Radiocarbon

House Of Shakira

06/12/2019

Frontiers Records

Je n’ai pas pour habitude de rentrer chez les gens sans y avoir été convié. Pourtant, un beau jour de 1997, je suis entré dans la maison de Shakira. Non, pas cette blonde et colombienne chanteuse dont tout le monde admire le déhanché, mais bien dans la HOUSE OF SHAKIRA suédoise, cosy, aux teintes chaudes et aux mélodies en plantes grimpantes. Il faut dire qu’avec Lint, les suédois se posaient en hôtes accueillants pour les fans d’un Hard Rock mélodique à la scandinave, et avec les années, leur sens de l’accueil ne s’est jamais démenti. Au point qu’aujourd’hui, nous célébrons le neuvième album studio de la bande, et selon ses dires, son travail le plus solide. Certes, l’argument promotionnel est toujours à prendre avec des pincettes, mais je pense pouvoir affirmer que Serafino de Frontiers ne le contredira pas. Ce qui en dit long sur la qualité de ce Radiocarbon qui succède pourtant à une palette de hits internationaux à faire presque rougir d’envie les JOURNEY. Mais on connaît les habitudes et les possibilités de l’école scandinave, la plus prolifique et douée de sa génération, qui se pose aujourd’hui en mètre-étalon mondial en termes de mélodies, de nostalgie et de créativité. Et si la nostalgie n’est pas de mise chez les HOUSE OF SHAKIRA, les mélodies sont toujours au centre des débats, et celles constellant les onze nouveaux morceaux de ce nouvel album sont parmi les plus attachantes et addictives du parcours des originaires de Stockholm. On retrouve bien évidemment tous les éléments qui ont fait le succès du groupe, cette façon d’aller à l’essentiel en cherchant constamment l’idée porteuse, ces harmonies vocales sucrées mais pas trop, ces refrains à reprendre en chœur dans sa salle de bain, et cette façon de taquiner le Heavy Metal sans mettre un pied au-delà du Hard Rock. Toutes ces recettes sont connues, mais portées à la perfection sur Radiocarbon qu’il sera inutile de dater au carbone 14 dans quelques années, lorsqu’on cherchera l’artefact le plus proche de la perfection musicale.

Produit par Pontus Norgren (HAMMERFALL), Radiocarbon est donc un cas d’école. Il survole le parcours des suédois avec une pertinence rare, et se pose comme acmé d’une carrière bien remplie. Propre mais pas trop, poli mais toujours sauvage, ce neuvième LP est une petite merveille que les musiciens du monde entier vont disséquer. A la manière d’un HAREM SCAREM, toujours musclé mais romantique, HOUSE OF SHAKIRA joue entre les frontières, louvoie entre les créneaux pour proposer des choses que BON JOVI et ANGRA auraient pu composer ensemble (« A Tyrant´s Tale »), sans se départir de ce sens de l’immédiateté radiophonique qui font les plus grands hits. C’est ainsi qu’après une courte intro, le quintet (Andreas Novak - chant, Mats Hallstensson - guitare/chant, Anders Lundström - guitare, Basse Blyberg - basse/chœurs, et Martin Larsson - batterie) nous cueille à froid avec un hymne dont ils sont si coutumiers, nous assénant un rassérénant « One Circumstance » gorgé de soleil suédois et d’euphorie mélodique. Immédiatement, on se sent chez soi, à l’aise, en bonne compagnie, et si des traces évidentes de Sour Grapes subsistent, on comprend que le groupe a voulu passer le turbo avec ce nouvel effort. Tout y est amplifié, l’énergie, la joie, les arrangements, la pertinence harmonique, et le fan de se lover au creux d’un Hard Rock haut en couleurs. Rien de surprenant évidemment à l’écoute, puisque le style est rodé depuis des années, mais une envie renouvelée, des moyens mis en avant, et une soif à étancher qui ne se dément pas. La soif de satisfaire un public avide de plaisirs électriques, qui n’a pas oublié les grandes réalisations des années 80, mais qui accepte son époque avec philosophie (« Not Alone »). De fait, Radiocarbon est peut-être le disque le plus estampillé 80’s de ses auteurs, mais sans le chercher, uniquement parce qu’il en atteint les exigences. Et là n’est pas le moindre des compliments, lorsqu’un groupe parvient à recréer une ambiance en se reposant uniquement sur ses dons naturels. Mais quels sont les dons dont les suédois n’ont pas été bénis ?

