Etrangement, avec un blaze pareil, le quidam serait en droit d’attendre une énième digression infertile sur le thème Ô combien stérile du Goregrind, ou un nouveau combo spécialisé dans le Psychobilly un peu dézingué, avide d’images choc n’cheap, et de musique l’étant tout autant.

Sauf que parfois, les apparences sont bien trompeuses…

Certes, les MARIANNE TOILETS AND THE RUNS ne crachent pas (quoique) sur un brin de fantaisie et de provoc’, mais ils ont au moins la décence de le faire au son d’une musique riche, travaillée, et osons le terme…intelligente. Mais, ludique, et ce, au plus haut point.

Un brin d’histoire avant de vous passer le rouleau de sopalin et la BD cochonne. Ces olibrius nous en viennent de la cité historique Hardcore de Boston, dans laquelle ils ont vu le jour en novembre 2013, et se concentrent sur une ossature en quatuor de musiciens aux pseudos improbables.

Vous retrouverez donc sur cet EP les participations actives et réactives de Marianne Toilet (Todd Badolato), Cami Traumatic (Cami Wami), Pimp d'Crip (Travis Gianatassio), et The Red Nightmare (Paul Ryan), soit l’attraction la plus en vogue de l’underground bostonien, plus si underground que ça si j’en juge par l’attention que la presse leur porte, les ayant à de multiples reprises élus « groupe de scène à suivre »…

Groupe de scène certes, et au jugé de la multitude de photos glanées sur la toile, il est évident que ces bonimenteurs de fesse doivent valoir le coup d’œil on stage. Mais sur disque, ça donne comment et ça sonne quoi ?

Et bien grande surprise, et bien que je n’ai jamais eu la chance de les voir manier leurs instruments en live, je reconnais que ce Eargasms Of Your Genitals provoque en effet bien des orgasmes auditifs, par le biais d’une musique bien plus consensuelle et abordable que ses thématiques, un poil (de pubis, évidemment) dérangés du bulbe.

Tentons de synthétiser l’approche (mais pas trop près pour ne pas choper de MST) de ces américains visiblement affranchis de toute contrainte morale. Leurs lyrics sont emprunts d’un sens de l’humour assez potache et borderline, et il n’est pas rare au détour des pistes de ce cirque lubrique de tomber sur des contes de naissance anale, de refus d’admettre son homosexualité, d’histoire d’appendices génitaux perdus lors d’accidents domestiques étranges, et évidemment de séances de copulation frénétiques.

Le tout, sur fond de Rock étrange, souvent acoustique, parfois grandiloquent, mais toujours accrocheur et beaucoup plus pertinent que ses obsessions ne semblent le suggérer.

Inutile donc de vous attendre à un ersatz des LORDI et autres GWAR, d’une part parce que le combo ne se vautre pas dans un Heavy bon marché, d’autre part parce que chez eux, le développement musical est un peu moins superficiel et plus fouillé.

Il n’est d’ailleurs pas incongru de penser à un hommage conjoint à Screamin Jay Hawkins et BLACK SABBATH en écoutant une seule et même chanson (« Lawnmowing », qui vous narre d’un ton lacrymal la perte accidentelle d’une paire de balloches en passant la tondeuse), ou à une insertion de la culture trash des CRAMPS au sein d’un comics dessiné par un Chuck BERRY en plein cauchemar redneck (« Fifi », je m’abstiendrai d’en dire plus sous peine d’être censuré, alors écoutez vous-même).

En gros (le cul), comme en détail (disons…un prépuce), une multitude d’influences pour un cocktail Parodic Rock de première bourre (mais pas la dernière), qui ose la délicatesse Folk pour mieux passer entre vos fesses comme un gros phoque.

Je sais, je suis grivois et politiquement incorrect. Mais j’assume, et lorsque vous écoutez une petite perle sentimentale comme « Frat Guy in the Closet » qui pille tout autant le stock de culottes acoustiques des SIX PENCE NONE THE RICHER (« Kiss Me », bonjour la pompe quand même et sans les dents), que les tubes de lub’ Folk des SOUL ASYLUM, vous ne pouvez qu’avoir un accès de priapisme tant le tout est terriblement bien fait, frais et excitant.

Des rigolos donc, mais qui prennent leur art hard au sérieux pour composer de vraies chansons, qui se veulent cocasses (enfin tout dépend de votre sensibilité), et qui ne sont certainement pas cautionnées par une quelconque association catholique de l’église de Boston.

Car en plus de proposer une solide base instrumentale variée, les quatre larrons marrons assurent une prestation vocale de haute volée, avec des personnalités incarnées et ha(bite)és. On pense même parfois à une rencontre dans les toilettes du lycée entre HEART et les MAMAS AND PAPAS (« Gentleman and a Scholar », là on frise quand même le cuir de la veste de Jean-Luc Lahaye), mais en tout cas, on se prend au jeu et on s’en prend une bonne entre les deux sans jamais regretter d’avoir posé ses oreilles et le reste sur ce disque surprenant et attachant. Et oui, du coup, tout ça donne envie de fourrer une jolie demoiselle comme une dinde sous une ombrelle…(ça n’est pas moi qui le dit alors inutile de me dénoncer pour sexisme).

Des « fuck me » en veux-tu en voilà, des métaphores un peu craspecs, mais une bonne humeur musicale qui en outre bénéficie d’une production claire et puissante comme un bon lavement, quelques morceaux guillerets qui se veulent aussi Folk et aussi délirants qu’un sketch de Jack Black et Sonny Bono (« The Blumpy », vraiment irrésistible), pour un Eargasms Of Your Genitals qui en effet fait bien vibrer votre point G auriculaire sans trop le frotter.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la genèse de ces gentils allumés, tapez-vous l’intro « ...in the beginning » qui vous expliquera le tout sur fond d’accents shakespeariens, et si une fois l’album terminé, vous avez envie de vous faire sucer, le final vous en donnera les bruitages et les mêmes effets.

Quel dommage de ne pouvoir assister à une telle performance en action-vérité, mais à défaut de pouvoir vous en prendre une giclée live, enfilez-vous (où vous voulez) cet EP qui dans la bonne humeur, conjugue humour classé X et Rock atypique.

 Par contre, il est possible qu’après quelques bébêtes vous démangent l’entrecuisse. Mais un bon coup de pommade et ça devrait aller…


Titres de l'album:

  1. ...in the beginning
  2. FiFi
  3. Frat Guy in the Closet
  4. Gentleman and a Scholar
  5. Lawnmowing
  6. The Blumpy

Site officiel


par mortne2001 le 21/02/2017 à 12:23
75 %    330

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever