Considéré par beaucoup comme LA révélation Black/Death US de ces dernières années, il n’est guère étonnant de retrouver le premier LP des maniaques de TRENCH WARFARE sur le label historique Transcending Obscurity Records, qui abrite en son haras une écurie de barbares pur-sang qui démembrent la musique moderne depuis quasiment ses origines. Les musiciens originaires d’Austin n’en reviennent d’ailleurs pas, et s’émerveillent de partager un box avec quelques légendes choisies, ce qui en dit long sur leur enthousiasme et leur sens de la révérence. Formé en 2015, ce quatuor de psychopathes bruitistes (Tony Goyang Jr.- programmation/basse/guitare, Jay Gorania - chant, Jake Holmes - basse, Belgor - batterie, depuis l’année dernière) n’a pas traîné avant de nous vitrioler avec sa première démo, Perversion Warfare, parue l’année même de leur formation, et attendant à peine un an avant de nous faire fondre de leur EP Of Vultures and Vermin. Il leur fallut donc trois années pour peaufiner un nouveau répertoire et se jeter dans les eaux troubles du premier longue-durée, plongeon aujourd’hui célébré par la bouée Hatred Prayer, qui n’est rien d’autre en effet qu’une méchante prière de haine. Certes, le Black/Death, nous connaissons, tout comme le Blackened Death. Rien de nouveau sur le sol maculé de la morgue, mais la façon extrême qu’à ce groupe unique de traiter la violence la plus crue lui permet d’atteindre un paroxysme trop souvent à peine frôlé par la production actuelle, et avec douze morceaux en a peine une demi-heure, l’intensité est reine et la barbarie règne. En gros, les musiciens n’hésitent pas à aller jusqu’au bout d’une démarche, tout en faisant preuve de finesse dans l’agression, en mélangeant des styles avec un panache certain.

Se réclamant d’influences ouvertes, les TRENCH WARFARE n’utilisent que les composantes les plus extrêmes de chaque genre qu’ils abordent. Citant sans gêne ni honte les références ANGELCORPSE, MORBID ANGEL, POSSESSED, BLASPHEMY, CONQUEROR, REVENGE, BATHORY, DEICIDE, BEHERIT, OBITUARY, DEIPHAGO, ou DIOCLETIAN, les texans balisent donc un terrain d’horreur assez vaste, et foncent dans le tas, mais intelligemment dans l’excès. Il n’est en effet pas rare de trouver dans un même morceau plusieurs plans qui s’entrechoquent, créant une symphonie de l’ignominie qui atteint parfois des sommets d’intensité (« Sate Thy Lust », difficile de faire plus chaotique et sauvage, même en faisant exprès). Prônant la brièveté, avec à peine un tiers des titres dépassant la barre des trois minutes, se montrant parcimonieux sur les arrangements (à part l’intro gluante et spatiale de « Decimate Legions », pas grandes fioritures), les musiciens vont droit au but de la débauche, mais nous happent dans leur monde de violence, de vélocité et de bestialité avec une foi qui laisse admiratif. Ainsi, cette fameuse entame étale une rythmique déraisonnable qu’une guitare en buzz comble de ses vibrations démoniaques, tandis que le chant, très guttural et haché complète le tableau de ses harangues vicieuses. On pense évidemment aux extrémistes de BLASPHEMY, pour cette façon de ne concevoir la brutalité que sous ses atours les plus cruels, mais il y a quelque chose d’unique dans ces attaques sadiques, une séduction dans le masochisme qui excuse ces soli primaires et dissonants, et cette naïveté dans la bestialité qui atteint une forme de pureté assez admirable.

