On ne perd pas de temps chez AUTOKRATOR, à peine deux années d'existence au compteur et voilà déjà qu'arrive le second album à peine plus d'un an après le premier. AUTOKRATOR - que l'on traduira bien sûr en français par autocrate, synonyme de despote - est un groupe français mené par L.F. (connu pour son projet de black indus N.K.V.D.) et par David Bailey, un chanteur américain. Le groupe a vu défiler d'autres musiciens notamment au poste de batteur mais à l'heure actuelle le groupe se résume à ce duo.

La musique proposée par AUTOKRATOR ne s'adresse définitivement pas à tout le monde. Le groupe propose un savant mélange d'un death metal brutal des plus obscurs et de musique industrielle. Ce qui frappe dès la première écoute surtout si comme moi, on découvre le groupe avec cet album, c'est le mur de son qui nous accueille. On est tout d'abord déstabilisé par cette musique étouffants, sombre, dérangeante qu'on ne sait trop comment aborder tant elle semble monolithique et linéaire. Les morceaux semblent au premier abord avoir tous le même tempo frénétique et n'avoir ni début ni fin et les vocaux très profonds ne varient pas non plus énormément, pas plus que la basse, profonde et monolithique. Il faut dire que la production, elle aussi très compacte mais parfaitement adaptée à la musique du combo n'aide pas non plus à la compréhension de l'ensemble. Bref vous l'aurez compris, la musique d'AUTOKRATOR se mérite. Pas la peine d'espérer pouvoir l'écouter distraitement ou d'une oreille, il ne ressortira rien ou vraiment pas grand chose d'une telle écoute si ce n'est une grande perplexité face à une telle radicalité.

Heureusement pour nous le groupe a eu la bonne idée de limiter la durée de cet album à 36 minutes, un temps déjà respectable mais qui rend cet album digeste. Les passages indus avec des samples de voix ou des bruits semblant sortir de machines infernales apportent aussi un peu de variation salutaire dans ce maelström. Après plusieurs écoutes, si on s'accroche (et quand on doit écrire une chronique, on à pas le choix, on s'accroche...) on commence à trouver ses repères à repérer les breaks et d'autres petites choses qui ne se révèleront qu'aux plus attentifs des auditeurs.

S'il fallait citer quelques noms, je vous donnerais ceux de PORTAL, IMPETUOUS RITUAL ou de GRAVE UPHEAVAL ou encore celui des Américains de AEVANGELIST mais aussi celui de GODFLESH. En mélangeant tout ça, vous devriez avoir une idée un peu plus précise de ce que propose AUTOKRATOR, une musique des plus dérangeantes et suffocantes et un album certes assez difficile d'accès mais qui saura se révéler aux plus acharnés.

Titres de l'album:
1.     Chapter I    
2.     Chapter II    
3.     Chapter III    
4.     Chapter IV    
5.     Chapter V
6.     Chapter VI    
7.     Chapter VII    
8.     Chapter VIII

Facebook

Bandcamp

par Sheb le 12/10/2016 à 17:40
65 %    365

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.