On aurait beau jeu de considérer le Thrash allemand comme l’exutoire ultime d’une brutalité débridée sans queue ni tête, dont les émanations sonores se plaisent à reproduire les bruitages d’une sidérurgie nationale tournant à plein régime. S’il est certain que la première moitié des années 80 confortait ce jugement au travers des exactions des séminaux SODOM, KREATOR, DEATHROW et consorts, la donne a depuis changé, et on trouve même trace de ce radicalisme dans la pseudo-nuance américaine, qui a depuis adopté les postures d’outre Rhin, histoire de s’accorder un nouveau souffle. A contrario, les acteurs les plus présents de la scène allemande ont au contraire nuancé leur propos, et offert des approches plus modulées, mais toujours aussi violentes et persuasives dans le fond. Un nouvel exemple nous en est donné par les EMPIRESFALL, qui avec leur second album viennent d’accoucher d’un constat définitif sur la violence contemporaine, par le biais le plus franc qui soit. On les connaissait déjà par l’entremise de leur premier longue-durée, ce Riot qui ne faisait pas grand cas de son formalisme, mais les hambourgeois nous démontrent aujourd’hui qu’ils n’ont pas l’intention de calmer le jeu. Pour être honnête, et en tant que Thrash addict revendiqué, je me dois d’affirmer que ce A Piece to the Blind, sans bousculer l’ordre établi de références définies est un modèle du genre, et un petit chef d’œuvre en soit, considérant la déferlante passée de combos rompus à l’exercice de la nostalgie, et la pauvreté ambiante nous faisant traquer le moindre produit estampillé « pur Thrash ». L’époque est à la parcimonie, et la découverte d’un album aussi furieux que complet est toujours une excellente surprise, même si le dit album joue lui aussi la carte de l’épure, s’arrêtant pile au timing d’un Reign In Blood, pourtant jugé en son temps un poil trop court.

Mais lorsqu’on sait placer en temps et en heure les bons arguments, inutile de radoter ou gloser. Et en huit morceaux, le quatuor (Franky - guitare/chant, Mad - guitare, Dennis - basse, et Nico - batterie) qui n’a pas changé depuis les origines s’obstine à courir dans la bonne direction, ne négligeant pas les quelques finesses inhérentes à tout produit compétitif, sans pour autant moduler sa colère qui s’articule autour de rythmiques appuyées et de riffs concernés. On sent bien évidemment des influences inévitables, celles de DEATHROW dont le quartet se rapproche en plus d’une occasion, mais aussi celle de PANIC, l’ombre d’EXODUS lorsque le tempo fléchit, la paternité des RECIPIENTS OF DEATH mâtinée d’une éducation à la RIGOR MORTIS, conférant un doux parfum de folie à l’ensemble, mais le tout est joué avec une telle énergie qu’on en vient à faire abstraction de tous les parallèles. Rarement album se sera montré aussi convaincant dans sa furie en course en avant, et chaque morceau, bien que construit sur un moule précis déverse son torrent de haine sans se soucier d’une quelconque variété de ton. Ici, c’est l’option « bloc » qui prime, celle qui animait l’esprit des travaux les plus définitifs de la scène européenne des 80’s, qui trouve un écho remarquable dans cette manifestation de furie totalement sous contrôle. On retrouve les tempi épileptiques de Raging Steel, la folie rythmique mouvante de Terrible Certainty, mais aussi une touche plus contemporaine, magnifiée par une production réaliste signée par Jörg Uken (SUICIDAL ANGELS, ANVIL, SINISTER, GOD DETHRONED), qui a su tirer le meilleur parti de cette énergie de tous les diables. Et croyez-moi, les diablotins du jour ne sont pas du genre à jouer les petits malins.

En occultant l’intro délicatement mélodique et très influencée par TESTAMENT « The Descendant », un peu cheveu sur la soupe et certainement destinée à nous prendre par surprise, Piece to the Blind est une boucherie fatale non dénuée d’intelligence, qui alterne avec bonheur les tempi pour ne pas trop nous offusquer et risquer un classement anecdotique au rayon « nostalgie épidermique ». Ainsi, si « Betrayers » joue l’ambivalence d’un Heavy Thrash vraiment corsé et dynamité par un up tempo échevelé, c’est pour mieux nous persuader du caractère frondeur d’une paire de guitaristes qui n’ont pas les riffs dans leurs poches. Véritable hymne en puissance, ce morceau nous bascule dans le passé, à l’époque où EXODUS commençait à durcir le ton pour mieux imposer le fond, et nous convainc de sa puissance sans forcer, mais en adaptant les standards modulés des CHANNEL ZERO dans un contexte purement PANIC. On reste bluffé par tant d’assurance et de métier, mais on n’a pas vraiment le temps de réaliser, puisque le lapidaire « In Decay », nous fauche de sa vélocité, sublimée par des attaques de guitares aussi franches qu’un « fuck you » asséné par un Mille Petrozza déchaîné. C’est brutal, extrêmement rapide, et ça aplanit la folie initiale des VIKING pour la transformer en vocable compréhensible par les plus pointilleux de la précision rythmique. « Blood From The Sky » ne change pas son bazooka d’épaule, malgré quelques digressions plus fines que d’ordinaire. Et c’est dans cette clairvoyance d’arrangements qu’on reconnaît les meilleurs compositeurs, ceux qui n’ont pas peur de juxtaposer l’indécence d’une cruauté rythmique à la douceur de mélodies cryptiques. Tout s’enchaîne avec une fluidité foudroyante, et les minutes passent, nous laissant hagards de tant de facilité, jusqu’à ce que « Wasteland » joue le jeu d’un MOTORHEAD plongé dans les affres de la SWOATM (Second Wave of American Thrash Metal), et que « Enemy Of Mine » ne repousse encore un peu plus les limites de la dualité, en nous offrant l’une des progressions les plus poussées en moins de deux minutes tassées.

Ambivalence dans la violence, et ambitions en fanions, EMPIRESFALL n’a retenu de l’extrême que sa quintessence, et accumule les moments de bravoure pour signer l’un des LP les plus définitifs de cette entame d’année, sans vraiment chercher à s’éloigner des canons les plus établis du genre. On reste subjugué par cet investissement qui jamais ne se dément, et le headbanging si recherché atteint ici une apogée, la puissance semblant couler de tous les sillons de cet album vraiment enragé. Aussi symptomatique de la vague allemande d’époque que de l’esthétisme ricain en vogue, Piece to the Blind est une tonne de briques qu’on se mange en pleine face, et qui nous laisse au sol, grimaçant de douleur et de plaisir. Un manifeste qui rend le Heavy so thrashy et qui thrashe le Heavy, pour une combinaison fatale. Alors certes, vingt-huit minutes, c’est court, très court. Mais lorsqu’on a tout dit, et brillamment exposé, inutile de s’éterniser. C’est un peu la leçon à tirer d’un album aussi précieux qu’irrévérencieux.


Titres de l'album:

  1. The Descendant
  2. Betrayers
  3. In Decay
  4. Blood from the Sky
  5. Bloodshed and Chaos
  6. Wasteland
  7. Enemy of Mine
  8. A Piece to the Blind

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/03/2018 à 17:31
85 %    353

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon