Crisix Session 1 American Thrash

Crisix

08/11/2019

Listenable Records

Des espagnols qui reprennent le patrimoine US, voilà qui n’est pas banal. Mais après tout, Hollywood ne s’est jamais privé pour relifter les films ibères les plus malins pour les proposer à son propre public, alors de là à rendre à César ce qui appartient à Carlos, il n’y a qu’un pas que les petits margoulins de CRISIX ne sont pas prêts de franchir. Décomplexés les mecs ? Totalement, mais surtout complètement passionnés, puisqu’ils s’adonnent aujourd’hui à l’exercice jubilatoire de la reprise purement Thrash, eux qui justement défendent la cause depuis 2011. Ils avouaient d’ailleurs il y a quelques temps être tellement accro qu’ils seraient bien ennuyés au moment de trancher, ce qui justifie le titre même de cette œuvre, Crisix Session 1 American Thrash. C’est donc un premier choix/jet auquel il faut vous attendre en posant vos oreilles sur cette petite bombe à fragmentation qui va vous exploser les classiques US les plus velus. Sans savoir de quoi sera constituée la suite (German Thrash ? Cuban Black Metal ? Micronesia Grind ?), nous avons au moins l’assurance qu’il y en aura une, plaisir que l’écoute de ce premier tome démultiplie de son enthousiasme. Car les barcelonais ont eu le mérite de jouer pleinement le jeu, de foncer dans le tas sans hésiter, mais surtout, de ne pas forcément se contenter de relire à la double croche près les partitions originales. Et du coup, plus qu’un simple et bête album de reprises, c’est plutôt à une réappropriation que nous avons affaire, les espagnols ayant adapté les standards à leurs propres mesures, ce qui donne des choses très intéressantes, d’autant qu’ils ne se la sont pas jouée underground, ni trop légitime et prévisible. Ainsi, pas de METALLICA, pas de SLAYER, pas de S.O.D, mais du EXODUS, du TESTAMENT, du ANTHRAX pour la première division, du NUCLEAR ASSAULT, du FORBIDDEN et du VIO-LENCE pour la seconde, et niveau curiosité, un peu d’EVIL DEAD et du DEMOLITION HAMMER, ce que les amateurs pointus sauront apprécier.

Histoire de proposer une analyse cohérente, et puisque tout le monde s’y attend, nous analyserons donc les morceaux par catégorie. Les réussites d’un côté, et les réussites de l’autre. Car oui, en effet, CRISIX s’est mouché du coude avec une saucisse et n’a pas essayé d’attraper les mouches du coche Thrash avec du vinaigre à crédit Mosh, et ne s’est pas foutu de notre gueule en lâchant une bonne demi-heure de joie de vivre en short à fleur et en t-shirt de circonstance. Pour plus de visibilité, ce seront évidemment les gros classiques qui seront immédiatement dans le collimateur, et si les espagnols perdent parfois en fun ce qu’ils gagnent en puissance ou l’inverse, ils ne trahissent pas leurs modèles, mais ne les respectent pas non plus à la lettre en gardant cette fluidité incisive qui fait leur charme depuis leurs débuts. Ainsi, et pour prouver mes dires, je m’appuierai sur la cover du classique Speedcore  « C.O.T.L.O.D. » de TESTAMENT, qui troque sa raideur de violence contre une souplesse tout à fait digérable, et qui gagne en percussion légère ce qu’elle perd en brutalité de fond. Au niveau de la facilité de transposition, c’est évidemment le terrifiant « Imitation of Life » qui passe la rampe avec le plus d’aisance, les deux versions gardant cette patine syncopée et cette vitesse de croisière effrénée. D’un autre côté, mais presque le même, « Critical Mass » des NUCLEAR ASSAULT voit la basse de Dan Lilker encore plus plombée qu’à l’époque, et conserve son groove extraordinaire, renforcé par les fills incessants et ludiques de Javi Carrión (un gros furieux lui aussi). « Chalice of Blood » des éternels et maudits seconds couteaux de FORBIDDEN divisera peut-être plus les connaisseurs, qui se rendront compte que certains plans ont été aménagés à loisir, et qui seront peut-être déstabilisés par le parti-pris de vitesse qui laisse la puissance étouffante de l’original au placard. Mais les coups de chinoise (encore un coup de Javi Carrión le gros furieux), les accélérations fatales laissent passer le choix d’avoir temporisé le refrain. A vous de voir.

