Mes collègues et néanmoins amis (enfin je l’espère) de Metalnews m’avaient mis la puce à l’oreille en annonçant la sortie du nouvel album des tarés US de SHIT LIFE, et au vu des réactions euphoriques étalées dans les commentaires, et le dithyrambe complètement assumé de la communauté, je me devais de réagir et de saisir mon clavier. En tant que fan absolu de Grind depuis les premières exactions anglaises des années 80, que j’ai eu la chance de vivre en live, je me sentais irrémédiablement attiré par la production de ce duo de flingués (Chris - guitare/chant, Zach - batterie/chant), qui se proposaient en vingt-cinq morceaux originaux et deux reprises de replacer le bruit dans un contexte de nostalgie contemporaine, et grand bien m’en a pris. On le sait tous, le Grind est un style facile à jouer, mais très difficile à transcender. N’importe quel clampin sachant blaster, grogner, saccader et faire plus de barouf que la tondeuse du voisin peut se revendiquer membre de la famille, mais ceux capables de jouer le jeu en respectant les règles de qualité sont rares. Et autant dire que les SHIT LIFE ont tout compris aux exigences de genre, eux qui ne dépassent que très rarement la minute au chrono et qui jouent comme si la vie du dernier pack de bière en dépendait. Se revendiquant d’influences logiques, mais appréciables (MAGRUDERGRIND, PHOBIA, INSECT WARFARE, POSER DISPOSER, S.O.B., WOLF BRIGADE, MASSGRAVE, CATHETER, WEEKEND NACHOS, 324, IN DISGUST, P.L.F., ARCHAGATHUS) les deux pingouins peuvent s’enorgueillir d’avoir sorti l’un des albums les plus euphoriques et exubérants qui soit, et rejoignent donc au panthéon de mes idoles les immanquables GETS WORSE, CLOSET WITCH, MINDFLAIR et autres THE KILL, chiens dans un jeu de quilles qui n’en peuvent plus de se prendre mes grosses boules dans la gueule.

Du Grind, d’accord, mais lequel ? Celui qui Gore encore et engore, c’est que le début d’accord, d’agore ? Non, celui qui blaste comme un psychopathe à la machette en Amérique du Sud, celui qui riffe comme une chaise électrique faisant tressaillir un serial killer sur son séant, celui qui marteau-piqueur à six heures du matin sous votre fenêtre en plein été, et qui place quelques inserts en samples histoire de bien rigoler. Et le Grind des SHIT LIFE, c’est celui du proverbial pétard mammouth dans la crotte de chien qui éclabousse le mur du voisin, celui qui fait revivre la guerre du Vietnam à un pauvre vétéran traumatisé, et qui nie toute logique d’évolution de la musique extrême depuis l’émergence des olibrius de Birmingham. Un peu l’anti-école de Canterburry, la négation du progressif, le truc qui stagne depuis sa naissance, mais qui s’en branle et qui mitraille comme un déséquilibré en Norvège. Le truc que le gilet pare-balles le plus résistant ne peut encaisser, à grand renfort d’une double grosse caisse qui tourne à plein régime, le Blitzkrieg, le raid aérien au-dessus d’un camp de scout nazis, enfin bref, le machin qui vous bousille les oreilles avec une joie non feinte et qui vous donne envie de sortir de chez vous pour envoyer chier tout le monde. Mais loin de se contenter de foutre le bordel à vingt kilomètres à la ronde, les deux olibrius ont pris le temps de trousser de véritables morceaux dans la plus grande tradition du genre, à mi-chemin de l’analogique de tonton Shane et de la compression outrancière de la nouvelle génération (le son de batterie pourra agacer les plus puristes, mais au vu de la folie dégagée, il est totalement justifié). Vingt-cinq morceaux, plus finauds qu’il n’y parait, avec des syncopes complètement frappées (« Envelope Full Of Dick Weed », plus barré que ça, je ne connais pas), des références D-beat et Crust comme s’il en pleuvait, et surtout, une énergie à rendre un accro au Red Bull tremblant de jalousie, avec des plans de batterie qui tiennent de la crise d’épilepsie, et un duo vocal en pleine schizophrénie.

