Etrangement, avec un blaze pareil, le quidam serait en droit d’attendre une énième digression infertile sur le thème Ô combien stérile du Goregrind, ou un nouveau combo spécialisé dans le Psychobilly un peu dézingué, avide d’images choc n’cheap, et de musique l’étant tout autant.

Sauf que parfois, les apparences sont bien trompeuses…

Certes, les MARIANNE TOILETS AND THE RUNS ne crachent pas (quoique) sur un brin de fantaisie et de provoc’, mais ils ont au moins la décence de le faire au son d’une musique riche, travaillée, et osons le terme…intelligente. Mais, ludique, et ce, au plus haut point.

Un brin d’histoire avant de vous passer le rouleau de sopalin et la BD cochonne. Ces olibrius nous en viennent de la cité historique Hardcore de Boston, dans laquelle ils ont vu le jour en novembre 2013, et se concentrent sur une ossature en quatuor de musiciens aux pseudos improbables.

Vous retrouverez donc sur cet EP les participations actives et réactives de Marianne Toilet (Todd Badolato), Cami Traumatic (Cami Wami), Pimp d'Crip (Travis Gianatassio), et The Red Nightmare (Paul Ryan), soit l’attraction la plus en vogue de l’underground bostonien, plus si underground que ça si j’en juge par l’attention que la presse leur porte, les ayant à de multiples reprises élus « groupe de scène à suivre »…

Groupe de scène certes, et au jugé de la multitude de photos glanées sur la toile, il est évident que ces bonimenteurs de fesse doivent valoir le coup d’œil on stage. Mais sur disque, ça donne comment et ça sonne quoi ?

Et bien grande surprise, et bien que je n’ai jamais eu la chance de les voir manier leurs instruments en live, je reconnais que ce Eargasms Of Your Genitals provoque en effet bien des orgasmes auditifs, par le biais d’une musique bien plus consensuelle et abordable que ses thématiques, un poil (de pubis, évidemment) dérangés du bulbe.

Tentons de synthétiser l’approche (mais pas trop près pour ne pas choper de MST) de ces américains visiblement affranchis de toute contrainte morale. Leurs lyrics sont emprunts d’un sens de l’humour assez potache et borderline, et il n’est pas rare au détour des pistes de ce cirque lubrique de tomber sur des contes de naissance anale, de refus d’admettre son homosexualité, d’histoire d’appendices génitaux perdus lors d’accidents domestiques étranges, et évidemment de séances de copulation frénétiques.

Le tout, sur fond de Rock étrange, souvent acoustique, parfois grandiloquent, mais toujours accrocheur et beaucoup plus pertinent que ses obsessions ne semblent le suggérer.

Inutile donc de vous attendre à un ersatz des LORDI et autres GWAR, d’une part parce que le combo ne se vautre pas dans un Heavy bon marché, d’autre part parce que chez eux, le développement musical est un peu moins superficiel et plus fouillé.

Il n’est d’ailleurs pas incongru de penser à un hommage conjoint à Screamin Jay Hawkins et BLACK SABBATH en écoutant une seule et même chanson (« Lawnmowing », qui vous narre d’un ton lacrymal la perte accidentelle d’une paire de balloches en passant la tondeuse), ou à une insertion de la culture trash des CRAMPS au sein d’un comics dessiné par un Chuck BERRY en plein cauchemar redneck (« Fifi », je m’abstiendrai d’en dire plus sous peine d’être censuré, alors écoutez vous-même).

En gros (le cul), comme en détail (disons…un prépuce), une multitude d’influences pour un cocktail Parodic Rock de première bourre (mais pas la dernière), qui ose la délicatesse Folk pour mieux passer entre vos fesses comme un gros phoque.

Je sais, je suis grivois et politiquement incorrect. Mais j’assume, et lorsque vous écoutez une petite perle sentimentale comme « Frat Guy in the Closet » qui pille tout autant le stock de culottes acoustiques des SIX PENCE NONE THE RICHER (« Kiss Me », bonjour la pompe quand même et sans les dents), que les tubes de lub’ Folk des SOUL ASYLUM, vous ne pouvez qu’avoir un accès de priapisme tant le tout est terriblement bien fait, frais et excitant.

Des rigolos donc, mais qui prennent leur art hard au sérieux pour composer de vraies chansons, qui se veulent cocasses (enfin tout dépend de votre sensibilité), et qui ne sont certainement pas cautionnées par une quelconque association catholique de l’église de Boston.

Car en plus de proposer une solide base instrumentale variée, les quatre larrons marrons assurent une prestation vocale de haute volée, avec des personnalités incarnées et ha(bite)és. On pense même parfois à une rencontre dans les toilettes du lycée entre HEART et les MAMAS AND PAPAS (« Gentleman and a Scholar », là on frise quand même le cuir de la veste de Jean-Luc Lahaye), mais en tout cas, on se prend au jeu et on s’en prend une bonne entre les deux sans jamais regretter d’avoir posé ses oreilles et le reste sur ce disque surprenant et attachant. Et oui, du coup, tout ça donne envie de fourrer une jolie demoiselle comme une dinde sous une ombrelle…(ça n’est pas moi qui le dit alors inutile de me dénoncer pour sexisme).

Des « fuck me » en veux-tu en voilà, des métaphores un peu craspecs, mais une bonne humeur musicale qui en outre bénéficie d’une production claire et puissante comme un bon lavement, quelques morceaux guillerets qui se veulent aussi Folk et aussi délirants qu’un sketch de Jack Black et Sonny Bono (« The Blumpy », vraiment irrésistible), pour un Eargasms Of Your Genitals qui en effet fait bien vibrer votre point G auriculaire sans trop le frotter.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la genèse de ces gentils allumés, tapez-vous l’intro « ...in the beginning » qui vous expliquera le tout sur fond d’accents shakespeariens, et si une fois l’album terminé, vous avez envie de vous faire sucer, le final vous en donnera les bruitages et les mêmes effets.

Quel dommage de ne pouvoir assister à une telle performance en action-vérité, mais à défaut de pouvoir vous en prendre une giclée live, enfilez-vous (où vous voulez) cet EP qui dans la bonne humeur, conjugue humour classé X et Rock atypique.

 Par contre, il est possible qu’après quelques bébêtes vous démangent l’entrecuisse. Mais un bon coup de pommade et ça devrait aller…


Titres de l'album:

  1. ...in the beginning
  2. FiFi
  3. Frat Guy in the Closet
  4. Gentleman and a Scholar
  5. Lawnmowing
  6. The Blumpy

Site officiel


par mortne2001 le 21/02/2017 à 12:23
75 %    288

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.