Pour rester dans le domaine des cadors, « Toxic Waltz » est peut-être en dualité, certains pensant que c’est la meilleure relecture de toutes, car la plus osée, d’autres regrettant le méga fun de la chanson d’EXODUS, mais c’est certainement celle sur laquelle le timbre éraillé et démoniaque de Julián Baz fait le plus merveille. On regrette d’ailleurs que CRISIX ne se soit pas fait les dents sur un morceau de l’époque Baloff, la transposition n’eut été qu’encore plus délicieuse et appropriée dans l’exorcisme temporel. Plus en marge, « World in a World » de VIO-LENCE est une entrée en matière qui permet de relier la seconde vague Thrash US à la première, le traitement très SLAYER des espagnols faisant la jonction. « The ‘Hood » des maniaques d’EVIL DEAD permet d’aborder un pan moins célébré de l’histoire brutale US, et gagne en circonvolutions et autres saccades en béton, et le final sur la cerise avec « Infectious Hospital Waste » des sublimes et à réévaluer DEMOLITION HAMMER est une bonne grosse mandale dans la tronche, spanish style, avec toujours cette fluidité diabolique entre les plans, et cette passion qu’on sent sous-jacente à chaque reprise de riff. On pourra éventuellement déplorer que le traitement global nivelle les différences, et nous présente tous ces titres différents sous un même jour crossover, mais l’enthousiasme dont fait preuve le quartet finit par emporter les suffrages et faire voler les vilaines pellicules. Prod’ propre qui n’a pas cherché le cachet d’époque, musiciens crédibles dans leur nouveau rôle assumé de fans indécrottables, pour un album en récréation qui distribue les bonbons Thrash et soigne les caries à grands coups de baskets. M’est d’avis que Crisix Session 1 American Thrash sera beaucoup plus qu’une simple étape sur le chemin des barcelonais, et qu’il sonnera le départ d’une épopée qu’on pressent riche, passionnante et joussive. La suite messieurs ? Je vous vois très bien vous la limer sur du KREATOR, du DESTRUCTION ou du LIVING DEATH. A moins que l’Amérique ne vous inspire de nouveaux emprunts…

Ah, et quelle pochette aussi…Bande de tarés !!!!!             

                                  

Titres de l’album :

                          01. World in a World (VIO-LENCE)

                          02. Critical Mass  (NUCLEAR ASSAULT)

                          03. The ‘Hood (EVIL DEAD)

                          04. Chalice of Blood  (FORBIDDEN)

                          05. Toxic Waltz (EXODUS)

                          06. Imitation of Life (ANTHRAX)

                          07. C.O.T.L.O.D. (TESTAMENT)

                          08. Infectious Hospital Waste (DEMOLITION HAMMER)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/03/2020 à 19:31
80 %    297

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arioch91
membre enregistré
02/03/2020, 11:09:38
Écouté une fois.

Sympa sans plus. Rien de mémorable.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

"c'est" - "ces" / "groupe" - "groupes" / "ame" - "âme" / "voila" - "voilà" / "ca" - "ça"(chaud les fautes...)

22/04/2021, 12:40

Orphan

22/04/2021, 12:36

Orphan

Rhan....c'est groupe à chanteuse sans ame bordel....Voila ce que ca fait du Karine Ferri metal

22/04/2021, 12:31

Orphan

Exactement !C'est pas tant la nostalgie de retrouver un black sans concession, mais celle d'un plaisir coupable d'etre face à une vraie pureté dans l'execution.un bon 95% pour moi  

22/04/2021, 12:22

Humungus

Et oui...Bizarrement HATE FOREST fait du HATE FOREST.Et c'est bien tout ce que je voulais.

22/04/2021, 10:06

Humungus

Farpait !S''il est aussi bon que "The dirt", cela nous changera des merdes habituelles dont ils nous abreuvent...

22/04/2021, 10:00

Gargan

Comme quoi, on ne vit pas les albums de la même manière, je crois que demanufacture serait dans mon top 10 quand-tu-t-echoues-sur-une-île-fortuitement-mais-avec-une-selection-drastique-et-top-en-esperant-que-le-lait-de-cocotier-te-fournisse-du-jus-(lol)-pour-ta-chaine-hifi-elle(...)

22/04/2021, 09:09

Pomah

Pas mal putain

21/04/2021, 19:54

Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49