Callous Indifference

Headshrinker

27/08/2021

Autoproduction

Vous avez dit Old-School Death Metal ? Ok, mais sortons un peu des sentiers battus du cimetière je vous prie. Alerté par l’infatigable Rob de Mind Eraser PR, j’ai pointé du doigt la quintessence du recyclage intelligent en rencontrant les HEADSHRINKER, originaires du Colorado, qui avec leur premier album Callous Indifference proposent une digression intelligente sur le Death de papa pour le rendre plus personnel et disons…plus actuel.

En écoutant ce premier album, on est immédiatement frappé par la maturité des compositions, et leur esprit aventureux et subtilement avant-gardiste. On se dit alors qu’on a eu la chance de dénicher des musiciens d’exception, avant d’aller plus en avant dans la bio des individualités. Et les noms se cachant derrière ce nouveau baptême ne seront certainement pas inconnus des amateurs underground de violence américaine. En effet, Young Werther, Scott Skopec, et Frank Lato, l’épine dorsale de HEADSHRINKER, jouaient déjà ensemble au sein de  POLYPTYCH lorsqu’ils étaient encore basés à Chicago, et leur approche technique d’un Death déformé et remoulé selon leur volonté montrait déjà des signes de distanciation avec la facilité nostalgique en vogue depuis plus d’une quinzaine d’années. Les points communs entre les deux groupes seront donc nombreux, ne serait-ce que d’un point de vue instrumental, pour autant, HEADSHRINKER est loin d’être une simple extension de POLYPTYCH. D’abord, à cause du thème abordé qui rapproche ce Callous Indifference d’un concept, d’autre part, à cause d’une personnalité notable étant venue se greffer au line-up. On retrouve en effet derrière le kit le monstre percussif Pete Webber, frappeur chez les HAVOK, ce qui garantit à ce nouveau projet une exposition maximale, qu’il mérite amplement.

Du Death donc, que la boite de promotion conseille aux fans de PYRRHON, TOMB MOLD, ULTHAR, DISKORD, tout en citant benoitement d’autres noms plus illustres, dont ceux de AKERCOCKE, TRIPTYKON, CELTIC FROST ou CHELSEA WOLFE. Pour éviter toute vulgarisation trop grossière, je précise immédiatement que les quatre dernières références ne servent qu’à attirer le chaland. En effet, la musique des américains m’a plutôt fait penser à une mixture assez intelligente entre des références comme DISHARMONIC ORCHESTRA et PUGENT STENCH, le tout sous couvert d’aspirations artistiques à la DODECAHEDRON. Soit un Death Metal qui n’a pas peur de jouer avec les limites, de provoquer le Doom le plus poisseux pour en appeler au ressenti le plus cryptique. Ce qui en soit n’est pas illogique, puisque la santé mentale et les façons de partir à la dérive de la réalité constituent les points d’ancrage des thématiques.

Ce disque incarne le combat que j’ai dû mener contre la folie à travers les années, et s’inspire de cet acharnement à s’accrocher dans les périodes les plus sombres et cette envie de s’en sortir malgré un environnement hostile. Ses thèmes abordent l’isolation volontaire, la déconnection émotionnelle, le manque de confiance en soi, l’insomnie, les crises existentielles, mais chaque auditeur pourra en interpréter le sens selon sa propre expérience. Nous gérons tous la douleur à notre façon, et cet album accepte la douleur, et présente la maladie mentale autrement que par des stéréotypes et des symptomes. Après tout, nous luttons tous, et au final, seule la mort est réelle.  

 

C’est ainsi que le groupe commente ce premier album, qui de sa musique complexe essaie de définir les contours du combat d’un homme contre ses propres démons, et son altération de la perception. Pour en arriver à un résultat plus ou moins concret et pertinent, il fallait évidemment aller piocher les éléments au plus profond de soi-même, et proposer une musique complexe, parfois schizophrénique, souvent inextricable, et ainsi personnifier les maladies mentales pour les rendre tangibles. HEADSHRINKER a donc brillamment accompli sa mission, en opposant des plans inverses, en reprenant parfois contact avec la réalité harmonique et rythmique, mais en usant de plans techniques et complexes pour nous entraîner dans les méandres d’une perception alternative.

Très élaboré, précis au millimètre, ce premier album pourrait s’apparenter à une dérive nocturne de David Lynch sur les routes sinueuses de Mulholland Drive, avec toutefois un but clair : transposer la douleur en musique, et illustrer le combat moral en plans rythmiques percussifs, rapides, épileptiques, ou totalement absents.

Guitares en mélodies stridentes et dissonantes, basse proéminente et ronflante, batterie en mouvement constant, chant atonal qui prend soudainement des accents maladifs, les éléments sont pertinents et utilisés à bon escient. Ne cherchez donc pas un riff simple et morbide auquel vous raccrocher, puisque ces gimmicks ne sont placés qu’à intervalles très irréguliers, lors de breaks plus synthétiques que la moyenne, ou des transitions vers des passages vraiment complexes et traumatiques.

Avec des parties de cordes électriques en distorsion moite, des inserts plus harmonieux, des instants de folie instrumentale pure, ce premier album ressemble clairement à une analyse enregistrée pour permettre aux médecins de réfléchir aux conséquences possibles de l’affrontement psychologique. Entre Death acrobatique et plus expérimental qu’avant-gardiste, Doom/Death poisseux et psychotique (« Haunted By Your Reflection », très justement titré), et fulgurances plus épidermiques (« Suffocating Tomb »), Callous Indifference s’éloigne de la masse old-school avec une sincérité rare, et présente un visage multiple qui séduira les amateurs de Death innovant et risqué. L’expérience POLYPTYCH continue donc sous des auspices encore plus étranges et personnels, et en un seul disque mature HEADSHRINKER impose son nom et laisse augurer d’une guérison longue, mais cathartique pour tout le monde.    

 

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. The Burn Of Indifference

02. Cadaver's Mind

03. Immolated Witches

04. Wretched Soul

05. Lost To This Insomnia

06. Haunted By Your Reflection

07. Suffocating Tomb

08. No Lineage Shall Follow


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/08/2021 à 14:36
85 %    811

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14