On aurait beau jeu de considérer le Thrash allemand comme l’exutoire ultime d’une brutalité débridée sans queue ni tête, dont les émanations sonores se plaisent à reproduire les bruitages d’une sidérurgie nationale tournant à plein régime. S’il est certain que la première moitié des années 80 confortait ce jugement au travers des exactions des séminaux SODOM, KREATOR, DEATHROW et consorts, la donne a depuis changé, et on trouve même trace de ce radicalisme dans la pseudo-nuance américaine, qui a depuis adopté les postures d’outre Rhin, histoire de s’accorder un nouveau souffle. A contrario, les acteurs les plus présents de la scène allemande ont au contraire nuancé leur propos, et offert des approches plus modulées, mais toujours aussi violentes et persuasives dans le fond. Un nouvel exemple nous en est donné par les EMPIRESFALL, qui avec leur second album viennent d’accoucher d’un constat définitif sur la violence contemporaine, par le biais le plus franc qui soit. On les connaissait déjà par l’entremise de leur premier longue-durée, ce Riot qui ne faisait pas grand cas de son formalisme, mais les hambourgeois nous démontrent aujourd’hui qu’ils n’ont pas l’intention de calmer le jeu. Pour être honnête, et en tant que Thrash addict revendiqué, je me dois d’affirmer que ce A Piece to the Blind, sans bousculer l’ordre établi de références définies est un modèle du genre, et un petit chef d’œuvre en soit, considérant la déferlante passée de combos rompus à l’exercice de la nostalgie, et la pauvreté ambiante nous faisant traquer le moindre produit estampillé « pur Thrash ». L’époque est à la parcimonie, et la découverte d’un album aussi furieux que complet est toujours une excellente surprise, même si le dit album joue lui aussi la carte de l’épure, s’arrêtant pile au timing d’un Reign In Blood, pourtant jugé en son temps un poil trop court.

Mais lorsqu’on sait placer en temps et en heure les bons arguments, inutile de radoter ou gloser. Et en huit morceaux, le quatuor (Franky - guitare/chant, Mad - guitare, Dennis - basse, et Nico - batterie) qui n’a pas changé depuis les origines s’obstine à courir dans la bonne direction, ne négligeant pas les quelques finesses inhérentes à tout produit compétitif, sans pour autant moduler sa colère qui s’articule autour de rythmiques appuyées et de riffs concernés. On sent bien évidemment des influences inévitables, celles de DEATHROW dont le quartet se rapproche en plus d’une occasion, mais aussi celle de PANIC, l’ombre d’EXODUS lorsque le tempo fléchit, la paternité des RECIPIENTS OF DEATH mâtinée d’une éducation à la RIGOR MORTIS, conférant un doux parfum de folie à l’ensemble, mais le tout est joué avec une telle énergie qu’on en vient à faire abstraction de tous les parallèles. Rarement album se sera montré aussi convaincant dans sa furie en course en avant, et chaque morceau, bien que construit sur un moule précis déverse son torrent de haine sans se soucier d’une quelconque variété de ton. Ici, c’est l’option « bloc » qui prime, celle qui animait l’esprit des travaux les plus définitifs de la scène européenne des 80’s, qui trouve un écho remarquable dans cette manifestation de furie totalement sous contrôle. On retrouve les tempi épileptiques de Raging Steel, la folie rythmique mouvante de Terrible Certainty, mais aussi une touche plus contemporaine, magnifiée par une production réaliste signée par Jörg Uken (SUICIDAL ANGELS, ANVIL, SINISTER, GOD DETHRONED), qui a su tirer le meilleur parti de cette énergie de tous les diables. Et croyez-moi, les diablotins du jour ne sont pas du genre à jouer les petits malins.

En occultant l’intro délicatement mélodique et très influencée par TESTAMENT « The Descendant », un peu cheveu sur la soupe et certainement destinée à nous prendre par surprise, Piece to the Blind est une boucherie fatale non dénuée d’intelligence, qui alterne avec bonheur les tempi pour ne pas trop nous offusquer et risquer un classement anecdotique au rayon « nostalgie épidermique ». Ainsi, si « Betrayers » joue l’ambivalence d’un Heavy Thrash vraiment corsé et dynamité par un up tempo échevelé, c’est pour mieux nous persuader du caractère frondeur d’une paire de guitaristes qui n’ont pas les riffs dans leurs poches. Véritable hymne en puissance, ce morceau nous bascule dans le passé, à l’époque où EXODUS commençait à durcir le ton pour mieux imposer le fond, et nous convainc de sa puissance sans forcer, mais en adaptant les standards modulés des CHANNEL ZERO dans un contexte purement PANIC. On reste bluffé par tant d’assurance et de métier, mais on n’a pas vraiment le temps de réaliser, puisque le lapidaire « In Decay », nous fauche de sa vélocité, sublimée par des attaques de guitares aussi franches qu’un « fuck you » asséné par un Mille Petrozza déchaîné. C’est brutal, extrêmement rapide, et ça aplanit la folie initiale des VIKING pour la transformer en vocable compréhensible par les plus pointilleux de la précision rythmique. « Blood From The Sky » ne change pas son bazooka d’épaule, malgré quelques digressions plus fines que d’ordinaire. Et c’est dans cette clairvoyance d’arrangements qu’on reconnaît les meilleurs compositeurs, ceux qui n’ont pas peur de juxtaposer l’indécence d’une cruauté rythmique à la douceur de mélodies cryptiques. Tout s’enchaîne avec une fluidité foudroyante, et les minutes passent, nous laissant hagards de tant de facilité, jusqu’à ce que « Wasteland » joue le jeu d’un MOTORHEAD plongé dans les affres de la SWOATM (Second Wave of American Thrash Metal), et que « Enemy Of Mine » ne repousse encore un peu plus les limites de la dualité, en nous offrant l’une des progressions les plus poussées en moins de deux minutes tassées.

Ambivalence dans la violence, et ambitions en fanions, EMPIRESFALL n’a retenu de l’extrême que sa quintessence, et accumule les moments de bravoure pour signer l’un des LP les plus définitifs de cette entame d’année, sans vraiment chercher à s’éloigner des canons les plus établis du genre. On reste subjugué par cet investissement qui jamais ne se dément, et le headbanging si recherché atteint ici une apogée, la puissance semblant couler de tous les sillons de cet album vraiment enragé. Aussi symptomatique de la vague allemande d’époque que de l’esthétisme ricain en vogue, Piece to the Blind est une tonne de briques qu’on se mange en pleine face, et qui nous laisse au sol, grimaçant de douleur et de plaisir. Un manifeste qui rend le Heavy so thrashy et qui thrashe le Heavy, pour une combinaison fatale. Alors certes, vingt-huit minutes, c’est court, très court. Mais lorsqu’on a tout dit, et brillamment exposé, inutile de s’éterniser. C’est un peu la leçon à tirer d’un album aussi précieux qu’irrévérencieux.


Titres de l'album:

  1. The Descendant
  2. Betrayers
  3. In Decay
  4. Blood from the Sky
  5. Bloodshed and Chaos
  6. Wasteland
  7. Enemy of Mine
  8. A Piece to the Blind

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/03/2018 à 17:31
85 %    237

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.