Welcome to the Nightmare

Section H8

30/07/2021

Flatspot Records

En 1975, Alice COOPER nous invitait dans son cauchemar, mais à l’époque, seule la fiction pouvait nous offrir des horreurs pareilles. En 2021, l’horreur est partout, à la télévision, dans les rues, les âmes et les veines, et le cauchemar est beaucoup plus réel. C’est en tout cas ce que souhaitent nous révéler les américains de SECTION H8, qui depuis quelques années répandant la mauvaise parole Hardcore partout où ils le peuvent. Après deux premiers jets qui foutaient quand même bien les jetons aux amateurs de Hardcore souple, la troupe de Los Angeles revient les nerfs tendus comme les crocs d’un mâtin qui n’a pas eu ses croquettes, et nous explose à la tronche d’une haine viscérale tout à fait papable.

Le Hardcore à son apogée de violence, et le Crossover passé au prisme d’une triste réalité crue. Voici comment résumer ce terrifiant Welcome to the Nightmare, qui fait jaillir le ressentiment et la colère comme l’acide d’une batterie volée vous giclant au visage. Sorte de mélange intégral entre tradition Core et modernité Metal, ce premier longue-durée est plus qu’un album, c’est une sorte de marathon concentré en vingt-quatre minutes qui vous oblige à sprinter mentalement tout du long. Basé sur un principe simple de guitares thrashy et de chant exhorté, le tout souligné de chœurs revanchards, ce petit longue-durée est une expérience de réalité augmentée, qui vous oblige à la voir en face : le monde est un cloaque dont personne ne sortira vivant.

Se plaçant sous l’égide de groupes aussi crus et variés que MADBALL, ONYX, AGNOSTIC FRONT, SUICIDAL TENDENCIES, SLAYER, ou COLD AS LIFE, SECTION H8 ne fait pas dans la dentelle, mais rue dans les brancards comme un gang de rue en plein drive by shooting. La vieille Chevrolet passe devant vos yeux, et les AK-47 font feu, flinguant tous les rivaux, mais aussi quelques innocents au passage. Le massacre est donc total, et la musique la plus parfaite bande son de cette violence atavique qui nous pousse de plus en plus vite vers le ravin du destin.

Agrémenté de quelques mélodies acoustiques et autres effets, Welcome to the Nightmare n’hésite pas à butiner toutes les fleurs du mal pour nous délivrer la performance la plus puissante de cet été 2021. Et histoire de ne prendre personne en traitre, la course contre la montre commence par une pure tuerie PANTERA/SLAYER avec ce « Nightmare » qui ressemble à s’y méprendre à un classique du Hardcore repris par King et compagnie. Immédiatement, le son prend à la gorge, énorme, ample, conférant aux guitares ce tranchant Metal dont elles ont besoin pour accentuer la rage Hardcore. Mais le combo, loin de se contenter de prétendre au titre de bourrin de l’année, joue avec les tempi, aménage des ambiances, et agence son effort pour restituer la haine qui anime ses membres. Et croyez-moi, cette rage suintante a de quoi faire perler quelques gouttes de sueur sur quelques fronts.

Passages rappés comme à la grande époque Fusion, mid tempo martelé comme un leitmotiv de bande de rue, accélérations dantesques et saccades fumeuses, tout est là pour restituer un état d’esprit qui ne se compromettra d’aucune façon : ici, le Hardcore est une religion agnostique, et l’oxymore a totalement sa raison d’être.

Larsen, soli, on pense parfois à un SUICIDAL TENDENCIES croisé de force à un MACHINE HEAD de la grande époque, et les hymnes s’enchaînent comme des regards de travers. « 100 Seconds » retrouve l’entrain de ces chœurs typiques du NYHC, et l’énergie développée aurait presque de quoi donner des nausées à Roger Miret lui-même. Adeptes de la frappe instantanée après le coup de semonce travaillé, SECTION H8 lâche des grenades au souffle incroyable, à l’image de ce « Mist-Head », inégalable à notre époque en termes d’intensité.

Sans prendre de gants pour éviter les empreintes, les californiens bourrent, enfoncent les portes, défoncent les gueules, et laissent un bain de sang et un puzzle de dents. On appréciera ces tranches de mort menées tambour battant le pavé de Los Angeles (« F.O.A.D. », « Streetsweeper », encore plus rapide et avec une énorme basse qui te claque le cul), mais aussi cette menace finale, poings tendus vers ta face (« Hate »).

Welcome to the Nightmare préfigure une révolution à l’échelle mondiale, et en incarne la bande-son idéale. Sans compromis, rageur, infesté de haine, cet album s’écoute et s’écoute encore pour prendre conscience de l’ampleur du désastre. De quoi donner envie de prendre les armes, et de renverser les régimes comme des fleurs fanées, vestiges d’un autre temps.

Bienvenue dans le cauchemar le plus réel qui soit. Et vous aurez beau vous frotter les yeux, vous ne vous réveillerez pas.

                    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Nightmare

02. 100 Seconds

03. Knife

04. Track and Field

05. Roaches

06. Mist-Head

07. F.O.A.D.

08. Streetsweeper

09. Behind The 8 Ball

10. Hate


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/08/2021 à 15:37
90 %    479

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35