« Oldschool Death Metal since 1989 ».

Voilà une accroche Facebook pour le moins étrange…Les origines du Death remontant justement à la fin des années 80, est-ce à dire que les groupes de l’époque jouaient déjà du Metal « à l’ancienne » ? Le Death n’aurait-il donc jamais été moderne ?

Débat intéressant, mais plutôt abscons. Il faut dire que pas mal de formations actuelles se réclament de l’étiquette « old-school », histoire de vendre quelques téléchargements de plus ou d’attirer plus de public à leurs concerts. Mais dès lors qu’un combo peut justifier de presque trente ans d’existence, il devient assez futile de se demander s’ils jouent encore un Death puisé des origines…dont ils faisaient eux-mêmes partie…

A moins de considérer que certains ensembles de l’époque jouaient une musique « futuriste »…Ce qui pouvait en effet être le cas de MORBID ANGEL et autres…

Bref, en tout cas, ce qui est certain, c’est que les HORRID ne sont pas les premiers bourrins venus, et que leurs débuts s’enracinent dans l’agonie des 80’s, puisque leur formation remonte donc à 1989, et leur première démo à 1992. Eternal Suffering a donc été diffusée il y a de cela vingt-cinq ans, ce qui nous offre un bel anniversaire pour ces vétérans de l’extrême transalpin qui n’ont jamais lâché l’affaire.

Entre temps, d’autres démos bien sûr, quelques EP, et un premier album qui a enfin vu le jour treize ans après leur découverte, sous la forme d’un brutal Reborn In Sin, qui replaçait les choses dans le contexte de l’ancienneté et de la hiérarchie. Depuis, trois autres longue durée qui n’ont fait qu’asseoir la réputation grandissante et respectable des Italiens de Varese, jusqu’à cet imposant par la puissance et la durée Beyond The Dark Border, qui semble en effet n’avoir d’autre but que d’aller plus loin que tout le monde.

Ce sont les intentions clairement affichées du trio (Mario Plumari – guitare et membre fondateur, Simone Comerio – batterie et Dagon – basse et chant, tous deux depuis 2015), qui semble vouloir ramener à lui le respect qui lui est dû en tant qu’aîné de la scène Death italienne. Condamnés à un semi anonymat injuste dans l’underground, HORRID devrait avec cette cinquième livraison récupérer la place qui est la sienne aux avant-postes des légions de la mort européennes, et les neuf pistes de ce LP devraient leur faciliter la tâche.

Death old-school donc, mais pas de celui qu’on connaît à peine le premier riff lâché, puisque les trois acolytes ont su trousser un disque hautement brutal et viscéral, mais aussi diablement accrocheur et intelligent. En s’accrochant à leurs influences initiales tout en y insufflant un sens de la mélodie assez futé, les trois pourfendeurs de Metal prévisible ont su composer un disque de très haute volée, qui tient même la dragée haute à bien des formations plus établies. Pour cinquante minutes d’attaque frontale, l’intensité bat le haut du pavé, et sait tirer parti d’une production impeccable qui ne laisse personne sur le carreau.

Personne, et surtout pas la basse qui se paie le luxe d’intervenir avec efficience et pertinence, loin du sempiternel rôle de seconde guitare plus grave. Dagon, outre son chant caverneux mais modulé, se permet des interventions harmoniques redondantes et bluffantes, qui dynamisent des morceaux déjà prêts à exploser à la moindre étincelle. Et l’osmose entre les trois musiciens est patente dès l’ouverture classique de « The Black March », qui après une entame très classique pose des jalons, et s’enfonce dans un Death primal mais progressif, qui rappelle tout autant la scène suédoise que les débordements américains des années 90. La multiplication des rythmiques, inhérente au style est amenée avec beaucoup de fluidité et de finesse, même si la violence de l’ensemble est palpable au moindre détour de break.

On atteint parfois des sommets dans l’ultraviolence, notamment à l’occasion du contrasté « Demonic Challenge », qui ose juxtaposer des patterns groovy en diable et des accélérations intempestives, tout en gardant le contrôle d’un mid tempo vraiment écrasant.

Certes, les plus exigeants trouveront le timbre de Dagon un peu terne sur la durée, tout comme ils souligneront le côté répétitif de certains riffs qu’on retrouve à intervalles réguliers. Mais la puissance dégagée par l’ensemble est tellement impressionnante que les derniers reprochent se retrouvent occultés par une envie d’en découdre qui laisse épuisé.

Et même lorsque le groupe joue le chrono et s’autorise un dépassement de plus de sept minutes en conclusion (« Beyond The Black Border »), l’inspiration est toujours au rendez-vous d’arrangements inédits, qui confèrent à l’ensemble une atmosphère morbide tout à fait de circonstance. La guitare ralentit alors la marche, pour se rapprocher d’un OBITUARY des origines, le plus putride, avant qu’un concassage de grosse caisse ne rétablisse l’équilibre de violence.

« Missing End » en est un autre exemple probant, et multiplie les attaques, les déviances, les dérivations, pour nous enserrer dans un Death « à la suédoise », peu empathique, mais terriblement efficace dans ses parties les plus virulentes. Il faut préciser que le bagage technique du trio est en tout point remarquable, avec une mention spéciale aux affolements de Simone, qui maltraite sa batterie comme une vieille carcasse sur un étal de boucher. Technique, rapidité, efficacité, et acceptation de la mélodie comme composante indispensable, tels sont les arguments d’un cinquième LP qui ne marque aucune pause et qui avance coûte que coûte, histoire de replacer la

légende dans son contexte.

Difficile en effet à l’écoute de Beyond The Dark Border de réaliser que HORRID fête ses vingt-huit ans d’existence, tant la jeunesse affichée de ses prétentions est flagrante. Mais à l’heure où des myriades de combos se contentent de l’étiquette « old-school » pour nous refourguer des débauches sanglantes qu’on a déjà épongées des centaines de fois, les italiens se permettent d’innover, et de ne pas capitaliser sur leur passé pour stagner.

Sous une pochette au trait rudimentaire mais frappant se cache donc l’un des meilleurs albums de Death de l’année. Vous n’allez quand même pas bouder un tel massacre ?


Titres de l'album:

  1. The Black March
  2. Cursed Dunes
  3. Blood Painted Walls
  4. The Eyes of Terror
  5. The Statement
  6. Sacrilegious Fornication
  7. Missing End
  8. Demonic Challenge
  9. Beyond The Black Border

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/08/2017 à 19:15
77 %    217

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Sadistic Intent + Pillorian + Toxic Holocaust

18/08 : Sur Hodémont, Méan ()

+ Venom Prison + Goatwhore

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Goatwhore + Dying Fetus

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)


J'ai entendu THE QUILL quand je distribuais les flyers à l'entrée et ça avait l'air pas mal du tout! Du bon Heavy/Rock 70's avec un excellent chanteur!


Et bien la journée du samedi avec SATYRICON, SOLSTAFIR, UFOMAMMUT et ORANGE GOBLIN avait quand même une sacrée gueule pour moi. Sans parler d'autres sympathiques groupes comme MUNICIPAL WASTE ou ARMORED SAINT... vivement demain du coup !
Par contre, JérémBVL, as-tu entendu un peu THE QUIL(...)


On dirait bien oui! Tout une epoque


On dirait bien oui! Tout une epoque