« Avoir un physique de déménageur ». Tout le monde ou presque connaît cette expression destinée à décrire un individu plutôt bien bâti. Mais plus rares sont les gens capables d’utiliser l’expression « faire une musique de déménageurs ». Et pour cause, puisqu’elle est purement australienne, et typiquement Hardcore. Blackened Hardcore pour être plus précis, ce qui situe d’emblée les débats sur le terrain de la violence musicale la plus sombre. Mais dans quel contexte utiliser cet adage, qui finalement, reste assez vague en termes d’acuité artistique ? Simple, en parlant par exemple du premier longue-durée des australiens de REMOVALIST, qui sans partir en tournée avec une remorque U-Haul savent transbahuter leur brutalité de déserts en cités, histoire de convertir au passage quelques chalands éventuels atteint d’une bougeotte Core que rien ne semble calmer. Il faut dire que ce quintette (TH HW WP HC VA, vous n’en saurez pas plus que ces initiales et moi non plus) pratiquent un style plutôt charpenté et solidement planté, du genre à résister aux tempêtes de sable et autres invasions d’insectes en plein été. Et l’été austral, faites-moi confiance, c’est du genre à bien tanner la peau des âmes inconscientes. Inutile pour autant de vous tartiner la tronche de crème protectrice, puisque même les indices les plus élevés ne sauront vous protéger contre les brulures de cet éponyme début, qui vous ratatine la couenne en moins de temps qu’il ne vous en faut pour hurler « fait chaud ici ! ». Alors, tentés par une grosse dose d’U.V made in Australia ? C’est parti, mais méfiez-vous, avec ça bonjour les traces de langouste sur les épaules…

Celles des REMOVALIST sont plutôt carrées, ce qui leur permet de mouliner comme des tarés, au son d’un Crust dit « à la suédoise », agrémenté de véhémence typiquement anglo-saxonne, qui agrémente un carnage en mode D-beat/Crust méchamment dense, à faire passer les NAILS, URSUT, PRIMITIVE MAN et autres références ultimes pour de gentils dragueurs de plage touristique. Ici, la bestialité est tangible, les hurlements horribles, l’agression permanente, et la lourdeur oppressante. Car en bon combo de Blackened Core qui se respecte, le quintette de Melbourne perpétue la tradition du métissage, et pioche dans le Math, le Crust, le Sludge et le D-beat de quoi dynamiser son Hardcore et dynamiter les corps. Après avoir publié une démo initiale en mars 2013, ces musiciens se sont fait les dents sur un split (avec CAGED GRAVE, novembre 2014), puis les biceps sur un EP perso (Verses, janvier 2015), avant de s’entraîner live et en répète pendant trois ans histoire de préparer leur grand soir. Ce grand soir est finalement arrivé un beau jour de janvier de cette année, et Removalist a bénéficié d’un traitement sonore tout à fait adapté, en se laissant capter sur bande par Mike Deslandes (membre de YLVA, mais aussi producteur de COERCE, SOFT WHITE MACHINE et COLOSSVS), qui a accompli le travail idoine pour faire sonner ces morceaux aussi agressifs que possible. Il faut dire qu’on retrouve en sus au niveau mastering l’increvable Brad Boatright (eux, mais aussi ça, les autres, et puis pas mal de têtes connues aussi), ce qui nous donne au final un son à décorner les camions de déménagement, sans les faire passer sous un pont aux dimensions trop restreintes. Pour autant, et malgré une fine équipe aux compétences prouvées et approuvées, ne comptez pas vous mettre entre les feuilles un album manufacturé pour sonner comme ceux des autres petits protégés. Car les REMOVALIST ont une forte identité, qui les rapprocherait d’ailleurs de l’école russe du style, qu’ils confrontent aux enseignements US les plus âpres. Un résultat au-dessus de tout soupçon, pour un disque qui joue la variation dans le fracassage de béton, et qui ne néglige pas l’apport d’une mélodie chétive pour mettre en relief sa puissance primitive.

En laissant la musique hurler d’elle-même, elle nous raconterait certainement de quelle vicieuse façon ses concepteurs l’ont torturée pour la faire rentrer dans une case confinée, histoire de ne pas diluer sa force dans d’interminables tergiversations. Mais avant de pouvoir l’incruster dans la catégorie désirée, ces monstres l’ont travestie, déguisée, déformée, pour lui faire adopter les courbes d’un Darkcore salement assombri et esseulé (« Indomitable Will », limite Doomcore quand même, et de quoi filer des cauchemars à Phil Anselmo et ses Illegals), l’ont ratiboisée pour l’empêcher de dépasser d’un cadre très balisé (« Ex-Person », moins de deux minutes d’un Grind habilement grimé en Crust malmené), l’ont obligée à prêter allégeance aux doubles Dieux CONVERGE/NAILS (« Temporary Resident »), accélérée pour pouvoir se montrer aussi compétitifs que heurtés (« Mosquito - Reflection » ou comment accumuler les changements de tempo et de thème pour perdre les derniers qui suivaient au tableau), pour finalement la rendre schizophrène et persuadée d’être un double des ISIS, des INFEST, des EYEHATEGOD, des DISCHARGE et des NAPALM DEATH (« Hollow », un final qui brûle ce qui reste de rideau, et qui ne revient même pas pour saluer les badauds). Ouf. Tout ça va très vite, est purement complexe et terriblement clair à la fois, mais a le mérite de repousser les limites d’un style qui commençaient à approcher des siennes, et à tourner en rond comme une pauvre chienne cherchant son os déjà trop rongé. Et bien que les australiens n’en soient pas à leur coup d’essai, ils soignent un LP presque parfait, qui place la brutalité, l’intelligence, la sournoiserie et la violence au même niveau, et qui nous laisse au tapis, comme après un déménagement du cinquième étage sans ascenseur, et sans l’aide d’amis. Mais le principal atout de ce genre de réalisation est de pouvoir vous faire comprendre ses ambitions, mais aussi le sens de cette fameuse phrase, « faire une musique de déménageurs ». Car les REMOVALIST vous prouvent que pour aller d’un point A à un point B avec tous vos meubles, pas besoin de cinq heures. Vingt-huit petites minutes suffisent. Et ça fait un peu peur.


Titres de l'album:

  1. Agoraphobic Tendencies
  2. Temporary Resident
  3. Only Heathens Can Save Us
  4. Voluntary Extinction
  5. Ex-Person
  6. Hope Against Hope
  7. Mosquito - Reflection
  8. The Face of God from Memory
  9. Common Creatures
  10. Indomitable Will
  11. Saboteur
  12. Hollow

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/02/2018 à 18:15
80 %    349

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


REMOVALIST
@106.68.89.78
20/02/2018 à 10:43:01
Thanks for the love my friend! Most of our band is actually from New Zealand, its like the Russia of the southern hemisphere its so isolated, probably why our sound is weird! -TH x

Ajouter un commentaire


Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...