Utilisant tous les codes d’ignominie du Death le plus underground du continent américain, Hatred Prayer égrène ses psaumes en teintant le tout d’une petite touche de Doom légère mais patente, mais surtout en assombrissant l’ambiance d’une attitude purement Black (« Spare No Wrath »), méthode visiblement héritée des plus grandes heures de la violence sud-américaine des mid eighties. Ce mélange nous donne des tranches dégoulinantes comme l’ignoble « Axioms » qui semble prendre un malin plaisir à mixer les tendances les moins avouables de REVENGE et NAILS, dans une tentative de Death/Grind compact et poisseux, mais aussi de lourdes litanies agonisantes comme « Astral Projection », voyage astral entre vie et trépas, qui se traîne d’un tempo agonisant en lignes vocales repoussantes. Associant technique affirmée (les plans de batterie valent le détour), et instinct primaire prononcé, les texans avancent donc en terrain conquis, et modulent leur optique pour lui faire épouser les contours d’une philosophie sans pitié, à base de Death poussé à son acmé, et de Black traité comme un assaisonnement corsé. Avec en sus des chœurs diaboliques et des accélérations dantesques (« Evil Shall Triumph », plus aucun doute n’est permis sur le retour de l’Antéchrist), des saillies instantanées plus Crust et lapidaires (« Young Lord », avec un son étrangement fluctuant qui renforce l’aspect underground de la chose), une poignée de riffs plus inquiétants que la moyenne (« New Lord », belle intro blasphématoire qui fout les miquettes), ce premier LP fait montre d’une maîtrise totale de l’art de l’horreur, et nous plonge dans le marigot de l’extrême le plus enfoncé dans une terre maudite qui soit, flirtant même parfois avec les ambiances les plus glauques et peu rassurantes (« New Lord » en encore, parangon d’un Death/Doom vraiment épais et dégoutant).

Un refus total de tout ce qui peut se montre abordable et accessible, des crises de violence impressionnantes (« Blood Cleansing », tellement rapide et méchant qu’on finit par ne plus y retrouver ses petits cornus), et toujours cette alternance d’oppression/agression qui rend ce premier album totalement indispensable pour tous les défroqués de la cause bruitiste, qui reconnaîtront sans peine l’un des leurs, et une future idole. Moche, légèrement désaxé, TRENCH WARFARE se veut illustration concrète d’un mouvement US qui réfute tout principe de sophistication, et qui ne voit dans l’extrême qu’un exutoire à ses démons intérieurs. Un futur grand nom du Black Death, qui en a peine une demi-heure, place ses billes et conforte sa position de valeur émergente.         

          

Titres de l’album :

                         1. Decimate Legions

                         2. Spare No Wrath

                         3. Axioms

                         4. Barbarous Temperament

                         5. Astral Projection

                         6. Evil Shall Triumph

                         7. Behead Muhammad

                         8. Young Lord

                         9. New Lord

                         10. Blood Cleansing

                         11. Sate Thy Lust

                         12. Hatred Prayer

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/10/2019 à 16:57
85 %    118

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arioch91
membre enregistré
28/10/2019 à 19:20:27
Le son de la batterie est immonde, quel dommage car derrière, j'aime beaucoup.

Ajouter un commentaire


Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Refused

War Music

Violentor

Putrid Stench

Hive

Most Vicious Animal

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

The Sisters of Mercy + A.A. Williams

RBD / 27/10/2019
Folk

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.


Toujours aussi mou du genou dans son choix éditorial.


Leur nouvel album est une bombe !! Dans mon top 5 de l'année !!


Effectivement...
Mais ce "plagiat" me va très, très bien à moi.


Bah merde...
Je ne connais que de très, très loin SENTENCED (je vais d'ailleurs remédier à ça d'ici peu je pense...), mais je ne savais absolument pas que deux de ses membres étaient les instigateurs de KYPCK.
Groupe effectivement exceptionnel dont le premier album (surtout !) m'av(...)


Carrément.


D'autant qu'il est très bien ce nouvel album, plus varié mais toujours intense. Les Vader Français !


Tant que ça Humungus ?


Dans la oï, il y a plein de trucs excellents. Et ce groupe en faisait partie.


Merci Gab pour ton travail. Je trouve encore des cassettes que tu as produites un peu partout à l'étranger, c'est un sacré boulot. Et merci de m'avoir fait découvrir Warning Fog il y a peu, devenu un des mes groupes de pur grind préféré.
Pour avoir très largement fréquenté cet underg(...)


Dans ma liste des meilleurs albums de l'année...


J'aime bien, en fait... :)


trop inspiré. limite plagiat


Si cet opus est plus complexe que le premier, alors il faudra de longs mois voire des années pour l'appréhender à sa juste valeur...


C'était une figure légendaire pour la vieille scène Punk du Midi. J'avais lu il y a quelques mois qu'il était très malade et que ça avait arrêté les divers projets qu'il avait. Malheureusement...