Mörk

Lava Invocator

27/03/2017

Satanath Records

Mine de rien, la scène Ukrainienne est en train de devenir l’une des plus prolixes en termes de BM classique, et je pourrais jeter quelques noms à la volée dont ceux de WHILE THEY SLEEP, KAOSOPHIA, SHADOWS GROUND, ULVEGR, CHATEAU NOIR ou encore VÖEDTÆMHTËHACTÅTT.

Et les locaux peuvent compter sur le soutien indéfectible de l’écurie Russe Satanath Records pour les soutenir, puisque le label peut s’enorgueillir de compter une nouvelle signature à son cheptel, en l’occurrence celle du trio LAVA INVOCATOR et son patronyme pour le moins énigmatique.

LAVA INVOCATOR (Ingvaar – guitare/chant, Silent – basse et Yggr – batterie) nous offre donc en ce mois de mars son premier longue durée, assez empreint de culture violente locale, mais ouvert à d’autres influences, en faisant un des groupes les plus intéressants du moment, et la fierté de son label qui ne tarit pas d’éloges à son sujet.

L’idée de la conception du groupe a émergé de la petite ville de Lund, près de Malmö. Des nuages orageux planant au-dessus des rochers d’Öresund, des forêts denses, et des murmures mystiques, le tout se mélangeant dans un tourbillon d’émotions, tel est donc le propos qui a servi de fondement à l’élaboration de la direction musicale présentée sur ce Mörk (« Ténèbres » en suédois), qui tout en puisant son inspiration dans la tradition la plus séculaire et nordique du BM, s’autorise quelques incartades mélodiques et modérément symphoniques assez prenantes, histoire de varier le propos de sa brutalité revendiquée.

Fondé en 2015, LAVA INVOCATOR est né des cendres encore fumantes de DEF / LIGHT, et se veut union de Black Metal abrasif et sans compromis, et de mélodies et d’atmosphères plus mystiques et opaques, pour aboutir à un mélange assez onirique dans l’agression, comme une menace sombre survolant des forêts de désolation et de solitude.

Une forme de poésie outrancière qui associe crudité du propos et malléabilité des arrangements pour parvenir à un résultat équilibré, certes encore loin d’une originalité d’avant-garde, mais suffisamment fouillé pour intéresser les plus exigeants d’entre vous.

Niveau références, leur label se plaît à les comparer à des icônes telles que DISSECTION, MAYHEM, DARK FUNERAL, ULVER, DARKTHRONE, mais d’autres connaisseurs ont inévitablement évoqué l’emphase d’IMMORTAL, celle d’EMPEROR bien sûr, mais aussi des réminiscences de DRUDKH, pour cette nostalgie harmonique larvée qui parvient à transcender des morceaux de facture classique sans en édulcorer le propos. Et il est certain que ces noms ne sont pas lâchés au hasard, tant la musique de Mörk semble familière au premier regard auditif. De longues plages qui se veulent aussi brutales qu’atmosphériques, évoquant à merveille le climat mouvant des côtes nordiques, tout en gardant cette rudesse propre à la culture de l’Est. Le mélange est subtil, alternant avec bonheur les passages en mid terriblement accrocheurs, et les violentes envolées de blasts, qui sont presque systématiquement contrebalancées par de légers arrangements en arrière-plan, qui n’ont toutefois pas la grandiloquences des cadors du genre, mais le résultat étant voulu, on ne saurait blâmer les LAVA INVOCATOR de rester discrets dans leurs orchestrations.

L’archétype même de morceau symptomatique de la démarche ambitieuse des Ukrainiens pourrait bien être ce « Dark Thunder Sky », qui cavale de thème en thème sans perdre son propre fil, mais en combinant des parties accrocheuses à la CRADLE OF FILTH et de longues séquences de contemplation écrasante qu’Ihsahn lui-même aurait pu décrire sur un de ses albums solo.

D’un autre côté, le radicalisme Death’n’Roll d’un épidermique « Totenkampf » suggère une alliance pas si contre nature que ça entre un DARKTHRONE vraiment inspiré et un MARDUK débarrassé de ses impulsions les plus guerrières et se sentant pousser des ailes lui permettant de planer sur un riff vraiment catchy. Comme vous le constatez, la linéarité n’est pas de mise sur Mörk, et c’est bien ce qui en fait son charme, puisque tous les secteurs de jeu sont dominés d’un professionnalisme assez peu fréquent pour un premier album.

Trois entrées attirent l’attention par leur timing desserré, « Empyrium et Nihil » qui débute comme un tir de barrage à la MARDUK, sans aucune pitié, gardant le cap sur une réelle intensité, et rappelant même les meilleurs efforts des suédois depuis l’intégration de Mortuus.

« Black Dawn », qui au contraire joue sur les évocations ambivalentes à la MAYHEM, déviant très rarement de son tempo lourd parfois explosé d’un torrent de blasts enragés, sans cracher sur des mélodies disséminées avec parcimonie qui n’aèrent pas vraiment le propos malsain.

Et bien évidemment, le final « Mörk » se taille la part du lion avec ses sept minutes patiemment égrenées, se voulant feutré, sournois, usant d’un chant murmuré et de segments en mid typiques d’un BM des nineties. Tour de force en version concentrée, cet épilogue permet de placer les LAVA INVOCATOR dans le peloton de tête des groupes à suivre, proposant une sorte d’hommage au style tout en y apportant leur touche personnelle indéniable et facilement détectable.

N’oublions pas de citer dans le rôle du trublion dans un jeu de croix inversées « Gestapofallos », qui se repaît de ses trois minutes de citations Crust et Black’n’Roll à la ENTOMBED/DARKTHRONE, parvenant même par fugaces impressions à évoquer le spectre d’un BATHORY, voire d’un Quorthon en solo.

Ajoutez à ça une intro travaillée qui nous plonge directement dans l’univers particulier du groupe, et qui distille des harmonies étranges et déformées pour nous déraciner de notre emprise rationnelle et nous transporter dans un décor onirique et fantasmagorique (« Awaken », qui n’oublie pas pour autant de déchainer les enfers d’un BM hautement corrosif), et vous obtenez un album très solide, qui sans révolutionner le genre, parvient à le tirer vers le haut et se montrer digne des impératifs de l’école Ukrainienne, l’une des plus rigoureuses de la planète.

Avec Mörk, LAVA INVOCATOR nous enserre de ténèbres, certes pas les plus opaques et effrayantes de la création, mais suffisamment denses pour que l’on regarde dans les moindres recoins secoués d’un petit frisson. Une belle synthèse des mouvances scandinaves adaptées aux exigences de l’Est, pour un premier album assez remarquable, qui ne fera pas tâche dans la production de leur légendaire label.


Titres de l'album:

  1. Awaken
  2. Empyrium et Nihil
  3. Gestapofallos
  4. Black Dawn
  5. Dark Thunder Sky
  6. Totenkampf
  7. Mörk


par mortne2001 le 18/04/2017 à 17:40
70 %    580

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JTDP

Assez d'accord avec toi Bones. Après de toutes façons, je pense que le but de cette lettre n'est pas tant de vouloir à tout prix organiser l'édition 2021 que de forcer le gouvernement à avoir une position claire, nette et précise (je n&apos(...)

19/01/2021, 01:08

Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23