On aurait beau jeu de considérer le Thrash allemand comme l’exutoire ultime d’une brutalité débridée sans queue ni tête, dont les émanations sonores se plaisent à reproduire les bruitages d’une sidérurgie nationale tournant à plein régime. S’il est certain que la première moitié des années 80 confortait ce jugement au travers des exactions des séminaux SODOM, KREATOR, DEATHROW et consorts, la donne a depuis changé, et on trouve même trace de ce radicalisme dans la pseudo-nuance américaine, qui a depuis adopté les postures d’outre Rhin, histoire de s’accorder un nouveau souffle. A contrario, les acteurs les plus présents de la scène allemande ont au contraire nuancé leur propos, et offert des approches plus modulées, mais toujours aussi violentes et persuasives dans le fond. Un nouvel exemple nous en est donné par les EMPIRESFALL, qui avec leur second album viennent d’accoucher d’un constat définitif sur la violence contemporaine, par le biais le plus franc qui soit. On les connaissait déjà par l’entremise de leur premier longue-durée, ce Riot qui ne faisait pas grand cas de son formalisme, mais les hambourgeois nous démontrent aujourd’hui qu’ils n’ont pas l’intention de calmer le jeu. Pour être honnête, et en tant que Thrash addict revendiqué, je me dois d’affirmer que ce A Piece to the Blind, sans bousculer l’ordre établi de références définies est un modèle du genre, et un petit chef d’œuvre en soit, considérant la déferlante passée de combos rompus à l’exercice de la nostalgie, et la pauvreté ambiante nous faisant traquer le moindre produit estampillé « pur Thrash ». L’époque est à la parcimonie, et la découverte d’un album aussi furieux que complet est toujours une excellente surprise, même si le dit album joue lui aussi la carte de l’épure, s’arrêtant pile au timing d’un Reign In Blood, pourtant jugé en son temps un poil trop court.

Mais lorsqu’on sait placer en temps et en heure les bons arguments, inutile de radoter ou gloser. Et en huit morceaux, le quatuor (Franky - guitare/chant, Mad - guitare, Dennis - basse, et Nico - batterie) qui n’a pas changé depuis les origines s’obstine à courir dans la bonne direction, ne négligeant pas les quelques finesses inhérentes à tout produit compétitif, sans pour autant moduler sa colère qui s’articule autour de rythmiques appuyées et de riffs concernés. On sent bien évidemment des influences inévitables, celles de DEATHROW dont le quartet se rapproche en plus d’une occasion, mais aussi celle de PANIC, l’ombre d’EXODUS lorsque le tempo fléchit, la paternité des RECIPIENTS OF DEATH mâtinée d’une éducation à la RIGOR MORTIS, conférant un doux parfum de folie à l’ensemble, mais le tout est joué avec une telle énergie qu’on en vient à faire abstraction de tous les parallèles. Rarement album se sera montré aussi convaincant dans sa furie en course en avant, et chaque morceau, bien que construit sur un moule précis déverse son torrent de haine sans se soucier d’une quelconque variété de ton. Ici, c’est l’option « bloc » qui prime, celle qui animait l’esprit des travaux les plus définitifs de la scène européenne des 80’s, qui trouve un écho remarquable dans cette manifestation de furie totalement sous contrôle. On retrouve les tempi épileptiques de Raging Steel, la folie rythmique mouvante de Terrible Certainty, mais aussi une touche plus contemporaine, magnifiée par une production réaliste signée par Jörg Uken (SUICIDAL ANGELS, ANVIL, SINISTER, GOD DETHRONED), qui a su tirer le meilleur parti de cette énergie de tous les diables. Et croyez-moi, les diablotins du jour ne sont pas du genre à jouer les petits malins.

En occultant l’intro délicatement mélodique et très influencée par TESTAMENT « The Descendant », un peu cheveu sur la soupe et certainement destinée à nous prendre par surprise, Piece to the Blind est une boucherie fatale non dénuée d’intelligence, qui alterne avec bonheur les tempi pour ne pas trop nous offusquer et risquer un classement anecdotique au rayon « nostalgie épidermique ». Ainsi, si « Betrayers » joue l’ambivalence d’un Heavy Thrash vraiment corsé et dynamité par un up tempo échevelé, c’est pour mieux nous persuader du caractère frondeur d’une paire de guitaristes qui n’ont pas les riffs dans leurs poches. Véritable hymne en puissance, ce morceau nous bascule dans le passé, à l’époque où EXODUS commençait à durcir le ton pour mieux imposer le fond, et nous convainc de sa puissance sans forcer, mais en adaptant les standards modulés des CHANNEL ZERO dans un contexte purement PANIC. On reste bluffé par tant d’assurance et de métier, mais on n’a pas vraiment le temps de réaliser, puisque le lapidaire « In Decay », nous fauche de sa vélocité, sublimée par des attaques de guitares aussi franches qu’un « fuck you » asséné par un Mille Petrozza déchaîné. C’est brutal, extrêmement rapide, et ça aplanit la folie initiale des VIKING pour la transformer en vocable compréhensible par les plus pointilleux de la précision rythmique. « Blood From The Sky » ne change pas son bazooka d’épaule, malgré quelques digressions plus fines que d’ordinaire. Et c’est dans cette clairvoyance d’arrangements qu’on reconnaît les meilleurs compositeurs, ceux qui n’ont pas peur de juxtaposer l’indécence d’une cruauté rythmique à la douceur de mélodies cryptiques. Tout s’enchaîne avec une fluidité foudroyante, et les minutes passent, nous laissant hagards de tant de facilité, jusqu’à ce que « Wasteland » joue le jeu d’un MOTORHEAD plongé dans les affres de la SWOATM (Second Wave of American Thrash Metal), et que « Enemy Of Mine » ne repousse encore un peu plus les limites de la dualité, en nous offrant l’une des progressions les plus poussées en moins de deux minutes tassées.

Ambivalence dans la violence, et ambitions en fanions, EMPIRESFALL n’a retenu de l’extrême que sa quintessence, et accumule les moments de bravoure pour signer l’un des LP les plus définitifs de cette entame d’année, sans vraiment chercher à s’éloigner des canons les plus établis du genre. On reste subjugué par cet investissement qui jamais ne se dément, et le headbanging si recherché atteint ici une apogée, la puissance semblant couler de tous les sillons de cet album vraiment enragé. Aussi symptomatique de la vague allemande d’époque que de l’esthétisme ricain en vogue, Piece to the Blind est une tonne de briques qu’on se mange en pleine face, et qui nous laisse au sol, grimaçant de douleur et de plaisir. Un manifeste qui rend le Heavy so thrashy et qui thrashe le Heavy, pour une combinaison fatale. Alors certes, vingt-huit minutes, c’est court, très court. Mais lorsqu’on a tout dit, et brillamment exposé, inutile de s’éterniser. C’est un peu la leçon à tirer d’un album aussi précieux qu’irrévérencieux.


Titres de l'album:

  1. The Descendant
  2. Betrayers
  3. In Decay
  4. Blood from the Sky
  5. Bloodshed and Chaos
  6. Wasteland
  7. Enemy of Mine
  8. A Piece to the Blind

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/03/2018 à 17:31
85 %    298

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?