Certainement pas celui de faire de l’AOR magnifique sans chercher l’accroche putassière d’une sirupeuse séduction. De ne pas céder aux claviers la part qui revient à la guitare. Ni celui de pouvoir insérer des soli purement Heavy dans un contexte Pop sans avoir l’air incongru. Ne cherchez pas, ils les ont tous. Suggérant les STAGE DOLLS pour mieux rappeler le meilleur EUROPE, empruntant aux 220 VOLTS de quoi rendre aux TREAT, voici donc les façons de faire d’un groupe unique, qui taquine le sublime sur des harmonies graciles (« Radiocarbon », plus DEF LEPPARD qu’une gueulante de Joe Eliott), mais qui jamais ne sombre dans la mélancolie facile, lui préférant la vitalité d’un Hard joué à la AC/DC et transcendé à la AIRBOURNE (« Save Yourself »). En moins de quarante minutes, HOUSE OF SHAKIRA fait le tour de propriétaire, montre du doigt les quelques aménagements (production plus épaisse, densité accrue), et finit par nous dresser un couvert sur une table en bois, anticipant le dessert tout en plaçant les entrées. Difficile de faire son marché sur cet étal d’hymnes en puissance, qui jouent le groove (« Sweet Revenge », on imagine bien le STRYPER d’Against The Law se faire les yeux sur cet évangile), ou le binaire léger et enthousiasmé (« Scavenger Lizard », ou comment faire du neuf avec des clichés et des archétypes marqués), qui retrouvent l’attitude fédératrice du BON JOVI le plus stadium pour mieux la moduler d’une moue à la Richard MARX (« Like A Fool »), et qui mis bout à bout forment une ode à l’hédonisme le plus innocent, l’hédonisme auditif et musical, qui préfèrera toujours les mélodies accrocheuses aux expérimentations tortueuses.

Alors non, Radiocarbon n’offre rien de neuf, et ne dit rien de plus que les huit albums précédents. Mais il le dit différemment, plus fermement, tout en laissant la porte ouverte pour éviter la claustrophobie de la redite. Loin d’une auberge espagnole qui mélange le bric et le broc, c’est un album aux boiseries solides mais ciselées, au chauffage parfaitement réglé et aux draps fraichement lavés. Une sorte de recherche de pureté qui n’évite pas l’agressivité, et qui a conscience de ses possibilités. Et HOUSE OF SHAKIRA de s’affirmer d’année en année comme le rendez-vous préféré des amoureux d’harmonies non édulcorées, et d’un Hard-Rock échevelé, mais accommodant. Un gage de qualité sans cesse renouvelé, et des retrouvailles qu’on apprécie sans y penser.       

                                  

Titres de l’album :

                      01. Herd Instinct

                      02. One Circumstance

                      03. Not Alone

                      04. Radiocarbon

                      05. A Tyrant´s Tale

                      06. Delusion

                      07. Save Yourself

                      08. Sweet Revenge

                      09. Scavenger Lizard

                     10. Like A Fool

                     11. Falling Down

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/12/2019 à 17:20
90 %    502

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
11/12/2019, 01:43:13
Aïe aïe aïe, grave erreur mon cher mortne2001...Shakira, cette fameuse artiste connue pour avoir inventé le concept de musique à regarder, est...colombienne ! :-D
Sinon, côté musique, rien à dire, c'est tout comme t'as dit. Par contre le clip de "One Circumstance" pique sévèrement les yeux...

mortne2001
membre enregistré
11/12/2019, 17:29:32
Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarder ;)

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50

Humungus

Futur achat !

02/12/2020, 08:46

RBD

Peut-être que les temps de jeu respectifs équilibreront cette hiérarchie étonnante suggérée par l'affiche, ça s'est vu par le passé. C'est dur à admettre mais pour la génération plus jeune moins(...)

02/12/2020, 00:17

Buck Dancer

Un ep moyen et voilà ou ça mène.... A la limite, Carcass en première partie de Behemoth ça peut se comprendre vu la grosse machine qu'est devenu la bande a Nergal. Mais Arch Enemy ça fait mal. C&apos(...)

01/12/2020, 15:32