« Avoir un physique de déménageur ». Tout le monde ou presque connaît cette expression destinée à décrire un individu plutôt bien bâti. Mais plus rares sont les gens capables d’utiliser l’expression « faire une musique de déménageurs ». Et pour cause, puisqu’elle est purement australienne, et typiquement Hardcore. Blackened Hardcore pour être plus précis, ce qui situe d’emblée les débats sur le terrain de la violence musicale la plus sombre. Mais dans quel contexte utiliser cet adage, qui finalement, reste assez vague en termes d’acuité artistique ? Simple, en parlant par exemple du premier longue-durée des australiens de REMOVALIST, qui sans partir en tournée avec une remorque U-Haul savent transbahuter leur brutalité de déserts en cités, histoire de convertir au passage quelques chalands éventuels atteint d’une bougeotte Core que rien ne semble calmer. Il faut dire que ce quintette (TH HW WP HC VA, vous n’en saurez pas plus que ces initiales et moi non plus) pratiquent un style plutôt charpenté et solidement planté, du genre à résister aux tempêtes de sable et autres invasions d’insectes en plein été. Et l’été austral, faites-moi confiance, c’est du genre à bien tanner la peau des âmes inconscientes. Inutile pour autant de vous tartiner la tronche de crème protectrice, puisque même les indices les plus élevés ne sauront vous protéger contre les brulures de cet éponyme début, qui vous ratatine la couenne en moins de temps qu’il ne vous en faut pour hurler « fait chaud ici ! ». Alors, tentés par une grosse dose d’U.V made in Australia ? C’est parti, mais méfiez-vous, avec ça bonjour les traces de langouste sur les épaules…

Celles des REMOVALIST sont plutôt carrées, ce qui leur permet de mouliner comme des tarés, au son d’un Crust dit « à la suédoise », agrémenté de véhémence typiquement anglo-saxonne, qui agrémente un carnage en mode D-beat/Crust méchamment dense, à faire passer les NAILS, URSUT, PRIMITIVE MAN et autres références ultimes pour de gentils dragueurs de plage touristique. Ici, la bestialité est tangible, les hurlements horribles, l’agression permanente, et la lourdeur oppressante. Car en bon combo de Blackened Core qui se respecte, le quintette de Melbourne perpétue la tradition du métissage, et pioche dans le Math, le Crust, le Sludge et le D-beat de quoi dynamiser son Hardcore et dynamiter les corps. Après avoir publié une démo initiale en mars 2013, ces musiciens se sont fait les dents sur un split (avec CAGED GRAVE, novembre 2014), puis les biceps sur un EP perso (Verses, janvier 2015), avant de s’entraîner live et en répète pendant trois ans histoire de préparer leur grand soir. Ce grand soir est finalement arrivé un beau jour de janvier de cette année, et Removalist a bénéficié d’un traitement sonore tout à fait adapté, en se laissant capter sur bande par Mike Deslandes (membre de YLVA, mais aussi producteur de COERCE, SOFT WHITE MACHINE et COLOSSVS), qui a accompli le travail idoine pour faire sonner ces morceaux aussi agressifs que possible. Il faut dire qu’on retrouve en sus au niveau mastering l’increvable Brad Boatright (eux, mais aussi ça, les autres, et puis pas mal de têtes connues aussi), ce qui nous donne au final un son à décorner les camions de déménagement, sans les faire passer sous un pont aux dimensions trop restreintes. Pour autant, et malgré une fine équipe aux compétences prouvées et approuvées, ne comptez pas vous mettre entre les feuilles un album manufacturé pour sonner comme ceux des autres petits protégés. Car les REMOVALIST ont une forte identité, qui les rapprocherait d’ailleurs de l’école russe du style, qu’ils confrontent aux enseignements US les plus âpres. Un résultat au-dessus de tout soupçon, pour un disque qui joue la variation dans le fracassage de béton, et qui ne néglige pas l’apport d’une mélodie chétive pour mettre en relief sa puissance primitive.

En laissant la musique hurler d’elle-même, elle nous raconterait certainement de quelle vicieuse façon ses concepteurs l’ont torturée pour la faire rentrer dans une case confinée, histoire de ne pas diluer sa force dans d’interminables tergiversations. Mais avant de pouvoir l’incruster dans la catégorie désirée, ces monstres l’ont travestie, déguisée, déformée, pour lui faire adopter les courbes d’un Darkcore salement assombri et esseulé (« Indomitable Will », limite Doomcore quand même, et de quoi filer des cauchemars à Phil Anselmo et ses Illegals), l’ont ratiboisée pour l’empêcher de dépasser d’un cadre très balisé (« Ex-Person », moins de deux minutes d’un Grind habilement grimé en Crust malmené), l’ont obligée à prêter allégeance aux doubles Dieux CONVERGE/NAILS (« Temporary Resident »), accélérée pour pouvoir se montrer aussi compétitifs que heurtés (« Mosquito - Reflection » ou comment accumuler les changements de tempo et de thème pour perdre les derniers qui suivaient au tableau), pour finalement la rendre schizophrène et persuadée d’être un double des ISIS, des INFEST, des EYEHATEGOD, des DISCHARGE et des NAPALM DEATH (« Hollow », un final qui brûle ce qui reste de rideau, et qui ne revient même pas pour saluer les badauds). Ouf. Tout ça va très vite, est purement complexe et terriblement clair à la fois, mais a le mérite de repousser les limites d’un style qui commençaient à approcher des siennes, et à tourner en rond comme une pauvre chienne cherchant son os déjà trop rongé. Et bien que les australiens n’en soient pas à leur coup d’essai, ils soignent un LP presque parfait, qui place la brutalité, l’intelligence, la sournoiserie et la violence au même niveau, et qui nous laisse au tapis, comme après un déménagement du cinquième étage sans ascenseur, et sans l’aide d’amis. Mais le principal atout de ce genre de réalisation est de pouvoir vous faire comprendre ses ambitions, mais aussi le sens de cette fameuse phrase, « faire une musique de déménageurs ». Car les REMOVALIST vous prouvent que pour aller d’un point A à un point B avec tous vos meubles, pas besoin de cinq heures. Vingt-huit petites minutes suffisent. Et ça fait un peu peur.


Titres de l'album:

  1. Agoraphobic Tendencies
  2. Temporary Resident
  3. Only Heathens Can Save Us
  4. Voluntary Extinction
  5. Ex-Person
  6. Hope Against Hope
  7. Mosquito - Reflection
  8. The Face of God from Memory
  9. Common Creatures
  10. Indomitable Will
  11. Saboteur
  12. Hollow

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/02/2018 à 18:15
80 %    278

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


REMOVALIST
@106.68.89.78
20/02/2018 à 10:43:01
Thanks for the love my friend! Most of our band is actually from New Zealand, its like the Russia of the southern hemisphere its so isolated, probably why our sound is weird! -TH x

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.