L’Amérique du Sud n’a jamais été réputée pour abriter les groupes les plus sains d’esprit et les musiciens les plus calmes et portés sur la tendresse instrumentale. Sans aller jusqu’à recenser toutes les exactions bruitistes commises dans ce pays, autant dire que les plus brutaux des dégénérés en furent souvent issus, et une nouvelle preuve de cet état de fait m’en est donné aujourd’hui via le troisième LP d’une des formations les plus féroces du circuit national. Car depuis le 1er novembre, l’un des groupes les plus agressifs du pays nous en est revenu avec sous le bras un troisième LP qui risque de faire grand bruit au sens propre et au sens figuré, et d’entériner la suprématie d’un style bestial dans les cœurs des instrumentistes barbares locaux. Soyez heureux fans d’une certaine bestialité musicale, puisque les PERVERSOR nous en reviennent plus méchants et sales que jamais via cet Umbravorous, qui confirme tout le mal du bien que l’on pensait d’eux depuis la parution de leurs deux premiers LPs, publiés respectivement en 2008 (Cult Of Destruction) et 2015 (Anticosmocrator), et pour jouer la franchise, affirmons que les chiliens n’ont pas changé leur machette de main, puisque ce troisième épisode tient la dragée haute aux deux premiers, tant en termes de vilénie musicale que d’intensité de production, s’avérant être la tranche de vie la plus cruelle proposée par ces maniaques du Blackened Thrash vraiment noirci, mais toujours aussi paillard. On le sait, le Blackened quoi-que-ce-soit est souvent un simple exutoire à une pseudo folie instrumentale le confinant au bordel à peine organisé, mais entre les mains de véritables sadiques du solfège, le style peut devenir ce que l’humanité peut encaisser de plus rude et efficace. Et c’est immanquablement le cas de ce nouveau pamphlet, qui en à peine trente-deux minutes en redéfinit les règles en les poussant dans leurs derniers retranchements.

Sorti à compte d’auteur en novembre dernier, mais bénéficiant des soins futurs des labels The Dwell (en CD), Pulverised Records (en vinyle et CD) et Headsplit Records (cassette), Umbravorous n’est rien de moins qu’une invitation à la débauche la plus ultime et excessive, et se rapproche des pires (donc des meilleures) exactions du genre, bénéficiant pour une fois d’une production au-dessus de tout soupçon, excusant enfin les approximations d’Anticosmocrator dont l’écho mat n’était pas vraiment à la hauteur des compositions. Ici, tout a donc été peaufiné sans perdre l’aspect brut d’une musique qui n’accepte pas plus les concessions qu’avant, et le résultat final à des allures de lupanar géré par des entités démoniaques lubriques, ne concevant l’enfer que sous son jour le plus pervers. On retrouve donc tout ce qui a toujours fait le charme de ces vétérans de l’agression, et qui depuis 2008 n’en finissent plus de progresser dans la vilénie pour devenir une référence infinie. Et il y a fort à parier que ce troisième chapitre de leur descente aux enfers risque de les placer sur un piédestal bien mérité, puisque les dix compositions de ce nouvel effort jouent la carte de l’intensité à tout va, sans admettre de baisse de régime ou de concessions quelconques. On y retrouve donc la patte sud-américaine historique de la violence absolue, et l’héritage des SARCOFAGO, des CHAKAL, d’INVOCATION SPELLS, de HADES ARCHER, FORCE OF DARKNESS, et plus généralement, de toute cette vague de Thrash noirci à la poix qui infeste les poumons et nous fait cracher des glaviots en forme de morceaux de charbon. C’est donc éminemment vilain, franchement repoussant, mais tellement jouissif dans la manière qu’on fait fi de quelques manques d’originalité, très judicieusement comblés d’une énergie de tous les diables qui éclabousse au visage dès les premières mesures du diabolique « Deadly Poison and Black Fire ».

