Become Seekers for Death

Chthonic Cult

28/03/2022

Putrid Cult

Il y sept ans, un trio obscur nous assommait de quatre compositions bruitistes, pour un total de quarante-six minutes. Un bloc incompressible qui tombait de nulle part, ou qui remontait des abysses de l’enfer, et évidemment chaperonné et cautionné par Iron Bonehead. Une sorte de symphonie macabre en l’honneur d’un Black/Doom/Death/Drone/Ambient, le genre même d’exactions que le deep web de l’underground aime nous adresser de temps à autres pour prouver que l’iceberg à une sacrée surface noise immergée.

Depuis, les années ont passé - pas moins de sept - le trio est devenu duo, et son optique a résolument et clairement changé. Abandonnées les longues litanies à rendre dépressif un clown sous gaz hilarant, abandonné l’occultisme profond de ces sonorités cryptiques et ces hurlements sourds, pour finalement adopter une posture beaucoup plus classique, et disons-le : musicale. Ainsi, passés chez Putrid Cult, les CHTHONIC CULT s’offrent un lifting intéressant, qui les rend certes légèrement mainstream, mais beaucoup plus abordables et appréciables.

Become Seekers for Death, second album, est un aveu même de la part de ses auteurs qui cherchent la mort via son versant le plus évident. Oblivion (basse), Hyperborean (guitare/chant) se proposent donc de fouiller dans les archives du passé pour en exhumer les parchemins les plus historiques, et optent pour une efficacité plus prononcée, et moins ambiancée. Le mystère cède donc sous les coups de boutoir de l’efficacité, mais la méchanceté n’en a pas pour autant jeté l’éponge. Miraculeusement produit, Become Seekers for Death est certes beaucoup plus formel, et ressemble parfois à un effort classique de Death suédois repris à leur compte par des musiciens norvégiens, mais il marque les esprits de sa lucidité et de son envie de rentrer dans le rang.

Ainsi, même encapuchonnés, même anonymes, ces musiciens de l’étrange optent pour une réunion de famille autour du cadavre du Death originel, toujours bien vivant paradoxalement. De fait, ces huit morceaux sont autant de tranches de nostalgie nineties, avec gravité vocale raclée, riffs circulaires recyclés de l’école de Stockholm et Göteborg, et fin voile noir BM pour préparer l’enterrement en toute dignité. 

Entre soli vraiment notables et licks accrocheurs en diable, ce second chapitre de la saga CHTHONIC CULT est surprenant, mais séduisant. Car même en se voulant plus « consensuels », les musiciens gardent leur ADN presque intact, et mélangent leur personnalité à celle de DARKTHRONE (« When the Ancients Speak »), pour taquiner le spectre des anciens des forêts suédoises et norvégiennes.

Et en toute franchise, « Ironclad Nemesis » vient mettre les cartes sur la table, via une intro efficace avec force fills et roulements, pour un déluge de guitares qui acidifient l’air pour le rendre irrespirable. Immédiatement, le changement est patent, mais on l’excuse de la performance globale. Grace à un riff incroyablement redondant, les polonais placent le contexte dans un passé pas si éloigné, et admettent avoir mis de l’eau dans leur venin. Toutes les figures imposées du Death historique de la période 90/93 sont là, durcies d’une attitude BM assez crédible, et on se laisse prendre au jeu, sachant que rien de tout ceci n’est inédit, ou même choquant.

Mais entre un niveau technique certain et une attitude redoutable dans la reproduction, CHTHONIC CULT fait passer la pilule dans une croquette de fiel, et on abandonne immédiatement toute logique d’évolution pour accepter cette translation de l’ignominie à la raison violente.

Assez intelligents pour imposer leur point de vue, les musiciens osent des choses brèves et convaincantes (« Become Seekers for Death »), et ne s’éloignent jamais de leur ligne bien tracée, se vautrant dans la fange Death comme des porcs avides de boue (« In the Seventh Hour »), mais trouvant le juste milieu entre Black et Death, sans tomber dans le piège du Blackened Death un peu trop putassier et facile.

Convenu mais efficace, old-school mais pardonnable, Become Seekers for Death est un très bon travail de mimétisme, subtilement personnel, mais susceptible de plaire aux hordes BM comme aux légions Death. Du bel ouvrage, compréhensible, accessible, et juste assez underground pour ne pas devenir vulgaire de plagiat.  

          

 

Titres de l’album :                                               

01. Ironclad Nemesis

02. On the Wings of Drought

03. The Thunder Spoke to the Spirit

04. When the Ancients Speak

05. Become Seekers for Death

06. In the Seventh Hour       

07. Crimson Streams of Sacrifice     

08. The Hunt of the Light-Bearer


Facebook officiel


par mortne2001 le 26/01/2023 à 18:17
78 %    303

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14