Portraits of Mind

Plague

14/02/2020

Redefining Darkness Records

En arborant en guise de pochette une œuvre du grand Paolo Girardi, les grecs de PLAGUE nous avertissent implicitement : « nous ne sommes pas là pour faire de la figuration ». Pourtant, en 2020, qu’attendre d’un premier album de Death Metal old-school qui ne nous ait déjà été prodigué par des dizaines d’autres artistes ? De la crédibilité bien sûr, un minimum d’audace, et surtout, de bons morceaux synthétisant dix ans ou plus de cette musique extrême qui depuis longtemps a révélé tous ses secrets. La Grèce depuis des années rattrape son retard accumulé depuis les années 80. On ne compte plus les références Black ou Thrash hellènes qui inondent le marché de leur qualité, mais le Death reste encore une musique minoritaire dans ce pays rongé par la crise économique. Pourtant, ce premier album d’une formation accusant presque le coup d’une décennie d’existence est un coup de tonnerre dans la production actuelle. Fondé en 2011, le collectif PLAGUE est de ces groupes qui sortent presque de nulle part et s’imposent avec leur moyens limités, mais leur énergie inépuisable. Avec un seul titre à leur actif lâché en 2014 (« Abyssdiver »), ces originaires d’Athènes et Galatsi n’avaient pas de quoi flamber, même en exhibant une signature sur le référentiel Redifining Darkness. Mais à l’écoute des sept morceaux de cette première œuvre, on comprend vite que les musiciens manient le vocable old-school comme personne, y ajoutant leur touche personnelle, presque technique, mais foncièrement brutale dans les faits. Et les faits justement, ce sont ces riffs au débit ininterrompu, cette batterie qui écrase tout sur son passage, et ce chant émanant des abysses de l’enfer pour nous obliger au repentir. Et avouer ses péchés sur fond de Death antique et glauque n’est pas le moindre des plaisirs, mieux : c’est un délice réservé aux initiés.

Quatuor (Nikos Konstas - guitare/chant, Apostolis Kyriazis - guitare, George Katsanos - basse et George Katsanos - batterie), PLAGUE est en quelque sorte la grosse surprise de cette année, sans jouer la surprise, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes. A l’écoute de leurs morceaux, on pense à MORGOTH, DYING FETUS, MORBID ANGEL, et la production de l’album exhale d’un parfum floridien tout à fait délicieux. Sans défier les démons sur leur propre terrain ni se moquer des médecins légistes les plus Gore, les grecs taillent leur route dans une forêt de guitares inextricables, de changements de rythme classiques, et de lignes vocales sourdes et grondantes. Et avec une entame de la franchise putride de « Intersperse », autant dire qu’ils jouent l’honnêteté, et qu’ils nous cueillent à froid. Avec une intro courte et sobre, mais bien glauque d’un piano frappé lourdement, PLAGUE situe l’ambiance dans une vieille propriété abandonnée depuis des années, et impose la lourdeur comme porte d’entrée à passer à vos risques et périls. Le tempo écrasant, la basse roulante, tout semble indiquer un Death insistant et pesant, avant que la rythmique ne s’affole et que les riffs ne commencent à tournoyer comme des spectres au-dessus de vos têtes. La technique est probante, mais l’efficacité l’est encore plus. Le tout sent très mauvais, bouche les narines, affole les sens, et nous replonge dans cette époque de brutalité bénie qui avait désigné la Floride comme l’épicentre d’un séisme mondial. Proposant de nombreuses cassures et breaks, le Death des grecs est morbide, sourd, diffus, mais terriblement efficace, et n’admet aucun complexe au regard de son caractère éminemment passéiste. On joue dans le passé, on ignore le présent et l’avenir, mais on s’en moque, et on se permet même d’intégrer au tableau des soli très dignes, et proches d’un PESTILENCE des meilleures années.

Furieux mais intelligent, le groupe passe en revue le catalogue d’exposition des sévices traditionnels du style, et nous écrase de sa superbe morgue via l’impitoyable « Portal Into Reality », litanie caverneuse mais dense qui se replonge dans l’efficacité américaine mâtinée de froideur scandinave. Les prémices du genre nous éclaboussent le visage, et celui de ces musiciens se dessine avec plus d’acuité, situant son inspiration entre 1989 et 1992, dans un ballet outrancier qui ne supporte ni les pauses ni les concessions. Osmose tangible, méchanceté éclatante, le résultat est au-delà de toutes les espérances, et chaque titre est le prétexte à une succession d’idées toutes plus pertinentes les unes que les autres. Cédant parfois à la facilité d’un mid tempo rageur subtilement émaillé de détails plus techniques que la moyenne (« Pandemic », ballet d’outrance brillant mais démoniaque), le quatuor ose aussi les plus longues digressions qui peuvent toujours s’appuyer sur la créativité d’un batteur qui n’a pas oublié que pour cogner efficacement, il faut aussi déstabiliser et provoquer. La frappe de George Katsanos, franche quand il le faut, mais roublarde au bon moment permet aux guitares de continuer leur festival, qui prend des airs de démonstration sur l’implacable « Deranged Madness » qui illustre bien son titre. On reste fasciné par cette façon de détourner le classicisme pour épouser les ambitions, et celles de Portraits of Mind sont grandes. La seconde moitié de l’album les étale d’ailleurs au grand jour, avec des titres plus alambiqués et longs, toujours composés d’un nombre conséquent de plans qui se succèdent en toute logique, sans nuire à la dynamique globale. On pense aussi parfois à une forme très poussée de Death néerlandais, avec ASPHYX en tête de liste, transformé en machine infernale aux rouages très bien huilés. « Cave of Vectors » continue de fait le travail de sape et s’enfonce dans les traumas d’une humanité rongée par la gangrène de l’âme, mais c’est bien « Mind Control » qui illustre le mieux la philosophie des grecs.

En plus de sept minutes, cette conclusion morbide pave la voie d’un avenir brillant pour les PLAGUE qui risquent fort de contaminer la planète de leur gravité. Longue intro monolithique mais mélodique, entame lourde et moite, chant toujours légèrement sous-mixé pour impressionner, soli propres, la tuerie est massive, mais ses détails travaillés. Un premier album qui sans vraiment dénoter dans la production vintage actuelle en représente la quintessence, comme un vieux mauvais souvenir remontant à la surface.  

      

Titres de l’album :

                    01. Intersperse

                    02. Portal Into Reality

                    03. Pandemic

                    04. Deranged Madness

                    05. Cave of Vectors

                    06. Shattering The Illusion

                    07. Mind Control

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/11/2020 à 18:11
85 %    110

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38