Le Death australien a toujours eu ce petit quelque chose de rugueux, de sec comme un coup de trique, qui n’a pas vraiment d’équivalent sur la scène mondiale. Un peu comme si les musiciens nationaux s’adaptaient à leur climat, comme l’ont fait leurs homologues suédois dans les années 90 en développant un style froid comme un hiver âpre. Le Death de Sydney ou Perth est donc parfaitement en adéquation avec le climat austral, ces longues étendues sèches et désertiques, ces surfaces vides de toute habitation n’offrant qu’une solitude difficile à supporter, cette chaleur qui oppresse en été et qui vous assèche de toute envie. On pourrait citer quelques exemples parlants, PORTAL, CEMETERY URN, ASPHYXIA, ABRAMELIN, mais aussi SADISTIK EXEKUTION, ARMOURED ANGEL, EXCRUCIATE, et puis les légendaires DISEMBOWELMENT qui ont toujours plus ou moins fait figure d’exception sur la scène avec leur approche plus Doom et poisseuse. Mais autant parler du renouveau du mouvement en abordant le cas d’un jeune groupe aux deux années d’existence, ces CRYPT CRAWLER qui viennent justement de sortir leur premier longue-durée, après avoir lâché l’année dernière une poignée de singles avant-coureurs. CRYPT CRAWLER, c’est un peu le chien dans le jeu de quille mais aussi l’incarnation absolue d’un Death de l’autre bout du monde, qui se revendique nostalgique, tout en acceptant l’époque troublée dans laquelle il évolue. Une façon d’adapter les codes en mélangeant les influences pour aboutir à un équilibre entre brutalité et dureté, histoire de proposer autre chose qu’un simple recyclage perpétuel qui anime la vague old-school. Mais old-school, ils le sont, et un simple coup d’œil aux références qu’ils assument permet de s’en rendre compte.

Venant de Perth comme beaucoup d’autres musiciens, les CRYPT CRAWLER reconnaissent avoir été influencés par les monstres sacrés de DEATH, OBITUARY ou MORBID ANGEL, pourtant, on n’en retrouve que des traces infimes dans leur musique. En choisissant de baptiser leur premier LP To The Grave, les australiens prenaient le risque du parallèle avec le pamphlet gelé définitif des GRAVE suédois, Into The Grave, mais une simple écoute aux premiers morceaux de cet album introductif suffit à comprendre qu’ils ne partagent que peu de points de vue avec cette vague ayant érigé la HM-2 comme déesse maîtresse. Ici, les riffs sont plus abrupts et secs que figés et rigides, et si le mid tempo martelé est roi, le groupe n’est pas non plus contre une soudaine accélération, ni l’insertion d’une harmonie délicate hors contexte. Et en définitive, il est relativement difficile de placer les australiens sur une échelle de référence, puisque leurs morceaux échappent à toute catégorisation, même si l’empreinte d’OBITUARY reste patente tout du long. Et le long, dans leur langage est plutôt court, puisqu’avec à peine une demi-heure au compteur pour douze titres, le quintet (Marco Ieritano - chant, Jordan Cappa & Zach James - guitares, Cameron Gillam - basse et Jacob Sewell - batterie) n’a pas tenté le diable et a préféré jouer le succinct, histoire de se présenter sans s’incruster. Et cette durée réduite, étrange sur le papier s’avère en fait un atout majeur, tant la redondance de ce Death qui semble s’obstiner à frapper à terre sans achever aurait pu se montrer diaboliquement redondant en s’éternisant. Et c’est après une courte intro que nous découvrons l’univers des CRYPT CRAWLER, qui avec « An Exorcism » plantent le décor, et synthétise le OBITUARY des nineties et l’ACID BATH de la même décennie, sans perdre de vue leur but initial. Jouer un Death Metal de tradition, tout en incorporant en filigrane ses obsessions contemporaines.

Pas de technique dévorante, pas de breaks incongrus, pas d’arrangements fantaisistes, juste des riffs qui plaquent au sol, une rythmique qui hésite entre lourdeur et explosion, le Death des australiens, loin de l’exubérance actuelle est du genre ascétique, à tel point qu’on a parfois le sentiment que deux morceaux n’en font qu’un. La transition entre « An Exorcism » et « Skinned Alive » est à ce point imperceptible qu’on a l’impression que les deux chapitres n’en font qu’un, sensation induisant une impression de cohésion, mais pouvant aussi nuire à un effet de surprise qui finalement, est quasiment inexistant. Mais heureusement pour l’écoute, les cinq instrumentistes décident dès « Cremator » de ralentir le rythme et d’accentuer leurs aspects les plus morbides, s’en remettant une fois encore à un mid tempo assez éprouvant pour faire passer leurs riffs standard, mais assez puissants pour convaincre. Death Metal clean ? Un peu parfois, malgré cette sécheresse de ton qui justement permet de se différencier de la masse, et finalement juste assez souillé par quelques idées un peu moins prévisibles, dont ces blasts sur « Flesh Obsessed » qui affrontent en permanence des passages assez catchy dans l’esprit d’un MORBID ANGEL plutôt inspiré. Les idées sont donc assez similaires les unes aux autres, l’ambiance assez aplanie, et le résultat convaincant par intermittence, malgré une belle implication du vocaliste Marco Ieritano qui fait ce qu’il peut pour tirer l’instrumental vers le haut. Certains titres, suggérant des accointances avec le Metal Indus biaisé des nineties rappellent que le groupe peut offrir un visage moins anonyme (« Not of This World »), et d’autres, plus longs et évolutifs essaient de se perdre sur d’autres pistes (« The Surgery Begins »), mais globalement, ce To The Grave est encore un peu trop générique pour oser incarner la relève du Death australien, et demande à être plus travaillé pour pouvoir s’extirper de sa condition un peu trop conventionnelle.  


Titres de l’album :

                         1.Promesse Battesimali

                         2.An Exorcism

                         3.Skinned Alive

                         4.Cremator

                         5.Flesh Obsessed

                         6.Dig Up the Dead

                         7.Not of This World

                         8.Soul Harvester

                         9.Bloodletting

                         10.To the Grave

                         11.The Surgery Begins

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/07/2019 à 17:01
68 %    162

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !