Alors, on récapitule un peu. Les USA, l’Allemagne, la Colombie, le Brésil, la Thaïlande, la Russie, la Finlande et la Suède, l’Espagne, l’Italie, la Hollande…D’ordinaire, voilà de quels pays nous engloutit la vague de la nostalgie, sauf que maintenant, elle se déverse aussi sur l’Asie, et qu’on apprend que ça ne date pas d’hier. Si nos amis chinois s’y mettent aussi, c’est le monde entier qui va finir noyé sous une épaisse marée vintage, et dès lors, il n’y aura plus grand-chose à faire pour essayer de surnager…Fondé en 2007 et se targuant d’avoir été l’un des tous premiers groupes à manier la nostalgie Thrash avec panache, le quatuor ANCESTOR sort enfin son premier album après plus de dix années d’existence. Pourquoi ce si long silence ? D’éternels problèmes de line-up en début de carrière, avant de se stabiliser enfin pour pouvoir d’abord, en 2017, nous montrer son potentiel via un initial EP, Age of Overload, avant de se lancer dans le grand bain du longue durée un an après. C’est donc forts d’une petite dizaine de morceaux intro incluse que les originaires de Beijing viennent défier les cadors sur leur propre terrain Thrash old-school, et admettons qu’ils ont les moyens de leurs arguments. Difficile de résister à ce déferlement de violence à défriser Schmier lui-même, alors justement que le Thrash allemand semble être la référence majeure des asiatiques. Thrash allemand, d’accord, mais lequel ? Celui des origines évidemment, et des influences qu’ils auraient du mal à passer sous silence. Le KREATOR période Endless Pain/Terrible Certainty, mais aussi le SODOM de la première donne, celui qui vomissait sa bile paillarde au travers d’œuvres essentielles comme In The Sign of Evil, avant de virer warrior sur Persecution Mania, mais aussi ASSASSIN, PROTECTOR, en gros, les maîtres es-exactions absolues.

Alors du coup, évident ce Lords of Destiny? Oui, et ce, dès la première écoute, et sur les suivantes aussi. Sauf que le quatuor sympathique (Meng LI - chant/guitare, Fuwen YANG - guitare, Han LI - basse et  Yang HE - batterie) a plus d’une idée thrashisante dans sa poche, et qu’il est largement capable d’agrémenter des compositions pour leur éviter une trop grande linéarité. Si l’ensemble est évidemment placé sous l’égide des commandements brutaux de la charnière 84/87, on sent de ci et là quelques ambitions mélodiques un peu plus prononcées que la moyenne, même si la structure repose sur de solides fondations germaniques. D’ailleurs, entre des riffs à la franchise fatale, que nos chers ASSASSIN auraient pu placer sur leurs deux premiers jets de bile, une rythmique qui n’hésite pas à se frotter à l’indécence d’un tempo Thrashcore, et un chant vindicatif mais complètement compréhensible, aucune tromperie sur la marchandise, les ANCESTOR sont Thrash de bout en bout, et mélangent leurs influences classiques avec un flair typique, pour nous entraîner dans une farandole de brutalité endiablée. Ils ont d’ailleurs l’honnêteté de leurs opinions, puisqu’ils entament le LP avec leur « hit », « Deathlike Silence », qui emprunte à SODOM l’un de ses intitulés les plus fameux, pour le coller sur une ambiance ultraviolente à la PROTECTOR. Ça mule, comme en l’an 85, c’est brutal de chez brutal, le refrain est collégial, et le tout dégage un fort parfum de véhémence qui hume bon la Germanie d’il y a trente ans. Pas étonnant dès lors de constater que le groupe est une référence en son pays, ou que des valeurs sûres du créneau comme les ASSASSIN, ARTILLERY, LEGION OF THE DAMNED, ONSLAUGHT, RAGE, ou WOLF SPIDER aient accepté de partager la scène avec eux.

Le tout joue bourrin, mais joue-t-il serein ? Et surtout, joue-t-il bien ? Oui, car contrairement à leurs modèles, les chinois n’ont pas oublié le solfège au placard, et la précision dans le tiroir. Oubliés les pains qui constellaient parfois les albums de KREATOR ou SODOM, ces approximations rythmiques erratiques dont Chris Witchhunter s’était fait spécialiste en foirant la plupart de ses breaks, ici, les guitares sont millimétrées, et l’axe basse/batterie bien soudé. Alors, ça déroule, comme à la parade, et si les pages officielles ne faisaient pas mention de l’origine géographique, on pourrait se croire revenu du côté du Berlin des années 80. Production solide, mais sonnant d’époque, compositions solides à défaut d’être originales, et mesure qui empêche de sombrer dans le chaos total. Malgré cette légère retenue, les titres bénéficient d’un surplus de rage qui leur permet de décoller, et d’atterrir assez loin, comme en témoigne le radical mais létal « Bloody Repression », qui combine le va-tout germain et le professionnalisme ricain. On tambourine à la porte des souvenirs, et on se souvient des outsiders de l’époque, les ONSLAUGHT, mais aussi des disques aussi fondamentaux que Persecution Mania, qui maniaient déjà avec flair licks lapidaires et mélodies austères. Chœurs simples mais efficaces, ponts mosh qui taillent le short dans le sens de la longueur, soli réduits mais pertinents, tout est là, ne cherchez plus, et Lords of Destiny de s’imposer facilement sur le marché.

Tout n’est évidemment pas parfait, et certains plans sentent clairement la fauche, mais en tombant sur une progression étonnante d’intelligence et de clairvoyance comme « The Final Worship », on se dit que les ANCESTOR sont capables de nous surprendre en adaptant les dogmes de VIO-LENCE et DEATH ANGEL dans un contexte de sidérurgie d’outre-Rhin. Et comme en plus, ils ont le talent suffisant pour pondre des hymnes de la trempe de « Tormentor », qui outre son hommage à l’early-KREATOR se souvient aussi des syncopes de HOLY MOSES, on s’incline, et on accueille le nouveau venu dans le temple sacré. Montées en puissance qui décollent et filent une trempe (« Pain And Hate », KREATOR, encore, mais des riffs tournoyants qui valent leur pesant), pour une fin d’album qui ne fait pas dans la dentelle ouvragée, mais bien dans le massacre organisé, un peu blackisé, mais terriblement aiguisé (« Savage Action », le chant se fait plus mordant, et l’ambiance pourrit légèrement). Impossible de ne pas évoquer le cas du vieux SEPULTURA, celui-là même qui rendait hommage à Tom Angelripper (« Inner Struggle »), et difficile de passer sous silence les accointances avec la scène Thrash/Black sud-américaine, qui elle aussi aimait le radicalisme et les déviances gentiment sataniques. Jolie réussite donc que ce premier longue-durée qui vient sanctionner formellement une longue carrière, et souhaitons aux ANCESTOR de ne pas retomber dans l’ombre pour une décennie supplémentaire. Ils ont largement leur place sur le radeau qui glisse sur la vague vintage, et ils ne cherchent pas à nous faire prendre les cordes de mi pour des gens ternes.  

 

Titres de l'album :

                          1.Rise by Sin

                          2.Deathlike Silence

                          3.Bloody Repression

                          4.The Final Worship

                          5.Black Future

                          6.Tormentor

                          7.Pain and Hate

                          8.Savage Action

                          9.Inner Struggle

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/09/2018 à 14:58
78 %    198

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
14/09/2018 à 18:13:33
Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Cela fait une paire d'années que j'y traine mes guêtres ouais...
C'est d'ailleurs pour ça que j'en fais un peu la propagande sur METAL NEWS car j'estime que c'est un fest qui mérite amplement ce genre de pub :
- Organisé par des passionnés pour un public qui l'est tout autant
(...)


"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...