que l’homme s’avère redoutable guitariste. Roi du riff circulaire à rendre fous les DESTRUCTION, prince du solo précis à la TESTAMENT/DEATH ANGEL, Frank aurait gagné à laisser un véritable vocaliste Thrash le laisser se concentrer sur ses cordes. Loin d’un abattage à la WARFECT, et encore plus d’un mysticisme à la VEKTOR/POWER TRIP, SACRIFIX se complait donc dans un Thrash générique, certes légèrement progressif par endroit, mélodique quand il le faut, mais manquant de folie ou au contraire d’application subtile pour s’ancrer dans le mouvement Techno.

Mais on apprécie à leur juste valeur ces compositions qui n’hésitent pas à laisser la basse rouler et claquer, qui imposent un déroulé argumenté, et qui se concentrent sur une poignée de minutes plutôt que de s’éterniser. Las, le tempo, systématiquement accroché au même nombre de BPM, la linéarité de la gorge de Frank, et des accès de mid un peu trop appuyés font de ce premier album une anecdote plaisante, mais noyée dans la masse d’informations old-school. Sur les passages les plus catchy et appuyés, les intonations geignardes et hésitantes du frontman nous écorchent les oreilles, alors que les passages instrumentaux montrent que le trio a les moyens de s’extirper de la masse.

J’en veux pour preuve le gluant et groovy « Pain », basé sur un riff méchamment redondant et des harmonies efficaces, mais dont l’envol est plaqué au sol par ce chant insupportable qui semble émis de la gorge d’un vieillard à l’agonie, ou d’un aphone essayant désespérément de faire ranger leur chambre à ses enfants rebelles. Alors, on se focalise sur les instants expurgés de chant, on apprécie cette façon de se montrer allusif à HALLOW’S EVE ou ACID REIGN (« Escape »), on déguste au passage la reprise très honnête d’ANGEL WITCH (« Evil Games », qui ne détonne pas dans le répertoire original), et on déplore le manque d’audace de l’ensemble, trop monotone, qui sur son final aiguille pourtant sur une voie plus joyeuse. Avec son intro à la SODOM, « World Decay 19 », laisse augurer d’un avenir plus optimiste pour la formation, encore un peu trop engluée dans sa modération. Avec son tempo qui monte enfin dans les tours, son envie de hurler plus fort que les autres, et son attachement à la bestialité brésilienne, ce morceau de clôture rehausse le niveau, mais par pitié, à l’avenir, confiez le chant à un grogneur capable.

  

                                              

Titres de l’album:

01. Intro

02. Let Him Die

03. Living Hell

04. Sacrifix

05. Pain

06. Escape

07. Evil Games (ANGEL WITCH cover)

08. World Decay 19


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/06/2022 à 14:33
70 %    67

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08