C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui laissent la maisonnée la tapisserie pleine de merde, les chiottes bouchés et la fille de la maison la culotte baissée. Pas forcément portés sur la raison, Chris et Zach jouent au contraire leur va-tout et cherchent l’exagération, riffant comme des malades mentaux, et aménageant des espaces plus groovy mais saignants, permettant à leurs morceaux pourtant brefs de contenir plus d’idées que des discographies entières de héros célébrés. Difficile parmi cette pléthore de blagues supersoniques de faire son marché avec discernement, mais avec quelques pauses lourdes et intéressantes (« SMOKE BREAK », hyper groovy et genre ZZ TOP repris par les NASUM), des fulgurances de branleurs fans de Crust accéléré et soudainement enflammé (« We Don't Give A Fuck What You Think », dix-neuf secondes de démence précoce), un tempo qui en fait vraiment trop, mais qui nous dynamise plus efficacement qu’un barrissement de troupeau (« Fuck Corporate Weed »), et qui lorsqu’il n’en fait pas trop, en fait encore plus trop (« Grinder's Eve »), des aplatissements en règle sous rouleau compresseur conduit par un arriéré (« Nug Destroyer »), et des allusions à SLAYER subtilement détournées façon humour potache (« Raining Bud »), Reign In Bud est plus qu’un simple album de Grind, c’est l’hommage ultime au genre, la révérence suprême avec rots bruyants mais application religieuse, l’exécution même pas programmée sans foulard sur les yeux, et surtout, une façon d’extérioriser sa violence intérieure tout en gardant un sourire enjôleur.

Et comme les gus ont de l’humour et de la culture, ils terminent dans la tendresse avec un « Slow Grind » qui vous permettra d’emballer votre golden retriever avant le retour de votre femme (immanquablement jalouse, comme d’habitude), mais surtout avec deux reprises de derrière les fagots, l’une des maîtres de REPULSION (« Black Breath », ça pue de la gueule, mais le dentifrice c’est pour les bourgeois), de l’autre les références canadiennes de RAZOR (« Bad Vibrations », joyeusement densifié et accéléré, mais toujours aussi heureux de thrasher). Bon, je me demande pourquoi je suis encore à mon clavier alors que vous devriez avoir pigé depuis longtemps pourquoi les SHIT LIFE méritent votre intérêt. Lorsque le Grind, le vrai, se manifeste, toute affaire cessante, vous courrez le rejoindre, si possible pas loin d’un centre commercial qui ne demande qu’à cramer. Une allumette, un pétard bien maousse, et vous attendez les soldes. Lâchez-le au milieu des furies qui s’étripent pour un chemisier pourri moitié prix, et vous aurez plus ou moins l’effet obtenu par ce Reign In Bud, la Leffe blanche des albums de Grind.       

 

   

Titres de l’album :

                           1.I Hate The Law

                           2.Useful Idiots

                           3.Dirt Ensemble

                           4.Dank State

                           5.Grind The Weak

                           6.Thought Police

                           7.We Don't Give A Fuck What You Think

                           8.Fuck Corporate Weed

                           9.You Cried On Election Day (Illusion Of Choice)

                           10.March Of The Reefer Deathsquad

                           11.Don't Bring Piss To A Shit Fight

                           12.Thrashgrinding Fuckmachine

                           13.SMOKE BREAK

                           14.Inhale/Inhale

                           15.Grinder's Eve

                           16.Heavy Metal Dresscode

                           17.High Ground

                           18.Nug Destroyer

                           19.Shitcophagus

                           20.Envelope Full Of Dick Weed

                           21.If You Suck, Yer Fucked

                           22.You Smoke Mids

                           23.Brainslug

                           24.Raining Bud

                           25.Slow Grind (Take It Sleazy)

                           26.Black Breath (Repulsion cover)

                           27.Bad Vibrations (Razor cover)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/07/2019 à 14:55
82 %    134

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
14/07/2019 à 16:46:03
Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui laissent la maisonnée la tapisserie pleine de merde, les chiottes bouchés et la fille de la maison la culotte baissée."
xD !

guy
@78.192.38.132
17/07/2019 à 07:33:45
le chant est faiblard...

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.