Et comme diraient les plus indécrottables fans, « ça pue, mais ça pue bon », et Umbravorous de se vouloir équivalent « musical » d’une partie fine entre Lucifer et quelques-unes de ses plus fidèles les plus dévouées, le tout dans un cadre apocalyptique de fin du monde programmée.

En étant tout à fait franc, il est relativement difficile de faire la différence entre les morceaux, puisqu’ils sont tous bâtis sur le même moule. Chant évoquant un Tom Angelripper après un stage de possession en Amérique du Sud, riffs concentriques et épileptiques tournoyant au-dessus du cadavre de la mélodie, rythmique hystérique qui instaure un climat de violence permanent, pour une gigue qui ne supporte aucune pause et aucun silence. On fonce donc dans le tas, et on double les parties vocales pour suggérer un exorcisme de façade, histoire de conférer à l’ensemble une atmosphère vraiment blasphématoire, trademark d’une tradition nationale qui n’est pas prête de changer. Le quatuor n’a donc pas vraiment revu à la baisse sa cruauté de nature, et les quatre diablotins (Knernet - batterie, Abominable - guitare, Torrid - chant et Morbest - basse) se complaisent donc toujours autant dans un brouhaha qui autorise parfois une certaine forme de musicalité héritée de la scène allemande expatriée au Brésil (« Umbravorous », l’un des plus retenus par la laisse du lot), mais qui n’hésite jamais à pousser mémé dans les orties du cimetière et à se gausser de sa prothèse de hanche qui part en arrière (« The Dwell »). Prenant des airs de gros glaviot craché au visage de la bienséance, ce troisième LP confirme que les chiliens sont toujours prophètes de malheur dans leur pays, et semble épaissir le ton pour paraître plus crédible dans son entreprise de démolition. Entreprise qui ne laisse aucune pierre intacte, et qui souffle ses braises ardentes sur des villes prises au piège d’un Thrash aux entournures Black, mais qui ne crache pas sur un embaumement Death de luxe histoire de radicaliser encore plus le propos.

Bien sûr, Umbravorous est le genre d’album qu’on écoute pour se venger intérieurement des brimades subies par la vie, et quelques lignes ne suffiront jamais à expliquer le ressenti que procurent ces compositions sans concessions, qui accélèrent les riffs et heurtent la rythmique, pour provoquer un effet de remous qui laisse les jambes flageolantes et l’esprit sens dessus-dessous. C’est du bestial de chez bourrin, ça peut s’apprécier à jeun, mais ça n’a jamais autant d’effet qu’apprécié en groupe, avec une bande de potes initiés à la cause, qui sauront headbanguer comme des damnés à en perdre leurs cheveux en route. On atteint parfois de sommets de brutalité, taquinant le spectre d’un Techno-bestial Black/Thrash de très haute volée (« Formidable Destino »), et en s’éloignant des sempiternelles références, les PERVERSOR nous prouvent qu’ils sont capables de tout pervertir, y compris la luxure, lorsque la gravité nous enfonce dans les affres de la bestialité, à l’occasion d’un maelstrom de sons compacts qui explosent tout à des lieues à la ronde (« Military Industrial Complex »). Pas forcément original, mais tellement extrême qu’on craque de plaisir coupable, même lorsque les titres à rallonge ne font que cacher un recyclage évident, mais enthousiasmant (« The Excrements of Infinity are the Vices of Divinity »). Alors, peu importe qu’on ait déjà entendu ça avant, peu importe que le batteur se prenne pour une moissonneuse-batteuse, peu importe que Torrid recycle les mêmes litanies vocales d’un bout à l’autre, puisqu’ici le plaisir réside dans l’excès, ce qu’Umbravorous a parfaitement compris.         


Titres de l’album :

                        1.Deadly Poison and Black Fire

                        2.Umbravorous

                        3.The Dwell

                        4.Formidable Destino

                        5.Military Industrial Complex

                        6.Somnambulus

                        7.The Excrements of Infinity are the Vices of Divinity

                        8.Virtual Antropophagy

                        9.Merchant Of Spirits

                       10.D.M.T

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 12/01/2019 à 14:25
78 %    186

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.